background preloader

C'est notre planète : Virginie Garin, Podcast, Ecouter l'émission

C'est notre planète : Virginie Garin, Podcast, Ecouter l'émission
Related:  Evaluations habituelles défaillantes

Global Rec Ouverture de la déchèterie de Nozay | Siredom Le SIREDOM poursuit la modernisation de son réseau déchèteries et inaugure le 20 mars 2012 son 14ème équipement à Nozay. Il offre des évolutions en matière d'accueil, de sécurité, de services aux usagers mais aussi de qualité environnementale. Une nouvelle déchèterie plus moderne et sécurisée Un équipement fonctionnel La nouvelle plateforme de 3 500 m2 est un outil qui dans sa conception donne la priorité à l'accueil des usagers et la fluidité du trafic, organisée de telle sorte que l’usager trie et dépose ses déchets en fonction de leur nature. 8 quais ont été créés pour recevoir les bennes qui accueillent gravats, tout venant, déchets végétaux, cartons, ferrailles, bois. La circulation sécurisée Les remblais de la plateforme sont composés de mâchefers issus de l'incinération des déchets du SIREDOM à Vert-le-Grand. … mais aussi … Informations pratiques Déchèterie de Nozay RD 59 Chemin des Boeufs 91620 Nozay Tél. : 01 69 63 81 10

OGM : qu'a fait l'État ? LE MONDE | • Mis à jour le | Par Hervé Kempf - kempf@lemonde.fr Shakespeare l'écrivait : "Les mauvaises nouvelles sont fatales à celui qui les apporte" (Antoine et Cléopâtre). Ainsi les critiques pleuvent-elles sur l'étude publiée par Gilles-Eric Séralini dans Food and Chemical Toxicology. Lire : "Le protocole d'étude de M. Séralini présente des lacunes rédhibitoires" Lire : Qu'est-ce que le maïs NK603, soupçonné de toxicité ? En vidéo : Étude choc sur les OGM : coup de pub ou scandale sanitaire ? Si la méthode et les moyens s'en révèlent à l'examen faibles, erronés, ou biaisés, ses conclusions - le potentiel cancérigène d'une alimentation transgénique - en seront démenties. Une question essentielle est de savoir pourquoi un chercheur de qualité, employé dans une structure publique, a été obligé de chercher des fonds auprès de fondations privées pour pouvoir mener en catimini une étude d'un intérêt général.

« Les travailleurs des déchets font l'objet d'un mépris social » - Recyclage Photo : source Basta ! : Comment expliquez-vous que le regard porté sur les métiers liés au recyclage des déchets soit aussi négatif ? Stéphane Le Lay [1] : La saleté manipulée par ces salariés rejaillit sur la perception que l’on a de ces emplois et de ceux qui les occupent. L’indifférence, voire le mépris, dans le regard des autres peut être source de souffrance. Quand la honte, la peur, le dégoût ou l’humiliation deviennent trop prégnants, il devient impossible de travailler. Les travailleurs tirent aussi beaucoup de fierté de la récupération… Effectivement, la « biffe », c’est-à-dire le fait de récupérer des déchets réutilisables, est encore très pratiquée. Votre ouvrage retrace le cas des zabbâlin au Caire (Égypte) : le secteur traditionnel de la collecte et du recyclage y a été remis en cause en 2002 avec l’arrivée d’entreprises privées. Il y a plusieurs justifications à la fin du recyclage. Photo : source Qu’en est-il des évolutions de carrière ? Propos recueillis par Sophie Chapelle

Les DEEE professionnels ont enfin leur éco-organisme ! Par Frédéric Bordage - 06/09/2012 L’Etat a prononcé en août 2012 l’agrément du premier éco-organisme dédié exclusivement à la gestion des DEEE (prononcez D3E) informatiques et bureautiques (catégorie 3 et 4) des entreprises. Il s’agit d’Ecologic, déjà agréé pour la filière des DEEE ménagers depuis 2006. Les pouvoirs publics frappent un grand coup en appuyant la solution agréée La réglementation distingue la filière des DEEE des ménages et ceux des entreprises. Des performances en hausse à prévoir ! Ces dispositions vont dans le sens d’une meilleure prise en compte des thématiques environnementales dans le monde de l’entreprise et surtout elles simplifieront les démarches administratives pour les producteurs comme pour les détenteurs d’équipements électriques et électroniques. In fine, l’agrément d’Ecologic va engendrer une meilleure gestion de la filière en pratiquant des économies d’échelles offertes par la solution intégrée des éco-organismes. source : Ecologic

Pour la transparence sur les données des dossiers d’évaluation… Un collectif de 130 ONG a exigé plus de transparence sur les données d’évaluation. Vous pouvez soutenir cette démarche en signant une pétition. Pour cela il vous suffit de cliquer sur le lien ci-après : << Accéder à la pétition >> Réunis les 22 et 23 septembre autour de Gilles-Éric Séralini et de Joël Spiroux, un certain nombre d’organisations dont la FSC, après avoir entendu les explications de ces chercheurs sur leur récente publication mettant en cause l’innocuité des OGM, ont décidé de remettre en cause les instances d’évaluation des OGM et des pesticides. Appel aux organisations de la société civile La publication de l’étude toxicologique à long terme par l’équipe du professeur Gilles-Eric Séralini* conclut à la toxicité d’un maïs OGM tolérant au Roundup (NK603) et du Roundup lui-même, l’herbicide le plus utilisé au monde. Cette exigence de transparence concerne en priorité les données brutes des études ayant conduit à l’autorisation :

Eco Emballages - Faites le bien - Le Film Publications ADEME Résumé : Depuis le début des années 1990, l’ADEME apporte un soutien financier important à la filière de recyclage des plastiques. Malgré cela, les plastiques restent parmi les matériaux les moins recyclés, avec un taux d’utilisation de matières premières secondaires de l’ordre de 5%. Afin de faire le point sur sa politique de soutien dans le domaine du recyclage des plastiques et de prioriser certaines pistes de recherche pour la poursuite de ces travaux, l’ADEME a réalisé une synthèse des projets ayant fait l’objet d’un accompagnement financier dans ce domaine, et évalué leurs retombées éventuelles. Cette synthèse couvre les études, thèses et travaux de R&D financés par l’ADEME entre 1990 et 2009 traitant du recyclage des plastiques. Le rapport comprend un bilan – sous forme de fiches – de chaque projet financé depuis 1990 ainsi qu’une évaluation de ses éventuelles retombées industrielles. Public : Septembre 2011 - 21x29,7 - 80p. Téléchargement(s) gratuit(s) :

OGM / Monsanto : pourquoi il y a si peu d’études scientifiques sur le sujet Cet article est paru le 25/09/2012 sur le site Le Plus du Nouvel Observateur. Les OGM sont des productions de laboratoires. Certains demeurent au service des scientifiques, comme les animaux modifiés pour servir de modèles expérimentaux, d’autres s’intègrent à l’univers médical ou industriel, tels les micro-organismes qui fabriquent des médicaments ou des molécules nouvelles. Ces créatures sont maintenues captives dans un univers savant (animalerie de recherche, fermenteur), elles répondent globalement et sans dérive notoire au projet qui les a inventées et passent inaperçues du public tant elle s’intègrent docilement à la recherche ou à l’industrie. Les OGM dans la nature Au contraire, les OGM du 3e type, les plantes génétiquement modifiées (PGM), sont des créatures volages que leurs promoteurs s’efforcent de substituer brusquement aux plantes natives. Pourquoi n’y a-t-il pas plus de recherches ? Alors c’est quoi la recherche ? La négation de la complexité du vivant

Des déchets hospitaliers sauvent des vies dans les pays pauvres Nos poubelles deviennent leurs richesses. Choquant? C'est pourtant le principe mis en place par des ONG qui récupèrent le matériel chirurgical non utilisé lors d'opérations pour le redistribuer dans des hôpitaux de pays en développement. Parce que des réglementations très strictes sur l'hygiène l'imposent, les dizaines d'accessoires comme les scalpels ou les compresses non utilisés lors d'opérations finissent aux ordures alors même qu'ils n'ont pas été ouverts. Le docteur William Rosenblatt, professeur à l'université de médecine de Yale et fondateur de l'organisation Remedy, explique le processus: "A la fin d'une intervention chirurgicale, l'équipe récupère le matériel non utilisé. > Lire l'intégralité de l'article sur le site de CNN

Ecologic rejoint le programme Ordi 2.0 Par Frédéric Bordage - 30/11/2011 Ecologic vient de rejoindre le programme Ordi 2.0* pour contribuer à son développement et à son l’industrialisation. L’éco-organisme certifié par l’Etat apporte son savoir-faire au porjet pour garantir une fin de vie maîtrisée des Déchets d’Equipements Electriques et Electroniques (DEEE) professionnels confiés par les entreprises aux structures labellisées « Ordi 2.0. ». Cette démarche est très importante puisqu’elle va permettre à nombre croissant d’entreprises de favoriser le reconditionnement des équipements plutôt que leur recyclage. Ecologic s’engage à garantir le respect des conformités au sein des différents intervenants de la filière, notamment sur : • Les autorisations et l’organisation du transport et de l’entreposage des DEEE ; • La traçabilité des lots collectés ; • L’hygiène, la santé et la sécurité du poste de travail de l’employé en intervention sur le DEEE.

OGM, Fukushima, Mediator : la liste des scandales sanitaires ne doit pas s’allonger Cet article est paru le 25/09/2012 sur le site Le Plus du Nouvel Observateur. La publication des travaux de Gilles-Eric Séralini et de ses collègues, la semaine dernière, a fait l’effet d’une bombe. Autant dans la communauté scientifique que dans l’espace politique, tant les implications sur la santé inquiètent. Mais ce qui n’a pas été soulevé, et qui est indirectement dénoncé à travers cette étude menée sur une durée bien supérieure à celles généralement constatées, ce sont les implications sur la façon dont sont conduites les expertises et les homologations. Et lorsque Gilles-Eric Séralini et le CRIIGEN publient en 2010 des contre-expertises remettant en cause l’innocuité sanitaire de trois maïs OGM de la firme Monsanto, ils font alors l’objet de nombreuses attaques de la part de scientifiques empêtrés dans des conflits d’intérêt avec l’industrie. Les différents scandales sanitaires Mais combien de lanceurs d’alertes isolés et méconnus sont occultés par ces quelques succès ?

Une machine qui «mange» les cigarettes | Santé Des machines qui donnent des petits cadeaux en échange de cigarettes ont été récemment installées à Vancouver. Semblables à des machines distributrices couvertes de graffitis, ces «Smoke Eaters» attirent l'attention des passants en les interpellant: «Donne-moi ta cigarette!» ou «Hé toi, je te vois fumer!». Quand une personne insère sa cigarette (intacte) dans la fente de la machine, celle-ci s'illumine et fait entendre des sons de cloche. Cette stratégie, imaginée par une association de lutte au tabagisme, a pour but de récompenser les gens qui résistent à l'envie de fumer, sans les culpabiliser. De plus, cette machine leur fait réaliser que l'argent dépensé en cigarettes pourrait servir à autre chose.

Related: