background preloader

- L'Express L'Expansion

- L'Express L'Expansion
Et voilà l'"assistanat" de retour dans le débat public. Comme aucun autre, le sujet divise les Français, entre ceux qui bossent et ceux qui vivent des allocations. La dénonciation de notre Etat providence, de sa trop grande générosité mais aussi de ses ratés, de son coût et de ses profiteurs tient du sport national. Il faut dire que le contexte politique s'y prête. Avec les municipales en mars 2014, les diatribes contre ces aides qui décourageraient le travail sont des arguments de poids. Laurent Wauquiez (UMP), entre autres, parle d'un "poison mortel". A cela s'ajoute le contexte social. 1. Ce vendredi de novembre, Alain, chef d'une antenne de Pôle emploi en Normandie, fait ses comptes : 50 offres, 3 000 inscrits. D'ailleurs, cela peut paraître étonnant, mais les demandeurs d'emploi sont de plus en plus nombreux à... travailler. Malgré ce contexte défavorable, les statistiques de l'Unédic montrent aussi que les chômeurs utilisent en moyenne 61 % de leurs droits seulement. 2. Absurde ?

La France est-elle un pays d'assistés ? Sujet du moment La France est-elle un pays d'assistés ? Que révèle la proposition de la Droite sociale d'astreindre les bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA) à des travaux d'intérêt général ? Un ajustement européen ou une stigmatisation démagogique des plus démunis ? Pour Dominique Méda et Bernard Gomel, il faut réhabiliter la solidarité et instaurer un revenu minimum d'existence sans condition Et pourquoi pas un revenu citoyen, propose Dominique de Villepin, pour remédier à la précarisation du travail. Il n'y a pas que des droits, répond un collectif comprenant Laurent Wauquiez, il y a aussi des devoirs.

Les minima sociaux jugés inefficaces Un rapport de la Cour des comptes montre que leur coût budgétaire a grimpé de 43 % entre 2008 et 2014. Malgré cela, leurs bénéficiaires ne sortent pas de la pauvreté. Un système coûteux et inefficace: voici, en résumé, le jugement que la Cour des Comptes porte sur les minima sociaux français. Dans un document transmis à Matignon et publié ce jeudi, les magistrats de la rue Cambon soulignent tout d'abord que le RSA, l'Allocation Adulte Handicapé (AAH) ou encore l'aide pour les chômeurs en fin de droits (Allocation de Solidarité Spécifique, ASS), pour ne citer que les plus connus des neuf dispositifs, «ne permettent pas aux allocataires de sortir de la situation de pauvreté». Cet échec a une cause principale: les bénéficiaires de ces aides retrouvent très rarement un emploi. La Cour note ainsi qu'à peine 2% à 4% des allocataires sortent des dispositifs au profit d'une insertion durable sur le marché du travail. Enfin, le système est si complexe qu'il est peu lisible pour les allocataires.

La concentration des richesses inquiète - Video Europe 1 Could not load plugins: File not found S'abonner aux podcasts S'abonner aux podcasts Vous pouvez vous abonner au téléchargement périodique d'un fichier audio. Si vous choisissez iTunes, cliquez simplement sur l'un des liens suivant : le logiciel prend en charge toutes les opérations d'abonnement. : L'EFFICACITE ECONOMIQUE ET SOCIALE DE LA REDISTRIBUTION - Documents Gratuits - Ellyah 1) Quels sont les apports de la redistribution en matière sociale ? a)amélioration des niveaux de vie, d’éducation et de santé Elle a permis de financer le développement des systèmes de santé et d’éducation. (limitation de la criminalité, allongement de la durée de vie et de la retraite) b) réduction des inégalités de revenus Depuis 70, l’indice de Gini sur le revenu disponible est passé de 0.35 à 0.27, le rapport entre les revenus perçus par les 10 % les plus aisés et les 10 % les plus modestes a diminué de moitié, passant à peu près de 6 à 3. 2) apports au niveau économique ? a) soutien de l’activité à court terme elle permet de soutenir la demande. b) influence sur la croissance à long terme les effets de l’éducation et de la santé se font ressentir sur la croissance à long terme. 1) critiques sur le système des prélèvements obligatoires PO a) impôt sur le revenu faiblement redistributif 7 % prélevés seulement sur le total des PO. b) désincitation à l’activité b) volonté de l’UE

L’efficacité économique et sociale de la redistribution Quels sont les aspects positifs de la redistribution des revenus ? La redistribution des revenus, instaurée en France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, comporte de nombreux aspects positifs, tant sur le plan social qu'économique. Sur le plan social : sur une longue période, on constate une réduction des inégalités de revenus, de niveau de vie et de la pauvreté. On constate un niveau élevé du taux de fécondité, une progression de l'espérance de vie et un accroissement de la population. Des progrès importants en matière d'éducation ont été enregistrés. Sur le plan économique : deux approches théoriques considèrent la redistribution des revenus comme un outil de soutien à la croissance économique. L'approche keynésienne considère que la politique de redistribution est un outil de soutien à la croissance, surtout en période de ralentissement économique car elle permet d'accroître la consommation des ménages. Quelles sont les limites de la redistribution des revenus ?

La retraite est-elle trop ou pas assez redistributive ? Mais cette redistribution est-elle bien orientée ? Alors qu’une nouvelle réforme des retraites, à l’ordre du jour de la conférence sociale des 9 et 10 juillet, se profile moins de deux ans après la précédente, l’Insee livre ce mercredi 20 juin des éléments d’analyse intéressants sur le fonctionnement actuel du système. Globalement, nos régimes par répartition fonctionnent, on le sait, de manière dite « contributive », c’est-à-dire que plus on cotise plus on a des chances d’avoir une bonne pension de retraites. Mais, notre système joue aussi « un rôle redistributif important », qu’explique l’Insee dans un travail très détaillé réalisé par Patrick Aubert et Marion Bachelet. La redistribution bénéficie davantage aux femmes En particulier, elle joue surtout pour les femmes, puisque l’écart, qui est de 6,73 pour les salaires, descend à 4,32 pour les pensions. Corriger les effets de la naissance d’enfants Mais certaines règles sont contre-productives La tentation CFDT de la réforme systémique

Impôts : ces ménages à qui la redistribution profite Europe 1<author id="969926" type="name">Alexis Toulon</author> Impôts et cotisations ne sont pas uniquement destinés à remplir les caisses de l’Etat. En pleine réflexion sur une possible réforme de la fiscalité des ménages, une étude du Trésor, dont le quotidien les Echos reprend les chiffres, conclut que "la redistribution opérée par le système socio-fiscal est importante". Dans le détail, elle permet de réduire de 40 % les écarts de niveau de vie entre les 10 % des ménages les plus modestes et les 10 % les plus aisés. Le système "Robin des bois" fonctionne. >> A lire aussi : Les 30% des plus pauvres possèdent moins que les 5 familles les plus riches Une aide pour sortir de la pauvreté. >> A lire aussi : Smic : le gouvernement se contente du minimum Un système non-incitatif. INFO - Smic : vers une hausse légale, sans coup de pouce ZOOM - Un léger toilettage du calcul du Smic ZOOM - Salaire minimum : la gauche arrache un "oui" à Merkel

Le système socio-fiscal français est-il vraiment redistributif ? par Henri Sterdyniak [1] La France a mis en place le RSA, la PPE, la CMU, le minimum vieillesse, les allocations logement, les exonérations de cotisations sociales pour les bas salaires. En sens inverse, elle a conservé un impôt sur les grandes fortunes ; les cotisations sociales maladie et famille portent sur la totalité du salaire ; les revenus du capital supportent les prélèvements sociaux et sont soumis à l’IR. Les plus riches se plaignent d’une fiscalité confiscatoire ; quelques-uns choisissent l’exil fiscal. Pourtant, certains prétendent parfois que le système socio-fiscal français est peu redistributif. Dans la période récente, ce point de vue a été conforté par l’étude de Landais, Saez et Piketty : le système fiscal français serait peu progressif et même régressif au sommet de la hiérarchie des revenus[2] : les 0,1 % des ménages les plus riches supporteraient un très bas taux d’imposition. Surtout, elle comporte deux erreurs qui en faussent lourdement les conclusions.

Redistribution et inégalités en France Noam Leandri est président de l'Observatoire des inégalités. Il répond ici aux questions de la Finance pour tous. Le système de redistribution français permet-il de réduire significativement les inégalités ? Pour rappel, le système de redistribution tel qu'il est organisé en France consiste à redistribuer chaque année la moitié de la richesse nationale créée pour ensuite la reverser sous forme de prestations monétaires ou de services publics (écoles, santé, construction et entretien des routes, etc.). Selon N. Leandri, ce système permet de réduire significativement les inégalités rappelant que "la France est un pays où les inégalités sont parmi les plus faibles des pays riches". La France serait donc un exemple à suivre en matière de réduction des inégalités ? La crise a-t-elle contribué à renforcer les inégalités ? En partie responsable de ce rebond des inégalités en France ces dernières années, la crise financière.

Activité 2- Le système redistributif français lutte-t-il efficacement contre les inégalités ? Détails Catégorie parente: Etat et pouvoirs publics Catégorie : Comment l'Etat Providence contribue-t-il à la cohésion sociale ? Mis à jour le lundi 21 mai 2012 16:07 Publié le mercredi 2 mai 2012 13:56 Objectifs :- comprendre le fonctionnement du système socio-fiscal français.- discuter de l’efficacité du système dans la lutte contre les inégalités. Document 1 – Composition du revenu disponible en 2008 selon le niveau de vie (en %) 1. Champ : France métropolitaine, ensemble des ménages dont le revenu déclaré au fisc est positif ou nul et dont la personne de référence n’est pas étudiante. Lecture : en 2008, pour les ménages dont le niveau de vie est inférieur au 1er décile, la part des salaires imposables dans le revenu disponible est de 38,8 %. Note de lecture : Le poids des différents types de revenus dans le revenu disponible peut être supérieur à 100 % puis que les impôts viennent en déduction du revenu disponible. 1. La République des idées-le Seuil, 2011. 1. « Boîte noire ? 1. Document 4

Related: