background preloader

Dans la salle de classe du futur, les résultats ne progressent pas

Dans la salle de classe du futur, les résultats ne progressent pas
Les technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement (TICE) se concentrent souvent sur des questions d'équipements... Quitte à ne voir qu'elles. Que faire avec les technologies à l'école ? C'est le dossier de la semaine d'InternetActu. Dans le cadre d'une série sur le "pari éducatif high-tech" (dans laquelle notamment plusieurs experts américains tentent d'apporter leur vision sur ce à quoi ressemblera l'école dans 10 ans), Matt Richtel, pour le New York Times s'est rendu dans le district scolaire pilote de Kyrene en Arizona : un secteur où tous les élèves utilisent des tableaux blancs interactifs et des ordinateurs à l'école. Depuis 2005, le district a investi 33 millions de dollars pour moderniser ses écoles. Au profit de qui se fait la surenchère technologique à l'école ? Image : Le graphique de l'évolution des dépenses et des résultats du district de Kyrene dans l'Arizona réalisé par le New York Times. La technologie n'a pas d'effet en tant que tel

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2011/09/23/dans-la-salle-de-classe-du-futur-les-resultats-ne-progressent-pas/

Related:  TEPEnseignement et numérique (1)Le débat sur le numérique à l'écolemaximecl

L'Agence nationale des Usages des TICE - Recherche d'informations : comment former les élèves par Mônica Macedo-Rouet * Dès l'école primaire, la recherche d'informations constitue l'un des principaux usages des TICE. Les élèves utilisent de plus en plus le Web pour se procurer des documents, des images et toute sorte de ressources pour leurs travaux scolaires. Parce que les élèves sont parfois des "as" de l'informatique, certains enseignants pensent qu'ils savent bien chercher. En fait, les jeunes enfants font face à plusieurs difficultés dans la quête d'informations : déterminer quelle est l'information demandée, choisir les mots-clés, évaluer les résultats d'un moteur de recherche, etc.

Netmaths : Une jeune PME québécoise révolutionne l’apprentissage des maths Montréal, le 19 septembre 2013 – Le programme d’apprentissage des mathématiques en ligne, Netmaths, se fait remarquer pour la rentrée avec ses nouveaux exercices et sa nouvelle application pour iPad, une phase de développement charnière pour l’entreprise Scolab créée par quatre jeunes dans la vingtaine, qui a réussi l’exploit de doubler son chiffre d’affaires en 2013. « Faire des exercices de mathématiques n’aura jamais été aussi apprécié par les élèves! Netmaths présente cette année à ses quelque 150 000 abonnés au Québec et en Ontario une centaine de nouveaux défis, activités et de missions, et une application complètement adaptée pour les iPad », souligne Carl Malartre, président de Scolab, l’entreprise québécoise qui a développé Netmaths. « L’industrie des ressources pédagogiques est en pleine mutation. Nous ne sommes plus à l’ère des labos informatiques, ni des livres désuets qui ne se renouvellent pas d’année en année.

J’ai visité la salle de classe du futur Et si, à l’ère du numérique, le débat sur l’éducation devait s’intéresser autant à l’espace (la nécessaire reconfiguration des salles de cours et des établissements) qu’au temps (la question, récurrente, des rythmes scolaires) ? Visiter, dans les bureaux d’European Schoolnet situés au centre de Bruxelles, le « Laboratoire de la Classe du Futur » est une expérience passionnante, presque grisante. Non parce qu’il s’agirait d’un voyage, extatique, dans l’avenir (nulle science-fiction ici, nulle machine d’anticipation), mais bien parce qu’il s’agit d’un voyage, instructif, dans les apprentissages (les outils et objets présentés existent déjà, il s’agit d’inventer les modes de travail qui vont avec). Ce laboratoire européen de l’éducation du XXIèle siècle montre concrètement et clairement combien la révolution en cours, simultanément technologique et pédagogique, soulève des questions architecturales.

"Maîtresse,quand est-ce qu'on tweete ?" La première "twittclasse" française a vu le jour en 2009 dans un lycée de La Rochelle. Depuis, nombre d'écoles utilisent le réseau de microblogging, notamment pour l'enseignement de l'écriture et de la lecture. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Cécile Bontron Michel Serres, Sir Ken Robinson et Edgar Morin - Geoffroi Garon C'est à travers la découverte du discours de Michel Serres sur les nouveaux défis de l'éducation intitulé Petite Poucette présenté et repris de belle façon par Martin Lessard que j'ai été m'instruire de sa pensée. Je trouve que la perspective lancée par Michel Serres représente bien l'homme de l'histoire des sciences, un visionnaire lucide de nos époques. Quelques extraits d'intérêts : "Il ou elle n’a plus le même corps, la même espérance de vie, n’habite plus le même espace, ne communique plus de la même façon, ne perçoit plus le même monde extérieur, ne vit plus Séance solennelle « Les nouveaux défis de l’éducation » Mardi 1er mars 2011 dans la même nature ; né sous péridurale et de naissance programmée, ne redoute plus la même mort, sous soins palliatifs. N’ayant plus la même tête que celle de ses parents, il ou elle connaît autrement.""Objectivé, certes, mais, de plus, distribué.

Trois questions à... Serge Soudoplatoff Trois questions à... Magdalena Le Frêche Échanges scolaires, voyages, stages de perfectionnement… Autant de façons de voir le monde, découvrir de nouvelles cultures et perfectionner ses bases linguistiques. Quels en sont les bénéfices ? Existe-t-il des écueils à éviter ? Enfants et technologie : ces lieux qui encouragent la création plutôt que la consommation Alors que le débat sur les bienfaits de l'utilisation des écrans en classe semble encore diviser les esprits, nous voyons en parallèle, partout dans le monde, la naissance de lieux et de programmes intra et extra-scolaires qui posent autrement la question de l'apprentissage des enfants au contact de la technologie. En voici quelques-uns. Au lieu de se concentrer sur l'enseignement des matières de base, à l'aide d'outils numériques, il s'agirait plutôt d'explorer tout le potentiel qu'offre la technologie pour créer et résoudre des problèmes, et plus largement de s'émanciper grâce à l'innovation sans créer de dépendance.

Enseigner et apprendre le numérique : OUI ! L'INRIA (Institut national de recherche en informatique et en automatique) et l'institut de sondage TNS - Sofres ont publié en mars 2014 leur deuxième baromètre sur Les Français et le Numérique. Un dossier de presse qui en reprend les principaux résultats est proposé en libre téléchargement. Les chiffres présentés dans ce dossier sont on ne peut plus encourageants et confirment une réalité constatée quasiment partout, sauf dans la bouche des responsables : la France est peuplée d'homo numericus, de gens qui sont entrés de plain-pied dans l'ère digitale. La proportion d'utilisateurs assidus des outils numériques est en effet passée de 17 à 34 % en deux ans. Mécaniquement, la proportion de personnes qui n'utilisent pas ou utilisent très peu les outils numériques est, elle, passée de 50 à 37 %.

Related:  ProjetEduquer pour le futurL'enseignementvegesignes