background preloader

40-savoir-comment-apprendre.pdf

40-savoir-comment-apprendre.pdf

Jean Piaget Jean Piaget en 1967-1968. Jean Piaget, né le 9 août 1896 à Neuchâtel et mort le 16 septembre 1980 à Genève, est un biologiste, psychologue, logicien et épistémologue suisse connu pour ses travaux en psychologie du développement et en épistémologie à travers ce qu'il a appelé l'épistémologie génétique (ou structuralisme génétique). Ses travaux apportent un éclairage sur l'« intelligence », comprise comme une forme spécifique de l'adaptation du vivant à son milieu, sur les stades d'évolution de celle-ci chez l'enfant et sa théorie de l'apprentissage. Cet éclairage exercera une influence notable sur la pédagogie et les méthodes éducatives[1]. Biographie[modifier | modifier le code] Jean Piaget est le fils aîné d'Arthur Édouard Piaget (1865-1952), professeur de littérature médiévale, et de la française Rebecca Susanne Jackson (1872-1942)[2], fille de William Fritz Jackson (petit-fils de James Jackson). Son intérêt pour les mollusques se développe après l'adolescence. Estimations :

L'individuel et le social dans la théorie sociocognitive de Bandura (Carré, 2003 La réciprocité causale « triadique » Traditionnellement, le comportement humain est expliqué à travers un système de causalité binaire, unidirectionnel. Les conduites sont généralement vues comme étant sous l’emprise de forces de la situation (par exemple avec le behaviorisme) ou pilotées par des dispositions internes inconscientes (comme en psychanalyse ou dans certaines conceptions sociologiques). Dans la TSC, le fonctionnement psychologique est analysé à travers une causalité réciproque triple, à travers un modèle dit « triadique ». Trois séries de facteurs entrent en interaction deux à deux. Les facteurs internes à la personne (P) concernent les évènements vécus aux plans cognitif, affectif, biologique et leurs perceptions par le sujet ; en particulier les perceptions personnelles d’efficacité (ou de compétence), les buts cognitifs, le type d’analyse et les réactions affectives vis-à-vis de soi-même. La relation PC “ personne-comportement ” (1) (2) [...]

Théories socio-cognitives de l’apprentissage*** Accueil > Dossiers et articles > Théories socio-cognitives de l’apprentissage*** Par Martine Jaudeau | maj@cursus.edu Didactique Créé le mardi 28 novembre 2006 | Mise à jour le vendredi 12 décembre 2008 Téléformation & Savoirs, dans sa section "Paroles d’Expert" en ligne propose une intéressante vidéo sur les Théories socio-cognitives de l’apprentissage. Résumé du document : Après avoir rappelé les processus de filiation/rupture qui ont marqué l’histoire de la psychologie scientifique de l’apprentissage, on présente la théorie socio-cognitive d’Albert Bandura ainsi que ses prolongements les plus récents. Au sommaire : IntroductionL’apprentissage répondantL’apprentissage opérantLe cognitivismeLa théorie socio-cognitive d’Albert BanduraLe sentiment d’efficacité personnelleA la suite de BanduraLes attributions causalesLes représentations de l’intelligencePistes pour la pédagogie Visionner Daniel Chartier : Théories socio-cognitives de l’apprentissage (rubrique Paroles d’expert) 1h 22 minutes.

Related: