background preloader

Moteur d'inférence

Moteur d'inférence
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un moteur d'inférence (du verbe « inférer » qui signifie « déduire ») est un logiciel correspondant à un algorithme de simulation des raisonnements déductifs. Un moteur d'inférence permet aux systèmes experts de conduire des raisonnements logiques et de dériver des conclusions à partir d'une base de faits et d'une base de connaissances. Les moteurs d'inférences peuvent implémenter : une logique formelle d'ordre 0 (logique des propositions), d'ordre 0+, d'ordre 1 (logique des prédicats) ou d'ordre 2 avecune gestion d'hypothèses monotone ou non monotone,un chaînage avant, chaînage arrière ou mixte,une complétude déductive ou non. Historique[modifier | modifier le code] Les premiers moteurs d'inférences sont nés dans les années 1960 dans la communauté des chercheurs en informatique, notamment lors du lancement du programme de recherche américain sur le GPS (General Problem Solver). Exemples de moteurs d'inférence[modifier | modifier le code] Related:  What is A.I ?...Intelligence artificielleSavoir

Système expert Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. D'une manière générale, un système expert est un outil capable de reproduire les mécanismes cognitifs d'un expert, dans un domaine particulier. Il s'agit de l'une des voies tentant d'aboutir à l'intelligence artificielle. Plus précisément, un système expert est un logiciel capable de répondre à des questions, en effectuant un raisonnement à partir de faits et de règles connus. Un système expert se compose de 3 parties : une base de faits,une base de règles etun moteur d'inférence. Le moteur d'inférence est capable d'utiliser faits et règles pour produire de nouveaux faits, jusqu'à parvenir à la réponse à la question experte posée. La plupart des systèmes experts existants reposent sur des mécanismes de logique formelle (logique aristotélicienne) et utilisent le raisonnement déductif. si P est vrai (fait ou prémisse) et si on sait que P implique Q (règle) alors, Q est vrai (nouveau fait ou conclusion). Historique[modifier | modifier le code]

Heuristique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette page d’homonymie répertorie les différents sujets et articles partageant un même nom. Sur les autres projets Wikimedia : heuristique, sur le Wiktionnaire L'heuristique (du grec ancien εὑρίσκω, eurisko, « je trouve »[1]), parfois orthographiée euristique, est un terme de didactique qui signifie « l'art d'inventer, de faire des découvertes »[2]. Voir aussi[modifier | modifier le code] Sérendipité Notes et références[modifier | modifier le code] Cyborg Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Ne doit pas être confondu avec Androïde. Le terme s'emploie surtout en science-fiction ou en futurologie ; utiliser le terme pour des personnes ayant reçu des prothèses, dans le monde contemporain, peut parfois être perçu comme de mauvais goût par les intéressés[1]. Étymologie et utilisation du terme[modifier | modifier le code] « Cyborg » est un mot d'origine anglaise, contraction de « cybernetic organism » (organisme cybernétique). Le terme « cyborg » a été popularisé par Manfred Clynes (en) et Nathan S. Principe et origine[modifier | modifier le code] La cybernétique étant l'étude exclusive des échanges, un organisme pourrait être qualifié de cybernétique dès lors qu'il effectue un échange efficace pour une tâche donnée, mais le terme cyborg sous-entend en plus qu'il ne s'agit pas (uniquement) d'un organisme naturel. La cybernétique est un principe scientifique formalisé par Norbert Wiener en 1948. Représentation[modifier | modifier le code]

Base de connaissance Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une base de connaissance regroupe des connaissances spécifiques à un domaine spécialisé donné, sous une forme exploitable par un ordinateur. Elle peut contenir des règles (dans ce cas, on parle de base de règles), des faits ou d'autres représentations[1]. Une base de connaissance sert à rassembler - de manière centralisée - l'expertise d'un domaine généralement formalisée de manière déclarative. A ne pas confondre avec : Exemples[modifier | modifier le code] Conventions orthographiques[modifier | modifier le code] Deux écritures possibles existent: base de connaissance,base de connaissances. Outils spécifique (logiciels)[modifier | modifier le code] GLPI (GNU/GPL v2) est un outil de gestion d'incident et de gestion de parc intégrant une outil de base de connaissances vierge.ZendeskAtlassian Autres outils [3][modifier | modifier le code] ForumWikiCMT Voir aussi[modifier | modifier le code] Notes et références[modifier | modifier le code]

Intelligence artificielle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Définition[modifier | modifier le code] Le terme « intelligence artificielle », créé par John McCarthy, est souvent abrégé par le sigle « I.A. » (ou « A.I. » en anglais, pour Artificial Intelligence). Il est défini par l’un de ses créateurs, Marvin Lee Minsky, comme « la construction de programmes informatiques qui s’adonnent à des tâches qui sont, pour l’instant, accomplies de façon plus satisfaisante par des êtres humains car elles demandent des processus mentaux de haut niveau tels que : l’apprentissage perceptuel, l’organisation de la mémoire et le raisonnement critique »[1],[2]. On y trouve donc le côté « artificiel » atteint par l'usage des ordinateurs ou de processus électroniques élaborés et le côté « intelligence » associé à son but d'imiter le comportement. Même si elles respectent globalement la définition de Minsky, il existe un certain nombre de définitions différentes de l'IA qui varient sur deux points fondamentaux[3] :

Web des données Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le Web des données (Linked Data, en anglais) est une initiative du W3C (Consortium World Wide Web) visant à favoriser la publication de données structurées sur le Web, non pas sous la forme de silos de données isolés les uns des autres, mais en les reliant entre elles pour constituer un réseau global d'informations. Il s'appuie sur les standards du Web, tels que HTTP et URI - mais plutôt qu'utiliser ces standards uniquement pour faciliter la navigation par les êtres humains, le Web des données les étend pour partager l'information également entre machines. Tim Berners-Lee, directeur du W3C, a inventé et défini le terme Linked Data et son synonyme Web of Data au sein d'un ouvrage portant sur l'avenir du Web sémantique[2]. Principes[modifier | modifier le code] Tim Berners-Lee a défini quatre piliers pour soutenir l'initiative « Web des données » : Notes et références[modifier | modifier le code] Références :

Inference engine An Inference Engine is a tool from Artificial Intelligence. The first inference engines were components of expert systems. The typical expert system consisted of a knowledge base and an inference engine. The knowledge base stored facts about the world. Architecture[edit] The logic that an inference engine uses is typically represented as IF-THEN rules. A simple example of Modus Ponens often used in introductory logic books is "If you are human then you are mortal". Rule1: Human(x) => Mortal(x) A trivial example of how this rule would be used in an inference engine is as follows. This innovation of integrating the inference engine with a user interface led to the second early advancement of expert systems: explanation capabilities. An inference engine cycles through three sequential steps: match rules, select rules, and execute rules. In the first step, match rules, the inference engine finds all of the rules that are triggered by the current contents of the knowledge base. See also[edit]

Vie artificielle Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Simulation de vie artificielle d'un véhicule Braitenberg. La vie artificielle est un champ de recherche interdisciplinaire alliant informatique et biologie, mais avec des applications dans des domaines variés tels que l'économie ou l'archéologie. Histoire et origines[modifier | modifier le code] La première manifestation de la vie artificielle date des années 40. Tentatives de définition[modifier | modifier le code] Il est difficile de donner une définition exacte de la vie artificielle. Ainsi, selon Christopher Langton : "La vie artificielle est donc l'étude de systèmes vivants naturels pour en trouver des principes afin de recréer sur des supports artificiels des phénomènes biologiques à partir de rien." Ou encore, selon J. Une compilation des meilleures définitions de la vie proposées par des experts en biologie et vie artificielle est l'objet de "Comment définir la vie" chez Vuibert. J. Voir aussi[modifier | modifier le code]

Post-humain Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le post-humain ou posthumain est un concept issu notamment des champs de la science-fiction, de l'art contemporain et de la philosophie. L'apparition du concept de post-humain est étroitement lié au développement des nouvelles technologies après la Seconde Guerre mondiale, et des biotechnologies en particulier. Suite à l'invention de l'informatique, la cartographie génétique de l'ADN humain, parallèlement à celle d'autres espèces vivantes, a opéré un décentrement comparable à ceux opérés par Copernic et par Darwin. Dans les deux cas, le rapport de l'homme au monde s'est toujours fait avec un « amoindrissement » de ce dernier au sein du macrocosme, corollaire d'un « désenchantement » du monde dans lequel il était habitué à vivre. Dans Particules élémentaires, de Michel Houellebecq, le narrateur est le dernier homme, qui rédige son récit avant l'avènement des machines, résultat du choix conscient d'une humanité parvenue à son terme.

Category:Artificial intelligence From Wikipedia, the free encyclopedia Subcategories This category has the following 32 subcategories, out of 32 total. Pages in category "Artificial intelligence" The following 200 pages are in this category, out of 256 total. This list may not reflect recent changes (learn more). (previous 200) (next 200)(previous 200) (next 200) Jeu de la vie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un canon à planeurs de période 30. Une chute de "bombes" non périodique. Le jeu de la vie, automate cellulaire imaginé par John Horton Conway en 1970, est probablement, à l’heure actuelle, le plus connu de tous les automates cellulaires. Malgré des règles très simples, le jeu de la vie permet le développement de motifs extrêmement complexes. Règles[modifier | modifier le code] En préambule, il faut préciser que le jeu de la vie n’est pas vraiment un jeu au sens ludique, puisqu’il ne nécessite aucun joueur ; il s’agit d’un automate cellulaire, un modèle où chaque état conduit mécaniquement à l’état suivant à partir de règles pré-établies. Le jeu se déroule sur une grille à deux dimensions, théoriquement infinie (mais de longueur et de largeur finies et plus ou moins grandes dans la pratique), dont les cases — qu’on appelle des « cellules », par analogie avec les cellules vivantes — peuvent prendre deux états distincts : « vivantes » ou « mortes ».

Tout savoir sur les neurosciences Afficher le sommaire Tout savoir sur les neurosciences Dans cette page, j'ai regroupé des sites pour savoir tout (ou presque) sur les neurosciences, l'imagerie médicale, la neuroanatomie, la neurophysiologie, la neurobiologie cellulaire et moléculaire. Système limbique et amygdale La mémoire émotionnelle peut être aussi bien déclarative (consciente) que non-déclarative (inconsciente). On peut avoir peur des serpents. Les recherches récentes ont revisité une voie que l'on nomme circuit de Papez ( infos). Les réactions émotionnelles dépendent de plusieurs structures cérébrales dont l'amygdale, qui fait partie du système limbique ( infos). L'amygdale, région anatomique en forme d'amande (d'oà son nom), est située dans le lobe temporal interne ( infos). Sa lésion provoque une perturbation notable de la mémoire émotionnelle, en préservant les autres mémoires. infos). Les stimuli émotionnels importants sont transmis à l’amygdale par deux voies ( infos) : infos). infos -), plus le souvenir est tenace. infos)

Expert system An expert system is divided into two sub-systems: the inference engine and the knowledge base. The knowledge base represents facts and rules. The inference engine applies the rules to the known facts to deduce new facts. Inference engines can also include explanation and debugging capabilities.[10] History[edit] Edward Feigenbaum in a 1977 paper said that the key insight of early expert systems was that "intelligent systems derive their power from the knowledge they possess rather than from the specific formalisms and inference schemes they use" (as paraphrased by Hayes-Roth, et al.) Expert systems were introduced by the Stanford Heuristic Programming Project led by Feigenbaum, who is sometimes referred to as the "father of expert systems". In addition to Feigenbaum key early contributors were Bruce Buchanan, Edward Shortliffe, Randall Davis, William vanMelle, and Carli Scott. In the 1980s, expert systems proliferated. Software architecture[edit] R1: Man(x) => Mortal(x) Truth Maintenance.

Related: