background preloader

40-savoir-comment-apprendre.pdf

40-savoir-comment-apprendre.pdf
Related:  .caisson

[Dossier] Guide pratique du QRCode Il y a un truc que je ne comprend pas c’est pourquoi le QRcode de perce pas plus que cela. C’est une question qui n’est pas toujours vraie car on commence à voir des QRcode un peu partout (pour peu qu’on y fasse attention). Cependant ils ne font pas l’unanimité sur tous les supports. Certains grands groupes commencent à les intégrer dans leurs supports de communication (je pense à Décathlon par exemple avec leur catalogue produit) un grand nombre de personnes ne savent même pas ce que c’est et à quoi cela sert. Alors Un QRcode Qu’est ce que c’est? Définition du QRcode : Un QRCode c’est un code barre à 2 dimensions constitué de modules noirs dans un carré blanc. Comment fonctionne un QRcode et pourquoi c’est intéressant : Comme un codebar « ordinaire », le Qrcode permet de stocker des informations. Les avantages d’un QRCode : L’avantage aussi c’est que la taille physique du QR n’augmente pas par rapport aux informations qu’il possède (à la différence d’un datamatrix) – Sur du packaging

Jean Piaget Jean Piaget en 1967-1968. Jean Piaget, né le 9 août 1896 à Neuchâtel en Suisse et mort le 16 septembre 1980 à Genève, est un biologiste, psychologue, logicien et épistémologue suisse connu pour ses travaux en psychologie du développement et en épistémologie à travers ce qu'il a appelé l'épistémologie génétique (ou structuralisme génétique). Ses travaux apportent un éclairage sur l'« intelligence », comprise comme une forme spécifique de l'adaptation du vivant à son milieu, sur les stades d'évolution de celle-ci chez l'enfant et sa théorie de l'apprentissage. Cet éclairage exercera une influence notable sur la pédagogie et les méthodes éducatives[1]. Biographie[modifier | modifier le code] Jean Piaget est le fils aîné d'Arthur Édouard Piaget (1865-1952), professeur de littérature médiévale, et de la française Rebecca Susanne Jackson (1872-1942)[2], fille de William Fritz Jackson (petit-fils de James Jackson). Son intérêt pour les mollusques se développe après l'adolescence. Estimations :

« Un angle, des infos bétons et la simplicité : les 3 ingrédients pour une bonne dataviz ! » Interview de Karen Bastien, datajournaliste | Data Publica « Un angle, des infos bétons et la simplicité : les 3 ingrédients pour une bonne dataviz ! » Interview de Karen Bastien, datajournaliste 27 mars Les datavisualisations envahissent les écrans de nos tablettes, de nos ordinateurs et de nos smartphones. Ce n’est pas une mode mais une tendance de fond qui préfigure de l’adaptation des rédactions d’info au datajournalisme. Data Publica : Comment considères-tu ton travail : tu es journaliste ? Karen Bastien : Journaliste avant tout. A quel moment de ta formation t’es tu décidée à travailler dans ce registre de l’information visuelle ? Je suis sortie du Centre de formation des journalistes il y a douze ans avec deux spécialisations : l’une en édition (mise en forme de l’information, maquette, titraille) et l’autre en web. Karen Bastien & François Prosper, le duo de Wedodata Quel en a été l’élément déclencheur ? Complètement. Son travail constitue un moment clé de cette nouvelle étape de la datavisualisation. 1. 2. 3.

L'individuel et le social dans la théorie sociocognitive de Bandura (Carré, 2003 La réciprocité causale « triadique » Traditionnellement, le comportement humain est expliqué à travers un système de causalité binaire, unidirectionnel. Les conduites sont généralement vues comme étant sous l’emprise de forces de la situation (par exemple avec le behaviorisme) ou pilotées par des dispositions internes inconscientes (comme en psychanalyse ou dans certaines conceptions sociologiques). Dans la TSC, le fonctionnement psychologique est analysé à travers une causalité réciproque triple, à travers un modèle dit « triadique ». Trois séries de facteurs entrent en interaction deux à deux. Les facteurs internes à la personne (P) concernent les évènements vécus aux plans cognitif, affectif, biologique et leurs perceptions par le sujet ; en particulier les perceptions personnelles d’efficacité (ou de compétence), les buts cognitifs, le type d’analyse et les réactions affectives vis-à-vis de soi-même. La relation PC “ personne-comportement ” (1) (2) [...]

Data visualization Data visualization or data visualisation is viewed by many disciplines as a modern equivalent of visual communication. It is not owned by any one field, but rather finds interpretation across many (e.g. it is viewed as a modern branch of descriptive statistics by some, but also as a grounded theory development tool by others). It involves the creation and study of the visual representation of data, meaning "information that has been abstracted in some schematic form, including attributes or variables for the units of information".[1] A primary goal of data visualization is to communicate information clearly and efficiently to users via the information graphics selected, such as tables and charts. Effective visualization helps users in analyzing and reasoning about data and evidence. It makes complex data more accessible, understandable and usable. Data visualization is both an art and a science. Overview[edit] Indeed, Fernanda Viegas and Martin M. Graphics reveal data. Terminology[edit]

Théories socio-cognitives de l’apprentissage*** Accueil > Dossiers et articles > Théories socio-cognitives de l’apprentissage*** Par Martine Jaudeau | maj@cursus.edu Didactique Créé le mardi 28 novembre 2006 | Mise à jour le vendredi 12 décembre 2008 Téléformation & Savoirs, dans sa section "Paroles d’Expert" en ligne propose une intéressante vidéo sur les Théories socio-cognitives de l’apprentissage. Résumé du document : Après avoir rappelé les processus de filiation/rupture qui ont marqué l’histoire de la psychologie scientifique de l’apprentissage, on présente la théorie socio-cognitive d’Albert Bandura ainsi que ses prolongements les plus récents. Au sommaire : IntroductionL’apprentissage répondantL’apprentissage opérantLe cognitivismeLa théorie socio-cognitive d’Albert BanduraLe sentiment d’efficacité personnelleA la suite de BanduraLes attributions causalesLes représentations de l’intelligencePistes pour la pédagogie Visionner Daniel Chartier : Théories socio-cognitives de l’apprentissage (rubrique Paroles d’expert) 1h 22 minutes.

Microplexes (Rev #6) | URBAGRAM This is a transcript of a talk delivered at the Bartlett school of Architecture on March 24th 2010, as part of a series of seminars held by the Center for Advanced Spatial Analysis (CASA) at University College London. This is my first academic seminar, in which I lay out some of my research aims and their conceptual underpinnnings. You can see the original presentation in the format it was delivered here. Hello. My talk is called microplexes. It’s a presentation on how very small complex systems can show us how to grow large urban systems. Today I want to talk about scale. Fig. 1 Scales of knowledge (a very rough sketch from my notebook). This is one of the first sketches I put in my notebook when I started my PhD 6 months ago. I want to show you how network topologies give us a means of analysing and comparing spatial systems at disparate scales, how network science gives us a vocabulary for talking about any spatial system and what the limitations of that vocabulary might be. Microchips

Related: