background preloader

Tendances dans l'alimentaire : sain et naturel Isabelle Senand

Related:  QG1 Le consommateur est-il toujours rationnel dans ses choix ?

Le néo-consommateur : une espèce en voie d’apparition ou le consommateur 2.0 Le consommateur d’aujourd’hui aspire à consommer différemment. Il a d’autres envies, d’autres ambitions pour lui-même et est en train d’adopter de nouvelles habitudes de consommation. En effet, si la crise économique de 2008 est à l’origine de l’émergence du néo-consommateur, celui-ci est cependant le fruit de mutations plus profondes qui ont donné naissance à de nouvelles tendances de consommation. 1. L’attention des consommateurs a toujours été focalisée sur leur pouvoir d’achat. Cette crise de 2008 a tout d’abord entrainé une perte de repère de la part des consommateurs, qui se sont alors réfugiés dans les valeurs sûres : la recherche de prix bas, ou tournés vers de nouveaux médias pour consommer. 1.1 Une perte des repères de la part des consommateurs D’après une étude du CREDOC [1], en 2008, le niveau du moral des Français est à un niveau extrêmement bas, à cause du contexte économique certes, mais également à cause de la perception erronée de la baisse de leur pouvoir d’achat. 2.

L'évolution des habitudes d'achat des Français entre 2012 et 2013 Le commerce actuel est omniprésent, résultant de la multiplication des points d'achat mais aussi de l'évolution des comportements des consommateurs. Afin de continuer à comprendre ces changements, Ipsos a réalisé la seconde édition de l'étude Omniretail pour CA Com, au sujet de l'évolution des habitudes d'achat des Français entre 2012 et 2013. Florilège des principaux résultats de ce sondage, effectué auprès d'un échantillon de 1013 personnes, représentatives de la population française, âgées de 15 ans et plus, du 5 au 8 avril 2013. Les magasins physiques : toujours chouchous des français Les Français disposent aujourd'hui d'une multitude de points d'achat : les points d'achat physiques, les points d'achat web, les points d'achat mobiles, les points d'achat TV connectée, ainsi que les points d'achat drive. Ils n'ont pourtant pas boudé les points d'achats physiques. Les achats online gagnent du terrain La tablette : nouveau canal d'achat La tablette est devenue un nouveau point d'achat.

Consommer à l’heure de la crise Pourquoi avoir consacré un livre aux pratiques des consommateurs?L’idée de départ de cet ouvrage collectif était d’observer, à travers une série d’enquêtes de terrain et de réflexions sociologiques, ethnologiques et économiques, quels effets la crise de 2008 a pu avoir sur le pouvoir d’achat des Français et comment ces derniers se sont organisés pour vivre dans un contexte de crise. étonnamment, notre premier constat a été de voir que l’impact de la crise sur la consommation ne s’est pas fait ressentir immédiatement, de façon évidente. Je me souviens avoir interviewé, en 2009, un directeur des Centres E. Leclerc dans l’Est de la France qui m’affirmait ne pas avoir remarqué de baisse des paniers d’achat dans son magasin. Il a fallu, de fait, attendre 2011-2012 pour observer le développement de comportements plus économes, typiques des pratiques de consommateurs sous contrainte de pouvoir d’achat et qui perdurent. C’est quoi, pour vous, être un consommateur malin?

Consommation: "On cède sur l'accessoire pour conserver l'essentiel" En quoi la consommation des Français a-t-elle changé? C'est le rapport même à la consommation, à mon sens, qui s'est le plus transformé, avec l'émergence d'un phénomène spectaculaire: l'essor de la consommation collaborative. Les pratiques comme le recours au marché de l'occasion, les achats groupés ou encore l'emprunt sont anciennes, mais leur ampleur, elle, est tout à fait nouvelle. Pour quelles raisons se sont-elles à ce point répandues? L'explication tient à la fois à des facteurs économiques, technologiques et sociétaux. 80 % des ménages disent ressentir une dégradation de leur niveau de vie. Or, lorsque l'on sent que l'on s'appauvrit, on consomme différemment. A quoi le notez-vous? Les consommateurs aspirent à davantage de sens, ils ont envie de se montrer plus responsables dans leur façon d'acheter, par rapport à l'environnement, notamment; ils sont plus sensibles qu'avant à la lutte contre le gaspillage. Non. La consommation permet-elle toujours d'afficher son statut social?

Plus pauvres, les Français hyper-consomment autrement Cela fait dix ans que les Français sentent leur niveau de vie reculer. A force, ils développent un rapport à la consommation plus réfléchi : la débrouille entre dans les mœurs et la consommation alternative s’est démocratisée au point de ne plus être une alternative, nous enseigne la lecture du second rapport de l’Observatoire des consommations émergentes publié ce jeudi 7 novembre 2013 par l’Obsoco. Une bipolarité des comportements d’achat Le recul très net du pouvoir d’achat des Français (-0,9 % selon l’INSEE) explique l’évolution de l’indécision dans les comportements d’achat des Français. Ce rapport bipolaire à la consommation se retrouve dans le rapport aux marques. D’ailleurs, l’étude menée cette année note un recul dans la proportion des personnes souhaitant consommer mieux (46 % en 2013 contre 52 % l’an dernier), et de celles parmi elles souhaitant consommer moins (26 % en 2013 contre 30 % l’an dernier). Ce qui émerge le plus n’est pas forcement le plus médiatisé

Related: