background preloader

Le consommateur de demain ? Plus âgé, plus connecté et rationnel

Le consommateur de demain ? Plus âgé, plus connecté et rationnel
Related:  Comportement d'achatQG1 LE CONSOMMATEUR EST IL TOUJOURS RATIONNEL DANS SES CHOIX?L'E-commerce

Motivations et comportements d'achats en magasins spécialisés Juil-Aout 2012 Le consommateur bio se décrit lui-même comme assez peu fidèle que ce soit à l’égard des produits et des marques que des différents lieux d’achats. Maintenant bien informé, il est vigilant et réactif à toute modification du rapport qualité/prix. Sa perception de la qualité se construit en premier lieu par les produits en eux-mêmes puis par l’importance du choix dans l’espace de vente et par le prix. L’attractivité du lieu de vente et la qualité des informations viennent ensuite. ...La satisfaction... ... ... ... ... ... ...Le prix... ...L’information du consommateur... ... ... Il accorde plus d’importance au rôle sociétal de l’achat (base 115 p ersonnes - mai 2012)

Le néo-consommateur : une espèce en voie d’apparition ou le consommateur 2.0 Le consommateur d’aujourd’hui aspire à consommer différemment. Il a d’autres envies, d’autres ambitions pour lui-même et est en train d’adopter de nouvelles habitudes de consommation. En effet, si la crise économique de 2008 est à l’origine de l’émergence du néo-consommateur, celui-ci est cependant le fruit de mutations plus profondes qui ont donné naissance à de nouvelles tendances de consommation. 1. La crise économique à l’origine de l’émergence du néo-consommateur L’attention des consommateurs a toujours été focalisée sur leur pouvoir d’achat. Cette crise de 2008 a tout d’abord entrainé une perte de repère de la part des consommateurs, qui se sont alors réfugiés dans les valeurs sûres : la recherche de prix bas, ou tournés vers de nouveaux médias pour consommer. 1.1 Une perte des repères de la part des consommateurs Trois causes à ceci : 1.2 Réaction immédiate des consommateurs : les valeurs sûres Recherche de prix bas Développement de nouvelles pratiques d’achat suite à la crise 2.

Motivations et comportements d'achats en magasins spécialisés Juil-Aout 2012 Le consommateur bio se décrit lui-même comme assez peu fidèle que ce soit à l’égard des produits et des marques que des différents lieux d’achats. Maintenant bien informé, il est vigilant et réactif à toute modification du rapport qualité/prix. Sa perception de la qualité se construit en premier lieu par les produits en eux-mêmes puis par l’importance du choix dans l’espace de vente et par le prix. L’attractivité du lieu de vente et la qualité des informations viennent ensuite. ...La satisfaction... ... ... ... ... ... ...Le prix... ...L’information du consommateur... ... ... Il accorde plus d’importance au rôle sociétal de l’achat (base 115 p ersonnes - mai 2012)

Infographie : Ce que veulent réellement les consommateurs français aujourd'hui Pouvoir accéder en permanence et à travers n'importe quel point de contact à des offres intéressantes aux meilleurs prix, tel est le désir du consommateur français d'aujourd'hui, qui n'hésite pas à croiser les supports d'informations (boutiques physiques et Internet) pour mieux consommer. Dans cette infographie réalisée par Fullsix, le mot d'ordre du commerce du futur est lancé : il doit être "relationnel". Charge aux enseignes de s'adapter aux souhaits du futur client. Pour y parvenir, retour également sur : - les données-clés du marché français ; - les cinq attentes-clés des clients de la distribution; - les possibilités de connaissance clients qu'offre la big data ; - l'impact réel des usages. Source : Fullsixgroup

Place au consommateur post-crise Près de la moitié des Français «pensent qu'ils ne consommeront plus jamais comme avant». Un constat tiré d'une récente étude d'Ipsos Interactive menée pour l'agence CLM BBDO qui indique aussi que «la crise marque un net tournant pour les Français». En ce moment, les enquêtes sur ce thème ne manquent d'ailleurs pas. Dans ce climat d'incertitude, le consommateur s'adapte. L'étude Ifop-TBWA Corporate révèle que plus de huit Français sur dix sont prêts à sanctionner les mauvaises pratiques des entreprises et quatre sur dix accepteraient de payer plus cher les produits d'une entreprise responsable. Plus radical, Laurent Habib déplore «une grave maladie des marques». Si les marques s'attèlent à devenir plus humaines et responsables pour séduire le consommateur, elles doivent aussi être plus empathiques et transparentes. Mais une entreprise peut-elle être irréprochable ?

Comprendre les comportements utilitaires et hédoniques des cyber-acheteurs La fidélisation est apparue pour développer un cœur de clients attachés à la marque afin de lutter contre une forte concurrence. Garder ses clients permet de maintenir ses parts de marché, ceci n’étant pas tâche aisée sur le marché hyper-compétitif actuel. Les entreprises, afin de fidéliser les internautes doivent être capables de faire vivre au client une expérience intrinsèquement agréable. Pour cela, elles sont avant tout obligées de comprendre ce que désire le client. Une fois cette étape passée, les entreprises pourront ensuite lui proposer des parcours et des expériences adaptées. Les comportements d’achat des internautes : utilitaires et hédoniques ? Les comportements d’achat des internautes peuvent être soit utilitaires, soit hédoniques. Il existe deux comportements d’achat très étudiés en marketing qui permettent d’identifier deux types d’individus : Les individus qui sont dirigés par un but lorsqu’ils réalisent leurs achats (achat corvée). Soyez sympa Partagez ;-) Reviewed by on.

Je Like - Comment les produits High-tech influencent l'acte d'achat Publié le 16 avril 2014 Peut-on encore se passer du digital dans un processus d'achat ? Franchement non. Et cette infographie réalisée par l'IFOP pour Bonial.fr, un site de recommandations, prouve que l'impact du numérique est omniprésent et dans tous les compartiments... Raphaël Legrand Rubrique réalisée en partenariat avec ETO Rejoignez-nous et recevez chaque semaine le meilleur d'INFLUENCIA. Le grand mystère adolescent 22 avr. 2010 - Ils inspirent les tendances, s’approprient les innovations. On dit d’eux qu’ils sont fainéants, provocateurs, violents, collés à leur téléphone portable… Ils nous irritent, nous créent du souci… Pas de doute, on parle beaucoup des jeunes et des adolescents. Pour les adultes, les adolescents relèvent d’un mystère. Planète Ado Les adolescents adoptent la nouveauté à une vitesse incroyable, qu’il s’agisse de produits, de technologies, d’attitudes ou de pratiques, parfois à risque. Positive attitude Depuis une quinzaine d’années environ, être ado est véritablement devenu tendance. Malentendu générationnel Le regard des adultes sur les ados se nourrit en fait d’un certain malentendu générationnel qui entraîne des jugements de valeur sur des phénomènes qu’eux-mêmes adultes ont pourtant nourris. Comment communiquer ? De son côté la société adulte s’inquiète tant pour les jeunes qu’elle en a fait la cible n°1 des campagnes de prévention sur le tabac, l’alcool, les MST, etc.

Marketing : comment collecter et traiter les données clients Même s'il a pu faire ses preuves par le passé, le marketing de masse n'a plus beaucoup de raison d'être aujourd'hui. Pour conquérir et fidéliser des clients, mis à part un prérequis de base (un produit ou service de qualité adapté à leurs besoins), les entreprises doivent apprendre à les comprendre et à décortiquer leurs habitudes de consommation. "Connaître ses clients, c'est aussi mieux comprendre ce que recherchent les prospects qui leur ressemblent ", rappelle Fatima Aliane, responsable "data-mining" chez Acxiom France, spécialiste des technologies et des services marketing. Identifier les données-clés Mais, avant tout, la collecte doit répondre à un objectif précis, en lien avec la stratégie de l'entreprise. Les différents modes de collecte Une fois les données-clés identifiées, reste à les collecter... L'enquête de satisfaction est une autre piste pour récolter des informations. Les logiciels à la rescousse Opérer une segmentation clients

lsa-conso Le vigi-shopper ou « watcher » C'est le profil qui concerne le plus grand nombre de Français. 35% de consommateurs s'identifient à lui, selon l'étude. Ses caractéristiques ? C’est un consommateur attentif et scrupuleux. Ses critères de choix pour faire ses achats ? Un profil qui influence son comportement d’achat : il vérifie au moyens d’application smartphone, par exemple, les infos à connaître avant d’acheter ; ils consulte les conseils de sa communauté au préalable, là encore grâce aux outils modernes et aux réseaux sociaux. Le slow-shopper ou « careshopper » Il est amoureux des petits producteurs, du bio, des circuits courts… Ce consommateur averti respecte les principes environnementaux et sociaux, sans sombrer toutefois dans le militantisme, même s’il descend du « bobo ». Il adhèrera ainsi à l’agriculture urbaine et locale (cueillette de fruits…) ou à une expérience détachée des intrusions publicitaires. Le social-shopper ou « influenceur » Le plus connecté ! Ses outils privilégiés ?

Tout savoir sur les 15-25 ans 19 juin 2012 - Afin de mieux comprendre et de cibler efficacement les 15-25 ans, Ipsos a lancé le 12 avril 2012 "whY", une communauté on-line réunissant une centaine de jeunes appelés à réagir et interagir sur de nombreux sujets d'opinion et de consommation. L'analyse des premiers posts fait apparaître une génération plutôt conservatrice dans ses valeurs et aspirations, bien que très critique et peu conventionnelle dans ses codes et modes de communication. Bruno Bourdon, Ipsos Marketing, tire les premiers enseignements du dispositif. Mise en place il y a un peu plus d’un mois, la communauté whY a très vite trouvé son rythme de croisière : 2000 pages vues par jour sur des sujets variés (les marques préférées, les produits du moment, ce qui fait le buzz, les musiques écoutées, les expressions branchées, les looks à adopter ou à ne surtout pas adopter…,) une participation très conséquente et quelques "leaders" qui drainent l'activité et assurent la dynamique.

Amazon: qui sont ces utilisateurs qui reçoivent plein d'objets gratuits INTERNET - Vous surfez tranquillement sur Amazon dans le but d'acheter une machine à laver. Dans votre choix, il y a fort à parier que les commentaires laissés par d'autres internautes vont avoir une certaine influence. Des commentaires rédigés par des gens comme vous, qui ont réellement besoin de cette machine à laver. Sur le site numéro un mondial de vente en ligne, un bon nombre d'avis sont en fait postés par des internautes qui reçoivent les objets gratuitement. "Amazon invite les clients à devenir des voix du Club des Testeurs en fonction de leur classement en tant que publicateurs de commentaires, qui reflète le jugement par les autres clients Amazon de la qualité et de l'utilité de leurs commentaires. "J'ai tellement de haut-parleurs Bluetooth, c'est ridicule" Ces meilleurs commentateurs sont réunis sur une page dédiée. Le site économique américain npr.org s'est lui intéressé à l'un de ces membres au statut privilégié sur le site de vente en ligne, qu'il a fait témoigner.

Le besoin du client naît toujours d'une insatisfaction ! Il faut créer le besoin du client ! Combien de fois ai-je entendu cette phrase fourre-tout de la part de commerciaux ou de formateur en techniques de vente ? Qui peut se prévaloir d'avoir créé un besoin qui n'existait pas ? Personnellement je n'en connais pas. Il convient déjà de rassurer les commerciaux, un besoin ne se crée pas, il se révèle. En fait le besoin client nait toujours d'une insatisfaction ! L'insatisfaction croissante d'un client se nourrit d'éléments aussi subtils que la perte de temps, que la complexité d'un service ou d'une démarche, de l'exaspération liée, d'un niveau de qualité insuffisante, bref elle nait de situations jugées imparfaites par nos clients. Le meilleur moyen connu de chasser les insatisfactions des clients et prospects est d'être au contact d'eux le plus possible et cela de différentes façons : visite, invitation, co-construction de nos offres de services, questionnement, enquête mystère, stratégie d'alliance... Bio

Les seniors, des inactifs hyperactifs à combler ! 05 déc. 2012 - Les seniors sont une cible souvent délaissée, aussi bien par les enquêtes que par nos clients. Et pourtant, cette population présente un réel intérêt pour les entreprises : outre leur poids croissant dans la démographie (c’est vrai en France, mais aussi en Europe, aux Etats-Unis en Chine et au Japon), les plus de 60 ans ont les moyens de profiter de la vie. En effet, les seniors ont plus le temps et les moyens que la moyenne des Français et entendent bien les mettre à profit pour se faire plaisir. Voir la vidéo De nombreux clichés entourent aujourd’hui les plus de 60 ans. De même, les seniors ne sont pas en reste sur les projets de vie. Moins stressés, moins pressés, ils multiplient les activités, les sorties (leur fréquentation des salles obscures a beaucoup progressé, tandis que l’on observe une fréquentation non négligeable des salles de concerts et des bars). Pour plus d’informations sur l’Observatoire de la Maturité

Related: