background preloader

C'est pas sorcier -CERVEAU 2 : J'AI LA MEMOIRE QUI FLANCHE

C'est pas sorcier -CERVEAU 2 : J'AI LA MEMOIRE QUI FLANCHE
This video is currently unavailable. Sorry, this video is not available on this device. by $author Share this playlist Cancel Play

http://www.youtube.com/watch?v=Wz0lrKSRtmE

Related:  gangdutpeCerveauNeurosciencesModule 3 : mémoriserLes apprentissages sensori-moteurs

Mémoire Dossier réalisé en collaboration avec le Pr. Francis Eustache, Directeur de l'unité Inserm-EPHE-UCBN U1077 "Neuropsychologie et neuroanatomie fonctionnelle de la mémoire humaine" – Octobre 2014 La mémoire repose sur cinq systèmes de mémoire © Inserm, G. Auzias/S. Le développement du cerveau adolescent - TED talks (vidéo) Le résumé d'une conférence donnée par Sarah Jayne Blakemore sur le site TED. On y apprend notamment pourquoi les adolescents peuvent être violents et faire des actes inconsidérés. Cela serait causé par un développement non achevé du lobe préfrontal avant l'âge adulte et une hypersensibilité du cortex limbique. Le cerveau adolescent n'est pas comme le cerveau adulte La violence souvent présente à l'adolescence, les comportements agressifs et totalement désinhibés, les bagarres qui éclatent dans les cours de récréation de nos collèges, parfois simplement parce que notre meilleur ami nous a volé un stylo, peuvent être expliqués par les neurosciences. Il faut être vigilant, car ce comportement pourrait facilement être assimilé à une dérive ou à un comportement antisocial, mais cette stigmatisation serait à la fois fausse et horrible pour les enfants.

6 règles d'or pour que votre cerveau continue à fabriquer de nouveaux neurones La production de nouveaux neurones ne s'arrête jamais. Des chercheurs ont observé que dans une région du cerveau impliquée dans la formation des souvenirs et la gestion des émotions - l'hippocampe -, les anciens neurones étaient remplacés par d'autres, fraîchement produits à partir de cellules souches. Et chacun de nous aurait ce potentiel, quel que soit notre âge. Rassurant. Sauf que, d'après le Pr Pierre-Marie Lledo, qui s'est exprimé lors de la deuxième édition du colloque S3 Odéon, les expériences chez les souris ont montré que cette capacité pouvait diminuer, voire même disparaître (en cas de stress) selon l'environnement.

APPRENTISSAGES MOTEURS ET DEMARCHES D’ENSEIGNEMENT Sujet : Dans quelle mesure l’enseignant d’EPS peut il s’appuyer sur les connaissances relatives aux théories de l’apprentissage moteur pour organiser son enseignement 1. Comment l’individu apprend ? 7 : La culture, une question de cerveau ? La taille d’un organe doit bien sûr se juger en fonction du gabarit de la bête. Dire que le rhinocéros blanc possède un cerveau plus massif que le colibri ne permet guère de conclusions scientifiquement valides. Il faut comparer des proportions relatives, ramenées à la masse ou au volume total d’un organisme.

La pyramide des besoins de Maslow d’un point de vue pédagogique Le psychologue Abraham Maslow a établi une hiérarchie des besoins en faisant des recherches sur la motivation. Il a ainsi réalisé, dans les années 1940, la pyramide des besoins. Le fonctionnement doit être perçu tel un escalier. L’individu doit satisfaire les besoins qui sont à la base afin de pouvoir réaliser ceux qui sont au niveau supérieur. Le plus haut niveau étant le besoin de s’épanouir.

Document de Référence: Apprentissage moteur et enseignement de la danse - International Association for Dance Medicine & Science Documents de Référence Version PDF Définition de l’apprentissage moteur Dans la quatrième édition de l’Apprentissage Moteur et la Performance: une Approche d’Apprentissage en Situation publié en 2008, Schmidt et Wrisberg définissent ainsi l’apprentissage moteur « c’est l’ensemble des changements au niveau des processus internes, qui sont associés à la pratique ou à l’expérience et qui déterminent la capacité d’une personne à produire une compétence motrice donnée. » Ces changements sont relativement permanents, puisqu’ils sont stockés dans la mémoire à long terme et sont associés à un exercice ou à la répétition d’une compétence motrice. Bien que le résultat de cet apprentissage soit permanent, le système moteur reste «malléable», c’est-à-dire qu’il garde son potentiel d’adaptabilité tout au long de la vie.

Positivité de l’oubli Toujours la mémoire est valorisée et mise en avant dans son économie avec l’oubli. Ses techniques et ses ruses sont merveilleuses et parfois même mystérieuses. L’oubli, quant à lui, reste dans l’ombre, il a la figure du négatif et de la privation. Photo Bertrand Marenger La mémoire arrache à l’oubli qui, lui, est effacement.

2 : Définition de la culture : quand la biologie bouleverse la pensée Voilà 150 ans au moins que les anthropologues, sociologues et autres ethnologues ont défini la culture comme un ensemble de croyances, de traditions, de règles sociales et de valeurs morales acquises par l’Homme lorsqu’il devient membre d’une société. La culture, c’est même ce qui fonde toute société humaine – insistons sur humaine – en dehors de toute composante biologique, naturelle, bassement animale. Depuis 150 ans les faits n’ont guère évolué de ce côté de la science.

Une ressource sur le développement des jeunes Soutenir les jeunes : Comment participer Utilisez nos « feuilles de route » comme outils pour vous aider à déterminer la situation des jeunes et trouvez des moyens de leur apporter votre soutien à des stades spécifiques de leur développement. Nos feuilles de route ont été élaborées à partir de travaux de recherche de pointe sur le développement des jeunes et d’un dialogue direct avec les jeunes de l’Ontario quant aux stratégies permettant de leur venir en aide. Ces feuilles de route sont des outils pratiques pour décrire les événements communs et prévisibles liés au développement des jeunes. Toutefois, chaque jeune a un développement qui lui est propre. Le contexte et l’expérience ont également une influence sur le développement d’un jeune.

Les styles d'apprentissage, une vaste rigolade ? Depuis 2010, les articles académiques et grand public se multiplient aux Etats-Unis pour dénoncer ce que certains appellent "l'imposture" ou "l'erreur" des styles d'apprentissage. Non que ce concept ne recouvre certaines réalités évidentes : les apprenants n'apprennent pas tous de la même façon, pas la peine d'être diplômé en psychologie ou en neurosciences pour le savoir; mais ce qui est fortement remis en cause aujourd'hui, c'est l'utilisation faite de cette théorie dans la conception et l'animation de formations, en présence ou en ligne. Les éducateurs sont donc les premiers touchés par la remise en cause de l'importance des styles d'apprentissage.

Related:  neurosciencesneurosciencesCerveau - TV