background preloader

Comment théâtraliser l'offre Merchandising

Comment théâtraliser l'offre Merchandising
Comment théâtraliser l'offre Merchandising Mots clés : Kiosque Lors d'une journée technique organisée par l'Institut français du merchandising, industriels et distributeurs ont confronté leurs expériences. Sans se cacher leurs divergences. Comme l'expliquait Bernard Vasseur, président du Syndicat national de la PLV et PDG de la société Media 6, à l'occasion de la Journée technique de l'Institut français du merchandising (IFM) organisée le 30 mars, la théâtralisation peut être événementielle ou institutionnelle. Des propos un peu abstraits, mais que les exemples présentés par les intervenants de cette journée technique viennent éclairer. Le travail de l'agence consiste à « habiller » un rayon - ou une zone - pour en accroître la « séduction ». Leclerc surfe sur le « fantastique » Quant à la théâtralisation temporaire, elle s'organise autour d'opérations ponctuelles comme celle que la société Arboris a récemment mise sur pied pour les centres Leclerc rattachés à la centrale Scapalsace. x Des Related:  QG1 LE CONSOMMATEUR EST IL TOUJOURS RATIONNEL DANS SES CHOIX?

Points de vente / Place à l'émotionel - Dossiers En matière de marketing terrain, la tendance est au retour de la théâtralisation du point de vente. Les opérations de promotion jouent la carte de l'événementiel. « Nous travaillons sur l'interception et l'expérience en magasins, l'idée étant d'accompagner le consommateur de ses lieux de vie jusqu'aux lieux de vente, sans faire des opérations commerciales paupérisantes pour la marque », explique Richard Pellet, directeur associé de Stella, l'agence de marketing expérientiel de Publicis Dialog, qui a notamment conçu et mis en place des opérations pour Bongrain, SFR ou Nana. Parallèlement, le marketing polysensoriel cherche à créer de l'émotion par les cinq sens, mais reste pour l'instant cantonné aux circuits sélectifs. « Dans les points de vente, on assiste au retour de la théâtralisation, très prisée dans les années 1998-2000, puis délaissée. Le marketing sensoriel ou polysensoriel est également un outil de plus en plus prisé pour créer un lien avec le consommateur. P.Cap

Expériences de consommation et marketing expérientiel Depuis les années 1960-1970, la consommation s’est progressivement désengagée d’une conception essentiellement utilitariste, basée sur la valeur d’usage. Selon J. Baudrillard (1970), la consommation est devenue une activité de production de significations et un champ d’échanges symboliques : les consommateurs ne consomment pas les produits, mais, au contraire, consomment le sens de ces produits. Ainsi, que l’objet remplisse certaines fonctions est tenu pour acquis par le consommateur; c’est son image qui fait la différence. La rupture paradigmatique est importante. C’est par la consommation, en effet, que l’on conforte une identité qui est de plus en plus mise à mal par le chômage, le divorce, l’éclatement de la famille, la mobilité… Il ne s’agit donc plus simplement de « faire ses courses » mais de « vivre des expériences » et le plus souvent des expériences dites « incorporées » car elles font appel à tous les sens de l’individu. Figure 1 - UNE CONSOMMATION EXPÉRIENTIELLE RÉSULTANT

Le néo-consommateur : une espèce en voie d’apparition ou le consommateur 2.0 Le consommateur d’aujourd’hui aspire à consommer différemment. Il a d’autres envies, d’autres ambitions pour lui-même et est en train d’adopter de nouvelles habitudes de consommation. En effet, si la crise économique de 2008 est à l’origine de l’émergence du néo-consommateur, celui-ci est cependant le fruit de mutations plus profondes qui ont donné naissance à de nouvelles tendances de consommation. 1. La crise économique à l’origine de l’émergence du néo-consommateur L’attention des consommateurs a toujours été focalisée sur leur pouvoir d’achat. Cette crise de 2008 a tout d’abord entrainé une perte de repère de la part des consommateurs, qui se sont alors réfugiés dans les valeurs sûres : la recherche de prix bas, ou tournés vers de nouveaux médias pour consommer. 1.1 Une perte des repères de la part des consommateurs Trois causes à ceci : 1.2 Réaction immédiate des consommateurs : les valeurs sûres Recherche de prix bas Développement de nouvelles pratiques d’achat suite à la crise 2.

Place au consommateur post-crise Près de la moitié des Français «pensent qu'ils ne consommeront plus jamais comme avant». Un constat tiré d'une récente étude d'Ipsos Interactive menée pour l'agence CLM BBDO qui indique aussi que «la crise marque un net tournant pour les Français». En ce moment, les enquêtes sur ce thème ne manquent d'ailleurs pas. Une étude Harris Interactive pour Euro RSCG C&O va ainsi jusqu'à révéler une crise du capitalisme plus qu'un marasme financier. Ifop et TBWA Corporate estiment pour leur part que les entreprises ont tout intérêt à mieux intégrer les enjeux sociaux, financiers et environnementaux dans leur stratégie si elles ne veulent pas voir les consommateurs les bouder. Dans ce climat d'incertitude, le consommateur s'adapte. L'étude Ifop-TBWA Corporate révèle que plus de huit Français sur dix sont prêts à sanctionner les mauvaises pratiques des entreprises et quatre sur dix accepteraient de payer plus cher les produits d'une entreprise responsable.

Le grand mystère adolescent 22 avr. 2010 - Ils inspirent les tendances, s’approprient les innovations. On dit d’eux qu’ils sont fainéants, provocateurs, violents, collés à leur téléphone portable… Ils nous irritent, nous créent du souci… Pas de doute, on parle beaucoup des jeunes et des adolescents. Une cible qu’Ipsos connaît très bien, avec une exigence : sortir les ados du prêt à penser et de leur lot de préjugés. Pour les adultes, les adolescents relèvent d’un mystère. Nombre d’idées reçues circulent à leur propos sur un mode attraction/répulsion. Planète Ado Les adolescents adoptent la nouveauté à une vitesse incroyable, qu’il s’agisse de produits, de technologies, d’attitudes ou de pratiques, parfois à risque. Positive attitude Depuis une quinzaine d’années environ, être ado est véritablement devenu tendance. Malentendu générationnel Comment communiquer ? De son côté la société adulte s’inquiète tant pour les jeunes qu’elle en a fait la cible n°1 des campagnes de prévention sur le tabac, l’alcool, les MST, etc.

Tout savoir sur les 15-25 ans 19 juin 2012 - Afin de mieux comprendre et de cibler efficacement les 15-25 ans, Ipsos a lancé le 12 avril 2012 "whY", une communauté on-line réunissant une centaine de jeunes appelés à réagir et interagir sur de nombreux sujets d'opinion et de consommation. L'analyse des premiers posts fait apparaître une génération plutôt conservatrice dans ses valeurs et aspirations, bien que très critique et peu conventionnelle dans ses codes et modes de communication. Bruno Bourdon, Ipsos Marketing, tire les premiers enseignements du dispositif. Mise en place il y a un peu plus d’un mois, la communauté whY a très vite trouvé son rythme de croisière : 2000 pages vues par jour sur des sujets variés (les marques préférées, les produits du moment, ce qui fait le buzz, les musiques écoutées, les expressions branchées, les looks à adopter ou à ne surtout pas adopter…,) une participation très conséquente et quelques "leaders" qui drainent l'activité et assurent la dynamique.

Les seniors, des inactifs hyperactifs à combler ! 05 déc. 2012 - Les seniors sont une cible souvent délaissée, aussi bien par les enquêtes que par nos clients. Et pourtant, cette population présente un réel intérêt pour les entreprises : outre leur poids croissant dans la démographie (c’est vrai en France, mais aussi en Europe, aux Etats-Unis en Chine et au Japon), les plus de 60 ans ont les moyens de profiter de la vie. En effet, les seniors ont plus le temps et les moyens que la moyenne des Français et entendent bien les mettre à profit pour se faire plaisir. Voir la vidéo De nombreux clichés entourent aujourd’hui les plus de 60 ans. De même, les seniors ne sont pas en reste sur les projets de vie. Moins stressés, moins pressés, ils multiplient les activités, les sorties (leur fréquentation des salles obscures a beaucoup progressé, tandis que l’on observe une fréquentation non négligeable des salles de concerts et des bars). Pour plus d’informations sur l’Observatoire de la Maturité

L’EXPÉRIENCE CONSOMMATEUR AU CŒUR DU POINT DE VENTE AVEC ACTIVIA | Promoaffinity Et si on revenait au point de vente ? De Janvier à Février, c’est à dire après les fêtes, Danone a convié les consommateurs à tenir leurs bonnes résolutions grâce à Activia ! Dans cette optique, un dispositif impactant a été pensé et instauré pour le point de vente : une animatrice avec dégustation notamment sur les innovations un totem avec relais drive to web une plv 3 d : yaourt en bout de bac + ballon gonflable en forme de yaourt La théâtralisation était massive et à 360° avec des bornes tactiles expérientielles, permettant de gagner un an d’Activiaainsi que des recettes avec Bons de remise immédiates en caisse ! Nous vous invitons à découvrir le résultat en vidéo (la démonstration de la borne tactile est à la fin;)) Source : HighCo DATA Sur le même thème Regard d'un expert grande conso Olivier DAUVERS est un Expert Grande Conso. Dans "Store & Digital" Relationnel marques - consommateurs : plus de tactile! Wait marketing : qu'attendez-vous pour vous y mettre?

Un consommateur paradoxal et rationnel Même si la consommation des ménages a plutôt bien résisté à la crise, pourquoi le désir de consommer marque-t-il le pas ? Le consommateur, 100% rationnel et raisonnable, voit ses comportements en matière de recherche d’informations avant l’achat évoluer. Heureusement, le plaisir d’acheter demeure… et reste sous la houlette du budget disponible. Abordons ces paradoxes et frictions avec notre interviewé, Flavien Neuvy, économiste, directeur de L’Observatoire Cetelem. Pourquoi l’envie de consommer est-elle en berne ? Il convient d’abord de rappeler que la consommation des ménages a plutôt bien résisté à la crise. Le consommateur devient-il alors plus raisonnable ? Le consommateur est un agent économique parfaitement rationnel. Cela induit-il de nouveaux comportements en matière de recherche d’informations avant l’achat ? Flavien Neuvy, économiste, directeur de L’Observatoire Cetelem Absolument. Que sont devenus le « bonheur personnel » et la part de « rêve » induits par l’achat ? (c) ill.

Un mythe s'écroule : le consommateur rationnel n'existe pas Nouvelle étape dans notre découverte des “techniques secrètes pour faire craquer le consommateur” avec une affirmation qui remet en cause une grande partie de l’enseignement en économie et en marketing tel qu’il est encore largement pratiqué (et appliqué). On a longtemps fait le pari, dans les départements marketing et les écoles, que le consommateur exerce ses choix en analysant rationnellement, le mix produit, c’est à dire l’offre qu’on lui propose. Il n’en est rien ! Les échecs du marketing Au fil du temps, les traditionnelles recherches de marché, questionnaires, sondages, groupes de discussion ont montré leur limite. C’est bien connu que 80 % à 90 % des produits lancés sur le marché, échouent au cours de la première année. Les questionnaires sont biaisés, le fait même de poser la question, fausse la réponse. Non le consommateur n’agit pas rationnellement ! Le deuil du consommateur rationnel et prévisible

L' « homo émotionnel » : un nouveau regard sur l'expérience consommateur Le mythe d'un consommateur rationnel s'effrite et la place des émotions dans le processus de décision est aujourd'hui largement reconnue. Il est désormais acquis que nos émotions jouent un rôle fondamental tout au long de notre vie. En effet, elles contribuent à structurer nos souvenirs et notre pensée. Les émotions régentent nos décisions et nos jugements à tous les niveaux, donnant ainsi du sens à notre vie quotidienne. Pourquoi s'intéresser aux émotions dans les études marketing ? Il n'est donc pas surprenant que les chercheurs en marketing et en sciences du comportement du consommateur aient établi un lien évident entre consommation d'un produit et émotions. Il semble donc indispensable de comprendre les processus émotionnels sous-jacents au processus de décision pour appréhender de manière plus réaliste l'expérience vécue par un consommateur lors de l'achat puis de la consommation d'un produit. Comment mesurer les émotions ? Quelles applications pour ces mesures émotionnelles ?

Marketing expérientiel : quelles émotions pour le consommateur d’aujourd’hui ? | SWiTCH Fer de lance des marques et des agences ces dernières années, le marketing expérientiel fait toujours parler de lui. Mettre le consommateur au centre du dispositif marketing, plutôt que le produit lui même, telle est la recette désormais connue de ce marketing. Il s’agit de faire vivre au consommateur une expérience de la marque, grâce à une immersion totale dans son univers et à travers la sollicitation de tous les sens. Le consommateur participe à la construction de la marque et éprouve ses valeurs. Comment les émotions interviennent-elles dans notre relation à la marque ? Toujours plus d’émotions oui, mais quelles sont les émotions qui font vibrer le consommateur d’aujourd’hui ? The North Face : « Mission Paris »Chasse au trésor à rebondissements, relayée sur les réseaux sociaux, sur fond d’aventure polaire : The North Face à su créer la surprise dans Paris. Coca-Cola : « Share the good »Pour noël, Coca-Cola a plongé les rues d’une ville roumaine dans un vrai conte de fée.

Related: