background preloader

Cours d'économie Terminale ES Chapitre 1.1 Les Limites du PIB

Cours d'économie Terminale ES Chapitre 1.1 Les Limites du PIB
Related:  ECO 2.1 circuit économique

En Italie, la prostitution et la drogue pour doper le PIB De la drogue et des prostituées dans le PIB. En Italie, en vertu de nouvelles règles européennes, les revenus estimés provenant du trafic de drogue et de la prostitution seront intégrés l’année prochaine au PIB. Les contrebandes de tabac et d’alcool seront également intégrées. L’institut statistique italien Istat indique que la procédure de calcul sera "très difficile pour la raison évidente que ces activités illégales ne sont pas déclarées". Selon les prévisions du gouvernement, le taux de croissance (avant ces nouvelles règles) étaient de 1,3% pour 2014. Ce nouveau calcul porterait le taux de croissance du PIB à 2,4%.

RapportPNUD2013 Tableau périodique des éléments Le tableau périodique des éléments, également appelé tableau ou table de Mendeleïev, classification périodique des éléments ou simplement tableau périodique, représente tous les éléments chimiques, ordonnés par numéro atomique croissant et organisés en fonction de leur configuration électronique, laquelle sous-tend leurs propriétés chimiques. La conception de ce tableau est généralement attribuée au chimiste russe Dmitri Ivanovitch Mendeleïev, qui, en 1869, construisit une table, différente de celle qu'on utilise aujourd'hui[a] mais semblable dans son principe, dont le grand intérêt était de proposer une classification systématique des éléments connus à l'époque en vue de souligner la périodicité de leurs propriétés chimiques, d'identifier les éléments qui restaient à découvrir, voire de prédire certaines propriétés d'éléments chimiques alors inconnus. Le tableau périodique a connu de nombreux réajustements depuis lors jusqu'à prendre la forme que nous lui connaissons aujourd'hui.

PIB : vers une croissance en trompe l’œil ? L'information était restée secrète : nous avons découvert une nappe géante de pétrole sous le Champs de Mars à Paris nous imposant de transformer la Tour Eiffel en un gigantesque derrick. Miracle économique ? Non, pas de miracle. Nous ne sommes pas non plus le 1er avril. nous ne sommes qu'un modeste jeudi 15 mai 2014, jour d'entrée en vigueur des nouvelles règles de la comptabilité nationale, autrement appelée le nouveau " Système européen de comptes ". De quoi s'agit-il exactement ? Qu'est-ce que cela change sur le fond ? Réalité ou trompe l'œil ?

Le Système européen de comptabilité nationale et régionale (SEC 2010) va calculer autrement le PIB des Etats membres pour tenir compte des changements dans l’économie avec pour conséquence une augmentation des taux de croissance retenus - Europaforum Luxe Eurostat a annoncé, jeudi 16 janvier 2014, que le PIB de l'Union européenne va être augmenté de 2,4 % en raison d'une nouvelle méthodologie comptable dans le cadre du SEC 2010 applicable à partir de septembre 2014. Cette nouvelle méthodologie tiendra compte des évolutions des travaux statistiques dans ce domaine au niveau international et des évolutions dans l’économie. "L'impact moyen pondéré sur le PIB de cette évolution méthodologique est une augmentation de 2,4 % du PIB desquels 1,9 % (près de 80 % de l'impact total) est dû à la capitalisation de la recherche et développement", a indiqué la Commission européenne dans un communiqué. En effet, alors qu'ils étaient auparavant considérés comme des dépenses, les fonds alloués à la recherche et au développement seront dorénavant qualifiés d'investissements. La mesure qui vient d’être décidée n’a rien d’anodin. Les chiffres calculés dans le cadre du SEC 2010 jouent un rôle central dans la gouvernance économique de l’UE.

Le circuit économique Le circuit économique Le circuit économique a passionné les économistes dès le début de la pensée économique. Les premiers modèles étaient sommaires mais pertinents (vous pouvez observez le Zig Zag de Quesnay). Les derniers ressemble plus à des nuages d’équations héhé. Mais entre les deux, il reste (survit) encore des représentations imagées du circuit économique. C’est-à-dire des flux réels et monétaires entre les différents agents économique. Bien entendu, il ne s’agit pas de la réalité mais d’une représentation de la réalité sujette aux erreurs et incompréhensions humaines. Partagez cet article, choisissez votre réseau ! Aujourd'hui professeur d'économie à BGF, je souhaite partager ce que j'enseigne et ce que j'apprends sur l'économie, les sciences et la culture en général.

Le mirage du PIB Comme le rappelle Marie Monique Robin dans son ouvrage Sacrée croissance !, Simon Kuznets, lauréat du prix de la banque de Suède en mémoire d’Alfred Nobel, avait montré il y a déjà soixante ans que le « revenu national » — l’ancêtre du PNB (produit national brut) et du PIB (produit intérieur brut) — ne mesure que quelques aspects de l’économie et ne devrait jamais servir à évaluer le bien-être, voire les progrès d’une nation : « Le bien-être d’un pays peut […] difficilement se déduire de la mesure du revenu national », écrivait Kuznets dès 1934. Il attirait l’attention sur le fait qu’il ne fallait pas se contenter de s’interroger sur ce qui augmente quantitativement, mais sur la nature de ce qui augmente : « Il faut garder à l’esprit la distinction entre quantité et qualité de la croissance […]. Quand on fixe comme objectif « plus » de croissance, il faudrait préciser plus de croissance de quoi et pour quoi faire ». Marie-Monique Robin, (2014). À lire également: Dominique Meda,(2008).

Nouveaux indicateurs de richesse? Rien n’est joué! Après l’Assemblée nationale, le Sénat a adopté le 2 avril dernier la proposition de loi sur les nouveaux indicateurs de richesse. Présenté par la députée écologiste Eva Sas, le texte prévoit que ces indicateurs alternatifs au PIB guident les politiques publiques, mais il ne les définit pas. Une commission de concertation, coprésidée par le Conseil économique, social et environnemental (Cese) et France stratégie, s’est réunie pour les déterminer. AlterEcoPlus revient avec Dominique Méda sur les effets et les enjeux de cette loi. Cela dépendra de l’usage qui en sera fait ! C’est la seule manière d’introduire dans notre débat public, ainsi que dans la conduite des politiques publiques, de nouvelles mesures de référence. Pour l’instant, il y aurait une dizaine d’indicateurs, qui couvriraient des domaines assez larges, allant des inégalités de revenus et d’éducation à l’espérance de vie à la naissance, en passant par la prise en compte de la dette publique. C’est en effet beaucoup.

La croissance réelle travestie par l'archaïsme statistique Ceux qui ont aimé ont aussi apprécié Les dernières émissions d'Olivier Passet Les dernières émissions Toutes les dernières émissions Xerfi Canal Économie Accéder à Precepta Stratégiques Accéder à Xerfi Business TV Abonnez-vous à la newsletter Les nouvelles émissions Xerfi Canal TV Toutes les dernières émissions Xerfi Canal TV Les incontournables

Brouillard économique : trop d'indicateurs sont faux ou périmés Les dernières émissions d'Olivier Passet Les dernières émissions Toutes les dernières émissions Xerfi Canal Économie Accéder à Precepta Stratégiques Accéder à Xerfi Business TV Abonnez-vous à la newsletter Les nouvelles émissions Xerfi Canal TV Toutes les dernières émissions Xerfi Canal TV Les incontournables Nouveau signal positif : la baisse sectorielle des défaillances d'entreprises Les dernières émissions d'Alexandre Mirlicourtois Les dernières émissions Toutes les dernières émissions Xerfi Canal Économie Accéder à Precepta Stratégiques Accéder à Xerfi Business TV Abonnez-vous à la newsletter Les nouvelles émissions Xerfi Canal TV Toutes les dernières émissions Xerfi Canal TV Les incontournables

Comment le gouvernement a transformé la bonne idée d’indicateurs de richesses « au-delà du PIB » en outil de propagande Billet de réaction et d’humeur court, car des évaluations plus sérieuses et plus détaillées sont à venir, par des membres du collectif FAIR (Forum pour d’autres indicateurs de richesse). 74 pages dont la plupart sont de la pure propagande, sur la base de statistiques au demeurant sérieuses, c’est le document « Les nouveaux indicateurs de richesse » publié par le « service d’information du Gouvernement » et préfacé par Manuel Valls. Mais comment parler de propagande si les chiffres sont sérieux ? Exemple majeur : en matière d’emploi, vous n’avez pas envie qu’on vous juge sur l’évolution du taux de chômage et du taux de chômage de longue durée, ce que presque tous les citoyens jugent essentiel et prioritaire ? Et alors, c’est magique : « En progression constante depuis 2011, le taux d’emploi se situe ainsi à son plus haut niveau depuis 30 ans (à l’exception de 2008 où il a atteint 64,9%). »

Related: