background preloader

Aliments bruts VS Aliments transformés

Facebook Twitter

Aliments industriels : nous rendent-ils malades ? - Enquête de santé le documentaire. Envoyé spécial. Alerte aux faux aliments ? - 13 septembre 2018 (France2) ABE : Aliments ultra-transformés, mais que mange-t-on ! Produits transformés : 60 millions de consommateurs dénonce les aliments qui nous "empoisonnent" Chocolat en poudre plus sucré que cacaoté, yaourt riches en additifs… Le magazine 60 millions de consommateurs dénonce les dérives d'une alimentation "ultratransformée" à notre insu dans un nouveau hors-série publié le jeudi 12 avril 2018.

Produits transformés : 60 millions de consommateurs dénonce les aliments qui nous "empoisonnent"

En tout, ce sont plus de 100 produits de la grande consommation qui sont épinglés par la revue. “Pauvres en matières premières brutes (légumes, fruits, lait, viande…) mais riches en additifs, ils regorgent d'ingrédients à bas coût, dénaturés pour leurrer notre goût. Sel, sucre et graisses combinés stimulent les pics de glycémie, entraînant des réactions addictives”, explique ainsi l'association. Avec cette étude, l'objectif de 60 millions de consommateurs est d'alarmer mais aussi de donner des armes aux consommateurs pour débusquer les aliments cachés.

L'étude rapproche ainsi chaque produit à une série d'études internationales, dont celle publiée début 2018 par la revue British Medical Journal. Sucre, l'ennemi numéro 1. Qu’est-ce qu’un aliment ultra-transformé. Pourquoi c'est important La notion d'aliment ultra-transformé ou AUT est récente. Elle a été popularisée par les chercheurs de l’université de Sao Paulo, au Brésil, et en France par le chercheur de l'INRA Anthony Fardet.

Ils ont publié plusieurs études qui montrent que la nutrition, en se focalisant sur les graisses, les glucides ou les vitamines a négligé l’impact de la transformation des aliments. Ce qui peut être résumé ainsi : plus un aliment est transformé (industriel), plus il est susceptible d’avoir un effet néfaste sur la santé, surtout s'il est consommé fréquemment. Lire : 90% des sucres ajoutés viennent d'aliments ultra-transformés Contrairement à ce qu'on croit spontanément, les AUT ne se résument pas aux aliments traditionnels de la malbouffe comme les sodas ou les frites. Consommation d’aliments ultra-transformés et risque de maladies cardiovasculaires. ©Photo Christopher Flowers / Unsplash Dans un article à paraître le 30 mai 2019 dans le British Medical Journal, des chercheurs de l’Inserm, de l’Inra, de l’Université Paris 13 et du Cnam au sein de l’Équipe de recherche en épidémiologie nutritionnelle EREN rapportent un risque accru de maladies cardiovasculaires chez les consommateurs d’aliments ultra-transformés dans la cohorte NutriNet-Santé.

Consommation d’aliments ultra-transformés et risque de maladies cardiovasculaires

Durant les dernières décennies, les habitudes alimentaires se sont modifiées dans le sens d’une augmentation de la consommation d’aliments ultra-transformés (voir encadré ci-dessous), qui contribuent aujourd’hui à plus de la moitié des apports énergétiques dans de nombreux pays occidentaux. Ils se caractérisent souvent par une qualité nutritionnelle plus faible, mais aussi par la présence d’additifs alimentaires, de composés néoformés et de composés provenant des emballages et autres matériaux de contact. YouTube. PNNS vs science NOVA, une classification des aliments basée sur la science.

Teneurs en glucides, lipides, graisses, sel... fixent bien souvent la manière de classer les aliments selon leurs effets supposés sur la santé.

PNNS vs science NOVA, une classification des aliments basée sur la science

Mais si cette manière de faire, qui a mené par exemple à l'étiquetage nutritionnel français, était en réalité dépassée ? C'est ce que pensent les tenants de la classification internationale NOVA. Cette dernière a été élaborée en 2010 par Carlos Monteiro, professeur de nutrition et de santé publique à l’université de Sao Paulo (Brésil) et popularisée en France par le Dr Anthony Fardet.Elle distingue quatre groupes d’aliments selon leur degré de transformation. Quelle place pour les aliments transformés? Les rayons d’épicerie n’ont jamais été aussi garnis!

Quelle place pour les aliments transformés?

Nous sommes passés rapidement d’une alimentation contenant des aliments de base ou peu transformés à une alimentation riche en produits très transformés. Au même rythme, on constate une hausse de l’obésité et d’autres maladies chroniques non transmissibles. Une coïncidence? Qu’est-ce qu’un aliment transformé? Selon la définition générale, c’est un aliment qui a subi une transformation, de sorte qu’il n’est plus dans sa forme brute ou à l’état frais. Une classification s’impose Des chercheurs brésiliens proposent cette classification : Aliments non ou peu transformés. Un soupçon non confirmé Un panier d’épicerie contenant uniquement des produits très transformés renferme beaucoup plus de calories, de sucre, de gras et de sel qu’un panier contenant des aliments de base et peu transformés.

Les peu transformés, à chouchouter! Aliments transformés: faut-il les éviter ? Pizza Industrielle : Cherchez les Ingrédients !