background preloader

Le budget de l'Etat en 7 questions-réponses

Le budget de l'Etat en 7 questions-réponses
1. Qu’est-ce que le budget de l’Etat ? C’est le document qui ­recense avec précision l’ensemble des recettes et des dépenses annuelles de l’Etat. Il est adopté tous les ans par le Parlement dans le cadre de la loi de finances initiale (LFI). En 2013, les recettes ont été fixées à 312 milliards d’euros – dont 141 issus de la TVA et 72 de l’impôt sur le revenu – et les dépenses à environ 374 milliards. Les 62 milliards d’écart représentent le déficit, qui est financé par des emprunts (pour connaître le montant du déficit des principaux de pays de la zone euro, cliquez ici ). L'analyse de Benoit Tricard, enseignant-chercheur à Neoma Business School : Quelle différence entre le budget de l'Etat et celui d'une entreprise ? 2. Non, il dispose aussi de ressources propres, comme les dividendes versés par les ­sociétés publiques, les revenus générés par ses propriétés immobilières ou encore le produit des amendes. 3. Loin de là.

http://www.capital.fr/statistiques-economiques/la-lecon-d-economie/le-budget-de-l-etat-en-7-questions-reponses-877748#xtor=EPR-226

Related:  Economie de terminale (actualité)Eco

Pas de coup de pouce pour le smic, qui augmentera de 1,1 % Michel Sapin, ministre du travail, a confirmé lundi 16 décembre que la hausse du smic serait de 1,1 % au titre de la hausse légale, mais pas plus : il n'y aura aucun coup de pouce supplémentaire. Le smic horaire s'élevera donc à 9,53 euros brut au 1er janvier 2014 contre 9,43 euros actuellement, et le salaire minimum mensuel sera de 1 445,38 euros brut au lieu de 1 430,22 aujourd'hui pour les salariés aux 35 heures. En net, pour ces travailleurs qui officient à plein temps, cette augmentation devrait représenter environ 12 euros par mois, avec un salaire mensuel de 1 113 euros en moyenne. Cette revalorisation – supérieure à l'inflation qui atteint 0,6 % sur un an – « préserve le pouvoir d'achat et l'emploi des moins qualifiés (...), alors que s'amorce l'inversion de la courbe du chômage », a indiqué le ministre du travail aux partenaires sociaux réunis lundi après-midi autour du gouvernement pour la Commission nationale de la négociation collective (CNNC).

Le monde expliqué en 100 personnes Une visualisation des principaux indicateurs de développement et données démographiques. Courrier international 17 mai 2013 | Partager : L'auteur : Jack Hagley est infographiste à Londres. “C’est un e-mail envoyé à la chaîne qui circulait il y a des années qui m’a inspiré cette infographie. Qu'est-ce qu'une secte ? Essai de définition méthodologique par Philippe Sellier La communication de Philippe Sellier a été prononcée devant l’Académie des sciences morales et politiques en séance le lundi 22 février 2010. Le texte ci-dessous ne fait que résumer cette communication qu’il convient d’écouter pour obtenir toutes les précisions données par l’intervenant. L’auteur, professeur émérite à Paris I- Sorbonne, a commencé par rappeler un certain nombre de faits divers tragiques qui, depuis les années 80, ont marqué l’actualité (suicides en Guyanne de la secte Temple du peuple de Jim Jones, attentats au Japon, condamnations de 9 membres de la Scientologie, etc). Ces événements ont conduit le gouvernement français à se pencher sur le sujet (Rapport Vivien en 85, liste controversée de la mission ministérielle MILS 1999-2001, instauration de la MIVILUDES en 2002, rapport Fenech). L’Eglise catholique, elle-même, s’est interrogée sur le phénomène des sectes, comme nouveaux mouvements religieux générant un défi pastoral. Dans l’Antiquité

TH1 - Croissance et fluctuations LE MONDE | 15.05.2014 à 10h58 • Mis à jour le 15.05.2014 à 12h23 | Par Claire Guélaud Croissance nulle, recul de la consommation des ménages, baisse marquée de l'investissement, contribution négative du commerce extérieur, contraction de l'activité dans le secteur de la construction : c'est une avalanche de mauvais chiffres qu'a annoncée, jeudi 15 mai, l'Institut national de la statistique et des études économiques (Insee), confirmant que la France reste à la traîne de l'Allemagne (+ 0,8 % au premier trimestre) et, dans une moindre mesure, de la zone euro. Au premier trimestre, le produit intérieur brut (PIB) en volume est resté stable, après avoir progressé de 0,2 % au quatrième trimestre 2013. La demande intérieure se porte mal : les dépenses de consommation des ménages ont reculé de 0,5 point. Cette baisse, qui succède à une légère augmentation (+ 0,2 %) au dernier trimestre de 2013, s'explique par des facteurs exceptionnels.

La crise > Notions > Economie > Term ES La crise La crise économique correspond à une contraction de la production qui accompagne un déséquilibre d'un ou de plusieurs indicateurs économiques. Selon que l'on adhère plutôt au sens latin ( Crisis : phase décisive de la maladie) ou bien au sens grec (Krisis: décision, jugement), la perception du terme varie, et peut être interprétée comme : - Un bref retournement de conjoncture, survenant à la suite d'une phase d'expansion, et précédant une récession, celle-ci pouvant se prolonger par une dépression. - Une crise comme celle de 1929, qui est en fait une longue dépression. Les caractéristiques de l'évolution macro-économique depuis 1970 :

La nouvelle prime d’activité en cinq questions La prime d’activité pour les bas salaires entrera en vigueur le 1er janvier 2016. Elle se substituera à la fois au revenu de solidarité active (RSA) et à la prime pour l’emploi (PPE). Explications en cinq points sur ce complément de revenu, qui sera versé chaque mois, à partir du 5 février 2016, aux personnes en activité, sous conditions de ressources, soit quelque 5,6 millions d’actifs potentiellement éligibles. Pourquoi cette prime est-elle instituée ? La prime d’activité est une nouvelle aide qui vise à encourager l’activité en soutenant le pouvoir d’achat des travailleurs modestes. Elle remplacera, à partir du 1er janvier, deux dispositifs jugés trop complexes et peu efficaces : le RSA activité et la PPE.

Profecogest Théories de la croissance - Fiche de synthèse Définition de la croissance : Augmentation soutenue et durable du niveau d’activité. Allocations chômage : Sapin confirme la piste de la dégressivité, Politique La dégressivité des allocations chômage est bel et bien une piste. Michel Sapin a en effet expliqué ce lundi qu’elle était envisagée dans le cadre des négociations à venir sur la réforme du dispositif, confirmant ainsi les propos de la ministre du Travail. Myriam El Khomri avait indiqué ce dimanche sur BFMTV que « toutes les pistes devaient être étudiées pour négocier les nouvelles règles de l’assurance chômage, y compris la dégressivité des allocations ». La formation pour les chômeurs

La croissance économique > Qu’est-ce que la croissance ? C’est l’augmentation de la richesse produite sur le territoire français d’une année sur l’autre. Pour évaluer cette dernière, on additionne la valeur des biens matériels fabriqués dans nos usines, mais aussi celle de tous les services produits dans l’Hexagone, y compris ceux fournis gratuitement par l’Etat (restauration, assurance, commerce, éducation, transports, soins hospitaliers, police, activités bancaires, etc.). Afin de ne pas comptabiliser deux fois la même chose, on ne prend cependant en considération que la «valeur ajoutée» des entreprises – autrement dit le montant de leur production finale diminué des consommations intermédiaires, comme par exemple les pneumatiques montés par les constructeurs automobiles, déjà recensés à leur sortie des usines Michelin. Le total obtenu est appelé PIB (Produit intérieur brut). En 2012, il a représenté un peu plus de 2.000 milliards d’euros, exactement le même chiffre que l’année précédente.

La croissance revient  mais reste insuffisante, Conjoncture Après trois années de marasme, l'économie française est enfin sortie de sa léthargie. La PIB a progressé de 1,1 % en 2015, a indiqué vendredi l'Insee. C'est un petit peu plus que ce qu'espérait le gouvernement, qui tablait officiellement sur 1 %. « 2015 a été l'année de la reprise », s'est réjoui le ministre des Finances, Michel Sapin. Avec toutefois un gros point noir : ce début d'embellie n'a pas suffi à enclencher une baisse du chômage.

L’innovation éducative : une question économique L’éducation paraît partout en crise. Les plus grandes écoles se posent des questions non seulement sur l’avenir de l’éducation, mais également sur comment apprendre à l’heure des nouvelles technologies. Comme si leur intégration nécessitait de reposer en profondeur la question de l’apprentissage dans une société qui nous semble toujours plus complexe. Pourtant, les résultats de l’informatisation à l’école n’ont pas été forcément ceux attendus : comme le soulignait l’année dernière Matt Richtel dans sa série pour le New York Times. Là où il s’est installé, le numérique n’a pas eu d’effet majeur sur les résultats scolaires des élèves.

« L’explosion de la bulle obligataire sera pire que celle des subprimes » © Samuel Locke/Getty Images En inondant les marchés mondiaux de liquidités, les banques centrales ont créé les conditions d’une nouvelle crise financière, explique Patrick Artus, chef économiste chez Natixis. Le risque est d’autant plus grand que d’autres menaces pèsent sur l’économie mondiale. Capital : Vous venez de publier « La folie des banques centrales : pourquoi la prochaine crise sera pire ». Le titre du livre fait froid dans le dos. Que redoutez-vous précisément ?

Related: