background preloader

Fondements cognitifs des apprentissages scolaires - Cours de Stanislas Dehaene au Collège de France

Le cours 2014 a été consacré aux liens qu’entretiennent ou que devraient entretenir les sciences cognitives avec les sciences de l’éducation. Ces liens sont nombreux et réciproques. Comprendre comment l’éducation parvient à transformer le cerveau humain est l’un des grands problèmes ouverts en neurosciences cognitives, qui soulève de nombreuses questions passionnantes : comment les apprentissages scolaires (langues première et seconde, lecture, écriture, mathématiques) s’inscrivent-ils dans les circuits de notre cerveau ? Quels rôles respectifs jouent l’organisation précoce et la plasticité cérébrale dans ces modifications ? Pourquoi l’espèce humaine est-elle la seule qui parvienne à modifier ses représentations mentales et ses circuits cérébraux par le biais d’un enseignement explicite ? Au cours des trente dernières années, d’importants progrès ont été réalisés dans la compréhension des principes fondamentaux de la plasticité cérébrale et de l’apprentissage.

https://www.college-de-france.fr/site/stanislas-dehaene/course-2014-2015.htm

Related:  Sciences cognitivesneuroSciences cognitives et neuroéducationUnivers parallèleApprendre à apprendre

Les quatre piliers de l’apprentissage - Stanislas Dehaene L’enfant est doté d’intuitions profondes en matière de repérage sensoriel du nombre. Avant tout apprentissage formel de la numération, il évalue et anticipe les quantités. Apprendre à compter puis à calculer équivaudrait à tout simplement tirer parti de ces circuits préexistants, et, grâce à leur plasticité, à les recycler. Neurosciences : les amis et les ennemis du cerveau des élèves Les neurosciences nous éclairent sur ce qui est bon ou mauvais pour le cerveau de nos élèves. Il est donc judicieux que ces connaissances soient prises en compte pour organiser notre pratique et nos liens quotidiens avec eux. LES ENNEMIS DU CERVEAU : Le stress et la peur Nous avons besoin dans notre vie d’un seuil minimal de stress.

Aidez vos étudiants à reprendre confiance en eux-mêmes grâce à la théorie des intelligences multiples Dans le cadre de mon travail à l'université, je suis responsable d'un dispositif d'aide à la réussite à destination des étudiants de première année. Depuis cinq ans, j'ai conçu un accompagnement pour aider les étudiants à trouver leur place dans le monde universitaire, à trouver leur voie (= approfondissement du projet professionnel) et à mieux exploiter leur potentiel. Je rencontre les étudiants une heure chaque semaine par petits groupes de douze. Et j'anime mes interventions sous la forme d'ateliers interactifs. La représentation des arbres syntaxiques, singularité de l'espèce humaine ? - Psychologie cognitive expérimentale - Stanislas Dehaene - Collège de France - 20 février 2017 09:30 Après avoir rappelé les enjeux théoriques de l’étude de la singularité humaine, le premier cours s’est intéressé aux réseaux cérébraux du langage. Ces réseaux sont-ils réellement spécifiques à l’espèce humaine ? Une brève revue de l’anatomie fonctionnelle comparée (qui sera développée dans le cours 2017-2018 intitulé « Origines du langage et singularité de l’espèce humaine ») suggère que la région frontale inférieure, ainsi que ses connexions avec les aires temporales et pariétales inférieures par le biais du faisceau arqué, ont subi une expansion particulière dans l’espèce humaine. L’IRM fonctionnelle suggère que l’aire de Broca pourrait avoir une fonction particulière chez le primate humain, celle de rassembler les informations sous forme de représentations arborescentes ou enchâssées. Le cours s’est particulièrement focalisé sur les données récentes du laboratoire qui indiquent comment ces aires du langage codent pour la structure des phrases.

Respiration consciente : la sérénité dans les classes pour de meilleurs apprentissages, par Bettina Vély NIVEAU / DURÉE / CADRE :Tous niveaux, toute l’année, en début de séance et dès que la nécessité s’en fait sentir. DESCRIPTION DE L'ACTIVITE : Exercices de respiration consciente dans l’objectif de se détendre et de se préparer à recevoir un enseignement. OBJECTIFS PRINCIPAUX : Relaxation / Libération des tensions / Bien-être Cerveau, apprentissage et enseignement : Mieux connaître le cerveau peut-il nous aider à mieux enseigner ? Il y a quelques années, la pertinence de s’intéresser au cerveau en éducation était plutôt limitée. Intuitivement, les chercheurs, les enseignants et les autres intervenants du milieu de l’éducation se doutaient bien de l’existence d’un lien important et profond entre le cerveau et les apprentissages scolaires. Cependant, ce lien n’était ni clair ni appuyé sur des connaissances scientifiques solides, ce qui rendait les retombées éducatives des recherches sur le cerveau somme toute peu nombreuses et fragiles. Aujourd’hui, par contre, grâce aux avancées considérables de l’imagerie cérébrale et des neurosciences en général, cette situation a considérablement changé. Dans cet article, nous présentons trois grandes découvertes qui permettent non seulement d’établir des ponts plus solides entre le cerveau et l’éducation, mais aussi d’appuyer l’hypothèse selon laquelle mieux connaître le cerveau des élèves peut nous aider à mieux leur enseigner.

Neurosciences : une éducation encourageante améliore la mémoire des enfants « Des chercheurs ont étudié l’influence de l’éducation sur les capacités à mémoriser et à apprendre. Ils ont mené une étude d’imagerie cérébrale auprès d’une centaine d’enfants qu’ils ont suivis pendant plusieurs années. Les enfants qui avaient été encouragés et soutenus par leur parent ont vu leur hippocampe se développer jusqu’à 10 % de plus que l’hippocampe des autres qui n’avaient pas eu cette chance.

Méfiez-vous des neurosciences… Depuis quelques années, les écoles nouvelles qui refleurissent en France cherchent à instaurer leur légitimité et la pertinence de leurs méthodes pédagogiques en s’appuyant sur les neurosciences. Cécile Alvarez, nouvelle papesse de la pédagogie Montessori a d’ailleurs écrit un livre paru en septembre 2016, déjà best-seller, avec une seule ligne de communication qu’elle a assénée dans tous les médias français où on l’a vue pendant la promotion de son livre : « Il faut relire Montessori à la lumière des nouvelles découvertes en neurosciences pour réformer l’école, dont le système actuel est une aberration pour le fonctionnement de l’enfant, dans son ensemble». Pourtant, n’est-il pas dangereux d’affirmer qu’il faut réformer entièrement l’école grâce aux pédagogies nouvelles en les couplant aux découvertes récentes dans le domaine des neurosciences ? Comment appliquer les théories neuroscientifiques dans un environnement scolaire ? Exemple d’application en classe 2.

Un langage mathématique sans mots pour le dire - Psychologie cognitive expérimentale - Stanislas Dehaene - Collège de France - 27 mars 2017 09:30 Des études récentes suggèrent que le réseau cérébral associé aux opérations mathématiques est déjà impliqué dans le sens du nombre chez les jeunes enfants non encore scolarisés. Il est très ancien dans l’évolution car il est présent lorsque des singes macaques reconnaissent un certain nombre d’objets concrets. Se pourrait-il que l’émergence d’un langage mathématique, au cours de l’évolution de l’espèce humaine, ait précédé celle du langage parlé ? Cela n’est pas impossible lorsque l’on constate que l’humanité a conçu des objets et des outils dotés de symétries complexes depuis environ deux millions d’années (comptage : au moins 40 000 ans, symboles géométriques : 70 000 à 100 000 ans ; zigzags : 540 000 ans ; bifaces au double plan de symétrie : jusqu’à 1,8 million d’années ; sphéroïdes : environ 2 millions d’années).

Expérimentation Cogni'classe au collège Massenet, par Bettina Vély professeure documentaliste NIVEAU / DURÉE / CADRE : 6° / Sur l'année / Sur les créneaux des disciplines dont les professeurs souhaitent participer au projet. Certains enseignants du collège Jules Massenet ont souhaité adapter leur pédagogie en s'inspirant de l'apport des sciences cognitives. Ce projet est largement expérimenté dans les écoles, notamment au sein de l'académie Aix-Marseille. Notre objectif est de nous approprier le concept en le transposant à des classes de niveau collège. Cette année, nous débutons le projet avec une classe de 6°.

Comprendre, apprendre, mémoriser. Les neurosciences au service de la pédagogie Joseph Stordeur, chercheur belge, commence par expliquer la différence, en termes de processus biologiques sous-jacents, entre comprendre, apprendre et mémoriser. Les stimulations sensorielles provoquent la circulation à travers les neurones d’un influx électrique et l’ouverture des canaux à sodium. Il s’agit d’une réaction rapide et éphémère de compréhension immédiate qui entraine, au mieux, un effet d’amorçage qui facilitera l’action des neurotransmetteurs lors des prochaines sollicitations. Par contre, des stimulations intenses et répétées permettent l’apprentissage, en entrainant l’ouverture des canaux à calcium. Cette réaction chimique laisse des traces mnésiques, crée de nouvelles connexions, des schémas neuronaux spécifiques. Les répétitions ultérieures stabilisent et renforcent la construction de ces traces, les pérennisent, les inscrivent dans la mémoire.

Olivier Houdé : « Les neurosciences, une révolution de l’éducation » Dans une tribune au « Monde », Olivier Houdé, professeur de psychologie du développement, estime que le cerveau était jusqu’ici l’« angle mort » de l’éducation nationale. Le Monde | 07.02.2018 à 06h45 • Mis à jour le 07.02.2018 à 11h25 | Par Olivier Houdé (Ancien instituteur, professeur de psychologie du développement) [Le ministre de l’éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, a porté en début d’année sur les fonts baptismaux un nouvel organisme : le conseil scientifique de l’éducation nationale, dont il a confié la présidence à Stanislas Dehaene, professeur de psychologie cognitive au Collège de France. Objectif de ce scientifique : « Tenter de dégager des facteurs qui ont prouvé leur effet bénéfique sur l’apprentissage des enfants ». Même si les chercheurs en sciences cognitives n’occupent que six des vingt et un sièges dudit conseil, cette nouvelle orientation du ministère de l’éducation nationale suscite de vives polémiques.] Tribune.

Cours 2014-2015 de Stanislas Dehaene sur les fondements cognitifs des apprentissages scolaires Visionnage des vidéos 2 (attention et contrôle exécutif), 3 (engagement actif, curiosité et correction des erreurs) et 5 (la mémoire et son optimisation). by iabidoc Nov 6

Related: