background preloader

2006 - BONNES PRATIQUES POUR L’INDUSTRIE DE LA VIANDE

Related:  Réglementation

BLOG SOS CONSO LE MONDE 27/02/15 Adieu « tende de tranche », « aloyau » ou « paleron » ! Les sénateurs aiment la bonne chère, c'est connu. Deux d'entre eux, Jean-Paul Fournier (UMP, Gard) et Jean-Noël Guérini (NI, Bouches-du-Rhône), viennent de s'inquiéter auprès du gouvernement de la nouvelle dénomination des pièces de viande dans les grandes surfaces. Depuis le 13 décembre 2014, les pièces de viande bovine ou ovine ne sont plus appelées « palette », « aiguillette » ou « jumeau ». Elles sont désignées par des termes génériques comme « steak », « rôti » ou « grillade », auxquels sont accolés plus ou moins d'étoiles, en fonction de la qualité de la viande. Les deux sénateurs déplorent l'«appauvrissement du vocabulaire» qui s'ensuit. Les nouvelles dénominations résultent de l'adoption d'un arrêté du 10 juillet 2014, relatif à la publicité des prix des viandes de boucherie et de charcuterie, leur répond le secrétariat d'Etat à la consommation. D'autres articles de Sosconso : Ségolène Royal favorable à la reprise des coupures d'eau Signaler ce contenu comme inapproprié

PARLEMENT EUROPEEN - Réponse à question E-002790-15 Mandatory country of origin labelling for meat in processed food On 11 February 2015, Parliament adopted a resolution calling on the Commission to draw up a legislative proposal bringing in mandatory country of origin labelling for meat in processed food. This is in spite of the fact that, in December 2013, a Commission report stated that the introduction of such a requirement would entail a significant increase in production costs for businesses. It is my belief that the fact that a very small minority of producers have broken the law and breached internal market competition rules in the past should not mean that, as a result, conditions are introduced which also affect the vast majority of honest businesses. Additional regulation will not bring down the level of dishonesty: it will only serve to increase the bureaucratic and financial burden of running a business.

POINT VETERINAIRE 23/04/15 Un étiquetage plus précis pour les viandes emballées 23/04/2015 | Le Point Vétérinaire.fr Le lieu d’élevage et d’abattage des animaux devra être indiqué sur les viandes emballées écoulées dans l’Union européenne. La Commission européenne vient de confirmer un nouvel étiquetage qui se veut gage de traçabilité pour les viandes de porcs, volailles, caprins et ovins. Cette dernière n’était jusque-là imposée qu’à la viande bovine.L’obligation, entrée en vigueur le 1er avril, concerne les viandes emballées, qu’elles soient fraîches ou congelées. Les deux informations qui devront être mentionnées sur l’étiquette sont le pays d’élevage et celui d’abattage des animaux. Si la mention “Origine” apparaît sur l’emballage, elle est réservée uniquement aux viandes issues d’animaux nés, élevés et abattus dans un seul pays, qu’il s’agisse d’un pays membre ou d’un pays tiers. Retrouvez l'intégralité de cet article en page 14 de La Semaine Vétérinaire n° 1627 et 1628. Nathalie Devos

PARLEMENT EUROPEEN - Réponse à question E-002023-17 Exclusion des secteurs de la viande des négociations avec le Mercosur Le Brésil fait actuellement l'objet d'un scandale sanitaire majeur sur la viande. Le plus gros producteur mondial de bœuf, JBS, y est accusé d'avoir commercialisé des viandes impropres à la consommation après les avoir reconditionnées avec des produits chimiques et avec la complicité d'une partie des autorités de contrôle sanitaire brésiliennes. Ce scandale est un élément de plus invitant à la plus grande prudence dans les négociations commerciales avec le Mercosur, les agréments de producteurs pour l'exportation vers l'Union européenne étant délivrés par les autorités brésiliennes. De plus, ces négociations renouvelées se poursuivent alors que les études d'impact de la Commission ne prennent pas en compte les impacts cumulés des 12 accords en cours de négociation, notamment avec des producteurs majeurs de viande comme l'Australie et la Nouvelle-Zélande, et sans prendre en compte l'impact de la sortie du Royaume-Uni sur les réorientations des quotas d'importations déjà accordés.

JO ASSEMBLEE NATIONALE 02/02/18 Au sommaire : QE 3657 agroalimentaire - Stigmatisation de la filière viande dans le cadre du PNNS Texte de la question M. Fabrice Brun attire l'attention de M. le ministre de l'agriculture et de l'alimentation sur l'actuelle révision des repères alimentaires du plan national nutrition santé. Cette révision des recommandations nutritionnelles formulées auprès des citoyens, sur laquelle travaille actuellement l'Agence Santé publique France, revêt un enjeu majeur pour les producteurs de viandes bovines, ovines, caprines, et chevalines. En effet, demain, le repère bien connu « viande, poisson, œuf : une à deux fois par jour » pourrait laisser place à un message encourageant tous les Français à « limiter leur consommation de viandes rouges et privilégier la volaille ». Texte de la réponse En lançant les états généraux de l'alimentation (EGA) le 20 juillet 2017, le Président de la République a souhaité engager une réflexion afin de permettre aux agriculteurs de vivre dignement de leur travail.

PARLEMENT EUROPEEN - Réponse à question E-002763-18 Fraudulent use of the term ‘meat’ Such terms as meat, hamburger, beefsteak or sausage are being used unlawfully. All of them are clearly defined and cannot lawfully be used to refer to products that have nothing to do with meat. The dictionary definition of ‘meat’ is ‘musculature of human beings and animals’. Despite this, we observe that these words are increasingly being used in cases where there is little or no meat in the food product concerned. People selling it as meat are misleading consumers and evidently wish to imply a connection with meat for marketing reasons. Regulation (EU) No 1169/2011 on the provision of food information to consumers leaves no room for doubt as to what comprises correction food information. A recent judgment of the Court of Justice of the EU prohibits the unlawful use, for example, of ‘vegan cheese’ or ‘soya milk’. 1. 2.

PARLEMENT EUROPEEN - Réponse à question E-001576/2020 EU funding of campaigns to market meat and animal products 3 résultats Résultats Web 26 mars 2020 - E-001576/2020 ... to the Commission Rule 138. Sylwia Spurek. Subject: EU funding of campaigns to market meat and animal products ... EU funding of campaigns to market meat and animal products EN. 12-03-2020 E-001576/2020 Commission. E-002603/2019. 2019/09/02. Remarques sur les résultats filtrés Applications Google

Related: