background preloader

Cerveau et Apprentissage

Cerveau et Apprentissage

http://www.fondation-lamap.org/fr/cognition

Related:  Apprendre à apprendre - Métacogniton, méthodologieMécanismes d’apprentissageApprendre à apprendre NeurosciencesFormationapprentissage et cognition

Métacognition : des vidéos pour étendre ses connaissances sur son propre fonctionnement Le processus par lequel une personne prend conscience des stratégies qu’elle utilise pour apprendre est appelé Métacognition. En découvrant comment nous fonctionnons, nous avons plus de chances de pouvoir mettre en place des démarches mentales adaptées. Vous trouverez dans cet article de nombreuses vidéos pour accompagner les élèves en classe ou les enfants à la maison dans la découverte du cerveau et de son fonctionnement.Comprendre avec l'enfant son propre fonctionnement semble améliorer le processus d'apprentissage. S'efforcer de mettre des mots sur ses démarches lui permettra de s'éveiller à la conscience du "comment on s'y prend pour apprendre à faire cette chose". Ainsi, peu à peu s'élabore chez l'enfant une représentation détaillée des démarches mentales, des démarches affectives et des opérateurs, matières nécessaires à l'exercice de la compétence.

La séquence d'apprentissage Cette contribution ne se veut, en aucun cas, figée dans un discours normatif. Elle ne doit donc pas être lue dans ce sens, même si elle propose des points de vue tranchés sur un certain nombre de sujets. Elle n'est que l'état actuel d'une réflexion individuelle, fruit d'une « façon de voir » particulière, construite à partir d'une expérience professionnelle déjà longue, ce qui n'empêche qu'elle soit, au plus haut point, provisoire. Inauguration de l’Observatoire de la pédagogie en enseignement supérieur Fidèle à sa tradition de valorisation de la formation continue des professeurs et des chargés de cours pour l’enseignement, ainsi que pour l’excellence et l’innovation en pédagogie, l’Université du Québec à Trois-Rivières (UQTR) innove avec la mise sur pied de l’Observatoire de la pédagogie en enseignement supérieur (OPES) et au lancement d’une école d’été destinée aux professionnels de l’enseignement. Marie-Eve Caty, professeure au Département d’orthophonie, Jason Luckerhoff, professeur au Département de lettres et communication sociale et François Guillemette, professeur au Département des sciences de l’éducation. Sébastien Charles, doyen de la recherche et de la création, Adel Omar Dahmane, doyen des études, Daniel McMahon, recteur de l’UQTR et Catherien Parissier, doyenne de la gestion académique des affaires professorales.

Neurosciences et éducation : peut-on les marier Inspiré du titre d’un article de Francis Schrag (professeur en philosophie de l’éducation) paru en 2013, la question du mariage entre neurosciences et éducation est au cœur des débats que suscite l’éventuelle application des résultats neuroscientifiques dans la salle de classe. Neurosciences de l’éducation, esprit, cerveau et éducation ou encore neuro-éducation, le vocabulaire ne manque pas pour désigner cette « jeune science », dont l’objectif est de mieux faire connaître le cerveau et les processus cognitifs qui lui sont attachés. La fascination qu’exercent les images du cerveau, les animations 3D ou toutes approches déclarées « brain-based » (basée sur ce que l’on sait, ou croit savoir, du fonctionnement cérébral) engendrent malheureusement de nombreux malentendus. Mais quels sont ses véritables apports au monde éducatif ? Peut-on demander aux neurosciences de déterminer des méthodes efficaces d’enseignement ?

Le cerveau Protégé par la boîte crânienne, le cerveau est l’organe qui fait office de chef d’orchestre pour tous les membres et organes du corps humain. Il centralise les informations et renvoie des messages aux différents membres. Il se compose de deux hémisphères reliés : l’hémisphère gauche et l’hémisphère droit, qui contrôlent chacun la partie du corps qui lui est opposée. La main droite sera donc contrôlée par une partie de l’hémisphère gauche.

Stratégies d’apprentissage, poser les bonnes questions - Edupronet Un apprentissage efficace ne consiste pas juste dans l’accumulation de savoirs, il doit également permettre d’amener l’élève à réfléchir sur ces savoirs et aux meilleures stratégies d’apprentissage pour les acquérir. Pour mettre en place un enseignement efficace, tout enseignant doit apprendre aux élèves à apprendre. De manière simplifiée, chaque élève doit intégrer deux types de connaissances : celle du sujet concerné par le cours (par exemple les mathématiques, la langue ou l’histoire) et celle des stratégies d’apprentissage. Intelligence artificielle : la curiosité enfantine, moteur d’apprentissage À Télécom Bretagne, Mai Nguyen s’inspire des modes d’apprentissage des enfants pour développer une nouvelle forme d’intelligence artificielle. Elle souhaite mettre au point des robots capables de s’adapter à leur environnement en imitant la curiosité de l’humain au début de sa vie. Sur les premières années de sa vie, l’être humain évolue de façon fulgurante. « Entre zéro et six ans, l’enfant apprend à parler, marcher, dessiner, communiquer… » s’enthousiasme Mai Nguyen, chercheuse à Télécom Bretagne. Un développement rapide que cette scientifique essaie de mieux comprendre et de reproduire de façon algorithmique. En se plaçant à l’interface des sciences cognitives et de la programmation, Mai Nguyen veut doter des robots d’une intelligence artificielle d’un nouveau genre. Durant sa période d’éveil, l’enfant ne va pas à l’école, et ses parents ne lui transmettent pas des connaissances en continu.

Préparer la certification complémentaire en DNL Pour enseigner dans les disciplines non linguistiques (DNL) dans les Sections européennes ou de langues orientales, il faut passer une certification complémentaire. Cette rubrique vous aide dans la préparation de cette épreuve. Comme le spécifie le BO n°7 du 12 février 2004, une certification complémentaire peut être accordée depuis février 2005 aux enseignants de disciplines non linguistiques (DNL) pour enseigner leur discipline dans une langue autre que le français, dans le cadre des sections européennes ou de langues orientales (SELO). Cette certification complémentaire en DNL constitue un enjeu de formation majeur pour l'enseignement dans ces sections.

Les neurosciences en éducation, les limites méthodologiques (2) Actuellement, plusieurs principaux biais sur le plan de la problématique et de la méthodologie peuvent être mis en avant qui leur enlèvent toute pertinence. En effet, les méthodes d’investigation en neurosciences se trouvent être des approches indirectes, très fastidieuses à mettre en place et prenant appui sur une technologie très coûteuse. Les échantillons analysés ou comparés demeurent trop limités. 6 étapes pour créer un palais de mémoire (mémoriser efficacement à long terme) L’efficacité du procédé mnémotechnique connu sous le nom de “palais de mémoire” s’appuie sur la mémoire visuelle et les associations. 1.Représentation visuelle (trajet, maison, carte géographique…) Le palais de mémoire consiste à visualiser clairement dans sa tête un trajet ou un endroit parfaitement connu et maîtrisé (par exemple, une ligne de métro, le trajet maison/ école, un trajet souvent emprunté en voiture, le parcours de la cuisine à la salle de bain, les différentes pièces de la maison…). Source : Objectif mémoire de Hélène Weber (éditions Eyrolles) 2.Réceptacles à souvenirs (objets, pièces de la maison, pays…)

Une sélection de contenus et d'activités pratiques relatives au cerveau et à ses fonctions cognitives. La Fondation La main à la pâte publie en ligne le site satellite Cerveau et apprentissage dont l'objectif est d’éclairer les pratiques éducatives et d’inspirer les professionnels de l’éducation en ce qui concerne les fonctions cognitives. Cet espace web est conçu dans un esprit de partage de connaissances visant à rapprocher le monde de l’enseignement et le monde de la recherche. Il s'agit notamment, pour reprendre la présentation du site, de favoriser des échanges afin de développer une compréhension plus profonde et utile des mécanismes impliqués dans l’apprentissage, et de relier des contenus scientifiques théoriques (ce que les enseignants doivent savoir sur les fonctions du cerveau de l’enfant, sur son développement cognitif, sur l’apprentissage sans ou avec difficultés) à des activités à faire en classe. Trois grandes entrées Le site met à disposition des acteurs de l’éducation trois types d’outils : oL'espace Dossiers validé par des scientifiques de haut niveau en sciences de la cognition, constitue une base de connaissances scientifiques concernant les processus cérébraux impliqués dans l'apprentissage et le bien être cognitif de l'enfant, (attention, mémoire, perception, émotions, communication …), le développement de l’enfant et certains troubles ayant un impact négatif sur l’apprentissage et le bien-être de l’enfant à l’école. Ces dossiers présentent des textes, des vidéos, des animations, et comportent des références bibliographiques facilement accessibles, en particulier sur le web. oL'espace Boîte à questions invite les enseignants à poser des questions issues de leurs pratiques, auxquelles les scientifiques peuvent apporter des éléments concrets de réponse en fonction des recherches en cours. oL'espace Activités pour la classe regroupe des exemples d'activités clés en main, à mener en classe, pour faire prendre conscience aux élèves de leurs fonctions cognitives (potentiels et limites). Ce site s'adresse aux éducateurs au sens large (enseignants, formateurs…) et tout particulièrement aux élèves de l'école maternelle, de l'école élémentaire et du collège. Pour rappel, tous les éléments du site de la Fondation La main à la pâte (documents, images, graphisme, structure, etc.) sont protégés par le droit de la propriété intellectuelle. Toutefois, les documents peuvent être utilisés librement par les enseignants lorsqu'ils sont destinés à un usage pédagogique et non commercial, et à condition que leur origine soit citée (CC BY-NC-SA). by cdistdominique May 4

Related: