background preloader

"Leur dette, notre démocratie" : Frédéric Lordon

"Leur dette, notre démocratie" : Frédéric Lordon

http://www.dailymotion.com/video/xnrsv2

Related:  Fréderic LordonDETTEFrédéric Lordon

La démondialisation et ses ennemis, par Frédéric Lordon Au commencement, les choses étaient simples : il y avait la raison — qui procédait par cercles (avec M. Alain Minc au milieu) —, et puis il y avait la maladie mentale. Les raisonnables avaient établi que la mondialisation était la réalisation du bonheur ; tous ceux qui n’avaient pas le bon goût d’y croire étaient à enfermer. « Raison » cependant confrontée à un léger problème de cohérence interne puisque, se voulant l’idéal de la discussion conduite selon les normes de la vérité et du meilleur argument, elle n’en aura pas moins interdit le débat pendant deux décennies et n’aura consenti à le laisser s’ouvrir qu’au spectacle de la plus grande crise du capitalisme.

L'arnaque monétaire internationale ou la face cachée de la mondialisation "Par essence, la création monétaire ex nihilo* que pratiquent les banques est semblable, je n'hésite pas à le dire pour que les gens comprennent bien ce qui est en jeu ici, à la fabrication de monnaie par des faux-monnayeurs, si justement réprimée par la loi." (Maurice Allais - 1999) A l'heure où l'on nous rabâche à longueur de temps le problème de la dette publique, qui sert à justifier les réformes liberticides et anti-socialistes que notre cher gouvernement fait passer avec plus ou moins de tact, il importe de se poser la question : Comment un État souverain peut-il devoir plus de 1 000 milliards d'euros à différents créanciers ? Lorsque tous les "experts" jurent que la relance de la croissance résoudra tous nos maux en diminuant le chômage et en augmentant notre pouvoir d'achat, il est bon de s'interroger sur les fondements de telles assertions. Signé : Crazy Horse (Agoravox)Ce texte incontournable se retrouve sur d'autres sites et sous d'autres signatures.

01/ FRÉDÉRIC LORDON, « VIVE LA LOI EL KHOMRI ! » Cette loi on s’en fout, dit LORDON, dans une très chaude ambiance, « mais il nous manquait réellement quelque chose pour faire précipiter à grande échelle tout ce qui est en suspension depuis si longtemps. » Nous ne revendiquons rien, « revendiquer c’est déjà s’être soumis, revendiquer c’est s’adresser à une puissance tutélaire aimable, un débonnaire bienfaiteur. Les enfants réclament, grandis, ils revendiquent. » « Qui a besoin de qui ? Entre les propriétaires du capital et les salariés, qui a le plus besoin de l’autre ? (...)

Pauvreté aux États-Unis Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La pauvreté aux États-Unis est un phénomène qui est loin d'avoir disparu. Comme toujours en matière macroéconomique, la mesure du phénomène repose sur des instruments statistiques. Les statistiques officielles établissent que dans les années 1990 un enfant sur quatre (et un enfant Afro-Américain sur deux) grandissait en dessous du « seuil de pauvreté » aux États-Unis, contre 6 % des enfants en France, Allemagne et Italie, et 3 % dans les pays scandinaves[1]. Mesure de la pauvreté aux États-Unis[modifier | modifier le code]

L’impasse européenne de Frédéric Lordon et Jacques Sapir @Agor&Acri Vous parlez de réalité comme si elle était fixe alors qu’il ne s’agit que d’une perception : en clair votre réalité, et vous en faites la seule digne de foi. A chaque fois j’ai fais des réponses avec des chiffres précis, si vous les contestez c’est votre droit, mais ne venez pas me parler de réalité alors que vous argumentez sur la forme de mes messages (longueur kilométrique),ou vous m’attaquez directement (vous parlez de catéchisme, de pensée unique, même vous dites « monomaniaque ») à aucun moment vous n’avez abordé le fond, par manque d’arguments ? Je réponds à vos point : 1- Vous faites un mix de mes commentaires comme si je les avait tous posté dans le même article en les mélangeant tout azimut et hors contexte, un peu facile non ?

Traité de Lisbonne, article 123 : le coup d'état de la finance Comme chacun sait, est actuellement en première ligne des pays attaqués par la finance sur son point faible : la dette souveraine. Cette situation est cependant valable pour la plupart des pays occidentaux endettés, y compris , la seule différence étant que les plus vulnérables subissent en premiers les coups de boutoir de ladite finance. Les suivants sur la liste commencent d’ailleurs également à être touchés (Portugal, Espagne) à travers les agences de notation. Cet article va évoquer une question fondamentale que personne ou presque ne se pose, à savoir pourquoi les états en sont arrivés à se financer sur le marché privé.

Ce que nous pouvons, par Frédéric Lordon (Les blogs du Diplo, 30 novembre 2015) S’il existait quelque chose comme une jauge de la faute et de la vertu des peuples, on pourrait dire que le corps social n’a jamais que « ce qu’il mérite ». Mais rien de tel n’existe sauf dans la vision moraliste du monde qui passe tout au tamis du jugement et de la rétribution. Nous avons cependant le recours de dire autre chose : de dire que le corps social fait, à chaque instant, la démonstration en actes de ce qu’il peut — de son degré de puissance. Près de 46 millions d'Américains vivent grâce à des bons alimentaires Près de 46 millions d'Américains, soit 15 % de la population, vivait en avril 2011 grâce à des bons alimentaires, a indiqué vendredi 5 août le ministère de l'agriculture des Etats-Unis. Ce chiffre record a augmenté de 2,5 % entre mai 2010 et avril 2011. Les Etats où les allocataires sont les plus nombreux sont le Texas (3,9 millions), la Californie (3,7 millions), la Floride (3 millions) et New York (3 millions).

Le plan de sauvetage européen est-il illégal ? Pour une fois, ce sera court. Il y a un an, confrontés à la première secousse – grecque – sur les dettes souveraines de la zone euro, les gouvernements européens, après des mois d’atermoiements dont le seul effet aura été de bien faire mûrir la crise et d’amener les taux grecs à des niveaux de perte de solvabilité, ont échafaudé dans l’urgence un plan de secours dont le principal dispositif consiste en une nouvelle institution, l’EFSF (European Financial Stability Facility), sorte de pool de bailleurs, constitué des gouvernements européens eux-mêmes, mobilisés pour prêter à un Etat grec devenu incapable de se financer sur les marchés à des conditions qui ne soient pas exorbitantes (et puis plus tard, comme on sait, à l’Irlande, au Portugal…). La légalité douteuse de l’EFSF…

L'appel de Mikis Theodorakis : "Les banques ramèneront le fascisme en Europe !" Alors que la Grèce est placée sous tutelle de la Troïka, que l’Etat réprime les manifestations pour rassurer les marchés et que l’Europe poursuit les renflouements financiers, le compositeur Mikis Theodorakis a appelé les grecs à combattre et mis en garde les peuples d’Europe qu’au rythme où vont les choses les banques ramèneront le fascisme sur le continent. Interviewé lors d’une émission politique très populaire en Grèce, Mikis Theodorakis, figure emblématique de la résistance à la junte des colonels, a averti que si la Grèce se soumet aux exigences de ses soi-disant "partenaires européens", c’en sera "fini de nous en tant que peuple et que nation". Il a accusé le gouvernement de n’être qu’une "fourmi" face à ses "partenaires", alors que le peuple le voit comme "brutal et offensif".

Charlie à tout prix Ce texte est tiré d’une intervention à la soirée « La dissidence, pas le silence ! », organisée par le journal Fakir à la Bourse du travail à Paris le 12 janvier 2015. Lorsque le pouvoir de transfiguration de la mort, ce rituel social qui commande l’éloge des disparus, se joint à la puissance d’une émotion commune à l’échelle de la société tout entière, il est à craindre que ce soit la clarté des idées qui passe un mauvais moment. Il faut sans doute en prendre son parti, car il y a un temps social pour chaque chose, et chaque chose a son heure sociale sous le ciel : un temps pour se recueillir, un temps pour tout dire à nouveau.

Les stratégies de sortie de crise Depuis la révolution industrielle jusqu'aux Trente glorieuses, le monde a connu une longue période de croissance entrecoupée de crises. La dernière crise financière pourrait donc n'être qu'une crise de plus, une phase dépressive d'un cycle long nécessairement suivie d'une reprise de l'expansion, une pause inévitable dans le long chemin qui nous mène vers le progrès. Elle pourrait tout aussi bien marquer la fin d'une ère, voire le déclin d'une civilisation. Tout dépendra des politiques qui seront mises en œuvre ces prochaines années. La théorie keynésienne

Vidéo] Comment penser et représenter la crise, par Frédéric Lordon & André Orléan Un débat intéressant – un peu complexe par certains moments quand le propos dérive sur la philosophie (vous pouvez avancer un peu…). Mais quelques perles sur la crise… Le 21 juillet 2012 au Festival d’Avignon, une rencontre au théâtre des idées entre Frédéric Lordon et André Orléan au sujet des crises économiques dans le système capitaliste. Avec une pincé de théorie Gramsciste inavouée, les intervenants cherchent des formes de représentation de la crise passant par l’art pour toucher les consciences en révélant les mécanismes sous-jacents aux crises.

Le sauvetage des banques : qui paye ? The European : Mais ce n’est pas le cas. Lanchester : C’est un peu comme si l’idole était tombée de son piédestal. Tous confus, nous restons les bras ballants, regardons autour de nous, puis nous époussetons rapidement la statue avant de la replacer sur son socle. L’adoration peut donc reprendre.

Et pour le jardinage, j'attends avec impatience le 10 février pour les semis de tomate (#jejardineaveclalune) by laetsgo Feb 2

Et pour le live de DCD, c'est là (ou dans mon PT / équipe music / dead can dance) by laetsgo Feb 2

Hello ! Ah ben dis donc, à cette période (fin des 70ies)' je devais être en train...d'apprendre sagement à l'école ! En plus, vu le milieu familial, mon éducation politique a été plus que biaisée. Je ne me suis vraiment politisée que vers 95 avec les grandes grèves de l'époque. Depuis, je me suis bp informée "par moi-meme" n'ayant pas de proches qui auraient pu m'aiguiller dans une direction ou l'autre. Et puis il y a eu Seattle. Et bourdieu et acrimed. Et rezo.net qui existait déjà à l'époque (portail des copains toussa). En fait, en y repensant, c'est marrant, je me suis fait une culture politique et geek (c un raccourci que cette appellation) en meme temps... by laetsgo Feb 2

" un live de DCD " Je n'arrive pas à trouver ... Merci d'avance pour le lien by tourist.information Feb 1

Sorry pour Gplus, viens justement ces derniers jours de refuser définitivement les appels du pied de Google ... Ceci dit, il y a bien un moment ou un autre ou ... ;-) by tourist.information Feb 1

C'est sur que cela va vraiment etre violent ...Dans tous les sens du terme ...Le retour juste à l'essentiel ne va pas se faire tout seul et certainement pas sans problême et ça, nous le savons ... Ca va vraiment swinguer ... Et je pense, peut etre que je me trompe, que la construction de reseaux paraleles dja bien entamés à cette société de con(sans)sommation va se renforcer de plus en plus ... Des exemples concrets fleurissent chaque jour ... Mais cela n'empechera pas le " bordel " ... by tourist.information Feb 1

" on est à la limite du jardinage " ... Ca jardine pas mal pour ma part ... Dans tous les sens du terme ...Et parfois, c'est tres long avant d'avoir les fruits . Certains d'entre nous, dont votre serviteur d'ailleurs, faisaient déja de la propagande fin des années 7O pour la fermeture des " Bourses " ( Même celle du " Travail " que je considere toujours comme de l'esclavage ( le Travail ) d'ailleurs, mais ceci est un autre sujet )..; Donc, pres de 3o ans quand même avant d'entendre enfin cette idée ( déja fortement développée et construite à l' époque ) reprise même par certains économistes et politic toc d'aujourd'hui ...Et pourtant, je ne suis vraiment pas devin et n'ai pas la moindre once de science infuse ... Juste peut etre un minimum de bon sens quelque part ... Et encore ... by tourist.information Feb 1

? hein ? on peut poster de longs messages ! (la preuve). Mais sinon, on peut causer sur G+ if you want by laetsgo Feb 1

toi qui suis Lordon, le "pas aussi catastrophique" devrait te titiller : on est à la limite du jardinage, si tu vois ce à quoi je fais allusion...la transition va être méchamment violente. Je suis pour la chute du systéme, mais il va falloir limiter les dégâts, donc "oragniser" la chute (et la transition). (et sinon, je suis en train de mater un live de DCD à tomber par terre, donc la crise l'univers et toussa...#autre PT) by laetsgo Feb 1

* C'est le seul reproche que je fais à Pearltrees ... Ne pas vraiment pouvoir développer des messages plus long * ... Donc, je disais ... Ah oui ... Clash de l' économie frenchie avant cette élection presidentiel ... Yea ! Ce serait vraiment le pied quelque part ... by tourist.information Feb 1

En plus question critique et construite hé hé hé ... Thank's ... Ne pas oublier que la presse anglo-saxonne ( en dehors des tabloids ) est vraiment différente de la presse frenchie beaucoup plus aux ordres et complaisante bien sur aux donneurs d'ordres ( de droite comme de la pseudo gauche frenchie d'ailleurs ) Pas aussi catastrophique ? Hummm ... Est ce vraiment catastrophique que cette économie se casse franchement la gueule ? Perso, je ne le pense pas ... Au contraire même, dans l'absolue ...( Au fait, le Portugal plonge now ... Vivement le tour de la France quelque part ) by tourist.information Feb 1

Là en fait (j'arrive pas à copier des liens PT vers d'autres PT) Sérieusement, ça vaut le coup d'oeil ! Si nous avions des journalistes de cette trempe...faut dire que notre situation n'est pas encore aussi catastrophique... by laetsgo Feb 1

Allez donc voir la video du journaliste irlandais qui rentre dans le lard d'un représentant de la BCE de manière pugnace for a change ! C'est une illustration concrète de la dette odieuse ! (ça doit etre ds le PT "la Grèce fin de l'euro" chez moi) by laetsgo Feb 1

C'est vrai que ça fait plaisir (ça fait du bien de recentrer les choses sur cette dette qu'on est sensé devoir). Merci beaucoup pour cette perle ! by alwen Feb 1

Dès les premiers mots, c'est clair, et le pire ( ou le meilleur ) c'est que nous sommes quand même quelques uns à penser la même chose depuis pas mal de temps ... Cela fait vraiment plaisir à entendre, qui plus est avec cette dialectique que nous adorons. by tourist.information Feb 1

Related:  Dettea ranger 2La finance & la DetteUne vraie démocratie2o12