background preloader

Quelle place pour le groupe dans le triangle pédagogique

Quelle place pour le groupe dans le triangle pédagogique
Faerber a présenté un tétraèdre pédagogique en ajoutant un nouveau pôle au triangle didactique : le groupe. Ce modèle très riche a nourri ma réflexion. Je propose ici quelques ajustements et une lecture de ses différentes faces. Je cherchais à confronter la vision pédagogique présentée dans ce blog au triangle pédagogique de Houssaye et je suis tombé sur un article pertinent de Richard FAERBER présentant l’outil ACOLAD – Apprentissage COLlaboratif A Distance (on n’est pas très loin des PROjets péDAgogiques GEOdistribués qui ont initiés ce blog…) Faerber y présente un tétraèdre pédagogique représenté ci-dessous intégrant un nouveau sommet : le groupe ! Tétraèdre pédagogique de Faerber Cette figure me porte à réfléchir (et ça, c’est bien !). 1 – Certains aspects me semblent très riches Le groupe est un facteur important de l’apprentissage. 2 – D’autres aspects me satisfont moins L’implication de l’apprenant dans le groupe doit être plus forte qu’une simple participation. J'aime :

http://prodageo.wordpress.com/2012/10/16/quelle-place-pour-le-groupe-dans-le-triangle-pedagogique/

Related:  DIDACTIQUE PROFESSIONNELLEFormation ProMéthodes pédagogiques

De la pédagogie à l’andragogie De la pédagogie à l’andragogie [1] Hugues LenoirEnseignant-chercheur à Paris-X en sciences de l’éducation, il est membre du Conseil scientifique de l’Agence nationale de lutte contre l’illettrisme (ANLCI). L’auteur Repères 1. Méthode SMART pour fixer des objectifs Comment fixer des objectifs ? Il existe des principes de base pour construire des indicateurs motivants et impliquants : clarté des seuils à atteindre, objectivité de la mesure, etc. Pour plus de facilité certaines méthodes mnémotechniques soulignent les points essentiels à ne pas oublier. La capsule vidéo pédagogique par l’exemple Très impliquée dans l’usage des TICE et dans la pédagogie inversée, Marie Soulié – professeur de français au collège Daniel Argote d’Orthez (64) – a conçu avec ses collègues professeurs une série de capsules vidéos mises en ligne et partagées sur le mur collaboratif Padlet. Des idées de scénarii pédagogiques pour réaliser ses propres productions ! EXCELLENT TRAVAIL !!! Merci pour le partage !

Didactique professionnelle : vademecum pour débutants La didactique professionnelle a pour but d’analyser le travail en vue de la formation des compétences professionnelles. Elle est née en France dans les années 1990, au confluent d’un champ de pratiques, la formation des adultes, et de trois courants théoriques : la psychologie du développement, l’ergonomie et la didactique. S’intéressant d’abord au travail en milieu industriel, elle s’étend aujourd’hui aux activités de service et d’enseignement.Trois piliers fondateursPour la didactique, c’est Bachelard, Brousseau ou Chevallard qui forment le cadre initial. Les disciplines sont mises à contribution, avec le concept de « situation didactique », c’est à dire les conditions à remplir pour confronter celui qui apprend avec ce qu’il y a à apprendre. La « transposition », c’est le passage du savoir savant en savoir à enseigner, et plus généralement les transformations à réaliser pour permettre les situations d’enseignement.

Roland Goigoux : quels savoirs utiles aux formateurs Roland Goigoux résume ici en une heure les quatorze heures de cours qu’il assure dans le master de formation de formateurs de Clermont. (ESPE Clermont Auvergne et laboratoire ACTé), conférence faite devant les candidats au CAFIPEMF et CAFFA (diplômes formateurs premier et second degré). Le texte ci-dessous résume son propos, selon le découpage présenté. Communication orale - La méthode Gordon Mise au point par le docteur Thomas Gordon, aux Etats-Unis, dans les années 1950, cette approche se retrouve dans la démarche de la Communication dite non-violente (C.N.V.), et peut faire référence aux besoins de MASLOW. Résumé du concept : La méthode est basée sur un postulat simple : celui de la « satisfaction mutuelle des besoins ». En effet, si j’ai un problème que je ne peux pas exprimer, ou si l’autre à un problème non-exprimé, ou que je ne l’écoute pas, nous ne pourrons pas avoir une vraie communication.

La didactique professionnelle de Pierre Pastré at Savoirs tacites - par Ariel Doulière II-2-2 - La didactique professionnelle de Pierre Pastré Les travaux de Pierre Pastré sur l’ingénierie didactique professionnelle nous apportent des éléments pratiques qui vont nous permettrent de valoriser notre mécanisme de conversion du tacite à l’explicite. On peut en effet décomposer notre mécanisme en deux étapes : Une première étape qui consiste à agir sur un fonctionnement interne du candidat, c’est à dire provoquer un réfléchissement, une conversion des savoirs tacites qui sont des éléments pré-réfléchis (incorporés) vers une prise de conscience. C’est ce que nous venons d’envisager grâce à la technique de l’entretien d’explicitation de P.Vermersch.

Les styles d'apprentissages Une approche constructiviste La prise en compte des styles d’apprentissages participe d’une approche constructiviste. L’apprentissage est, dans cette approche, considéré comme une interaction entre un apprenant et un objet conduisant à une représentation mentale qui constitue un outil pour comprendre le monde, s’y adapter ou le modifier en intervenant. Dans une approche constructiviste : Les connaissances sont construites. L’apprenant est au centre du processus.

Prendre des notes Prendre des notes : texte (p. 55) des mesures du Font populaire transformé en carte mentale. Feuille A3 numérisée, projection au tableau numérique, analyse et critique commune. Feedback.La prise de notes : cours sur la Seconde Guerre mondiale, analyse, comparaison de ses notes.Méthode de la prise de notes, lecture, intégration de la méthode : second test, cours d’histoire.Apprendre en réalisant un QCM pour ses camarades à partir du cours avec le logiciel libre Hot Potatoes

Related: