background preloader

Le profilage pédagogique en Gestion Mentale

Related:  pédagogies particulieres

Presentation de la Gestion Mentale La Gestion Mentale La Gestion Mentale explore, décrit et étudie les processus mentaux dans leur diversité. Cette analyse de la conscience cognitive a été élaborée par Antoine de la Garanderie à partir de l'analyse des habitudes mentales de très nombreux sujets. La Gestion Mentale est une pratique pédagogique reconnue par l'éducation nationale, qui a parrainé le premier colloque International de Gestion Mentale à Angers en 1996. Définitions et aspects théoriques La Gestion Mentale : c'est l'exploration, la description et l'étude des processus de la pensée consciente lors d'une prise d'information, de son traitement et de sa restitution. Cinq gestes Mentaux sont étudiés l' attention la mémorisation la compréhension la réflexion l' imagination créatrice Les habitudes mentales Tous ces gestes utilisent les évocations et s' articulent entre eux en des stratégies différentes selon les sujets. Le dialogue pédagogique Le coin des concepts Evocation : Projet : La perception : Les paramètres :

Pédagogie de l'autonomie Empowerment Au plan individuel, Eisen (1994) définit l'empowerment comme la façon par laquelle l'individu accroît ses habiletés favorisant l'estime de soi, la confiance en soi, l'initiative et le contrôle. Certains parlent de processus social de reconnaissance, de promotion et d'habilitation des personnes dans leur capacité à satisfaire leurs besoins, à régler leurs problèmes et à mobiliser les ressources nécessaires de façon à se sentir en contrôle de leur propre vie (Gibson, 1991 p. 359). Les notions de sentiment de compétence personnelle (Zimmerman, 1990), de prise de conscience (Kieffer, 1984) et de motivation à l'action sociale (Rappoport, 1987, Anderson, 1991) y sont de plus associées ACP (approche centrée sur la Personne) quelques principes de fonctionnement d’une approche centrée sur la Personne, ainsi qu’a pu la développer Carl Rogers, relayée en France par André de Peretti : · Les émotions sont constitutives de la Personne · La motivation est conçue comme autonome. Trois facteurs:

Pédagogie PNL Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Repères historiques[modifier | modifier le code] En 1982, Robert Dilts et Todd Epstein animent le premier séminaire (5 jours au Canada) centré spécifiquement sur les stratégies d'apprentissage[5]. En 1987, le centre de formation New Learning Pathways (États-Unis) propose, en Belgique, un séminaire sur les stratégies d'apprentissage. À partir de l'année suivante, le centre de formation « Inter Actif » se spécialise dans ce domaine en développant une recherche/action systématique sur tous les enseignements (français, mathématiques, histoire, etc.) et à tous les âges[6]. À partir de 1995, Alain Thiry y crée une formation complète (actuellement de 16 jours) spécialisée exclusivement sur ces stratégies PNL d'apprentissage[7]. Relationnel, attitudes et estime de soi[modifier | modifier le code] L'aspect relationnel est guidé par les présupposés PNL et par le fait d'éviter les confusions de niveaux logiques. Accroche motivationnelle.

Gestion mentale Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La gestion mentale est une théorie de l'action pédagogique qui explore, décrit et étudie les gestes mentaux de la connaissance dans leur diversité. Cette théorie de l'action pédagogique se fonde sur une psychologie de la conscience cognitive et phénoménologique. Élaborée par Antoine de La Garanderie, elle propose une didactique des actes de connaissance qui doit être pratiquée en amont de toute didactique des disciplines et elle entend instituer une nouvelle éthique de la relation pédagogique grâce à laquelle l'enseignant et l'enseigné s'éveillent ensemble aux significations multiples des savoirs et deviennent des acteurs de sens. Historique[modifier | modifier le code] La théorie pédagogique de la gestion mentale est le fruit de nombreuses années d'expérimentations conduites, depuis les années 1950, par le philosophe et pédagogue Antoine de La Garanderie, précurseur des sciences cognitives. Philosophie et éthique[modifier | modifier le code]

Didactique professionnelle Schema_aspects_differenciation_pedagogique.pdf Une nouvelle pédagogie émerge... et l’apprentissage en ligne en est un facteur contributif | Contact North Dans toutes les discussion au sujet des systèmes de gestion de l'apprentissage (SGA), des ressources éducatives ouvertes (REO), des cours en ligne largement ouverts (massive open online courses, ou MOOC) et des avantages et défis de l’apprentissage en ligne, les enjeux les plus cruciaux sont peut-être ceux qui touchent la manière dont la technologie change notre façon d’enseigner et, plus important encore, la manière dont les étudiantes et étudiants apprennent. Faute d’avoir un meilleur terme pour le désigner, nous appelons cela la « pédagogie ». Il est évident que les changements majeurs dans la manière dont nous enseignons aux étudiantes et étudiants du niveau postsecondaire sont déclenchés par l’apprentissage en ligne et les nouvelles technologies, qui augmentent la flexibilité et l’accès à l’égard de l’éducation postsecondaire. Mais cela n’est que la première étape. Quels sont les moteurs du développement de cette nouvelle pédagogie? Les nouvelles demandes d’une société du savoir 1.

Apprentissage par problème (via Edu Tech wiki de l'université de Genève) L’apprentissage par problèmes (problem-based learning, PBL) est défini par Finkle et Torp (1995) comme "un développement de programme d’études et un système d’instruction qui développe simultanément des stratégies de résolution des problèmes et des bases et qualifications de connaissances disciplinaires en plaçant les étudiants dans le rôle actif des résolveurs de problème confrontés avec des problèmes mal structurés qui leur renvoie le monde réel". Un article repris du wiki "Edu Tech wiki" sur l’education de l’université de Genève, un site sous licence CC by sa nc 1 Introduction Les apprenants sont engagés dans des expériences authentiques. Le PBL est intrinsèquement social et collaboratif et enseigne à des étudiants "des techniques douces" essentielles aussi bien que du contenu et des qualifications spécifiques de domaine. 2 Qu’est-ce que l’apprentissage par problème ? 2.1 Un peu d’histoire 2.2 Vue d’ensemble et caractéristiques 2.3 Centré sur l’apprenant 2.4 Aller au-delà du contenu

Les grandes théories pédagogiques revisitées par les Nouvelles technologies Skinner et le behaviorisme : des souris et des hommes Disciple de Pavlov, Skinner va modifier le conditionnement classique mis en évidence par Pavlov pour définir un conditionnement opérant en expérimentant d’abord ses principes sur des souris. Le réflexe ne tient plus alors à une réaction de l’organisme mais à des facteurs extérieurs au sujet. Les pensées et les motivations internes n’entraînent pas l’apprentissage d’un comportement. Or pour Skinner, enseigner revient à susciter chez l’élève une nouvelle forme de comportement. Et c’est ainsi qu’apparaît le processus d’apprentissage linéaire « stimuli-réponse-renforcement (ou punition) », dans lequel chaque notion doit être maîtrisée avant de passer à la suivante, schématisé ici : De la théorie à la pratique… Skinner va mettre au point une machine à apprendre, dont le fonctionnement reprend son principe de conditionnement et le concept de stimuli-réponse-renforcement. Il introduit les notions de :

Le coenseignement pour favoriser la différenciation pédagogique Traditionnellement, les élèves en difficulté recevaient un soutien individualisé de la part de l’orthopédagogue à l’extérieur de la classe. Cette individualisation présentait certaines lacunes; elle était la plupart du temps insuffisante pour remédier aux difficultés de l’élève, et le transfert des apprentissages n’était pas garanti. Pour pallier les lacunes de ce type d’intervention, ainsi que pour adapter l’enseignement au contexte d’inclusion scolaire, les écoles tendent vers une collaboration plus étroite de l’orthopédagogue et de l’enseignant. L’une des façons d’accroître cette collaboration consiste à instaurer un système de « coenseignement ». Shutterstock / Pressmaster Cet article s’appuie sur le texte de Philippe Tremblay, professeur agrégé au Département d’études sur l’enseignement et l’apprentissage de l’Université Laval. En quoi consiste le coenseignement? Les configurations du coenseignement (enseignant/enseignant ou enseignant/orthopédagogue) Le coenseignement est-il efficace?

Qu'est-ce que la gamification ? - Prim à bord Les jeux vidéo se sont imposés dans l’ensemble des sphères de la vie de tous les jours comme un véritable phénomène de société. Les prédispositions humaines au jeu ont été investies dans de nombreux milieux professionnels pour impliquer les acteurs dans l’acquisition de compétences. Ces jeux dit « sérieux » sont ainsi proposés pour favoriser l’engagement à acquérir de manière plus ludique des savoirs, savoir-faire, liées à une activité professionnelle. Ainsi, le terme de gamification, directement tiré de l’industrie des jeux vidéo est apparu en 2008 " Ce néologisme désigne l’application des principes et mécanismes du jeu dans des situations non ludiques. " (cf le glossaire des médiafiches de Créteil). Pour cela, la situation proposée doit réunir plusieurs mécanismes : Un système de points qui permet au participant de gagner, échanger ou de donner des points à d’autres personnes. Parallèlement, 5 principes de bases sont également à respecter : Quelques exemples : Pour aller plus loin :

Related: