background preloader

Hot Robot At SXSW Says She Wants To Destroy Humans

Hot Robot At SXSW Says She Wants To Destroy Humans

http://www.youtube.com/watch?v=W0_DPi0PmF0

Related:  Robots and Artificial Intelligencegerryk59Robots

Japanese company replaces office workers with artificial intelligence A future in which human workers are replaced by machines is about to become a reality at an insurance firm in Japan, where more than 30 employees are being laid off and replaced with an artificial intelligence system that can calculate payouts to policyholders. Fukoku Mutual Life Insurance believes it will increase productivity by 30% and see a return on its investment in less than two years. The firm said it would save about 140m yen (£1m) a year after the 200m yen (£1.4m) AI system is installed this month.

En 2040, des robots capables de prendre le pouvoir démocratiquement Paris, 4 mai 2040. La tension monte au siège de campagne de PS-06A0788, candidat socialiste à l’élection présidentielle. Nous sommes au soir du second tour et les premiers résultats ne devraient pas tarder à tomber. Si PS-06A0788 est inquiet, il ne laisse rien transparaître. Évidemment, puisque c’est un robot. Une française est tombée amoureuse d’un robot - Ubergizmo France Ça y est, le premier amour entre un humain et un robot semble confirmé. Une française revendique sur les réseaux sociaux son amour pour un robot qu’elle a conçu elle-même. Elle si dit elle-même l’une des premières « robosexuelle ». TTSO Time to Sign Off Si vous avez passé la journée à vous évader Brexit : HSBC confirme déplacer 1.000 emplois de Londres à Paris (activités internationales de banque d'investissement) – L'année 2016 a été la plus chaude sur la planète depuis le début des relevés de températures en 1880, annonce l'Agence américaine océanique et atmosphérique (NOAA). 3e record annuel consécutif de chaleur – Mali : un attentat suicide fait près de 50 morts dans une base d'ex-rebelles ayant signé l'accord de paix avec le gouvernement. Selon Le Monde, "plusieurs sources européennes" annoncent que l'UE va demander "très vite" 40Mds€ au UK comme "solde de tout compte" pour quitter l'Union (voir sujet suivant). Brexit : ça promet Côté UE : Guy Verhofstadt, chargé du dossier Brexit au Parlement de Strasbourg, réagit aux menaces voilées contenues dans le discours de Theresa May : "Ce ne serait pas bon pour les négociations de jouer avec la peur."

Sur du plat, la meilleure façon de marcher à 6 pattes n'est pas celle des insectes - Sciencesetavenir.fr HEXAPODES. La meilleure façon de marcher ne coule pas de source lorsque l'on a 6 pattes. C'est pourtant le point commun entre les insectes et certains robots hexapodes, qui imitent la locomotion spécifique aux arthropodes du règne vivant, à savoir une marche asymétrique "en trépied", qui comprend à tout moment deux point d'appui d'un côté et un troisième support de l'autre. Mais ce ne serait finalement pas le mode de locomotion le plus efficace... tout du moins dans un environnement en 2D. C'est ce que révèle une étude de l'université de Lausanne et de l'École Polytechnique Fédérale de Lausanne (EPFL), à paraître dans Nature Communications.

Robots : l'Europe veut imposer des règles à leur utilisation - Sciencesetavenir.fr Le 21e siècle, celui des robots ? Ces machines chantées depuis si longtemps par la science-fiction devraient, de plus en plus souvent, remplacer demain les humains dans certaines de leurs tâches, et nous accompagner dans nos vies quotidiennes. En septembre 2016, la professeure en Informatique à Paris-Sorbonne et chercheuse au Laboratoire d’informatique pour la mécanique et les sciences de l’ingénieur (Limsi) du CNRS Laurence Devillers expliquait à Sciences et Avenir que les robots devront répondre à des "commandements", dans une référence à Isaac Asimov, pour réguler leurs interactions avec les humains (voir aussi la vidéo ci-dessous). Aujourd'hui, c'est au tour du Parlement européen de se pencher sur le sujet. Jeudi 16 février 2017, il a demandé à la Commission européenne de définir des normes juridiques et éthiques applicables aux robots. Des "principes éthiques fondamentaux" pour cadrer les robots

Intelligence artificielle : le deep learning battu par l'humain (ouf) La revanche de l'humain ! En mars 2016, le programme d'intelligence artificielle (IA) AlphaGo, de DeepMind, une filiale de Google, avait battu le champion coréen de jeu de go Lee Sedol. Un nouvel affrontement vient redorer le blason de notre matière grise : au Japon, le joueur professionnel Cho Chikun a battu un autre logiciel, conçu dans l'archipel et baptisé Deep Zen Go. Le programme d'IA a remporté une manche contre deux pour l'humain, dans une bataille neuronale qui s'est achevée le 23 novembre 2013.

Back-to-Basics Weekend Reading: Deep learning in neural networks In the past few years, we have seen an explosion in the use of Deep Learning as its software platforms mature and the supporting hardware, especially GPUs with larger memories, become widely available. Even though this is a recent development, Deep Learning has deep historical roots, tracing back all the way to the sixties, or maybe even earlier. By reading up on its history, we get a better understanding of the current state of the art of Deep Learning algorithms and the Neural Networks that you build with them. There is such a broad set of papers to read if we would want to dive deep into the history, that it would take us multiple weekends. Instead, we will be reading an excellent overview paper by Jürgen Schmidhuber of IDSIA from 2014.

wired Robots are taking over the world’s workforce—and why shouldn’t they? For so many jobs, machines are faster, more consistent, smarter, and cheaper than you or I will ever be. As advances in artificial intelligence accelerate, robots will spread into all corners of the labor market: blue collar and white collar, service work and knowledge work alike. Along with their jobs, people will lose their incomes. When that happens, governments will also lose theirs.

Quel est ce robot-tueur utilisé pour la première fois par la police américaine pour éliminer un tireur Il s’agit d’une première digne des films de science-fiction. Micah Johnson, le militaire sniper ayant tiré sur des policiers à Dallas pendant une manifestation (contre les bavures policières), a été éliminé par un robot tueur. Alors que l’indignation de la communauté noire a gagné le pays pour les traitements infligés, une autre question se pose : que penser de l’utilisation par la police de robots capables de tuer ? Ce robot décide tout seul s’il vous fera souffrir ou non « First Law ». C’est le nom du robot mis au point par Alexander Reben de l’Université de Berkeley, en référence à la première loi de la robotique d’Isaac Asimov : « Un robot ne peut porter atteinte à un être humain, ni, en restant passif, permettre qu’un être humain soit exposé au danger. » Une loi que First Law ignore totalement. En effet, celui-ci a été programmé pour déterminer, de manière autonome, s’il piquera légèrement les humains qui lui présenteront leurs doigts. Son créateur lui-même ne peut savoir quand ce dernier passera à l’action ou non. Car First Law peut décider de ne pas frapper… s’il estime être menacé d’être déconnecté. Il choisit donc selon son propre intérêt, et non celui de ses concepteurs.

Politique : sur les réseaux, la guerre des bots aura bien lieu Il y a les bots programmés pour faire de l’humour, comme @twohedlines, qui combine de façon aléatoire deux titres de presse du jour. Il y a les bots engagés, comme @staywokebot, qui dénonce les injustices raciales. Et puis il y a tous les autres, comme ceux qui polluent les débats sur Twitter, par exemple sur la question des armes à feu ou d’autres sujets sociétaux ou politiques. Car désormais, il faut également compter sur les bots politiques. Si précédemment le phoning automatisé et le porte-à-porte régnaient en maîtres des interactions de campagnes, deux choses ont changé. Première nouveauté, la bataille ne se déroule pas sur le même terrain : aujourd’hui les conversations qui comptent prennent aussi place sur les réseaux sociaux.

Une intelligence artificielle recréée une expérience de prix Nobel En 2001, cette expérience avait permis à trois scientifiques d’être récompensés du prix Nobel de physique. Aujourd’hui, elle est réalisée quasiment en totale autonomie par… une intelligence artificielle. L’expérience en question ? La création d’un condensat de Bose-Einstein, un gaz extrêmement froid qui induit d’effectuer des radiations directes pour ralentir un groupe d’atomes et produire, par là-même, un état fondamental permettant des propriétés spécifiques, comme le souligne Techcrunch. Dans les faits, l’intelligence artificielle a pris le relais de ses créateurs – des physiciens australiens – à partir du moment où le gaz a été refroidi à 1 microkelvin.

uk.businessinsider China Stringer Network/Reuters Robots are replacing workers faster than our economy can handle. Some evidence even suggests that today's technology could feasibly replace 45% of jobs right now.

Related: