background preloader

Additifs

Facebook Twitter

Les émulsifiants de synthèse néfastes pour l'intestin. E171 : l'additif alimentaire perturbe le système immunitaire. Des chercheurs de l'Inra montrent que l'exposition orale au dioxyde de titane induit de façon spontanée des lésions précancéreuses chez le rat.

E171 : l'additif alimentaire perturbe le système immunitaire

Notre assiette nous veut-elle du mal ? Difficile de ne pas la regarder avec défiance alors que pesticides, perturbateurs endocriniens et autres molécules chimiques s’invitent dans notre alimentation. Et les conclusions d’une étude de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA) publiées ce vendredi dans Scientific Reports ne vont pas calmer cette inquiétude : l’additif alimentaire E171, retrouvé notamment dans les bonbons, est capable de traverser la paroi de l’intestin, perturber le système immunitaire et d'induire des lésions précancéreuses chez le rat.

Déjà à Halloween, une étude de l’association Agir pour l’environnement avait alerté le grand public sur cette substance, le dioxyde de titane. Inflammation et lésions précancéreuses L’ingestion régulière de cette substance semble tout aussi néfaste. Des résultats fin mars. How MSG Affects Your Brain. MSG by any other name would still be just as harmful.

How MSG Affects Your Brain

When most people hear the name monosodium glutamate, or MSG, they assume this chemical food additive is only found in Chinese food. While it is true that this chemical flavor tends to be used in many Chinese food restaurants, this brain and nervous system toxin masquerades under many different guises and is found in a huge number of common foods. Monosodium glutamate has been linked to many serious health conditions, including: hormonal imbalances, weight gain, brain damage, obesity, headaches and more, you may be shocked to learn how prevalent it is. Pepsi: Cancer for a new generation? Please don’t take this as an endorsement.

Pepsi: Cancer for a new generation?

Grande-Bretagne: La viande de cheval dans les burgers provenait d'additifs. Hyperactivité des enfants : les additifs alimentaires impliqués. La revue médicale britannique The Lancet, a mis en cause l'effet de certains additifs alimentaires sur le comportement hyperactif des enfants.

Hyperactivité des enfants : les additifs alimentaires impliqués

Cet article est fondé sur un rapport de l'Université de Southampton réalisé en 2007 pour l'agence des normes alimentaires britannique (Food Standards Agency, FSA). Hyperactivité des enfants et colorants Cette étude menée sur 298 enfants de trois, huit et neuf ans, démontre que l'association de certains additifs favorise l'hyperactivité infantile. Cette hypothèse avait déjà été avancée par le pédiatre américain Ben Feingold il y a plus de 30 ans, notamment concernant le colorant E110, présent dans de nombreux bonbons. 8 Scary Hidden Ingredients in Processed Foods. 10 Food Additives You Should Avoid. What food additives are in your daily diet and should you be rethinking eating foods that contain them?

10 Food Additives You Should Avoid

When it comes to food additives they are generally anything but natural in both their make up as well as why they are used. Food additives are usually added to help with processing, packaging and preserving foods. When you are at the grocery store, have you ever realize there are quite a few foods that can sit on the shelf for quite a while? Les dangers du glutamate, un tueur lent, mais implacable ! De nombreuses études tendent à démontrer que le glutamate monosodique (GMS ou MSG), cette simple petite poudre blanche, un exhausteur de goût très largement utilisé dans la cuisine asiatique et qui se cache derrière à peu près 25 noms différents est un poison lent.

Les dangers du glutamate, un tueur lent, mais implacable !

Irritant du tube digestif, il déclenche une faim mécanique qui pousse à la consommation. Voyons cela de plus près D’abord, on sait, dans le monde de la recherche scientifique, que le glutamate monosodique, administré à des rats à leur naissance, les rend systématiquement obèses et a pour effet de tripler la quantité d’insuline que secrète leur pancréas… Une découverte très utile pour les scientifiques qui se penchent sur les tests d’études portant sur les régimes amaigrissants ou sur le diabète. Génétiquement, le rat ou la souris ne sont pas obèses. Il faut donc en créer l’espèce. Et ce n’est pas un scoop !!!

Les premières études constatant les effets secondaires du glutamate datent de 1978 ! Pour les sceptiques… (11) Aspartame et Additifs Alimentaires CORINNE GOUGET. Aspartame : des dangers confirmés ? En 2010 une étude Danoise faisait parler d'elle. Celle-ci mettait en évidence une relation statistique entre la consommation de boissons édulcorées contenant de l'aspartame et le risque d'accouchement prématuré (1). L’EFSA, l'agence européenne qui traite de la sécurité alimentaire, avait conclu qu’aucune preuve disponible dans l’étude ne permettait d'affirmer qu’il existait un lien de causalité entre la consommation de boissons non alcoolisées contenant des édulcorants artificiels et l'accouchement prématuré mais avait sollicité des données supplémentaires.

Aujourd'hui c'est un groupe de chercheurs Suédois et Norvégiens qui vient de publier une étude qui confirme ces inquiétudes. Sur plus de 60 000 femmes suivies ils ont observé le lien entre les accouchements prématurés et la consommation de boissons édulcorées. Edulcorants : pas de sucre mais pas zéro impact. Un édulcorant courant, le sucralose, peut modifier la façon dont l’organisme réagit au sucre.

Edulcorants : pas de sucre mais pas zéro impact

Ils ont le goût du sucre sans apporter autant de calories, mais attention : les édulcorants ne sont pas sans effet sur l’organisme ! Une petite étude américaine publiée en ligne dans Diabetes Care apporte de nouvelles preuves. On connaissait les controverses autour de l’aspartame, voici que cette fois-ci le sucralose, que l’on retrouve par exemple dans Canderel®, est montré du doigt. Lire : Aspartame : des dangers confirmés ? L’expérience a porté sur 17 personnes atteintes d’obésité, avec un IMC moyen juste supérieur à 42, non-diabétiques, et qui ne consommaient pas régulièrement d’édulcorants.

Les participants ont bu de l’eau ou du sucralose avant d’absorber du glucose ; leurs taux de glucose et d'insuline dans le sang ont ensuite été relevés. Résultats : L’édulcorant était associé à des réponses augmentées d’insuline et de glucose dans le sang. Source M. Acrylamide un poison cancérigene dans nos aliments. A diffuser Largement - une vidéo High-tech et Science. InfosAdditifs.com Additifs Alimentaires - InfosAdditifs.com. Dangerous Vitamin D Supplement Mistake.