background preloader

Faut-il sauver les banques, et à quel prix ? - Frédéric Lordon

Faut-il sauver les banques, et à quel prix ? - Frédéric Lordon

http://www.youtube.com/watch?v=jlh8rHR5f7Y

Related:  la monnaie et le financement de l'économie vidéosFréderic Lordon

MONNAIE - Histoire, escroquerie actuelle et solution de remplacement - Marc Jutier sur LePost.fr (14:31) + sites, articles, vidéos, citations et livres Version 1. 01 - 108 000 signes et 108 liens 1 / Réflexion générale sur le capitalisme et son moyen de manipulation 2 / Histoire 3 / La création monétaire actuelle 4 / La réforme monétaire proposée par Fraternité Citoyenne (Le 100% Money)

La démondialisation et ses ennemis, par Frédéric Lordon Au commencement, les choses étaient simples : il y avait la raison — qui procédait par cercles (avec M. Alain Minc au milieu) —, et puis il y avait la maladie mentale. Les raisonnables avaient établi que la mondialisation était la réalisation du bonheur ; tous ceux qui n’avaient pas le bon goût d’y croire étaient à enfermer. « Raison » cependant confrontée à un léger problème de cohérence interne puisque, se voulant l’idéal de la discussion conduite selon les normes de la vérité et du meilleur argument, elle n’en aura pas moins interdit le débat pendant deux décennies et n’aura consenti à le laisser s’ouvrir qu’au spectacle de la plus grande crise du capitalisme. La temporalité de la macroéconomie voudra que les effets terribles de la méga-austérité européenne se fassent réellement sentir en France à partir du premier semestre 2012. Cauchemar à grand spectacle

Crise Zone Euro - Le peuple coupable, Parisot Elle est extraordinaire cette femme. Le traité de Lisbonne est un copier/coller du traité constitutionnel, mais en effet c’est de la faute des peuples la crise actuelle. Le peuple, majoritairement, ne connait rien en économie, mais il est responsable de : - 1973 Pompidou contraint l’état à emprunter sur les marchés - Les banques peuvent mélanger la partie Banque de dépôt et banque d’affaire - Le fait qu’il soit inscrit dans la constitution Européenne qu’il faut l’unanimité des 27 membres pour prendre une décision.

2011 vu par Frédéric Lordon: "Les ingrédients du désastre" Voué à se perdre dans la prolifération des événements de première grandeur, comme seules les crises historiques en réservent, l’exercice de la rétrospective économique a tout d’une gageure. Si vraiment il fallait donner une cohérence à l’année 2011, il est possible que, d’abord entendu en son sens étymologique, et puis peut-être en son sens ordinaire, ce soit le mot d’apocalypse qui, appliqué à la construction européenne, convienne le mieux. L’apocalypse, c’est la révélation, et ce que l’année 2011 aura révélé, visibles sans doute depuis longtemps mais à qui avait au moins le désir de voir, ce sont les irréparables tares de la monnaie européenne, désormais mises en pleine lumière, accablantes, incontestables aux yeux mêmes des plus bornés soutiens de "L’Europe", ce générique qui n’a jamais eu de sens sinon celui de rejeter dans l’enfer "nationaliste" des "anti-Européens" tous ceux qui avaient à redire, non pas à l’Europe, mais à cette Europe. "Tout ça ne pourra pas durer éternellement"

Documentaires sur la Banque de France et la monnaie. La Banque de France propose des outils pédagogiques tels que ces deux documentaires très utiles pour le chapitre de Première ES sur « La monnaie et le financement de l'économie ». Documentaire "La Banque de France" : Rôle et missions dans l'Eurosystème et au service de l 'économie française. Réalisé lors du bicentenaire de la Banque et à l' occasion de son intégration dans l' Eurosystème, le film d'une durée de 13 minutes, présente les grandes fonctions de la Banque de France au sein de la zone euro et en tant qu'acteur de la vie économique nationale : - la définition et la mise en œuvre de la politique monétaire unique dans la zone euro, - les moyens de paiements et les circuits bancaires,- les services rendus sur le plan national . Documentaire "La Monnaie et nous".

L’impasse européenne de Frédéric Lordon et Jacques Sapir @Agor&Acri Vous parlez de réalité comme si elle était fixe alors qu’il ne s’agit que d’une perception : en clair votre réalité, et vous en faites la seule digne de foi. A chaque fois j’ai fais des réponses avec des chiffres précis, si vous les contestez c’est votre droit, mais ne venez pas me parler de réalité alors que vous argumentez sur la forme de mes messages (longueur kilométrique),ou vous m’attaquez directement (vous parlez de catéchisme, de pensée unique, même vous dites « monomaniaque ») à aucun moment vous n’avez abordé le fond, par manque d’arguments ?

Un programme "politique" à part entière. - renovaction.civile.over-blog.com Si vous passez votre vie à essayer de la gagner, ceci vous concerne au premier chef. Si vous passez votre vie à essayer de la vivre, également. Il va y avoir de grandes phrases, peut-être compliquées, pour certains, sans doute trop simples pour d'autres. Peu importe, ceci est un appel à réfléchir. Enfin. Sur le toboggan de la crise européenne, par Frédéric Lordon On sait de connaissance expérimentale qu’on peut regarder Laurel entarter Hardy (ou l’inverse) un nombre incalculable de fois et en redemander sans jamais se lasser — mais les sommets européens ?... Par une regrettable erreur d’appréciation, quoique dans l’intention sans doute louable de combattre la morosité, l’Union européenne (à laquelle on pourrait ajouter le G20) semble avoir considéré que le comique de répétition était une arme possible contre la crise. On ne voit guère d’autre hypothèse à la hauteur de l’étonnante récurrence dans la pantalonnade, devenue la seule ligne ferme et claire de gouvernants européens par ailleurs en état de totale sidération. Si ce n’est pas l’esprit de Laurel et Hardy qui règne aujourd’hui sur l’Europe, c’est alors peut-être celui de saint Augustin : « Credo quia absurdum » (« Je crois parce que c’est absurde »). Des artificiers s’estimant quittesd’avoir remboursé la poudreune fois le bâtiment soufflé

Nouvelle ère pour les moyens de paiement Xerfi Canal présente l'étude "Cartes privatives et nouveaux moyens de paiement", réalisée par Nathalie Morteau, directrice d'études Xerfi - Precepta. Pour en savoir plus sur l'étude : cliquez ici Aujourd’hui c’est presque demain dans le monde innovant des moyens de paiement. Alors bien sûr, il faudra encore patienter. Mais un jour, le consommateur pourra par exemple régler ses achats sans sa carte bleue. Pour payer, il lui suffira tout simplement de présenter son smartphone devant une borne. C’est ce qu’on appelle ... Le plan de sauvetage européen est-il illégal ? Pour une fois, ce sera court. Il y a un an, confrontés à la première secousse – grecque – sur les dettes souveraines de la zone euro, les gouvernements européens, après des mois d’atermoiements dont le seul effet aura été de bien faire mûrir la crise et d’amener les taux grecs à des niveaux de perte de solvabilité, ont échafaudé dans l’urgence un plan de secours dont le principal dispositif consiste en une nouvelle institution, l’EFSF (European Financial Stability Facility), sorte de pool de bailleurs, constitué des gouvernements européens eux-mêmes, mobilisés pour prêter à un Etat grec devenu incapable de se financer sur les marchés à des conditions qui ne soient pas exorbitantes (et puis plus tard, comme on sait, à l’Irlande, au Portugal…). La légalité douteuse de l’EFSF… Comme souvent dans une construction juridique d’ensemble, il faut chercher l’article contrepoint, celui qui ouvre à des dérogations. … et les leçons à en tirer.

Nous avons besoin d’une critique sérieuse de l’activisme sur le Net Emeutes, révolution, activisme... Depuis plusieurs mois, chercheurs et commentateurs s'interrogent sur les liens entre médias sociaux et révolution. C'est le sujet du dossier de la semaine d'InternetActu. Après un regard sur les récentes émeutes britanniques, la critique de Malcolm Gladwell, écoutons la réponse de Cory Doctorow au Cassandre Evgeny Morozov. Le journaliste, auteur de SF et blogueur, Cory Doctorow (Wikipédia) a rédigé un long, mais passionnant article dans Le Guardian qui prend appui sur une lecture (très) critique du récent mais déjà fort commenté livre The Net Delusion: The Dark Side of Internet Freedom de Evgeny Morozov.

Lordon chez Taddei : vers le pluralisme économique ? Tiens, les sarkozystes commencent à se plaindre du temps d'antenne de la primaire socialiste. Il est vrai qu'on les voit, les socialistes. On ne voit qu'eux. De temps en temps, à l'arrière-plan, glisse une silhouette: c'est Sarkozy qui rencontre Merkel. Réjouissante inversion des premiers et des arrière-plans: inversion, car l'opposition a du temps à rattraper.

M comme mécanisme européen de stabilité Bonjour, nous sommes le mercredi 16 Avril 2014. L'actualité Européenne Films les plus vus Nos actualités et documentaires ont été vus 10120668 fois depuis Février 2010. Actuellement, il y a 7 personne(s) connectée(s) dont 0 membre(s) (chiffres basés sur l'activité des 5 dernières minutes).

Vidéo] Comment penser et représenter la crise, par Frédéric Lordon & André Orléan Un débat intéressant – un peu complexe par certains moments quand le propos dérive sur la philosophie (vous pouvez avancer un peu…). Mais quelques perles sur la crise… Le 21 juillet 2012 au Festival d’Avignon, une rencontre au théâtre des idées entre Frédéric Lordon et André Orléan au sujet des crises économiques dans le système capitaliste. Avec une pincé de théorie Gramsciste inavouée, les intervenants cherchent des formes de représentation de la crise passant par l’art pour toucher les consciences en révélant les mécanismes sous-jacents aux crises. Quelle crise vivons-nous ? Une crise de la spéculation et de l’économie des fonds de pensions ou bien également une crise de civilisation ?

Related:  markorelvidéos éco