background preloader

Les politiques conjoncturelles et structurelles

Les politiques conjoncturelles et structurelles

http://www.youtube.com/watch?v=vsqo7MviZvY

Le budget de l'Etat en 7 questions-réponses 1. Qu’est-ce que le budget de l’Etat ? C’est le document qui ­recense avec précision l’ensemble des recettes et des dépenses annuelles de l’Etat. Il est adopté tous les ans par le Parlement dans le cadre de la loi de finances initiale (LFI). En 2013, les recettes ont été fixées à 312 milliards d’euros – dont 141 issus de la TVA et 72 de l’impôt sur le revenu – et les dépenses à environ 374 milliards. Les 62 milliards d’écart représentent le déficit, qui est financé par des emprunts (pour connaître le montant du déficit des principaux de pays de la zone euro, cliquez ici ).

La nouvelle flexibilité budgétaire de Bruxelles LE MONDE ECONOMIE | | Par Cécile Ducourtieux (Bruxelles, bureau européen) Jean-Claude Juncker avait promis une Commission plus politique : le président de la Commission européenne et son collège de commissaires tiennent parole. Au risque de relancer la polémique sur le manque de crédibilité du pacte de stabilité et de croissance (PSC), un des piliers de la monnaie unique. Mercredi 18 mai, l’institution communautaire a décidé de reporter au début du mois de juillet sa décision, très délicate, au sujet du lancement, ou non, d’une procédure de sanction contre l’Espagne et le Portugal pour non-respect de leurs engagements budgétaires. Soit après le résultat des législatives espagnoles, prévues le 26 juin, alors que le premier ministre conservateur, Mariano Rajoy, espère conserver son poste. Rome également épargné

Affaires économiques et monétaires Les États membres de l'UE coordonnent leurs politiques économiques nationales, ce qui leur permet de réagir ensemble à des situations difficiles, comme les crises économiques et financières. Cette coordination a été encore renforcée par les 19 pays qui ont adopté l'euro pour devise. Tous les pays de l'UE (membres ou non de la zone euro) font partie de l'Union économique et monétaire (UEM), qui sert de cadre à la coopération économique et vise à favoriser la création d'emplois et une croissance durable, ainsi qu'à coordonner notre réponse aux problèmes économiques et financiers mondiaux. Une réponse coordonnée à la crise de 2008 Depuis le début de la crise économique et financière en octobre 2008, les États membres de l'UE, la Banque centrale européenne (BCE) et la Commission collaborent pour: Pour prévenir tout dysfonctionnement important du système bancaire, un certain nombre d'États membres sont venus à la rescousse de leurs banques en leur accordant des aides d’urgence sans précédent.

La dette publique frôle désormais les 2150 milliards d'euros INFOGRAPHIE - La dette publique a progressé de 50 milliards en 2016. Quant au déficit, il a moins baissé que prévu. Inexorablement, elle continue de gonfler. La dette a encore enflé de quelque 50 milliards d'euros en un an, pour atteindre 2147,2 milliards le 31 décembre 2016, selon les statistiques publiées par l'Insee. Elle représente 96 % de la richesse produite par la France, contre 95,6 % du PIB fin 2015.

La crise de la zone Euro Jacques Le Cacheux, Directeur du département des études de l’OFCE, revient sur la crise de la zone Euro, les conséquences des politiques d’austérité budgétaire et les voies qu’il faudrait, selon lui, chercher à emprunter. Les limites du pacte de stabilité La crise de la zone Euro : les limites du pacte...par lafinancepourtous Contraintes faibles et absence de solidarité L’intégration monétaire de la zone Euro a été construite en mettant en place une monnaie unique avec une Banque centrale indépendante et une politique monétaire mais sans s’occuper véritablement des politiques économiques et en particulier des politiques budgétaires. On a mis en place le pacte de stabilité constitué par des règles s’appliquant aux politiques budgétaires nationales : la règle des 3 % du PIB de déficit maximum et l’idée qu’il fallait tendre vers un équilibre budgétaire et vers une réduction des dettes publiques.

Le pacte budgétaire ou l'indigestion de règles Le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance n'est pas la panacée pour régler les problèmes de la zone euro. Ce n'est pas d'un carcan de règles, aussi sophistiquées soient-elles, dont l'économie européenne a besoin. Signé en mars dernier par tous les pays de l'Union à l'exception de la République tchèque et du Royaume-Uni, le Traité sur la stabilité, la coordination et la gouvernance (TSCG), appelé également "pacte budgétaire" avait été improvisé dans l'urgence à l'hiver 2011 en réponse à une énième poussée spéculative contre l'euro. Il visait à renforcer une fois de plus la discipline budgétaire au sein de la zone euro, ce qui était censé rassurer les investisseurs. Sur ce plan, son effet a été manifestement nul.

Présentation du générateur de carrés magiques Présentation du générateur de carrés magiques de Nicholas Kaldor (1908-1986) Les tableurs classiques ne sont pas en mesure de fabriquer des représentations graphiques du type de celles que proposait Nicholas Kaldor dans son fameux carré magique qui permet de caractériser rapidement la conjoncture d'un pays à un moment donné. Ils peuvent réaliser des graphiques à radar mais ceux-ci sont incapables de gérer des échelles différentes sur chaque axe, pas plus que d'inverser le sens d'un axe. Ce générateur en ligne s'appuie sur une base de données qui pour l'instant permet de représenter 5179 carrés pour 178 pays. On peut évidemment comparer sur le même graphique des pays différents et/ou des dates différentes. L'application limite toutefois la comparaison à 8 carrés sur le même graphique pour des raisons de lisibilité.

La carte du monde de la dette : 40 ans d'évolution en 30 secondes LE SCAN ÉCO - Depuis les années 1990, les pays «en voie de développement» sont devenus les bons élèves de la planète sur le front de la dette. Tandis que les pays occidentaux s'enfoncent dans le rouge écarlate, particulièrement depuis la crise de 2008. Visualisation et explications. 1990-2015: en vingt cinq ans, le paysage mondial de la dette publique a complètement changé. Les pays dits en développement, dont la plupart sont passés par de féroces crises monétaires (Mexique en 1994, pays asiatiques en 1997, Russie en 1998, Brésil en 1998 et 1999, Argentine début 2000), croulaient sous des dettes abyssales dans les années 1990. Ils sont désormais redevenus les bons élèves de la planète en la matière, sous les conseils et la pression du Fonds monétaire international (FMI).

Pourquoi la dette publique pourrait baisser cette année Grâce à d'éventuelles meilleures rentrées fiscales et des ventes de participations dans des entreprises publiques, des sommes supplémentaires pourraient être allouées au désendettement, a laissé entre Bruno Le Maire. Bercy ne veut pas entendre parler de cagnotte. Et si, après avoir gonflé de façon continue depuis la crise de 2008, la dette commençait à fondre cette année? En chiffre absolu, c'est-à-dire en milliards d'euros, elle continuera certes à augmenter, parce que les finances publiques seront encore en déficit en 2018. Mais l'indicateur qui fait foi, c'est-à-dire la dette rapportée au produit intérieur brut (PIB, c'est-à-dire la richesse crée par l'économie), pourrait lui commencer à refluer. C'est en tous les cas ce qu'a sous-entendu le ministre des Finances Bruno Le Maire jeudi matin.

"Nous avons pu embaucher grâce au zéro charge et au Pacte" De quoi s'agit-il ? Le Pacte de responsabilité et de solidarité poursuit et amplifie les mesures engagées depuis 2012 en faveur de l’emploi et de l’investissement. Présenté en janvier 2014, son principe est simple : alléger les charges des entreprises, réduire les contraintes sur leurs activités et, en contrepartie, permettre plus d'embauches et davantage de dialogue social. Après la mise en œuvre du crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE), il mobilise plus de 20 milliards d’euros supplémentaires sur trois ans pour permettre aux entreprises de retrouver les marges nécessaires pour embaucher, former leurs salariés, investir et innover.

Related: