background preloader

Neurosciences Théorie

Facebook Twitter

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! Fonctions cognitives chez l’enfant, clés de compréhension. Masson2016. Des stratégies pour favoriser la métacognition et la conscience de soi chez les élèves. La recherche montre que les habiletés métacognitives se développent considérablement entre 12 et 15 ans.

Des stratégies pour favoriser la métacognition et la conscience de soi chez les élèves

Comment favoriser le développement de ces habiletés chez les élèves? Cet article de la psychologue, chercheuse et auteure Marilyn Price-Mitchell porte sur la conscience de soi et la façon dont cette conscience est liée aux habiletés métacognitives. La conscience de soi, associée au système paralimbique du cerveau, permet à l’individu d’ajuster ses conceptions du monde ; sa conception de soi et des personnes qui l’entourent. La conscience de soi […] aide les élèves à apprendre plus efficacement en focalisant sur ce qu’ils ont besoin d’apprendre. Selon l’auteure, il est important de cultiver l’habileté des élèves à réfléchir à leurs stratégies d’apprentissage ainsi qu’à l’efficacité de ces stratégies. 1. Psychologie cognitive et Neurosciences. Neurosciences et pédagogie.

Dans le monde de l'éducation, c'est une innovation : améliorer l'enseignement et l'apprentissage par ce qu'on connaît du fonctionnement du cerveau.

Neurosciences et pédagogie

Et cela s'appelle la neuropédagogie. Domaine de recherche relativement nouveau qui fait la jonction entre les neurosciences et les sciences de l'éducation, il s'intéresse aux processus biologiques en jeu dans l'apprentissage ainsi que les expériences sociales et émotionnelles. La gymnastique du cerveau D'une manière pratique, les applications de la neuropédagogie mènent vers des évolutions dans la manière d'enseigner et d'apprendre et vise in fine à "stimuler de nouvelles zones du cerveau, à créer de nouvelles connexions pour faciliter les apprentissages". Dans un reportage de la chaîne Euronews sur le sujet, on se rend bien compte que cela n'a rien de sorcier. Mais la neuropédagogie ne s'arrête pas là. On sait par exemple que le cerveau retient sept fois plus d'informations si on les catégorise.

Stanislas Dehaene - Psychologie cognitive expérimentale. Sciences cognitives et éducation - Psychologie cognitive expérimentale - Stanislas Dehaene - Collège de France - 20 novembre 2012 08:30. Laboratoire de psychologie cognitive (CNRS & Aix-Marseille Université) - Accueil. Génération Z : le cerveau des enfants du numérique - 12 février 2015. La génération Z (12-24 ans), qui a grandi avec les jeux vidéo et les téléphones portables, a gagné des aptitudes cérébrales en termes de vitesse et d’automatismes, au détriment parfois du raisonnement et de la maîtrise de soi, explique le professeur de psychologie Olivier Houdé.

Génération Z : le cerveau des enfants du numérique - 12 février 2015

Dans cet entretien accordé à l'AFP, le directeur du Laboratoire de psychologie du développement et de l’éducation de l’enfant du CNRS-La Sorbonne (LaPsyDé) et auteur du livre "Apprendre à résister" (Le Pommier), il préconise un apprentissage adapté à ces mutations. Le cerveau des enfants nés à l’heure du digital est-il différent ? Olivier Houdé : Le cerveau reste le même, mais ce sont les circuits utilisés qui changent. Face aux écrans, et du coup dans la vie, les natifs du numérique ont une sorte de TGV cérébral, qui va de l’œil jusqu’au pouce sur l'écran. Ils utilisent surtout une zone du cerveau, le cortex préfrontal, pour améliorer cette rapidité de décision, en lien avec les émotions.

Stanislas Dehaene - Psychologie cognitive expérimentale. Le modèle du cerveau dans la main de Daniel Siegel. La « double tâche » c’est invisible. Caroline Huron (psychiatre et chercheuse en sciences cognitives) nous montre que le cerveau ne peut pas faire deux tâches en même temps si ces deux tâches requièrent de l’attention.

La « double tâche » c’est invisible

C’est une contrainte biologique du fonctionnement cérébral. Elle est invisible, nous en avons rarement conscience et pourtant elle envahit toute notre vie quotidienne. Cette limite de notre cerveau a une conséquence majeure dont il faut avoir conscience : on ne peut pas apprendre en situation de double tâche. Les élèves « dys » qui ont des difficultés à automatiser leur gestes, leur lecture, leur écriture, les calculs etc… sont très souvent dans cette double tâche en classe ce qui entraîne des difficultés d’attention et surtout de la fatigue. Cette courte vidéo de quelques minutes vous donnera quelques éléments de compréhension simples et clairs. Nous profitons de cet article pour vous communiquer à nouveau les références du site Le cartable fantastique auquel participe activement Caroline HURON. Le cerveau peut-il faire deux choses à la fois ? 5 principes issus des neurosciences pour favoriser l'apprentissage en formation.

Quels sont, à votre avis, les avantages et inconvénients des pédagogies actives, ludiques et participatives ?

5 principes issus des neurosciences pour favoriser l'apprentissage en formation

Si les entreprises semblent conscientes de la nécessité d’amorcer un virage pédagogique dans leurs formations, elles sont parfois réticentes à l’idée de passer à l’action : est-ce vraiment utile et pertinent ? De mon point de vue, la réponse est indéniablement : OUI ! Entraine ton cerveau! L’effet de l’activité physique. Le lien entre l’activité physique et la prévention de maladies et de troubles comme le diabète, les maladies cardiaques et l’obésité est bien connu.

Entraine ton cerveau! L’effet de l’activité physique

Par ailleurs, les plus récentes recherches mettent en lumière les effets de l’activité physique sur le développement du cerveau de l’enfant. Ces découvertes permettent d’établir d’importants liens entre l’activité physique et l’apprentissage. Dans cet article publié par la Canadian Education Association (CEA), des chercheurs affiliés au Children’s Hospital of Eastern Ontario Research Institute, rapportent les résultats de récentes recherches qui montrent les bienfaits de l’activité physique sur le cerveau. Selon Voss et all., ces bienfaits se situeraient à trois niveaux : Fondements cognitifs de l'apprentissage des mathématiques - Psychologie cognitive expérimentale - Stanislas Dehaene - Collège de France - 03 mars 2015 09:30. La compréhension du nombre et l’apprentissage de l’arithmétique ont également fait l’objet d’importantes études en neurosciences cognitives.

Fondements cognitifs de l'apprentissage des mathématiques - Psychologie cognitive expérimentale - Stanislas Dehaene - Collège de France - 03 mars 2015 09:30

Dès le plus jeune âge, les enfants disposent d’un système de perception approximative des grandeurs numériques (approximate number system ou ANS) ainsi que d’une disposition à percevoir les tout petits nombres 1, 2, 3 (subitisation ou subitizing). Le nombre fait partie des dimensions abstraites qui sont perçues dès la naissance. Le sillon intrapariétal s’active très précocement, particulièrement dans l’hémisphère droit, et l’imagerie cérébrale chez l’adulte montre qu’il contient une représentation décodable des grandeurs numériques approximatives.

Chez le singe, cette région contient une population de neurones accordés à un nombre particulier d’objets, présents avant même tout entraînement. Un consensus existe sur le fait que ce « sens du nombre », qui préexiste à tout apprentissage, sert de fondation à l’acquisition des symboles pour les nombres. Numeracy Screener - About The Test. A wealth of evidence shows that children’s ability to understand numerical magnitude (quantity) is a critical building block of early math skills.

Numeracy Screener - About The Test

Numerous studies have shown that children who are faster and more accurate at comparing which of two numbers is larger are also those that perform better on standardized measures of math achievement, such as tests of arithmetic achievement. For a review see De Smedt et. al 2013. There is evidence showing that both the ability to compare numbers that are presented as symbols (e.g. the Arabic Numerals; 1,2,3…) and non-symbolically (e.g. clouds of dots or collections of objects) is related to individual differences in children’s present and future math skills. MEMORYA - Jeu documentaire scientifique sur la mémoire. Le cerveau des natifs du numérique en 90 secondes. Les dernières découverts en neuroéducation. Steeve Masson, chercheur canadien en neuroéducation, propose de répondre dans la vidéo ci-dessous à la question : en quoi mieux connaître le cerveau peut-il nous aider à mieux enseigner ?

Les dernières découverts en neuroéducation

Cette vidéo dure 1 heure et 15 minutes et je vous en résume les grandes lignes dans plusieurs articles : Neuroéducation #1: l’étude du cerveau pourrait nous aider à mieux enseigner - #PROFPOWER. La neuroéducation est un champ très à la mode ces temps-ci.

Neuroéducation #1: l’étude du cerveau pourrait nous aider à mieux enseigner - #PROFPOWER

Vous avez toujours rêvé de connaître ce qu’il se passe dans le cerveau de vos élèves lors de l’apprentissage ? De savoir quels sont les effets de vos enseignements sur leurs capacités cérébrales ? De pouvoir adapter votre pédagogie à chaque élève, en fonction de la constitution et du développement de son cerveau ? On se propose de vous exposer en avant-première les découvertes d’une toute jeune discipline à la croisée des chemins : la neuroéducation. La neuréducation : définition. Bilan neuropsychologique EF 10 08. Projet de neuroéducation. Fondement cognitif des apprentissages scolaires (Collège de France) Le cours 2014 a été consacré aux liens qu’entretiennent ou que devraient entretenir les sciences cognitives avec les sciences de l’éducation. Ces liens sont nombreux et réciproques.

Comprendre comment l’éducation parvient à transformer le cerveau humain est l’un des grands problèmes ouverts en neurosciences cognitives, qui soulève de nombreuses questions passionnantes : comment les apprentissages scolaires (langues première et seconde, lecture, écriture, mathématiques) s’inscrivent-ils dans les circuits de notre cerveau ? Quels rôles respectifs jouent l’organisation précoce et la plasticité cérébrale dans ces modifications ? Pourquoi l’espèce humaine est-elle la seule qui parvienne à modifier ses représentations mentales et ses circuits cérébraux par le biais d’un enseignement explicite ? Au cours des trente dernières années, d’importants progrès ont été réalisés dans la compréhension des principes fondamentaux de la plasticité cérébrale et de l’apprentissage. Quel est votre profil d'intelligences ? Lorsque vous vous demandez quel genre de personne vous êtes, auriez-vous tendance à vous définir comme quelqu'un de rationnel et mathématique, ou plutôt de physique et corporel ?

Aimez-vous plutôt le langage et les mots, ou les figures géométriques ? Les mécanismes ou la musique ? Peut-être appréciez-vous plusieurs de ces domaines simultanément. Mais vous avez certainement vos domaines de prédilection, certains types de situations où vous vous sentez plus à l'aise. Peut-être avez-vous un mauvais sens de l'orientation, mais un vocabulaire riche et une certaine aisance en société. Le cerveau dans la main, une animation pour aider les enfants à gérer leurs émotions. Intelligences. Accueil > Dossiers et articles > Intelligences Qu'il est difficile de définir de manière univoque ce qu'est l'intelligence ! La notion a en effet beaucoup évolué avec le temps.

Retenons pourtant deux éléments essentiels : c'est grâce à notre intelligence que l'on comprend, puis que l'on produit quelque chose à partir de ce que l'on a compris. Mais comprendre quoi ? Personne n'est expert dans tous les domaines et personne n'est en capacité de tout comprendre. Mesurer l'intelligence conceptuelle abstraite s'est vite révélé insuffisant pour rendre compte de l'incroyable palette de talents et d'habiletés mises en oeuvre par l'individu au jour le jour. L'intelligence se cultive seul ou à plusieurs. Contes et légendes de la neuropédagogie. On le dit souvent ici : il ne faut pas hésiter à utiliser les neurosciences pour faire évoluer la pédagogie. Les avancées scientifiques sur la compréhension de notre cerveau et les mécanismes d’apprentissage nous donnent en effet des clés essentielles pour adapter la pédagogie. Mais attention : certains professeurs, pleins de bonne volonté, se font prendre au piège des neuromythes.

Un neuromythe est une idée fausse que l’on se fait sur le cerveau. Une telle idée se base généralement sur une véritable découverte scientifique, mais dont une interprétation erronée a été diffusée auprès du public. Le neuromythe le plus connu est sans doute celui ci : nous n’utilisons que 10% de notre cerveau. Le fait est que de plus en plus d’enseignants et de formateurs se laissent tentés par la neuropédagogie, mais faute d’une véritable formation dans le domaine, tombent dans les travers des neuromythes qui y sont associés.

Cerveau et apprentissage — Enseigner avec le numérique. La Fondation La main à la pâte publie en ligne le site satellite Cerveau et apprentissage dont l'objectif est d’éclairer les pratiques éducatives et d’inspirer les professionnels de l’éducation en ce qui concerne les fonctions cognitives. Cet espace web est conçu dans un esprit de partage de connaissances visant à rapprocher le monde de l’enseignement et le monde de la recherche. Il s'agit notamment, pour reprendre la présentation du site, de favoriser des échanges afin de développer une compréhension plus profonde et utile des mécanismes impliqués dans l’apprentissage, et de relier des contenus scientifiques théoriques (ce que les enseignants doivent savoir sur les fonctions du cerveau de l’enfant, sur son développement cognitif, sur l’apprentissage sans ou avec difficultés) à des activités à faire en classe.

Le site met à disposition des acteurs de l’éducation trois types d’outils : Bases neuropédagogiques de l'apprentissage. Les grands principes de l'apprentissage (Stanislas Dehaene) Des stratégies pour favoriser la métacognition et la conscience de soi chez les élèves. Les apprentissages, détour par les neurosciences. Neurosciences et éducation : peut-on les marier ? Inspiré du titre d’un article de Francis Schrag (professeur en philosophie de l’éducation) paru en 2013, la question du mariage entre neurosciences et éducation est au cœur des débats que suscite l’éventuelle application des résultats neuroscientifiques dans la salle de classe. Introduction à la neuroéducation. I. Que nous apprennent les neurosciences sur les états modifiés de conscience ?

Neurosciences et pédagogie - Publications pédagogiques - Les sites web conseillés par Instit.info. Intelligences. Les 4 piliers de l'apprentissage d'après les neurosciences. D’après Stanislas Dehaene, psychologue cognitif, neuroscientifique et professeur au Collège de France, les neurosciences cognitives ont identifié au moins quatre facteurs qui déterminent la vitesse et la facilité d’apprentissage. 1. UNICOG, laboratoire de recherche en neuro-éducation.

Installée au centre de recherche NeuroSpin du Commissariat à l’énergie atomique à Saclay, l’unité de neuro‐imagerie cognitive UNICOG mène depuis 2002 des recherches innovantes sur les opérations cognitives du cerveau humain. En combinant des techniques d’imagerie cérébrale avec des protocoles de recherche issus de la psychologie cognitive, les chercheurs d’UNICOG s’intéressent tant au cerveau normal que pathologique.

Cerveau et pédagogie : des principes réellement soutenus par la science. En seconde partie de sa présentation lors du symposium « La persévérance scolaire – Ce que la neuroscience peut nous enseigner », organisé par l’Association canadienne d’éducation (ACE) », le Dr Steve Masson a énoncé des principes neurologiques aux réelles retombées positives en éducation. Cerveau et apprentissage, ou les bienfaits de la neuroéducation. 5 principes issus des neurosciences pour favoriser l'apprentissage en formation.

Comprendre le cerveau 2007. Stanislas Dehaene - Psychologie cognitive expérimentale. Comprendre le cerveau 2007 1. Le cerveau à tous les niveaux. Accueil. Le cerveau à tous les niveaux. Génération Z : le cerveau des enfants du numérique- 12 février 2015. Dix constats clés de la recherche cognitive sur l'apprentissage (Schneider & Stern, 2010. 1. L’apprentissage est une activité exercée par l’apprenant L’enseignant ne peut pas intervenir dans le cerveau de ses élèves pour y insérer de nouveaux éléments de savoir. Les connaissances que chacun possède ne sont accessibles qu’à lui seul. C’est donc l’apprenant qui doit créer lui-même de nouvelles structures de connaissance. Ce constat peut paraître évident, mais il a de profondes implications.

Il signifie en effet que l’apprenant est placé au centre du dispositif. Quand les neurosciences valident l'éducation bienveillante. Catherine Gueguen, pédiatre passionnée par les découvertes récentes des neurosciences.© Sylvain Gripoix. Arts de la mémoire : les principes de la mémorisation – Formation 3.0. La loi de pareto appliquée à l'apprentissage des langues. Le Système de Répétition Espacée : Mémoriser et ne jamais oublier - Apps pour apprendre rapidement l'anglais, l'espagnol, l'italien, l'allemand et le portugais sur iPhone, iPad, Android.

Nous sommes tous des génies de la mémoire - Sébastien Martinez. Les empêchements à apprendre - Conférences / Videos — ARN. Centre de Recherche en Neurosciences de Lyon - Equipe DYCOG. Neurosciences et pratiques pédagogiques diversifiées élèves TSA. Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene. Collège de France. ANAE - Approche Neuropsychologique des Apprentissages chez l'Enfant - ANAE - Approche Neuropsychologique des Apprentissages chez l'Enfant. Comment apprend-on ? Comment le cerveau apprend-il? — ARN. Cogni-sciences. Le cerveau à tous les niveaux. Stanislas Dehaene - Psychologie cognitive expérimentale.

Bilan neuropsychologique_EF_10_08 - Bilan_neuropsychologique_EF_10_08.pdf. Les grands principes de l'apprentissage (Stanislas Dehaene) Mon corps ce héros : Le cerveau - 03/03. Mon corps ce héros : Le cerveau - 02/03. La plasticité cérébrale ou la régénérescence du cerveau: Pierre-Marie Lledo at TEDxParis 2012. Mon corps ce héros : Le cerveau - 01/03.