background preloader

Ingénieurs pédagogiques : les artisans de l'innovation

Ingénieurs pédagogiques : les artisans de l'innovation
Le métier d'ingénieur pédagogique se développe, au fur et à mesure que les services dédiés s'étoffent et prennent une dimension plus multimédia. Toutefois, si de plus en plus de cursus dédiés apparaissent, il n'existe pas encore de voie toute tracée pour exercer cette profession. Qu'ils soient contractuels ou en poste via un concours d'ingénieurs d'études, tous ont en commun le goût de la pédagogie et du rapport humain, et l'envie de conseiller. Mais du parcours aux missions, le métier d'ingénieur pédagogique est protéiforme. Des services de taille variable Des missions qui varient en fonction de la taille des services d'ingénierie pédagogique. À Paris-Descartes, le service "PédagoNum", dont dépend Carine Annette, dispose de pas moins de 10 ingénieurs pédagogiques. Des parcours tournés vers la formation... Issue du milieu du marketing avec des expériences dans le Web et le multimédia, Aurore Martins travaille comme ingénieure multimédia pédagogique aux Mines de Nantes. Un travail d'équipe

http://www.letudiant.fr/educpros/enquetes/portrait-robot-de-l-ingenieur-pedagogique.html

Related:  Pédagogie numériqueÉvolution des métiers de l'éducationDidactique professionnellemarche e-learningpedagogie numerique

Découvrir 12 pratiques pédagogiques actives pour l’enseignement supérieur 26 juin 2016 par Amaury Daele Dans cet article, je partage le matériel de formation que nous utilisons, avec ma collègue Deborah Dominguez, pour faire découvrir aux enseignant·e·s 12 méthodes actives d’enseignement. Cet atelier d’1h30 se déroule en mode Jigsaw, comme dans l’atelier « Articuler le travail des étudiant·e·s en et en dehors de la classe« . L’idée générale de cet atelier est de réfléchir à l’utilité et la plus-value des méthodes actives et d’en découvrir 12 rapidement en discutant avec des collègues. Les dias de l’atelier sont présentées ci-dessous:

La professionnalisation comme intention, comme processus et comme légitimation Ceci n’est possible que parce que l’apprentissage est appréhendé comme un des effets potentiels de l’action. P. Rabardel (2005) a donné une récente formulation de cette dynamique. Il distingue la dimension productive de l’activité humaine (production de biens, de services, de nuisances, de déchets…) de la dimension constructive de transformation du sujet (connaissances, expériences…). Il en va ainsi parce que toute action est la rencontre d’un sujet et d’un contexte et que l’un comme l’autre sont toujours affectés par des variations faisant que « l’on ne se baigne jamais deux fois dans le même fleuve » et l’on n’effectue pas deux fois le même travail. Ainsi chaque rencontre du sujet avec le monde est occasion d’apprentissage potentiel, c’est-à-dire à la fois possible mais aussi conditionnel, comme le rappellent fréquemment les analyses du travail.

La formation de demain sera courte, informelle et collaborative Organisée par Centre Inffo, la 14e édition de l’Université d’hiver de la formation professionnelle (UHFP) a rassemblé, fin janvier, 750 experts venus débattre sur leurs pratiques et les tendances émergentes. Tour d’horizon de ce qu’il faut retenir de ces trois jours, au cours desquels conférences, tables rondes et ateliers sur la réforme de la formation et les innovations pédagogiques se sont succédés. Les parcours de formation s’écourtent L’émergence des terminaux mobiles a bouleversé la manière dont les apprenants « consomment » leur formation.

Blockchain en éducation : la gestion infalsifiable de la confiance Maintenant que les technologies de communication ont pénétré tous les domaines, y compris la sphère privée, et que la puissance de calcul informatique est disponible de partout, on peut concevoir des applications auparavant impossibles à populariser. Le blockchain fait partie de celles-là . Cette technologie établit les premières assises d'un ensemble de services et d’entreprises personnelles ou collectives. Le principe de la confiance : infalsifiable Le blockchain est le principe qui a servi à créer les crypto-monnaies comme le bitcoin.

Les situations de travail 1Une des voies possibles pour réduire les confusions engendrées par la primauté accordée à la notion de compétence consiste à la mettre au second plan des préoccupations, en commençant par ne pas en faire une substance. Le premier pas dans ce sens consiste à ne pas définir la compétence mais à partir de la définition de ce qu’est un professionnel compétent : « qu’est-ce qu’un professionnel compétent ? Définition 1 : A est plus compétent que B s’il sait faire quelque chose que B ne sait pas faire […]. Définition 2 : A est plus compétent que B s’il s’y prend d’une meilleure manière. Le comparatif « meilleur » suppose des critères complémentaires : rapidité, fiabilité, économie, élégance, etc. Définition 3 : A est plus compétent s’il dispose d’un répertoire de ressources alternatives qui lui permet d’utiliser tantôt une procédure, tantôt une autre, et de s’adapter ainsi plus aisément aux différents cas de figure qui peuvent se présenter.

Se former au digital, une question de culture… Quel regard portez-vous sur la formation professionnelle telle qu’elle est pratiquée actuellement ? Les pratiques sont encore très traditionnelles et peu innovantes. Souvent, la formation continue est perçue comme simplement réglementaire. C’est une erreur puisqu’elle sa dimension stratégique ne fait aucun doute : c’est en dotant les salariés des bonnes compétences que les sociétés innovent et se développent. Par ailleurs, les acteurs historiques de la formation ont tendance à vendre des dispositifs sur catalogue qui ne correspondent pas aux besoins actuels des entreprises. Le microlearning : quoi, comment et pourquoi (Je dois vous prévenir que cet article est susceptible de vous ouvrir l’appétit…) Un gros module e-learning bien complet est comme un plat de fête. Il faut du temps pour le préparer, il est riche, remarquable et un peu intimidant. Il vous faut du temps pour le digérer et vous ne pouvez pas, sans risque, le manger en une seule fois ! Pour sa part, le microlearning ressemble plus aux amuse-gueules de l’apéritif.

Quelles sont les situations de travail apprenantes ? Le travail n’est pas toujours apprenant ? La formation non plus. Le travail comme la formation peuvent composer des environnements par lesquels on peut plus ou moins apprendre, parfois ne pas apprendre et parfois désapprendre. Dit autrement, il existe des organisations apprenantes, qui présument que tous les salariés peuvent apprendre et qui leur permettent d’apprendre.L’inverse est vrai également. E-learning : comment envisager autrement la formation ? Le e-learning n’est pas encore rentré dans les mœurs des entreprises françaises. Pourtant, le potentiel existe et il s’agit de trouver les bonnes formules (ainsi que le bon pilotage) pour généraliser cette pratique. A quoi doit ressembler le e-learning ?

réseau CRE@TIVE - Cartographies des outils TICE Le réseau CRE@TIVE (Cellules de Ressources et d'Appui aux Technologies, aux Innovations et à la Veille Educative) a mis sur pied un outil de cartographie interactive dans le but de faciliter et développer l'accès des enseignants aux potentialités pédagogiques des outils TICE. Cet outil est construit sur trois approches pédagogiques complémentaires qui permettent de s'orienter à travers une grande liste d'outils. On trouvera la version interactive de cet outil sur le site de la GEV, et cette page fourni quelques schémas et résumés de ces cartographies, ainsi que des documents réalisés par le réseau CRE@TIVE. Catégories technico-pédagogiques Cette première cartographie permet de comprendre et découvrir "À quoi servent les outils TICE" grâce à un classement en 7 fonctions technico-pédagogiques.

Related: