background preloader

[Infographie] La percée du f-commerce

[Infographie] La percée du f-commerce
Related:  F-Commerce

Vendre sur Facebook : analyse de 2 success stories Tendance initiée en 2010, la vente via une page Facebook fait partie des objectifs de nombreuses marques en 2011. Quels sont les avantages de vente sur ce canal? Comment s'y prendre? Quelles sont les clés du succès pour vendre sur ce canal? Si la vente sur Facebook devient de plus en plus tendance chez les e-commerçants c'est d'abord parce que Facebook est désormais devenu un média icontournable avec 600 millions d'utilisateurs actifs dont 21 millions en France. 60% des utilisateurs français se connectent tous les jours et l'usage mobile connait une forte croissance avec l'explosion des smartphones. Une page Facebook est par définition un espace communautaire donc propice à la recommandation ou le partage de bons plans entre amis. Les outils pour installer une boutique sur sa page Facebook se sont quant à eux considérablement développés. Voici donc 2 success stories de sociétés ayant réussi à développer leur page Facebook en un canal de vente important. BabyAndMeGifts.com Livescribe

Les pratiques de commerce en ligne sur Facebook ou F-commerce gagnent-elles vraiment en maturité ? Les opérations menées sur Facebook gagnent en maturité, telles étaient en substance le contenu d’un article récent de Fred : Les pratiques de commerce en ligne sur Facebook gagnent en maturité. Vous l’aurez compris : je reprends ici le titre de Fred pour me permettre d’apporter quelques nuances personnelles à l’article précédent. Mon propos ne sera pas sur les aspects techniques et fonctionnels sur lequel je rejoins Fred : les boutiques intégrées vont aujourd’hui plus loin d’un point de vue fonctionnel qu’il y a encore quelques mois. De plus, l‘apparition de services en marque blanche diminue la barrière à l’entrée et permet facilement à n’importe quelle entreprises possédant une Fan Page de proposer ses produits à l’achat directement depuis Facebook, soit au travers d’une simple interface de mise en avant des produits renvoyant vers un site de marque, ou via une application intégrant la recherche et l’acte d’achat et de paiement.

Social shopping : « Il faut arrêter de se focaliser sur les boutiques Facebook » Cette phrase n’est pas de moi, mais de Julien Codorniou, ancien de la maison Microsoft, passé récemment chez Facebook, pour développer notamment les partenariats en Europe. Je tire cette phrase d’une interview diffusée sur le site L’expansion.fr : Aucun site e-commerce n’a su tirer parti de Facebook en Europe. Il est vrai que les exemples commencent à se multiplier avec aujourd’hui un nombre de ventes qui restent extrêmement confidentiels. Cela ne veut pas dire pour autant que le commerce sur Facebook est mort, bien au contraire même et la récente fusion en France entre Boosket et 24heures témoignent de l’intérêt des acteurs traditionnelles pour ces nouvelles solutions. Pensez d’abord Social Merchandising Si je reprends le cercle du Social Shopping (ci-dessus), c’est tout ce qui a attrait au Social Merchandising. Depuis déjà quelques temps, Amazon et TripAdvisor par exemple l’ont bien compris en ayant intégré de manière pertinente le social graph Facebook.

Qu’est-ce que le f-commerce ? On connaissait le e-commerce (e pour électronique), le m-commerce (m pour mobile). Désormais une nouvelle expression a fait son entrée dans le dictionnaire du geek : le f-commerce. Car on ne le répétera jamais assez, Facebook n’est pas qu’un simple réseau social pour ados, mais une véritable source de profit pour les marques. On parlait de notoriété et de fidélisation, maintenant on va plus loin avec la naissance de nouvelles applications permettant de vendre directement sur Facebook. Encore un nouveau maillon à ajouter aux stratégies de marques sur le web : le social shopping. Le social shopping, c’est quoi ? Le social shopping, ou encore shopping collaboratif ou communautaire, se base sur une expérience de consommation et d’achat partagée et enrichie par les internautes. Profiter des dynamiques de leurs communautés et de leurs ambassadeurs influents.Ne pas avoir à convaincre le client : il est déjà fan ! Comment ça marche sur Facebook ? > Boosket, l’application made in France

Nurun TransformR : l’application qui pourrait bien faire décoller le F-Commerce en France 01net le 11/05/11 à 15h22 Pour les marques, le F-Commerce offre des avantages indéniables. Avec plus de 600 millions d’utilisateurs dont 20 millions en France, Facebook représente une opportunité énorme. C’est en partant de cette constatation et en s’appuyant sur son expertise dans le marketing digital que l’agence Nurun France a développé sa propre solution de F-Commerce. Un front-office dans Facebook Côté utilisateur, l’internaute installe une application Facebook qui, classiquement, demande l’autorisation d’exploiter les données personnelles. Un social-CRM dans le back-office Là où se démarque la solution de Nurun, c’est dans son back-office. L’application CRM fournit un moteur de règles pour des pushs personnalisés, c’est-à-dire l’affichage de produits en fonction du segment. Une architecture intégrable dans le SI La base CRM est stockée sur le serveur de l’application. L’entreprise a donc le choix entre trois types d’architecture : Le décollage du F-Commerce ?

How to Sell Smart on Facebook: Insights from Impulse Buying What’s the most important thing to know about selling on Facebook? Ask Facebook commerce specialists such as Dean Alms of Milyoni and Jeff Sable of Moontoast and it won’t be long before the word IMPULSE comes into the conversation. The one thing that f-commerce detractors and promoters agree on right now is that people rarely go to Facebook specifically to shop (yet), so when they buy something it’s an unplanned purchase, i.e. it’s an impulse purchase. Dean Alms compares Facebook commerce to going to a baseball game. “You are there to enjoy a ballgame, but during the game you are likely to buy some food, beverage and maybe even a ball cap or T-shirt. You never went there to ‘shop’. Now the really good news is that we can use this insight – that f-commerce is about impulse buying – to build a Facebook store designed to sell. The ideal f-commerce consumer Whilst most people make impulsive purchases from time to time, certain groups are more prone to buying on impulse;

Le potentiel m-commerce de Facebook Deals dévoilé S’il est encore nécessaire de montrer la détermination de Facebook de monter en puissance dans les services mobiles, il suffit de lire la récente contribution « Introducing Deals » de Jon Fougner sur le blog officiel de la société exploitant le réseau social. Le responsable marketing produits de Facebook illustre la manière dont le réseau social compte exploiter la géolocalisation associée aux enseignes marchandes et boutiques physiques pour attirer de nouveaux clients et développer le commerce de proximité. Facebook Deals va d’abord démarrer aux Etats-Unis. « Vous pourrez voir quelles sont les offres proches de vous et partager les affaires avec vos amis », résume Jon Fougner. Les utilisateurs pourront alors disposer de différentes formules de « bonnes affaires du coin » : coupon de réduction, produits ou échantillons gratuits, avantage fidélité à une enseigne, offre commerciale liée à un don pour une cause humanitaire…

Ogilvy Infographic: How to Choose Your F-Commerce Software Vendor Tom Crampton, Asia-Pacific director of 360 Digital Influence for Ogilvy, has started putting together what could become a very useful infographic that benchmarks major Facebook e-commerce software solutions. It’s a useful companion to the vendor list over at MetaLinQ, and our latest 2011 guide to f-commerce for consumer brands. Tom is crowdsourcing corrections and additions, but here’s his very preliminary draft. Beware, there are some errors in this first draft – for example, 8thbridge runs ‘off-Facebook’ portable stores too (that can be embedded into ad units/web sites) as well as on-Facebook stores – and does not work exclusively on a revenue share model. So right now – use Tom’s draft more as a useful guide for questions to ask vendors, rather than as a source of ultimate f-commerce truth. A few suggestions… Thoughts? And here’s the link for our 2011 guide to f-commerce for consumer brands.

Et si le F-commerce était la tendance de 2011 ? Après le E-commerce et le M-commerce, le F-commerce ! Vous avez découvert le e-commerce au début des années 2000 (e pour électronique) puis le m-commerce (un article par ici) plus récemment (m pour mobile). Aujourd’hui, la tendance qui se profile dans les mois et années à venir est au f-commerce (f pour Facebook). Et oui, après avoir servi de plateforme de réseautage, puis d’élément de communication pour les marques, Facebook devient aujourd’hui un canal de distribution. Actuellement, il est uniquement possible de créer un onglet qui redirige vers un site de e-commerce. En route vers le shopping participatif On parle souvent du social shopping. Les innovateurs Certaines entreprises, françaises et américaines, ont vu dans cette tendance un intérêt à créer des applications dédiées à être insérées à une page fan Facebook. Des avantages pour tous Rares sont les innovations qui satisfont les acteurs, les clients et les consommateurs. Et après ? Like this: J'aime chargement…

De l’achat groupé bientôt sur Facebook ? Après Groupon et Google, Facebook serait-il, lui aussi, entrain de préparer un service d’achat groupé ? Le réseau social serait entrain de tester une fonction « Buy with friends » permettant aux utilisateurs d’avoir des réductions sur les objets virtuels achetés par ce biais… Le service utilise la monnaie virtuelle de Facebook. Pour le moment, cela est possible pour les objets inclus dans les jeux Facebook ou encore pour les cadeaux virtuels, mais on peut imaginer utiliser ce système pour bénéficier d’un service similaire à Groupon. Source : Mashable Opengraph : omniprésence de Facebook sur des sites tiers et publicité comportementale Encore une fois, ce n’est pas une hirondelle mais une nouvelle fonctionnalité Facebook qui a fait et marqué le printemps 2010. En avril 2010 Facebook a lancé Opengraph. Plus qu’une fonctionnalité, Opengraph est une plateforme qui permet à des sites ou applications mobiles d’obtenir instantanément des informations comportementales au sujet de tout visiteur internaute abonné Facebook. Ainsi, même s’il s’agit d’une première visite, les sites tiers peuvent, sur la base des informations recueillies, proposer des contenus en affinité avec l’internaute ciblé et ce sur la base des données relatives à son profil mais aussi, et surtout, en fonction du champ lexical de ses échanges sur Facebook. Pour que ces échanges de données aient lieu l’internaute doit avoir sa session Facebook ouverte, ce qui est le cas d’un membre Facebook sur deux pendant son surf. Autre avantage, la technologie Opengraph facilite l’emploi de la fonctionnalité « like it » (« j’aime »).

Et si Facebook devenait votre personal shopper ? En avril dernier, Facebook lançait la personnalisation instantanée. Celle-ci se base sur les choses que vous aimez sur le réseau social afin de personnaliser le contenu d’un site. On voit encore peu d’exemples d’utilisation de ce service, en voici un dans l’univers du film : Rotten Tomatoes. Ce site de location et de vente de DVD se sert des données Facebook pour personnaliser le contenu du site et vous proposer les films appropriés… Rotten Tomatoes : Exemple de personnalisation pertinente via Facebook Instant Personalization… En se connectant à Facebook, Rotten Tomatoes va vous afficher le contenu le plus approprié par rapport aux données provenant du réseau social. Lorsque vous cliquez sur les fiches produits, Facebook est encore parfaitement intégré. A quand une généralisation de ce type de personnalisation? Bref un bel exemple d’intégration des données Facebook. Le site : Rotten Tomatoes

Related: