background preloader

Ah qui dira les torts de la note ! Des réponses à dix objections

Ah qui dira les torts de la note ! Des réponses à dix objections
Cette exclamation, qui rappellera un vers célèbre aux littéraires, ne doit pas laisser penser que, sur la question mise en lumière par les déclarations récentes du ministre Benoit Hamon, je considère la note comme « ce pelé, ce galeux, dont vient tout le mal » et je crains même que le débat se concentre sur pour ou contre la note, auquel cas ce serait un pseudo-débat sans grand intérêt. Voir aussi les réflexions de Laurent Fillion sur son blog, qui vont dans le même sens J’ai simplement envie ici, alors que je publie avec Florence Castincaud l’ouvrage L’évaluation plus juste et plus efficace : comment faire ? par CANOPE en partenariat avec le CRAP-Cahiers pédagogiques qui propose réflexions et outils, de recenser dix assertions qu’on peut lire ici ou là parfois dignes de figurer dans des bêtisiers, mais aussi dénotant une incompréhension de ce que souhaitent les « pédagogues » concernant l’évaluation. Au lieu de traiter la maladie (l’échec scolaire), on va casser le thermomètre

http://blog.educpros.fr/Jean-Michel-Zakhartchouk/2014/06/27/ah-qui-dira-les-torts-de-la-note-des-reponses-a-dix-objections/

Related:  Note

Pourquoi les notes posent vraiment problèmes. Avec le lancement de la conférence nationale sur l’évaluation des élèves, le débat sur l’évaluation a été relancé. Et souvent plutôt mal. Oui la notation pose problèmes ! Mais pas forcément ceux qu’on met le plus en avant. A en croire les journalistes, notre ministre et même quelques spécialistes, le principal problème posé par la note serait qu’elle suscite le découragement chez les élèves, voire qu’elle serait forcément malveillante. illustration de Marc Chalvin tirée de Laura Jaffré "Tout ce que vous pensez des profs et ce qu’ils pensent de vous" ed. A quand remontent les notes sur 20 à l'école? Temps de lecture: 5 min L’évaluation par compétence, sans note, a le vent en poupe. Si elle est généralisée aux collèges, les enseignants arrêteront de noter sur 20. Fini les virgules et les moyennes.

Education : les notes sur 20 ou l'illusion de la justice Une nouvelle fois, notre système de notation est sur la sellette. Vincent Peillon dès son arrivée au ministère avait promis d'en finir avec les notes "sanction", qui découragent les élèves. Benoît Hamon vient de reprendre le flambeau, aussitôt assailli de 1.000 critiques. Notes: les facteurs susceptibles d'influencer le professeur Les recherches sur la fiabilité de la notation, qui datent des années 1930, ont mis en évidence les facteurs susceptibles d'influencer le correcteur, selon le sociologue Pierre Merle. Voici une liste: - L'ordre de correction des copies. Les copies placées dans le premier tiers d?un paquet sont notées de façon plus indulgente que les suivantes. La notation est également liée au niveau de la copie précédente : si le correcteur vient de corriger une excellente copie, il notera plus sévèrement la suivante.

L'évaluation : Une menace ? "On pourrait s'étonner de la partialité des recherches présentées ici, qui montrent toutes les effets délétères des notes, sans présenter en contrepartie les recherches qui montrent des effets positifs. En ré alité,, si on reste dans le domaine des apprentissages et de la motivation, on ne trouve pas de recherches qui montrent des effets positifs". Ce passage extrêmement dur donne une bonne idée de l'ouvrage dirigé par Fabrizio Butera (Université de Lausanne), Céline Buchs (Genève) et Céline Darnon (Clermont-Ferrand). Durant 186 pages on assiste à un démontage terrible et ravageur de l'évaluation sommative. Si vous préférez, des notes. Jamais sans doute aura-t-on dit autant de mal des notes.

Comment mieux évaluer le travail des élèves Des chercheurs testent actuellement, dans 70 collèges et lycées, une alternative au traditionnel système de notation : l’évaluation par compétences. Si les premiers résultats sont prometteurs, l’expérience est bien loin d’être finie. Décryptage. La nouvelle a fait les gros titres de la presse française il y a quelques semaines : une étude scientifique préconiserait l’abandon des notes à l’école. Dans un pays attaché de longue date à la notation de 0 à 20, l’annonce a aussitôt fait l’objet de débats aussi intenses que… prématurés. En effet, les résultats dont les commentateurs se sont emparés ne sont que les tout premiers d’une expérience en cours, menée depuis la rentrée 2014 dans 70 collèges et lycées de l’académie d’Orléans-Tours.

Les notes, c'est pire que le naturel... - Le blog de l'amie scolaire : Questions de profs. Ce blog n'est pas un forum de débat entre partisans et adversaires de la pédagogie. Il veut être un lieu de réflexion et d'échanges pédagogiques destiné aux profess Pires en effet, car elles reviennent au galop, non seulement quand on les chasse, mais même quand on évoque la possibilité de le faire ! Faut le faire, non ? Hier au soir, au cours de l'émission de Frédéric Taddéï : "Ce soir ou jamais", on a eu droit à une louchée supplémentaire du débat les concernant. Et cette louchée, fut, comme d'habitude depuis 1969, date où fut posée, pour la première fois à la télévision, la question de leur suppression, une épreuve rude. Parmi les invités, fort disparates, qui occupaient le plateau, et à l'exception de Nathalie Mons, sociologue, qui a copiloté la concertation pour le refondation de l'école, et qui savait de quoi elle parlait, pas un des propos tranchants qui se sont heurtés bruyamment durant une demi-heure, n'a seulement effleuré la réalité du problème.

Puisqu’on vous dit que la note, ce n’est pas le problème ! L’apparition du socle commun de connaissances et de compétences a introduit, avec le livret personnel de compétences, une « nouvelle » façon d’évaluer au collège, qui, si elle a pu jeter le trouble, a alimenté le débat sur l’évaluation des élèves. La refondation de l’école s’est donnée pour objectif de renouveler le socle commun et d’aller vers une évaluation positive des élèves. Le Conseil Supérieur des programmes travaille à cette rénovation, où la question de l’évaluation est capitale. Noyer le poisson

Bien-être : Pierre Merle : Les notes peu fiables, décourageantes et anxiogènes ne sont pas une fatalité scolaire L’école française reste trop et trop tôt sélective. Dans une course aux meilleures positions, la méritocratie scolaire se traduit par la distinction d‘une minorité (socialement définie) et par une relégation rapide et particulièrement coûteuse de nombreux jeunes. Pour Pierre Merle, professeur à l'INSPE de Bretagne, le chiffrage est permanent à l’école (rangs, récompenses, classements, mesures, performances) dans une sorte de mise en rang compétitive, de mise en concurrence délétère, de mise au pas qui est contre-productive pour l'intérêt général autant que pour l’épanouissement des élèves comme des professeurs. Les collèges et lycées pratiquent largement l'évaluation sous forme de notes chiffrées. Que sait-on de la fiabilité de la notation ?

Related: