background preloader

Démocratie

Démocratie
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le terme démocratie (du grec ancien δημοκρατία / dēmokratía, « souveraineté du peuple », combinaison de δῆμος / dêmos, « peuple » et κράτος / krátos, « pouvoir », « souveraineté » ou encore kratein, « commander »), est le régime politique dans lequel le peuple est souverain. (Avec la distinction à faire entre la notion de «peuple» et celle plus restrictive de « citoyens » : en effet la citoyenneté n'est pas forcément accordée à l'ensemble de la population). Selon la célèbre formule d'Abraham Lincoln (16e président des États-Unis de 1860 à 1865), la démocratie est « le gouvernement du peuple, par le peuple, pour le peuple ». C'est l'une des définitions canoniques couramment reprises, ainsi qu'en témoigne l'introduction de la Constitution de 1958 de la Cinquième République française. Recensement des démocraties[modifier | modifier le code] Cette carte montre les gouvernements se réclamant (ou non) de la démocratie, juin 2006.

Cohn-Bendit : l'angélisation de l'ogre (édito 06/2009) Rubrique : Politique / A La Une Le : 08 Juin 2009 Cohn-Bendit : l'angélisation de l'ogre (édito 06/2009) L’ogre appartient à l’imaginaire européen. A travers les légendes et les contes, l’ogre symbolise le monstre dont les enfants doivent se protéger : l’ogre, c’est l’adulte pédophile qui abuse sexuellement les mineurs ou leur fait perdre leur innocence. Les aveux de l’ogre Daniel Cohn-Bendit s’est vanté d’être l’un d’entre eux alors qu’il était animateur de jardins d’enfants à la crèche alternative de l’Université de Francfort. Cette attitude aurait dû disqualifier Cohn-Bendit à jamais. Dirigeant l’émission de France 2, Arlette Chabot, icône conformiste et féministe, favorable aux minorités sexuelles, vint au secours d’un Cohn-Bendit aux abois et somma Bayrou de revenir à l’Europe et de ne pas pousser son avantage sur Cohn-Bendit. C’est ainsi : il est médiatiquement interdit d’attaquer Cohn-Bendit : le vieux soixante-huitard et l’écologiste sont des espèces électorales protégées… Polémia

Déclaration universelle des droits de l'homme Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. À l'origine, 48 États sur les 58 participants devaient adopter cette charte universelle. Aucun État ne s'est prononcé contre et seuls huit se sont abstenus. Le texte énonce les droits fondamentaux de l’individu, leur reconnaissance, et leur respect par la loi. Le texte du préambule et de la déclaration est inamovible. Genèse et rédaction[modifier | modifier le code] De 1946 à 1948, les délégués des Nations unies se sont consacrés à l'élaboration de la Déclaration. Au début de l’année 1947, lors de sa première session, la Commission des droits de l’homme a établi un Comité de rédaction. Le Comité de rédaction se réunit pour sa première session du 9 au 25 juin 1947, puis pour une deuxième session du 3 au 21 mai 1948. Précurseurs possibles[modifier | modifier le code] Le Cylindre de Cyrus est parfois considéré comme la première déclaration des droits de l'Homme de l'histoire[6]. Théories du contrat social[modifier | modifier le code]

1 H = 1 voix Parti libéral du Québec | L'indignation en chiffres et en aberrations "La démocratie américaine fonctionne malgré de nombreux défauts dans le système" La victoire de Barack Obama a soulevé un réel enthousiasme à la fin de la campagne tellement elle semblait en danger: ce furent les décors faits de bannières étoilées et un discours très consensuel, reprenant ses thèmes de 2004, quand le jeune sénateur avait émergé. Et incontestablement, la démocratie a fonctionné sans réel à-coup, sans recomptage capital, mais ces résultats ne doivent pas dissimuler des défauts du système qui se sont accrus dans les dernières années. Les archaïsmes: début novembre, un commentateur américain en arrivait à souhaiter qu'Obama ne l'emporte pas dans le vote populaire mais seulement grâce aux grands électeurs, car de cette façon un consensus interviendrait pour corriger cette imperfection majeure. En effet, la constitution ne reconnaît que le résultat des Etats, avec leur nombre de mandats et non la majorité populaire. Un mouvement très marginal Le renouvellement de la chambre des Représentants Des pratiques discutables Accentuer les dépenses électorales

La Hongrie dit non au FMI (flickr - Giam - cc) L’événement remonte déjà à presque trois semaines mais il mérite quand même d’être signalé en cette période calme pour l’actualité. La Hongrie a refusé d’appliquer les recommandations du FMI, qui a donc refusé de verser la dernière tranche de son prêt. Quand Budapest s’oppose à Washington Du même auteur Il y a deux façons de voir ce qui se passe en Hongrie. Ces chiffres peuvent paraître surprenants étant donné que les déficits tournent entre 5 et 12% du PIB dans les grands pays occidentaux. Les leçons de cette crise Cette crise Hongroise est doublement révélatrice des problèmes des plans du FMI qu’avait bien décrit Joseph Stiglitz dans son livre La grande désillusion. Plus globalement, cela remet en perspective le modèle de développement de la Chine. Retrouvez les articles de Laurent Pinsolle sur son blog

Déclaration universelle des Droits de l’Homme Déclaration universelle des Droits de l’Homme Adoptée par l’Assemblée générale des Nations unies dans sa résolution 217 A (III) du 10 décembre 1948 Préambule Considérant que la reconnaissance de la dignité inhérente à tous les membres de la famille humaine et de leurs droits égaux et inaliénables constitue le fondement de la liberté, de la justice et de la paix dans le monde. Considérant que la méconnaissance et le mépris des droits de l’homme ont conduit à des actes de barbarie qui révoltent la conscience de l’humanité et que l’avènement d’un monde où les êtres humains seront libres de parler et de croire, libérés de la terreur et de la misère, a été proclamé comme la plus haute aspiration de l’homme. Considérant qu’il est essentiel que les droits de l’homme soient protégés par un régime de droit pour que l’homme ne soit pas contraint, en suprême recours, à la révolte contre la tyrannie et l’oppression. Article premier Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits.

vie communautaire Vers une vraie démocratie... comme la Chine Ce titre semble provocateur ? La Chine démocratique, quelle blague ! En fai ce titre est voulu ambigu. Je dis que je souhaiterais que nous voulions aller vers une véritable démocratie... comme je crois que la Chine veut aller vers une véritable démocratie.... Cette ambiguïté n'est pas gratuite : elle veut montrer ce qu’on peut faire à la vérité quand on crée des amabiguïtes.... Par exemple, tout le discours que nous tenons en Occident sur la démocratie est ambigü ... et la vérité en prend pour ses frais. Quand on escamote ce second droit, il en sort le préjugé que nous en Occident sommes démocrates... et les Chinois, non. Quand disant "démocratie" on reste au palier des "grands principes", on ne dit que des paroles creuses. Quidam Lambda sait très bien qu’il n’y comprend rien et il ne touche pas a ces grands dossiers autrement qu’en échangeant des poncifs au Café du Commerce ou sur le web. Cette démocratie peut être amère. La démocratie que nous avons est un emballage vide.

La leçon de morale de monsieur Attali En temps normal, je ne perds pas mon temps sur ce genre de papier dont le principal intérêt est de faire mousser son auteur avec l’exubérance d’un blaireau plongé dans un océan de savon à barbe. Mais voilà : les nouvelles fonctionnalités de partage de flux de Google Reader ont favorisé l’émergence d’une commununauté informelle de veilleurs d’infos, liés, non par le corpus idéologique, mais par la pratique d’un outil technologique commun. C’est ainsi que le papier de Jacques Attali a fini par clignoter en bonne place dans mon flux d’informations, porté par l’intérêt d’une bonne douzaine de mes co-veilleurs qui se sont mis à commenter copieusement le propos de l’homme de plume et de cirage. Selon leurs pères fondateurs, capitalisme et la démocratie ne pouvaient fonctionner sans respecter des règles morales fondées sur la loyauté et la transparence. Rien que cette accroche vaut le déplacement à elle toute seule. Sur ce, tombe comme une mouche dans le potage, l’idée des règles morales.

La route est encore longue – Appel à une transition démocratique unie et réfléchie » Nawaat de Tunisie - Tunisia Nous vivons aujourd’hui des évènements qui marqueront à jamais notre histoire. La « Révolution du Jasmin » nous ouvre la voie vers un avenir que récemment encore nous n’osions espérer. Mais l’enthousiasme légitime que nous apporte la fuite de notre dictateur et de ses proches ne doit pas nous aveugler. Et aussi pressente que soit l’envie de tourner la page de nos années sombres, nous ne pouvons laisser un autre prendre la place qu’occupait Ben Ali. C’est pourquoi, nous devons dès à pressent envisager l’avenir ensemble. Notre révolution est populaire, elle est partie du plus profond du pays, du peuple tunisien et de sa jeunesse. La fuite de Ben Ali et la prise de fonction de Mohamed Ghannouchi puis de Foued Mebazaa en tant que président intérimaire sont loin d’être satisfaisantes et ne suffisent pas à nous rassurer sur les intentions véritables de ceux qui ont longtemps partagé le pouvoir de la clique du dictateur. Mourad BESBES

Related: