background preloader

Faire de Twitter un véritable outil d’apprentissage

Faire de Twitter un véritable outil d’apprentissage
(Page précédente) Envoyer une série de messages dans la twittosphère a de quoi en laisser plus d’un sceptique. Comment en faire un outil utile au développement des compétences en écriture? Travailler sur le processus apparaît une piste prometteuse. L’intention derrière le projet Twittexte est de minimiser tous les irritants rencontrés par les enseignants qui utilisent Twitter, notamment ceux liés à la protection des renseignements personnels et au respect à la vie privée auxquels sont soumises les commissions scolaires. Le logiciel pourra servir aux élèves à travailler leurs microproductions. Par les activités qu’elle anime sur Twitter, Brigitte Léonard, quant à elle, avoue évaluer différemment et plus souvent. Les enseignants en sont à leurs premières réflexions concernant l’évaluation des textes publiés sur Twitter. Pour lire la suite

Réviser le bac 2012 sur Twitter grâce à un hashtag Vous vous apprêtez à réviser le bac et pensez déjà à la montagne de documents et de pages de cours qu'il va vous falloir relire. Et si vous révisiez autrement ? Une professeure d'Histoire-Géographie d'un lycée de La Rochelle a décidé de motiver ses élèves de Terminale en mettant en place un système de révision... sur Twitter. Twitter ? Hashtag ? Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore cette plateforme, Twitter est un site de micro-blogging permettant de poster des messages courts de 140 caractères maximum, appelés "tweets". Un hashtag est un mot-clé ou une expression, sans espace et précédé du signe "#". Réviser l'Histoire-Géo avec Twitter, c'est possible ! Laurence Juin est professeur d'Histoire-Géo et d'Education Civique dans un lycée professionnel de la Rochelle. La professeur explique sa démarche sur son blog. L'initiative est originale et motive les lycéens en les faisant sortir du cadre habituel des révisions.

L'École numérique » Twitter dans l’enseignement  Une autre façon de communiquer Enseignante de lettres et d’histoire-géographie en lycée professionnel, Laurence Juin a lancé avec une classe un projet de micro-blogging, TWITTER, depuis la rentrée de septembre 2009. Cette expérience est née au sein d’une classe d’élèves de bac professionnel commerce sur deux ans. L’année dernière a été très riche : c’est un vrai groupe classe avec un niveau de connaissances mais surtout de réflexion et de motivation très encourageant. Une classe qui incite à mettre en œuvre beaucoup de projets.À la fin de leur année de 1re, nous avons commencé à échanger via Facebook, véritable complément d’informations et de savoirs à mes cours. Mais les limites ont été vite atteintes : Facebook fait aussitôt sortir du cadre pédagogique pour toucher la sphère privée. Twitter permet aussi des discussions, échanges et débats sur des sujets culturels : les élèves, les enseignants tweetent sur leurs sorties cinéma, leurs musiques, leurs lectures etc.

Twitter en classe : gadget ou innovation ?- La Jaune et la Rouge Les réseaux sociaux sont plébiscités par le grand public et plus particulièrement par les jeunes qui, de 13 à 18 ans, sont 75 % à disposer d'un " profil ". Les institutions sont en revanche très embarrassées par ce phénomène de société résolument peu professionnel et connu pour sa capacité à mobiliser rapidement des foules. De l'interdiction des " apéros Facebook " dans les lieux publics au blocage pur et simple de l'accès au service dans plus de la moitié des entreprises, les réseaux sociaux sont, sinon diabolisés, du moins considérés avec suspicion et tenus à l'écart des choses dites sérieuses. Les réseaux sociaux sont, sinon diabolisés, du moins considérés avec suspicion Une authentique expérimentation Parmi les nombreuses expérimentations de Twitter en classe, celle initiée par Laurence Juin, 36 ans, professeur de français, d' histoiregéographie et d'éducation civique, est l'une des plus anciennes en France et des mieux documentées. Quand le bac pro donne l'exemple Un gadget de plus?

Twitter en classe: des freins à un tel usage? On m'a demandé plusieurs fois quels pouvaient être les freins à une telle expérimentation. C'est vrai que j'en parle rarement ici, non pas pour occulter ce qui pourrait être négatif mais parce que j'essaie de positiver chaque aspect de l'expérience. 1. L'accès personnel de l'élève à Internet m'avait semblé, en début d'expérimentation, être un des plus gros freins à son développement. En début d'année scolaire, six élèves n'avaient aucun moyen d'accès personnel à Internet. Ce que j'imaginais être un frein n'en a pas été un. Ce frein n'existe pas: c'est l'élève qui décide de son assiduité à Twitter hors temps de classe. Ils ont expliqué ça aux deux journalistes qui sont venus les interviewer (l'occasion pour moi de les écouter donner leur avis) : « hors temps de classe », on sait qu'on a accès à des informations: on prend si on veut». Le réseau est aujourd'hui établi en flux plus ou moins tendu, de l'élève qui tweete quasiment tous les jours à celui qui lit sans forcément tweeter.

Faut-il former les enseignants aux TICE ? La maîtrise des technologies de l'information et de la communication pour l'enseignement (Tice) est entrée en quelques années au coeur des compétences associées au métier d'enseignant. Les enseignants se voient proposer de nombreuses formations à l'utilisation des Tice, qui leur offrent la possibilité d'apprécier l'intérêt et l'efficacité de dispositifs originaux de formation, tels les dispositifs hybrides. Partout, la formation des enseignants à l'utilisation des Tice met l'accent sur l'acquisition de savoir-faire plutôt que de savoirs. Et les outils numériques sont là d'une grande utilité, en ce qu'ils favorisent, y compris dans des contextes à fortes contraintes (éloignement entre les participants, peu de temps disponible...) le travail collaboratif et réflexif. Mais le rythme d'évolution des technologies est si rapide, le champ des possibles est si vaste, qu'il n'est pas possible de se contenter de la formation formelle. Place à l'autoformation en continu !

Ce site propose des façons de faire pour intégrer les réseaux sociaux à notre classe d'une façon pertinente et utile à l'apprentissage des élèves. by mariepierebernatchez Oct 10

Related: