background preloader

Évaluer par ceintures

Évaluer par ceintures
Évaluer par les ceintures est un ancien système d’évaluation français sans notes issu des pédagogies coopératives des années 1970. Ce système permet de faire progresser tous les élèves à leur rythme, en offrant aux élèves fragiles le temps de s’entraîner et de réussir et aux élèves en réussite la possibilité de se confronter à des défis qui vont leur permettre de progresser également. Ce type d’évaluation permet de travailler autant les connaissances que les compétences. Il utilise aussi les effets étudiés du "student self-reported grades", principe (dont l’efficacité est avérée par la recherche) selon lequel les élèves réussissent une évaluation quand ils se sentent prêts à la passer. De même, ce système crée une progressivité dans l’acquisition des compétences des élèves tout en étant très explicite sur ce qui est attendu dans les évaluation.

http://www.histoire.ac-versailles.fr/spip.php?article1559

Related:  Évaluerévaluation par compétencesEvaluer`test 1019

Éloge de l'erreur : apprendre, c'est comprendre pourquoi on se trompe ! Apprenez à échouer ou vous échouerez à apprendre. – Tal Ben Shahar (psychologue) Les erreurs sont un sujet de discussion qui soulèvent les passions. Dans la conception traditionnelle, et bien répandue à l’école, l’erreur est souvent quelque chose de négatif. Elle se pense en termes de manque (ignorance, non acquisition ou non maîtrise, absence de travail ou d’efforts). La responsabilité de l’erreur est donc souvent renvoyée du côté de l’enfant (qui n’a pas écouté, qui n’a pas assez travaillé, qui n’a pas bien lu l’énoncé, qui a mal compris, qui ne s’est pas forcé), exceptionnellement du côté de l’adulte (parent ou enseignant qui a mal expliqué). Dans la conception traditionnelle, il suffit donc de combler ce manque et de :

09022017Article636222209871476660 Un autre modèle pour l'EPS ? Wilhelm Röösli est professeur d’EPS au Collège Alain Fournier de Clamart (92) et membre du groupe Epic de l’AE-EPS. Il nous présente les nombreuses propositions du groupe, en y mettant aussi sa touche personnelle : une vision complète de l’enseignement de l’EPS au service des apprentissages des élèves ! Vous êtes membre du groupe Epic de l’AE-EPS. Quelles sont vos préoccupations actuelles ? La rentrée scolaire de Septembre 2016 a été rythmée par la mise en œuvre de nouveaux programmes de collège ''soclés'', en EPS et dans les autres disciplines d'enseignement.

Renouveler sa façon de corriger : la rétroaction multitype Réinventer la traditionnelle méthode de correction pour la rendre plus pertinente et plus efficace sur le plan des apprentissages : voilà la mission que s’est donnée Catherine Bélec, une professeure de français du Cégep Gérald-Godin. Shutterstock / Pixsooz En 2014, Catherine Bélec a entrepris une recherche qui visait à explorer de nouvelles façons de corriger les textes de ses étudiants, en fournissant à ces derniers des rétroactions utiles au développement de leur compétence rédactionnelle. Dans cet article de la revue Pédagogie collégiale, la professeure présente le modèle qu’elle a conçu ainsi que les conclusions qu’elle a tirées de son expérimentation en contexte d’enseignement collégial.

Postmodernité Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La postmodernité est un concept philosophique et intellectuel de la fin du XXe siècle qui tente, après l'effondrement des idéologies, de s'inscrire dans le prolongement du structuralisme et du déconstructivisme, tout en critiquant l'héritage du freudisme et du marxisme. Les post-modernes se situent dans la perspective de surmonter le désenchantement du monde, après la désagrégation des repères culturels ou religieux, le relativisme des sciences, la crise de l'idée de progrès, l'humanité confrontée aux faillites écologiques, économiques et sociales, et l'échec patent des utopies révolutionnaires. Caractéristiques de la société postmoderne[modifier | modifier le code] Un nouveau rapport au temps[modifier | modifier le code] La sociologie postmoderne donne une place centrale à l'imaginaire de l'ici et maintenant (Michel Maffesoli).

Les élèves ont-ils besoin d'être notés ? Imaginez trois images : sur la première, une tortue, sur la deuxième, une tulipe, sur la troisième, un ballon. Quelles sont les deux images qui ont en commun le même son ? Et bien voilà le genre de question qui sera bientôt posée aux 750 000 élèves de cours préparatoire. Et ce dans le cadre d’évaluations nationales, en français et en mathématiques. C’est ce qu’a annoncé le ministre de l’Education la semaine dernière. Évaluer par compétences 1. Une évaluation globale de l'élève sur les huit composantes du socle commun En histoire-géographie il est recommandé de n'utiliser que les compétences des domaines 1, 2, 3 et 5.Éduscol. Évaluer la maîtrise du socle commun aux cycles 2, 3 et 4 Domaine 1.1 - Comprendre, s’exprimer en utilisant la langue française à l’oral et à l’écrit Domaine 1.2 - Comprendre, s’exprimer en utilisant une langue étrangère et, le cas échéant, une langue régionale Domaine 1.3 - Comprendre, s’exprimer en utilisant les langages mathématiques, scientifiques et informatiques Domaine 1.4 - Comprendre, s’exprimer en utilisant les langages des arts et du corps Domaine 2 - Les méthodes et outils pour apprendreDomaine 3 - La formation de la personne et du citoyen Domaine 4 - Les systèmes naturels et les systèmes techniquesDomaine 5 - Les représentations du monde et l’activité humaine

L’évaluation : ressources produites par le groupe thématique de l’académie de Versailles - Réforme du collège Diaporama Le diaporama ci-dessous vise à présenter l’évolution de l’évaluation dans le cadre de la réforme. Déjà présent dans la loi d’orientation, le principe de l’évaluation positive est réaffirmé dans le décret du 31.12.2015 relatif à « l’évaluation des acquis scolaires des élèves et au livret scolaire ». Suite à la publication des arrêtés du 31.12.2015, les nouvelles modalités d’attribution du DNB ainsi que le contenu du livret scolaire sont également exposés dans le diaporama. Ce document est réactualisé au fur et à mesure des publications des textes officiels. Financement participatif : les trois freins à lever pour que le « crowdfunding » décolle Le « crowdfunding » a acquis une légitimité certaine, en France. La preuve, c'est au ministère de l'Economie et des Finances que se sont tenues, le 30 septembre, les premières assises du financement participatif. Lequel consiste à mettre en relation quasi-directe - via des plates-formes Internet - des porteurs de projets en quête de financement avec des particuliers disposés à effectuer des dons, à prêter de l'argent ou bien à investir des capitaux.

Ce que le numérique change à ma façon d’évaluer les élèves Professeur d’histoire et géographie, Jean-Pierre Costille raconte, à la première personne, comment les outils numériques modifient sa pratique d’enseignant. Jean-Pierre Costille est professeur d’histoire et géographie au lycée Jules-Haag, à Besançon. Il utilise depuis plusieurs années les outils numériques en classe, comme expliqué dans cet article. Il raconte ici, concrètement, comment ils lui permettent de mesurer régulièrement les progrès ou difficultés de ses élèves. Alors qu’une nouvelle année scolaire commence et que mes élèves de seconde sont en train de réviser – du moins, je l’espère ! –, le chapitre de géographie « Du développement au développement durable », je me suis demandé ce que le numérique avait changé depuis cinq ans à ma façon d’évaluer.

Un sphérier pour évaluer les compétences ? Comment évaluer les compétences de ses élèves ? Rémi Massé, enseignant d’éducation musicale dans l’académie de Bordeaux, a inventé un outil original d’évaluation. Son « sphérier », outil dont l’aspect visuel est important, prend la forme de sphères de compétences validées cours après cours par les élèves. En quoi l’aspect formel de cet outil innovant influe t-il sur les pratiques et les enjeux de l’évaluation ? Le sphérier est un outil d’évaluation complété à chaque cours d’éducation musicale par les élèves. Comment et pourquoi donner des rétroactions aux élèves? — RIRE Dans la vague des travaux de Coe, une stratégie d’enseignement apparait en tête de liste : donner des rétroactions aux élèves. Comme cette stratégie peut sembler quelque peu abstraite, il importe de la rendre plus concrète pour les acteurs du milieu de l’éducation. Cet article offre un contenu traduit et adapté librement du guide « How to give feedback to students », conçu par la Australian Society for Evidence Based Teaching. Qu’est-ce que la rétroaction? En enseignement, donner une rétroaction à un élève, c’est lui donner une information après avoir observé comment il réalise une tâche donnée – information qui l’aide à s’améliorer dans l’accomplissement de cette tâche. En plus d’informer l’élève sur sa progression ou de l’amener à trouver lui-même où il en est dans ses apprentissages, la rétroaction permet de confirmer à l’élève ce qu’il peut faire et l’accompagner dans cette démarche.

Related: