background preloader

"Du vrai, du beau, du bien", par Jean-Pierre Changeux

"Du vrai, du beau, du bien", par Jean-Pierre Changeux

http://www.youtube.com/watch?v=LycLyc_zVJU

Related:  catoche31Sciences cognitivesNeurosciences***spécial docs

Les 4 piliers de l'apprentissage d'après les neurosciences D’après Stanislas Dehaene, psychologue cognitif, neuroscientifique et professeur au Collège de France, les neurosciences cognitives ont identifié au moins quatre facteurs qui déterminent la vitesse et la facilité d’apprentissage. 1. L’attention La grenouille gobe t'elle aussi les cailloux ? La grenouille gobe t'elle aussi les cailloux ? Une introduction aux neurosciences computationnelles Elaa Teftef et Thierry Viéville Où l'on montre, à travers l'exemple de l'étude du cerveau, que si Informatique et Sciences du Numérique (ISN) forment une discipline à part entière, cela induit aussi une véritable révolution scientifique vis à vis des autres Sciences de la Vie et de la Terre (SVT), elles ont aussi quelques vertus en ce qui concerne la formation générale de l'esprit. Ainsi, au niveau des neurosciences, le système nerveux peut-il être modélisé comme un objet qui traite des données pour interagir avec son environnement.

Mémoire Dossier réalisé en collaboration avec le Pr. Francis Eustache, Directeur de l'unité Inserm-EPHE-UCBN U1077 "Neuropsychologie et neuroanatomie fonctionnelle de la mémoire humaine" – Octobre 2014 La mémoire repose sur cinq systèmes de mémoire © Inserm, G. La migraine peut altérer le cerveau de façon permanente La migraine, qui affecte 10 à 15 % de la population, peut entraîner des modifications durables et permanentes des structures cérébrales, comme des lésions, selon une analyse de près de 20 études parue mercredi 28 août dans la revue américaine Neurology. "Traditionnellement la migraine est considérée comme un trouble bénin sans effet durable sur le cerveau, relève le docteur Messoud Ashina, de l'université de Copenhague, principal auteur de cette recherche. Notre méta-analyse conduit à penser que la migraine pourrait en fait altérer de façon permanente les structures du cerveau de multiples façons."

Ne penser à rien favorise l'imagination L'essentiel - Même quand nous ne sommes occupés à aucune tâche précise, notre cerveau reste actif. - Durant ces phases, un réseau d'aires cérébrales s'active. Enfants et écrans : psychologie et cognition L’Académie des sciences vient de publier un rapport (.pdf) sur la relation des enfants aux écrans (disponible également sous la forme de livre aux éditions Le Pommier), un rapport qui tord le cou à nombre d’idées reçues sur le sujet et fait le point sur les connaissances scientifiques, éducatives et neurobiologiques. Comme le précisait Jean-François Bach, secrétaire perpétuel de l’Académie des Sciences lors de la présentation publique du rapport, l’Académie a souhaité éclaircir les bases scientifiques de nos usages excessifs des écrans (voir les vidéos des présentations). Un rapport qui a voulu insister pas seulement sur les effets délétères des écrans – des effets qui existent, qui influent par exemple sur le temps de sommeil, l’attention, mais de manière plus rare qu’on a tendance à le penser – mais surtout sur les effets positifs de notre exposition aux écrans et notamment de l’exposition des plus jeunes aux écrans. A l’inverse, chaque culture apporte également son lot d’avantages.

Comment le cerveau s’adapte à toutes les situations? 02.06.2014 - Communiqué Neurosciences, sciences cognitives, neurologie, psychiatrie © CC BY-SA 2.0 by ZeroOne Le manque de sommeil affecte le corps jusque dans nos gènes Ne pas assez dormir plusieurs nuits de suite perturbe, tout le monde s'en rend ou s'en est déjà rendu compte. Ce qui est moins visible, c'est que cela peut avoir des conséquences sur des centaines de gènes essentiels pour être en bonne santé. «Un sommeil insuffisant et des troubles du rythme circadien sont associés à des conséquences négatives sur la santé, telles que l’obésité, des maladies cardio-vasculaires, et des troubles cognitifs, mais les mécanismes impliqués demeurent largement inexplorés [...]», peut-on lire dans le journal Proceedings of the National Academy of Sciences qui publie une étude commentée dans The Guardian publie le 25 février. Pour comprendre ces mécanismes, des scientifiques anglais du Centre de Recherche sur le Sommeil du Surrey, dirigés par le Professeur Derk-Jan Dijk, ont mené une expérience sur 26 personnes âgées entre 23 et 31 ans pendant 12 jours. Après chaque semaine, des tests sanguins ont été effectués. publicité

Un bouillon ayurvédique pour stimuler le système immunitaire et réduire l'inflammation En Inde, ce bouillon serait élaboré pour renforcer le système immunitaire et soigner les rhumes et refroidissements. Composé à base d'huile d'olive, de curry, cumin, ail et citron. Il serait si efficace que le recours à d’autres médecines est souvent inutile. Le curry est un mélange de plusieurs épices dont: - le curcuma, - le gingembre, - le cumin, - la moutarde, - la feuille de laurier, etc. Il est originaire de l’Inde. Les élèves qui lisent sont-ils meilleurs que ceux qui jouent aux jeux vidéos (...) Le XXIe siècle a connu une véritable explosion des technologies de l’informatique et des communications. Dans ce nouveau monde, les élèves ont changé, le Canadien Marc Prensky parle des « digital natives » pour les désigner, puisque ces enfants sont nés dans le langage digital de l’ordinateur, des jeux vidéos et de l’internet. Si certains parents ou éducateurs craignent une baisse du niveau intellectuel ou scolaire de leurs enfants ou élèves, certains chercheurs se sont posé la question des répercussions positives dans le développement cognitif. Dans une perspective cognitive, la pratique régulière des jeux vidéos pourrait permettre une amélioration de l’attention et de la concentration, de la perception visuelle, de la mémoire visuelle, des processus simultanés, des capacités métacognitives (planification, mise en place de stratégies) et de la vitesse de traitement de l’information.

Related: