background preloader

LE MONDE PLANETE 17/04/13 Guadeloupe : monstre chimique

LE MONDE PLANETE 17/04/13 Guadeloupe : monstre chimique
La région de Basse-Terre est l'épicentre d'une pollution au chlordécone, un pesticide connu pour être un perturbateur endocrinien. Produits de la pêche, gibiers ou légumes sont contaminés. Un scandale d'Etat pour nombre d'Antillais. A la Martinique, lundi 15 avril, plus d'une centaine de marins pêcheurs ont manifesté dans les rues de Fort-de-France. En janvier déjà, ils avaient bloqué l'accès du port jusqu'à ce que le gouvernement leur accorde 2 millions d'euros – qu'ils attendent toujours. "Des pesticides, j'en avale depuis trente ans et je continue de manger mon poisson. Le chlordécone est un perturbateur endocrinien avéré, un neurotoxique classé cancérogène possible en 1979. > Lire : "L'épandage aérien de pesticides n'aura plus lieu à la Guadeloupe" (édition Abonnés) Dans le petit port de pêche de Bananiers – quelques barques à l'ombre d'un bouquet de cocotiers, des casiers en vrac et une colonie de pélicans –, la consternation le dispute à l'amertume. Related:  Actualités presse et ONG

MEDIAPART 19/06/13 (Re) connaissance de la catastrophe du chlordécone aux Antilles: la France, ou l’art de l'ignorance feintée La tempête gronde du côté des outremers français, qui graduellement s’élèvent contre l'hexagone. Et pour cause, géographiquement très éloignés, les problèmes qui les frappent de plein fouet ont du mal à se faire entendre : « Mais vous êtes si loin, que l’on ne vous entend guère », leurs susurrent nos dirigeants. Le scandale du chlordécone ? Créé à l’origine par l’armée américaine pour désinfecter l’eau, ce pesticide organochloré[1] s’est avéré lutter efficacement contre l’ennemi des arbres, le charançon noir, dans les plantations de tabac et de coton du sud des États-Unis. Mais de fortes suspicions de toxicité et de pollution de la molécule, à base de chlore, ont été clairement définies dès 1976 aux États-Unis, qui ont alors décidé d’interdire sa production et son utilisation sur le territoire américain. Contaminant des écosystèmes extrêmement stable, il est très peu ou pas biodégradable. Le cycle de la vie. Il se révèle souvent cancérogène, mutagène et/ou reprotoxique.

LA TRIBUNE DES ANTILLES 15/07/11 CHLORDECONE : LE VOLET INDEMNISATION EN ATTENDANT LE VOLET MEDICAL ?L'Etat va-t-il enfin indemn Martinique – Préfecture – 26 novembre 2010. Après leur rendez-vous avec le Directeur de l’ARS le mois dernier pour proposer une veille sanitaire à l’attention des ouvriers agricoles, une délégation de l’association « Pour une écologie urbaine » a été reçue, à sa demande, par Ange Mancini, le Préfet de la Martinique. A l’ordre du jour, l’épineuse question des indemnisations des agriculteurs et aquaculteurs, ruinés depuis l’interdiction faite de commercialiser les produits fortement contaminés par le Chlordécone. Composée de Romain Bellay pour l’OPAM, de Louis Boutrin, Genya Jos et Jean Belleterre, la délégation a proposé la prise en compte dans le prochain Plan Chlordécone 2011-2013, d’un dispositif d’indemnisation. Ce dernier reposant sur d es aides à la reconversion , d es départs anticipés en pré-retraite , la mise en place d’un guichet unique et d’une personne ressource de l’Etat pour centraliser l’ensemble du dispositif d’indemnisation . Aujourd’hui, la donne a changé. Louis Boutrin

POLITIQUES PUBLIQUES_NET 13/07/12 Chlordecone : Louis Boutrin et Harry Durimel relancent Christiane Taubira Publié le 13/07/2012 "Madame la Ministre, Permettez-nous tout d’abord d’accueillir, avec la plus grande considération, votre nomination à la tête du Ministère de la Justice. Mais, au-delà de notre satisfaction, nous tenons à vous interpeller sur l’épineux dossier du Chlordécone qui est en cours d’instruction auprès des Tribunaux de la République depuis 2007. En effet, suite aux plaintes des Associations de protection de l’environnement tant en Guadeloupe (24 février 2006) qu’en Martinique (17 février 2007), l’affaire a été transférée au pôle santé du Tribunal de Grande Instance de Paris. A ce jour, malgré nos multiples interventions auprès des autorités publiques locales et nationales, aucun recensement des ouvriers agricoles n’a été effectué ce qui entrave tout bilan de santé et toute forme de prise en charge médicale. Comptant sur votre réactivité pour que justice se fasse et, en vous renouvelant notre haute considération. Bien cordialement à vous Ont-ils été informé quant à cette missive ?

REPORTERRE 21/01/14 Chlordécone aux Antilles, le scandale oublié Pointe-à-Pitre (Guadeloupe), Reportage Qui pourra décemment défendre que les autorités, a priori compétentes, qui ont autorisé l’usage du pesticide chlordécone aux Antilles pendant vingt-et-un ans, ont pu ignorer les risques associés ? L’ensemble des travaux scientifiques portant sur les dangers aigus ou chroniques de cette molécule était accessible à la communauté scientifique française, américaine et internationale, par le biais des ressources bibliographiques classiques ainsi que la littérature médicale : voilà la principale conclusion du rapport d’expertise établi par le toxicologue Jean-François Narbonne et l’épidémiologiste Luc Multigner, à la demande d’Anne Bamberge, juge d’instruction au tribunal de grande instance de Paris, et que Reporterre publie ci-dessous. Télécharger l’étude : Pour comprendre la gravité du problème, il faut reprendre toute l’histoire, magistralement décrite en 2010 par Pierre-Benoît Joly, de l’Institut national de la recherche agronomique (Inra).

ACTU ENVIRONNEMENT 13/06/14 Chlordécone en Outre-mer : la Cour des comptes pointe la stratégie de gestion des risques sanitaires La Cour des comptes dénonce les impacts sanitaires du pesticide chlordécone sur la population antillaise et met en cause les plans d'actions de court terme lancés par l'Etat. Dans un rapport publié le 12 juin, la Cour des comptes dénonce "des difficultés sanitaires persistantes" pour les 2,7 millions d'habitants d'Outre-mer et appelle à la "responsabilité de la République". La Cour pointe des risques environnementaux "spécifiques", tels que notamment le chlordécone aux Antilles, qui ont "un fort impact sanitaire". Outre les pesticides, notamment en Guyane et en Polynésie, l'amiante naturelle en Nouvelle-Calédonie, le mercure en Guyane, le saturnisme, la qualité "parfois dégradée de l'eau de consommation", et la radioactivité résultant des expérimentations nucléaires en Polynésie française, le "risque le plus connu" est celui du chlordécone aux Antilles, pesticide organochloré, perturbateur endocrinien utilisé dans les bananeraies, rappelle la Cour. Vers un troisième plan d'action

JURISTE ENVIRONNEMENT 14/04/14 CHLORDECONE : du profit à n’importe quel prix ?. D’une volonté économique de protection des ravages liés à l’agriculture, à l’autorisation de produits phytosanitaires d’une dangerosité avérée impactant les aliments et la qualité des cours d’eaux, sans oublier l’augmentation du taux de prématurés, le chlordécone est un produit toxique dont l’autorisation en France n’aurait jamais dû voir le jour et pour lequel la population antillaise paie un lourd tribu. Il convient avant tout de savoir que La protection des plantes contre certaines maladies, contre certains champignons et insectes se fait par l’usage de produit phytosanitaire. Ces produits phytosanitaires, (des pesticides) sont de ce fait soumis à l’homologation des autorités pour leur utilisation. Le chlordécone, un de ces dits produits de cette famille de pesticides a été utilisé en France dans les plantations de bananes des Antilles Françaises dans le but de lutter contre les charançons. 1. L’intervention de la Commission des Toxiques et une étude seront ainsi ordonnées. 2. 3. 4.

LA TRIBUNE DES ANTILLES 15/10/13 TGI-PARIS CHLORDÉCONE : LES EXPERTS CONFIRMENT L'HYPOTHÈSE AVANCÉE PAR BOUTRIN ET CONFIANT EN 2 Les autorités publiques savaient ! 15 octobre 2013. Le juge d’instruction du Pôle Santé du Tribunal de Grande Instance de Paris vient de nous transmettre les conclusions du rapport d’expertise établi par les Professeurs Jean-François NARBONNE et Luc MULTIGNIER relatives au CHLORDÉCONE et à son exposition. Ces conclusions viennent confirmer les hypothèses avancées par Louis BOUTRIN et Raphaël CONFIANT dans « Chronique d’un empoisonnement annoncé – Le Scandale du Chlordécone aux Antilles françaises ». Mais, au-delà de ces confirmations scientifiques, les experts ont conclu que « les données scientifiques disponibles au niveau international entre 1981 et 1993 tout comme celles décrites avant 1981 pouvaient renseigner avec précision et détail sur le métabolisme, la demi-vie et la toxicocinétique du Chlordécone » ce qui accrédite l’hypothèse de BOUTRIN et de CONFIANT.

FRANCE ANTILLES 15/04/16 Comment sommes-nous exposés à la chlordécone ? Des bovins conformes, mais... Les poissons sont encore trop souvent contaminés sur certains marchés. Appel à projets « Vie associative » La Direction de l'environnement, de l'aménagement et du logement (Deal) lance un appel à projets à destination des associations. Elle précise qu'elle « accompagne et soutient depuis de nombreuses années les projets associatifs visant à mieux prendre en compte le développement durable et la protection de l'environnement. Les projets présentés devront être, en priorité, axés sur les thématiques suivantes : lutte contre le changement climatique ; reconquête et gestion durable de la biodiversité et des ressources naturelles ; écoresponsabilité et consommation durable.

QUOTIDIEN DU MEDECIN 24/05/17 Victimes du chlordécone : des députés demandent la création d'un fonds d'indemnisation Plusieurs députés des groupes socialiste, écologiste et républicain, dont Olivier Faure et Victorin Lurel, ont déposé le 10 mai une proposition de loi visant à créer un fonds d'indemnisation des victimes du chlordécone, pesticide organochloré interdit depuis 1993, et du paraquat, en Guadeloupe et en Martinique. Le chlordécone, utilisé dans les bananeraies, est classé comme cancérigène possible. Ce dispositif de réparation doit permettre la prise en charge de la réparation intégrale des préjudices des personnes atteintes de maladies liées à l’utilisation du chlordécone et du paraquat, que ces maladies soient ou non d’origine professionnelle, et l'accompagnement des victimes en facilitant leurs démarches, lit-on dans l'exposé des motifs. Ce dispositif est pensé en complément des plans chlordécone (le 3e consacre 30 millions d'euros sur 2014-2016), davantage centrés sur les études épidémiologiques, la prévention et sensibilisation, et la communication.

LA 1ERE FRANCE TV INFOS 25/11/16 Le chlordécone, un scandale français ? [Décryptage] 1/2 #1 Le chlordécone, qu’est-ce que c’est ? Le chlordécone aux Antilles, c’est l’équivalent des essais nucléaires en Polynésie ou de l'affaire de l’amiante dans l’Hexagone. Ce pesticide a été utilisé aux Antilles pour lutter contre un insecte, le charançon, dans les bananeraies de 1972 à 1993. Or cet insecticide comme la plupart des pesticides organochlorés est "difficilement biodégradable et fortement persistant dans l’environnement" comme l’écrit Pierre-Benoit Joly de l'INRA dans son document publié en 2010 sur la saga chlordécone. © CIRAD Charançon de la banane "Trois kilos de chlordécone épandus par hectare et par an ne s'éliminent totalement des sols qu'au bout de sept siècles" précise l'Office parlementaire d'évaluation des choix scientifiques dans un rapport paru en 2009. #2 Importance de la banane aux Antilles En Martinique et en Guadeloupe, la banane est devenue le fruit le plus cultivé. © Yadid Levy / Robert Harding Heritage / robertharding #3 Le chlordécone : une saga

LA 1ERE FRANCE TV INFOS 26/11/16 Le chlordécone : et maintenant ? [Décryptage] 2/2 #5 Le chlordécone, un polluant durable Selon un rapport du Sénat publié en 2009, "le chlordécone se caractérise par un très faible degré de dégradation". En clair, les Antillais ne sont pas prêts de se débarrasser de cet insecticide installé durablement dans les sols. Une analyse que confirme un article de l’INRA signé Yves-Marie Cabidoche en 2011 qui confirme qu'"il faudra cohabiter avec la pollution des sols (aux Antilles) par le chlordécone pour longtemps". Selon un rapport parlementaire, un quart de la surface agricole utile est contaminé aux Antilles. © BRGM 2004 Carte de la pollution (en rouge) au chlordécone en Guadeloupe et en Martinique Par ailleurs : "le chlordécone s’accumule dans les graisses et il est donc susceptible de se concentrer dans la chaîne alimentaire" peut-on lire dans le rapport de l'office parlementaire des choix scientifiques de 2009. Certaines fermes aquacoles ont dû mettre la clef sous la porte. Les pêcheurs aussi se retrouvent dans une situation impossible.

CAMPAGNES ET ENVIRONNEMENT 07/09/10 Chlordécone aux Antilles - 1968-2008, Pierre-Benoît Joly Pierre-Benoît Joly, directeur de l'Ifris et directeur de recherche Inra (1) vient de publier « Une saga du chlordécone aux Antilles – reconstruction chronologique 1968-2008 ». Il s'est attaché à rassembler toute l'information accessible afin d'avoir une vision objective sur ce dossier polémique*. Sur cette base, le rapport publié propose une interprétation afin de tirer les leçons de cette expérience, qui concentre tous les ingrédients d'un scandale sanitaire (voir notre article paru le 31 août). Première question à Pierre-Benoît Joly : quels sont les points qui vous ont le plus surpris ? Par Campagnes & Environnement - Publié le 07/09/2010 à 00:00 Partager : Campagnesetenvironnement.fr : quels sont les points qui vous ont le plus surpris ? Pierre-Benoît Joly : Ce qui m’a le plus surpris lors de cette enquête est sans aucun doute à quel point une molécule peut devenir invisible ! Ce qui pointe clairement la question de l’épidémiosurveillance et de la collecte de l’information.

Related: