background preloader

La supersymétrie

La supersymétrie
Le Modèle standard de la physique des particules a été très efficace pour prédire les constituants fondamentaux de la matière que les expériences ont ensuite démontré, mais les physiciens s’accordent à penser que ce modèle est incomplet. La supersymétrie est un prolongement du Modèle standard qui vise à combler certaines de ses lacunes. Elle prédit une particule partenaire pour chacune des particules du Modèle standard. Ces nouvelles particules résoudraient un problème important du Modèle standard – déterminer la masse du boson de Higgs. À première vue, le Modèle standard semble prédire que toutes les particules doivent être dépourvues de masse, une idée contredite par ce que nous observons autour de nous. Les théoriciens ont trouvé un mécanisme donnant aux particules une masse ; ce modèle requiert l'existence d'une nouvelle particule légère, le boson de Higgs. La supersymétrie lierait également deux classes de particules différentes appelées fermions et bosons. Related:  LE CERNVeille technologique

Le CERN fait un CLIC vers l avenir Les physiciens du CERN n'ont pas l'intention de se reposer sur leurs lauriers. A peine deux mois après avoir découvert le boson de Higgs, ils planchent déjà sur d'autres projets d'envergure. L'un d'entre eux a même retenu l'attention des médias britanniques: les chercheurs prévoient de construire un tunnel long de 80 kilomètres qui passerait sous la Suisse et la France. Cette nouvelle machine, intitulée CLIC (comme collisionneur linéaire compact), est censée exploiter les découvertes du grand collisionneur de hadrons (LHC). Théorie fondamentale Le CLIC permettrait aux chercheurs de répondre à une des dernières questions ouvertes concernant notre univers: comprendre le fonctionnement de la gravitation au niveau quantique. Rassemblement international Des scientifiques issus de différents pays se rassembleront cette semaine à Cracovie (Pologne) pour décider de la manière dont ils pensent continuer leurs recherches.

Le logiciel KiCad entre les mains du CERN Les cartes de circuits imprimés (PCB) forment le cœur de tout dispositif électronique, du grille-pain au téléphone intelligent. Mais, jusqu’à présent, les ingénieurs qui concevaient ces cartes n’avaient souvent pas d'autre choix que d'utiliser des outils propriétaires. Cela est sur le point de changer. Des experts du CERN sont en train d'adapter le logiciel open source KiCad afin d’en faire un outil efficace pour la conception de matériels open source. Grâce à ce logiciel libre, les ingénieurs en électronique pourront plus facilement échanger des données sur leurs projets de conception. Le développement de KiCad a commencé en 1992. Lorsque le projet KiCad (link is external) a commencé au CERN, les concepteurs de matériels disposaient déjà de nombreux outils en accès libre, mais aucun ne pouvait être utilisé facilement pour concevoir un circuit complexe.

la theorie d'unification semble avoir enfin été la une : Anges et démons Consultez le nouveau site web sur la science et la fiction dans Anges et Démons: angelsanddemons.cern.ch Le roman policier de Dan Brown Anges et démons (Angels and Demons) raconte l'histoire d'une société secrète qui veut détruire le Vatican en utilisant une bombe d'antimatière... volée au CERN. ambigramme reproduit avec l'aimable autorisation de John Langdon) Des lecteurs nous ont posé des questions sur les technologies mentionnées dans le livre. Voici nos réponses. Le CERN existe-t-il ? Eh bien oui, il existe ! Est-il situé en Suisse ? Il est situé en partie en Suisse, en partie en France, à cheval sur la frontière. Que signifient les initiales CERN ? C'est une longue histoire, mais les initiales proviennent du nom « Conseil Européen pour la Recherche Nucléaire ». Est-ce un ensemble de bâtiments en briques rouges, où l'on croise des savants revêtus de blouses blanches, chargés de dossiers ? Non, cette image est très éloignée de la réalité. L'antimatière existe-t-elle ? Non. Non. Non. Liens

CRISTAL-ISE : un logiciel polyvalent CRISTAL-ISE, une nouvelle version du logiciel de suivi des données développé au CERN à la fin des années 1990, vient d’être lancé sous une licence de logiciel à code source ouvert. Hormis la physique des particules, ce logiciel peut trouver des applications dans différents domaines, notamment la médecine, où CRISTAL-ISE peut servir à suivre l’évolution chez un patient de la maladie d'Alzheimer. CRISTAL a commencé comme collaboration entre le CERN, la University of West England(UWE) et le Centre national de la recherche scientifique (CNRS).« Au moment de la construction de CMS, on avait besoin d’un logiciel capable de suivre à la trace la production des près de 80 000 cristaux de tungstate de plomb pour le calorimètre électromagnétique, explique Andrew Branson, membre de la collaboration CMS et coordinateur technique du projet CRISTAL-ISE (link is external).

Voyage vers l'infiniment petit Les particules qui existent dans la nature sont de deux types : fermions ou bosons. Le spin des fermions ne prend que des valeurs demi-entières : 1/2, 3/2, 5/2, et ainsi de suite. Les leptons (électron, muon, tau, et les trois neutrinos associés) et les quarks (up, down, charm, strange, top, bottom) en font partie, avec un spin 1/2. Les fermions obéissent au principe d'exclusion de Pauli : deux fermions ne peuvent pas occuper le même état. Le spin des bosons ne prend que des valeurs entières : 0, 1, 2, et ainsi de suite. Le fait d'obéir ou non au principe de Pauli est loin d'être trivial : on peut montrer, dans le cadre du formalisme de la théorie quantique des champs, que seules les particules de spin demi-entier y obéissent. Les symétries occupent une place privilégiée dans la physique des particules. Julius Wess (né en 1934), physicien allemand, professeur aux universités de Karlsruhe et Munich. Bruno Zumino (né en 1923), physicien italien, professeur à l'Université de Berkeley.

Sécurité des collisions de particules au Large Hadron Collider Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Une collision de particules simulée dans le LHC Les médias, l'internet et les tribunaux se sont fait l'écho de préoccupations au sujet de la sécurité des expériences sur la physique des particules prévues dans le Large Hadron Collider (LHC), le plus grand et le plus puissant accélérateur de particules du monde à ce jour, construit par l'Organisation européenne pour la recherche nucléaire (CERN) près de Genève en Suisse[1],[2]. Pour répondre à ces préoccupations, le CERN a chargé un groupe de scientifiques indépendants d'examiner ces scénarios. Un comité du CERN composé de 20 scientifiques externes et par le Comité exécutif de la Division des particules et les champs de la Société américaine de physique a approuvé un rapport[7],[8] et a été plus tard publié après avoir été passé en revue par les pairs de l'Institut de physique du Royaume-Uni qui a également approuvé les conclusions[5],[9]. Actions en justice[modifier | modifier le code]

Supersymétrie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Susy. Naissance de la supersymétrie[modifier | modifier le code] Théorème No-Go de Coleman et Mandula[modifier | modifier le code] de saveur (à ne pas confondre avec de couleur) à dans un cadre relativiste[1]. Sidney Coleman et Jeffrey Mandula publient leur article en 1967. Pour une masse M donnée, il existe un nombre fini de types de particules de masse inférieure à MLes amplitudes correspondant à des diffusions élastiques sont des fonctions analytiques des variables s (énergie du centre de masse) et de l'angle de diffusion.Soit un état à deux particules, sauf pour certaines valeurs isolées de s.Les opérateurs de symétrie sont définis à travers leurs relations de commutation, ceux-ci forment une algèbre de Lie. C'est le dernier point qui va permettre de contourner le théorème no-go afin d'introduire la supersymétrie, dans une super-algèbre de Lie. Intérêt phénoménologique[modifier | modifier le code] ↑ S.

"Le boson de Higgs est un élément central du Le LHC peut-il fabriquer un trou noir au CERN ? Ces derniers temps, le nouvel accélérateur de particules du CERN a beaucoup fait parler de lui avec la chasse au boson de Higgs. Mais souvenez-vous qu’il y a quelques années, à l’époque de la construction du grand collisionneur LHC, une polémique existait sur les dangers d’un accélérateur de particules si puissant, et notamment sur le risque potentiel d’y créer des trous noirs. Dans ce billet, je vous propose de voir en quoi certaines théories comportant des dimensions supplémentaires d’espace-temps conduisent à la prédiction que des trous noirs pourraient être créés au CERN. Rassurez-vous, au menu d’aujourd’hui, il n’y aura ni théorie des cordes sauvage, ni formules mathématiques obscures, mais juste des estimations d’ordres de grandeur réalisées à l’aide de ce qui devrait être le couteau suisse de tout bon physicien : l’analyse dimensionnelle ! Quelle énergie faut-il pour créer un trou noir ? L’énergie de Planck , la constante de Planck , et la constante de gravitation universelle . joules.

Related: