background preloader

Dépendance à Internet: peut-on vraiment se désintoxiquer de la Toile?

Dépendance à Internet: peut-on vraiment se désintoxiquer de la Toile?
ADDICTION - L'information a fait le tour du web car, forcément, c'est le premier concerné. Aux États-Unis: un hôpital privé propose une cure de désintoxication pour accros à Internet. Durée: 10 jours, dont 72 heures de sevrage total, période pendant laquelle le patient sera privé d'accès à Internet, mais aussi de tablette et de smartphone, bref, de tout vecteur d'Internet. Suivent ensuite des séances de thérapie, séminaires et autres traitements. Coût total de la cure: 14.000 dollars soit un peu plus de 10.600 euros. Lire aussi:» 75% des adolescents dorment avec leur téléphone portable allumé » Ce qu'il arrive quand on se déconnecte vraiment » Êtes-vous accro au boulot ? Une addiction comme les autres Excessive, l'idée d'une cure de désintox? Certains pays qui dénombrent un grand nombre d'individus dépendants ont décidé de prendre le problème à bras-le-corps. Autant dire qu'à côté, la cure de désintox américaine fait figure de promenade de santé. Trop court Identifier ce besoin à la source

"Digital Detox" sur Canal Plus, 90 jours sans internet : un vrai sevrage thérapeutique Le documentaire "Digital Detox" sera diffusé sur Canal Plus mercredi 25 février à 20h50 (ISOPIX/SIPA). Sur le plan préventif, il y a tant d’enjeux à reprendre sa vie numérique en mains : santé, efficience qualité de vie, son sens, etc. Alors, le reportage "90 jours de détox" que nous propose Canal Plus ce mercredi a-t-il un sens ? De manière intuitive, on répondra oui. Le titre est "choc", mais le sujet n’est pas "toc". En prévention – surtout des addictions –, éveiller les consciences doit souvent se faire de manière vivante. Le sevrage numérique est une affaire sérieuse En se définissant addict, Pierre-Olivier Labbé a choisi un parcours de 90 jours, qui, en addictologie, fait sens. Dans le couple "personne-produit", notre cerveau est très sensible aux trois mois : pour la cigarette par exemple, c’est le temps pour que les récepteurs nicotiniques se déshabituent au tabac, les post-cures alcooliques sont souvent de 90 jours, etc. L'expérience menée n'est donc pas "gadget".

Téléphone portable : de l'excès à la dépendance - A la une - La Quotidienne 75% de la population mondiale possède un téléphone portable, soit environ 6 milliards de personnes. Notre pays, lui, compte 70 millions de mobiles, plus que le nombre de Français. Le portable est devenu indispensable. Avec l'explosion de l'équipement en smartphone, le mobile est devenu un outil bien pratique et parfois très envahissant pour les français Six minutes, c’est le temps moyen qu’un utilisateur passe à distance de son téléphone portable. Mais alors, que fait-il ? Il écrit des mails, envoie des SMS, prend des photos, surfe sur le net. Thierry Crozet en a fait les frais. La nomophobie : un mal qui touche 42% des français Sacrée coup dur que cette nuit, où, campé devant son réfrigérateur, les yeux dans le vide et le regard creux, il perd pied. « Ma femme m’a trouvé en pleine crise d’angoisse au beau milieu de la nuit, elle appelle alors l’ambulance. » se souvient très précisément le montpelliérain. Déjà en 1999 Phil Marso avait senti le vent tourné. Gaëlle Grandon

Comment arrêter l’addiction de l’internet ? Bonsoir, c'est déjà reconnue comme une addiction si : ADDICT A INTERNET : la France compte aujourd’hui près de 30 millions d’internautes qui surfent en moyenne une heure par jour, de part sa facilité d’accès et sa richesse en informations en tout genre, Internet à tout pour plaire. Mais il peut aussi se transformer en piège et certains vont y consacrer de plus en plus de temps et s’enfermer dans un monde virtuel. Surfer n’est plus un plaisir mais devient une dépendance. On parle d’addiction à Internet quand on retrouve ses trois signes de dépendance : La perte de contrôle : l’internaute ne résiste pas à la tentation de se connecter en permanence et n’arrive plus à se maîtriser, par exemple, impossible pour lui d’éteindre son ordinateur au bout d’un quart d’heure. Le temps passé sur Internet : Il est très important, plusieurs heures par jour et empêchent de faire d’autres activités. santé.az

Cyberdependance.ca - Quand l'utilisation d'Internet devient un problème Overloaded? Forget your tech gadgets at 'digital detox' camp If your smartphone is attached to your hip, your blood flows like a Twitter feed and you're fairly certain your eyes permanently see through an Instagram filter, then maybe it's time to disconnect for a bit? A new summer camp aims to help adults take a break from technology for a weekend of being a kid again. "Camp Grounded," a retreat brought to you by the folks at The Digital Detox, takes place this June near Anderson Valley, Calif. (about two to three hours north of San Francisco). This four-day "summer camp for adults" in a 1970s-style Boy Scouts camp atmosphere brings together 232 campers who must follow some special rules: no technology use, no cell phones allowed and no talking about work. "We really hope people reconnect with themselves," said Ben Hanna, a partner at The Digital Detox. "So many people now don't understand their relationship with technology, but they do know something's wrong with how often they feel the need to check their phone."

Pourquoi devient-on accro à son téléphone portable ? Afin de comprendre le phénomène appelé "nomophobie" (contraction de no mobile phobia), il faut avant tout revenir à l’analyse d’Otto Fenichel, datant de 1946, qui évoque, pour la première fois, la notion de "toxicomanie sans drogue". Le téléphone, de fait, n’est pas une drogue mais simplement l’outil qui va révéler la tendance addictive d’un individu. Journée sans portable à la saint Gaston, 08/02/2012, BFMTV Une addiction à "l'autre" L’un de mes professeurs avait parfaitement résumé toute la complexité de ces pathologies addictives liées à la cyberdépendance à travers cette citation : "La main est la métaphore du moi dont le but est de serrer le monde dans son poing fermé." Cette phrase résume mieux que tout autre commentaire la teneur de l’addiction liée aux smartphones : avec l’accès à internet, aux réseaux sociaux et à diverses applications, ces téléphones sont devenus un véritable concentré ultra-réduit du monde contemporain. Des individus aux tendances narcissiques

L'addiction à Internet: une nouvelle maladie? | Laurent Schmitt Au moment où tous les individus sont connectés une question toute simple se pose. Où se trouve la frontière entre un usage répété et une addiction? Cette question n'est pas si facile. Le terme d'addiction est passé dans le langage usuel. Il appartient maintenant à la "pop-psychologie", la psychologie populaire. Mais qu'est-ce qu'une addiction à Internet? L'addiction se distingue de l'usage intensif par une préoccupation intellectuelle constante, une pensée focalisée sur l'idée, devenue un besoin , d'utiliser Internet. LIRE AUSSI: Dépendance à Internet: peut-on vraiment se désintoxiquer de la Toile? Parmi les autres stigmates d'une addiction, figure la tentative de masquer ou de minimiser le temps consacré. L'addiction à Internet s'inscrit dans un double contexte Il existe des phases d'addiction temporaire de quelques semaines à quelques mois. L'objet de l'addiction est une source de plaisir. Les sujets deviennent alors des "esclaves de la quantité". Envoyer une correction Contactez-nous

La dépendance à Internet bientôt considérée comme un trouble psychiatrique À l'image des échanges enflammés qui agitent les internautes lorsqu'il est question de la dépendance au jeu vidéo, et des effets réels ou supposés qu'une pratique excessive peut avoir sur le comportement du joueur, les réflexions sur l'addiction à Internet sont également très passionnées sur la toile. Or, l'initiative de reconnaître officiellement ce trouble va inévitablement relancer le débat. Mashable rapporte en effet que la prochaine édition du manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux, un ouvrage de référence publié par l'Association américaine de psychiatrie, va introduire une nouvelle entrée : le trouble de l'utilisation d'Internet (Internet-use disorder). Comme son nom le laisse transparaître, il s'agit d'un symptôme où l'utilisation du web interfère avec le quotidien d'un individu. Mais une telle pathologie est contestée dans le milieu psychiatrique et médical.

Internet Detox Center Opens Near Microsoft An Internet detox center has established itself right down the road from Microsoft. If memory serves correct, the last article describing an Internet bootcamp of sorts reported that one of its enlisted "addicts" checked in alive and wound up beaten to death. Granted this incident took place in China, the thought of any need for a bootcamp or "detox" center seems a bit outlandish. Yet when World of Warcraft consumes gamers or cellphone owners are spending more time texting than actually talking, the term "Internet addiction" comes into play. TechFlash leads to an announcement that an actual Internet "detox" center has established itself in Fall City, Washington, just miles away from Microsoft's main headquarters. The 45-day program itself is called the reStart Internet Addiction Recovery Program, and costs a whopping $14,500 that supposedly helps Internet and video game "addicts overcome their dependence on gaming, gambling, chatting, texting and other aspects of Internet Addiction."

Cyberdépendance: Le Japon lance des camps spéciaux pour les ados accros à Internet INTERNET - La cyberdépendance est devenu un problème de santé publique au pays du Soleil levant. Plus de 500.000 Japonais seraient concernés. Des adolescents, pour l'essentiel, âgés de 12 à 18 ans. Mais difficile d'avoir des donnés plus précises, à en croire le ministère de la Santé du Travail et des Affaires sociales. "Ce problème prend de plus en plus de place, a déclaré au Daily Telegraph, Akifumi Sekine, un porte-parole du ministère. LIRE AUSSI» Au Danemark, des lycéens passent le bac connectés à Internet » 20 ans du Web : le premier site internet est remis en ligne par le Cern » Vie privée sur Internet: il a collecté toutes ses données personnelles et les met en vente Au mois d'août, une étude menée par un institut rattaché au ministère japonais de la Santé, alertait déjà sur l'étendue du problème, estimant qu'Internet était une drogue pour près d'un adolescent japonais sur dix (8,1%). Au programme, pour les plus jeunes : activités en plein air, jeux et sports en équipe.

3009043 poster 1280 now 176 are you internet addicted

Bonjour,
article très intéressant mais qui me laisse quand même sans voix! l'addiction aux écrans est donc une maladie....? une cure de jours? j'en suis choquée et sceptique en ce qui concerne les effets. encore un moyen pour les hôpitaux américains de se faire de l'argent. enfin bon ça se débat! by nkodiamatala_groupef_spy Mar 12

Related: