background preloader

Hawking : « L'intelligence artificielle pourrait mettre fin à l'humanité »

Hawking : « L'intelligence artificielle pourrait mettre fin à l'humanité »
Dans un entretien à la BBC, l'astrophysicien britannique Stephen Hawking craint que les humains, limités par une lente évolution biologique, ne puissent rivaliser avec l'intelligence artificielle. L'astrophysicien britannique Stephen Hawking, qui s'exprime par l'intermédiaire d'un ordinateur en raison d'une maladie, met en garde contre le développement de l'intelligence artificielle. Dans un entretien à la BBC, le scientifique affirme que ce type de technologie pouvait évoluer rapidement et dépasser l'humanité, un scénario comparable à celui des films Terminator. « Les formes primitives d'intelligence artificielle que nous avons déjà se sont montrées très utiles. Atteint de la maladie de Charcot, autrement appelée sclérose latérale amyotrophique ou SLA, Stephen Hawking se déplace en fauteuil roulant et parle à l'aide d'un ordinateur. Il reste en faveur des nouvelles technologies de communication et a déclaré avoir été un des premiers à être « connecté » aux débuts d'Internet. M.

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2014/12/03/hawking-l-intelligence-artificielle-pourrait-mettre-fin-a-l-humanite_4533135_4408996.html

Related:  Robotique et Intelligence artificielleintelligence artificielleRéflexions sur le futur technologiqueBouquin SFArticles

Toutes les API Microsoft pour l'intelligence artificielle - Sciences Vous êtes développeur et souhaitez utiliser des outils d'intelligence artificielle ? Microsoft met une partie de son savoir-faire à disposition via des API, dont voici la liste. S’il est un domaine où le logiciel libre accuse un retard considérable sur les logiciels propriétaires, c’est bien celui de l’intelligence artificielle. C’est sans doute moins dû au fait que les mathématiciens et autres scientifiques de qualité seraient tous recrutés par les géants du Web, qu’au fait que l’intelligence artificielle repose de plus en plus sur l’analyse statistiques de quantités énormes de données (pensez Big Data, Deep Learning…), qui ne sont pas à disposition des petites startups et des développeurs amateurs.

Les 37 projets d’Elon Musk contre les dangers de l’intelligence artificielle Avec Bill Gates et Stephen Hawking, le milliardaire américain Elon Musk fait partie des grandes figures qui ont exprimé, ces derniers mois, leur inquiétude vis-à-vis des progrès de l’intelligence artificielle (IA). En guise de passage à l’acte, le célèbre PDG du constructeur de voitures électriques Telsa et de SpaceX a attribué la semaine dernière des millions de dollars dans 37 projets de recherche destinés à prévenir les risques liés à l’IA. Lire : Des scientifiques américains s’inquiètent de l’évolution de l’intelligence artificielle

Ne donnons jamais aucun droit à nos robots!  Il n'a pas fallu longtemps pour que la vidéo montrant les performances du robot bipède Atlas de Boston Dynamics, mise en ligne fin février 2016, ne suscite des commentaires indignés. Il est vrai que le protocole d'expérimentation a de quoi évoquer une scène de maltraitance. L'examinateur éloigne la caisse que doit prendre le robot juste au moment où celui-ci s'apprête à la saisir, le pousse pour le faire tomber, et pour finir le déstabilise en l'attaquant par derrière.

Intelligence artificielle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'intelligence artificielle est le nom donné à l'intelligence des machines et des logiciels. Elle se veut discipline scientifique recherchant des méthodes de création ou de simulation de l'intelligence. Définition[modifier | modifier le code] Le terme « intelligence artificielle », créé par John McCarthy, est souvent abrégé par le sigle « I.A. » (ou « A.I. » en anglais, pour Artificial Intelligence). Il est défini par l’un de ses créateurs, Marvin Lee Minsky, comme « la construction de programmes informatiques qui s’adonnent à des tâches qui sont, pour l’instant, accomplies de façon plus satisfaisante par des êtres humains car elles demandent des processus mentaux de haut niveau tels que : l’apprentissage perceptuel, l’organisation de la mémoire et le raisonnement critique »[1],[2].

Google perd l'artisan de son moteur de recherche - Tech Amit Singhal quitte Google après quinze ans dans l'entreprise. Celui-ci a contribué profondément à l'algorithme du moteur de recherche. Il est remplacé par un expert en intelligence artificielle. C’est une figure historique de Google qui s’en va. Une de plus.

Est-il possible de créer un cerveau artificiel? Le Dr Miguel Nicolelis n’est pas du genre à affirmer que quelque chose est impossible. Après tout, l’exosquelette directement relié au cerveau qu’il a mis au point a permis à un paraplégique de donner le coup d’envoi de la dernière Coupe du monde. Il s’est servi d’implants cérébraux pour donner à des rats un sixième sens (la perception de la lumière infrarouge). Et il a connecté les esprits de plusieurs singes afin de leur permettre d’accomplir diverses tâches ensemble, une technologie qui pourrait selon lui servir un jour à connecter les cerveaux de différentes personnes en un "réseau mental". Et pourtant, dans son dernier livre, The Relativistic Brain: How It Works and Why It Cannot Be Simulated by a Turing Machine, ce directeur du département neuro-ingénierie de l’université Duke affirme qu’il est impossible d’imiter le cerveau humain à l’aide d’un ordinateur, et que s’y efforcer est aussi malavisé que dangereux.

Stephen Hawking et Elon Musk réclament l’interdiction des « robots tueurs » Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Morgane Tual C’est une nouvelle charge portée contre les dangers potentiels de l’intelligence artificielle (IA). Dans une lettre ouverte publiée lundi 27 juillet, plus d’un millier de personnalités, dont une majorité de chercheurs en IA et en robotique, ont réclamé l’interdiction des armes autonomes, capables « de sélectionner et de combattre des cibles sans intervention humaine ». Parmi les signataires, on retrouve Elon Musk, le célèbre PDG du constructeur de voitures électriques Tesla et de SpaceX, et l’astrophysicien britannique Stephen Hawking, qui avaient déjà fait part publiquement de leurs inquiétudes concernant l’IA. Mais aussi le cofondateur d’Apple Steve Wozniak, le linguiste américain Noam Chomsky ou encore Demis Hassabis, le fondateur de DeepMind, une entreprise consacrée à l’intelligence artificielle rachetée par Google. « Une course à l’armement »

Armes létales autonomes : l’état des débats Système Phalanx. Source : Raytheon. Les réunions de la mi-avril ont fini avec une recommandation non contraignante que les Etats parties à la Convention établissent formellement un groupe d'experts gouvernementaux (GGE) lors de la prochaine Conférence d'examen, qui se tiendra en décembre 2016. En supposant que la Conférence d'examen accepte la recommandation, le GGE se réunirait en 2017 et en 2018 pour "explorer et se mettre d'accord sur les recommandations possibles sur les options liées aux technologies émergentes dans le domaine des LAWS." En attendant, le débat autour de LAWS/SALA continuera de se dérouler avec quatre questions clés, qui sont sur la table depuis 2014 au moins, sinon plus tôt. Ces quatre points clés sont : les questions de définition, de responsabilité, l'examen des armes et le contrôle humain.

Intelligence artificielle : le robot Nao est désormais capable d'apprendre et d'enseigner Nao, le petit robot expérimental vient de franchir un pas décisif dans l'histoire de l'intelligence artificielle. Il est maintenant capable d'apprendre, mais aussi d'enseigner ce qu'il a appris. Dans ce laboratoire, cet ingénieur lui enseigne à réparer une carte électronique en anglais. Après avoir mémorisé ce qu'il vient d'apprendre, le robot reproduit, et ce même quelques jours après. Pour réaliser cet exploit, les chercheurs se sont directement inspirés du cerveau humain. Mémoriser des phrases et des successions d'images, c'est la mémoire autobiographique. L'IA d'Alibaba a su prédire le vainqueur de La Nouvelle Star chinoise - Tech Le géant de l'e-commerce chinois a profité de la très populaire émission de télévision « I'm A Singer » pour présenter son intelligence artificielle, Ai. L'IA a réussi à prévoir 100% des finalistes et même le vainqueur de l'émission. Alibaba, le leader chinois de l’e-commerce, a fait le choix audacieux de ne pas présenter son intelligence artificielle durant un événement tech ou scientifique, mais de la dévoiler au monde lors du très populaire télé-crochet chinois I’m A Singer, sorte d’équivalent local de la Nouvelle Star ou The Voice. A l’instar d’AlphaGo qui analyse les parties de Go pour savoir quel coup jouer, l’IA a été mise en situation dans l’émission et devait, grâce aux données qu’elle captait des performances vocales des candidats, prévoir les finalistes et le gagnant de l’émission.

L'Intelligence artificielle au cinéma Le thème de l’intelligence artificielle (IA) est de plus en plus présent dans les salles de cinéma à mesure que les progrès scientifiques de la discipline deviennent visibles du grand public. Depuis trois décennies, Hollywood s’est emparé du sujet de l’IA et le décline désormais sous tous les angles qu’offre la science fiction. S’il est facile aujourd’hui de recenser les succès et les échecs cinématographiques liés à l’IA, il est en revanche bien plus complexe de mesurer la puissance des biais cognitifs et des fantasmes qui orientent les scénari actuels.

L’intelligence artificielle sans alternative "Ce que le moteur à vapeur a fait pour nos muscles, l’intelligence artificielle va le faire pour nos cerveaux", prédit Hannes Gassert en introduisant la session des conférences Lift consacrée à ce sujet. L'intelligence artificielle n'est plus un sujet de prospective. C'est un sujet d'aujourd'hui.

Related: