background preloader

Responsabilité sociale des entreprises (RSE) - Entreprises durables et reponsables - Entreprises et industrie

Responsabilité sociale des entreprises (RSE) - Entreprises durables et reponsables - Entreprises et industrie
Corporate social responsibility (CSR) refers to companies taking responsibility for their impact on society. As evidence suggests, CSR is increasingly important to the competitiveness of enterprises. It can bring benefits in terms of risk management, cost savings, access to capital, customer relationships, human resource management, and innovation capacity. European Commission Strategy CSR is defined by the European Commission as "the responsibility of enterprises for their impacts on society" (COM (2011) 681 ). The Commission’s CSR agenda for action is: A detailed table showing progress in implementation of this agenda is available here

http://ec.europa.eu/enterprise/policies/sustainable-business/corporate-social-responsibility/index_en.htm

Related:  finalité entrepriseRéglementationSocial Business / CSV / RSEReMa Groningen

La finalité et la responsabilité sociétale de l’entreprise Objectifs pédagogiques du chapitre 1. La finalité de l’entreprise 1.1. Enviroveille Réglementations Prescriptions générales applicables aux installations classées soumises à déclaration sous la rubrique n° 1511 de la nomenclature des installations classées L'arrêté fixe les prescriptions générales applicables aux installations soumises à déclaration avec contrôle périodique sous la rubrique 1511 : entrepôts frigorifiques, à l’exception des dépôts utilisés au stockage ...

Pourquoi devenir entrepreneur social ? LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Nicolas Hazard, président du Comptoir de l'innovation, directeur du Groupe SOS Devenir entrepreneur social ne nécessite pas d'avoir l'étoffe d'un héros, ni d'avoir été touché par la grâce. Comme pour n'importe quel entrepreneur, c'est l'inaliénable envie de concrétiser un projet qui est à l'origine de la démarche. Joseph Schumpeter (1883-1950), qui n'était pas franchement un entrepreneur social, est à ce titre l'auteur d'un texte empreint d'une incroyable modernité sur les motivations de l'entrepreneur (Théorie de l'évolution économique, 1911).

RSE: huit pratiques américaines innovantes La responsabilité sociale des entreprises (RSE) n'est pas obligatoire aux Etats-Unis. Mais les attentes du public et des consommateurs sont de plus en plus grandes. Les entreprises s'astreignent à émettre un rapport très explicite leurs initiatives. Le point sur huit projets innovants en la matière. 1. TOMS redonne la vue Parties prenantes de l’entreprise Type et rôle des parties prenantes dans les politiques de développement durable Les parties prenantes (stakeholder en anglais) sont l’ensemble des acteurs, internes ou externes et partenaires économiques et sociaux de l'entreprise. L’activité de l’entreprise a une répercussion directe ou indirecte sur ces acteurs, et ces acteurs ont une influence plus ou moins importante sur l'entreprise. Ce sont des réseaux complexes d’influence, de relations, de partenariats, de pouvoir, et d'interdépendance : dans une certaine mesure, l’entreprise dépend de chacune de ses parties prenantes pour sa survie, et inversement. Les parties prenantes sont concernés par l’activité de l’entreprise sur le plan de la responsabilité sociétale. Ils sont :

Groupe Séché - Réglementation Nota : Les version actualisées des textes présentés sur cette section du site doivent être demandées auprès du Journal Officiel de la République Française (JORF) et du Journal Officiel de la Communauté Européenne (JOCE). Textes Généraux "For-profit" ou "non-profit": est-ce vraiment la question? Entreprise sociale ou association, quel modèle choisir? Longtemps, les associations et les ONG ont été critiquées sur trois points: l’"assistanat" qu’elles engendrent, la part des subventions qu’elles utilisent pour leurs besoins propres et le manque de pérennité financière des projets qu’elles mettent en œuvre. L’approche "social business" permet en apparence de résoudre ces trois critiques: l’organisation étant une entreprise, les frais de structure sont plus facilement "acceptés"; ensuite, les revenus tirés du paiement du service et des produits par les bénéficiaires contribuent à améliorer la pérennité financière du projet et des ses activités; enfin, le modèle encourage une plus grande responsabilisation du bénéficiaire qui se sent davantage concerné et investi au travers de son acte de paiement (qu’il couvre les frais ou qu’il soit symbolique). Pour autant, d’autres problématiques se posent.Tout d’abord, cette approche est limitée. On le voit, la question est complexe.

Qu’est-ce qu’un “intranet social” ou un “intranet 2.0″ Résumé : l’intranet 2.0 ou intranet social, tout le monde en parle tout en se demandant à quoi cela peut ressembler. Entre le mythe qui veut que demain l’intranet disparaisse au profit d’un réseau social et les titulaires habituels de la responsabilité de l’intranet qui sont mal à l’aise dès qu’on sort d’une logique purement descendante, les débats idéologiques et fonctionnels ont de beaux jours devant eux. L’intranet social n’est pas tant la prise du pouvoir du réseau social qu’une socialisation des grands piliers de l’intranet traditionnel : information, personnes, outils métiers. Ca n’est pas tant l’adjonction de nouveaux outils que la généralisation de nouveaux services, de fonctionnalités à toutes ses composantes.

Related:  corporate social responsability