background preloader

La révolution du social learning

La révolution du social learning
XEnvoyer cet article par e-mail La révolution du social learning XEnvoyer cet article par e-mailLa révolution du social learning La transmission interne des savoirs remise au goût du jour E-Learning 2.0. Partage des connaissances. Pour Frédéric Domon, directeur de l'agence SociaLearning et co-auteur d'un livre blanc sur le sujet, “le social learning peut être considéré comme le développement des savoirs, des aptitudes et attitudes, par la connexion aux autres – que ce soient des collègues, des mentors ou des experts – via les médias électroniques synchrones ou asynchrones”. L'échange social, facteur d'apprentissage Ces théories éprouvées au service de la formation ont été remises au goût du jour par le développement du Web 2.0 et des réseaux sociaux. L'un des problèmes du e-learning est que bien souvent, les apprenants ne vont pas au bout de leur formation. “Le social learning ne repose pas tant sur le contenu que sur la façon dont on va se connecter aux autres, explique Frédéric Domon.

http://www.lenouveleconomiste.fr/lesdossiers/revolution-du-social-learning-9351/

Related:  Social learning1 - TRANSFORMATION DIGITALE ENTREPRISES ET RH

Le blog de Socialearning Doc 14 [Interview] Frédéric Domon évoque pour Educadis sa conception du Social Learning Détails Affichages : 10206 Frédéric Domon est un des pionniers du « Social Learning » en France. Président du cabinet conseil SOCIALEARNING et fondateur du Think Tank ECOLLAB, il est aussi le fondateur de PREDA, un fournisseur de Learning Marketing, solution qui transforme l'apprentissage en véritable partenaire business. Le MOOC, outil de reconnexion avec les salariés, Efficacité - Productivité personnelle Accueil Alors que des études prouvent qu'entreprise et collaborateurs sont plus que jamais déconnectés, un livre, #RHreconnect , détaille les dispositifs qui permettent de réduire cette « fracture ». Parmi eux, le MOOC.(...) Cet article est réservé aux abonnés, pour en profiter abonnez-vous.

7 objections (et réponses) vis-à-vis de l’apprentissage via les médias sociaux Les médias sociaux – Je suis fan. J’ai un blog, je suis un utilisateur de facebook, je tweet quotidiennement et j’adore tous les outils et ressources complémentaires. Cependant, lorsqu’un phénomène social et technologique tourne à l'adoration, il faut prendre des pincettes.

Data-observer, solution en e-reputation est soutenue par EDF EDF a donné son accord pour soutenir le développement de Data-observer, solution inédite d'e-reputation. EDF rejoint ainsi la banque CIC et Oseo. D'autres acteurs majeurs du CAC 40 pourraient prochainement rejoindre le groupe de partenaires financiers de Data-observer. Rappelons que Data-Observer et la société Les Infostratèges ont récemment noué un partenariat (voir le communiqué du 11 janvier 2011 Partenariat Data-observer – Les Infostratèges). En effet, c'est pour compléter et enrichir son offre globale dédiée à la collecte et l’analyse sémantique de l’information publiée sur le web que Data-observer avait récemment décidé de se rapprocher de partenaires issus du marketing, de la communication et de l’e-réputation.

La définition de Apprentissage social- Doc 15 L'apprentissage social désigne l'acquisition de savoirs et de savoir-faire résultant de l'observation du comportement d'autrui. Le terme social qualifie la nature du processus d'apprentissage et non le contenu des acquisitions possibles. Plus précisément, il indique que l'acquisition s'opère sous l'effet de l'environnement social plutôt que physique. L'apprentissage du point de vue béhavioriste Selon l'approche béhavioriste de l'apprentissage, les acquisitions sont le produit des événements extérieurs. Comment Netflix a révolutionné les RH dans la Sillicon Valley, et ailleurs La conséquence la plus remarquable de la révolution numérique est le brouillage des frontières entre l’extérieur et l’intérieur des organisations. De plus en plus, la valeur est créée en dehors des organisations, là où les nombreux utilisateurs s’emparent des applications. L’utilisation des réseaux sociaux et des outils de blogging accroît ce brouillage en faisant des employés des acteurs de la communication d’entreprise : c’est autant pour les besoins de l’entreprise que pour ceux de leur carrière et de leur vie privée qu’ils bloggent, postent et publient commentaires, articles et statuts. La fonction RH n’a pas été épargnée par les bouleversements provoqués par la révolution numérique. La nouvelle gestion RH (GRH), pratiquée par les start-up de la Silicon Valley, fait de l’expérimentation permanente une culture et une nécessité. une révolution dans la gestion du personnel

Un réseau social pour favoriser la formation informelle en entreprise La formation informelle qualifie les connaissances que l’on acquiert en discutant, en se renseignant par soi même et cela de manière délibérée comme de manière fortuite. La formation informelle est donc la conséquence d’interactions entres utilisateurs et entres sources d’information. Imprévisible, son contenu dépend des opportunités de chaque journée : il faut être au bon moment, au bon endroit ... et avec les bonnes personnes. Viadeo et Nearbee facilitent la connaissance sur les entreprises Viadeo et Nearbee spécialisées dans les plateformes collaboratives établissent tous deux un partenariat pour faciliter l'identification des contacts. Nearbee propose, en effet, une nouvelle plateforme de “business intelligence” appelée “social switching”. Grâce aux connecteurs mis en place par Viadeo, la plateforme propose un bouquet de 30 services de “business intelligence” de nouvelle génération, destinés à accélérer la gestion des affaires commerciales dans les entreprises. Les principaux bénéfices permettent d'insérer les activités et informations de son compte Viadeo directement dans son système d'information, CRM ou ERP (Import de ses contacts Viadeo, possibilité de les partager avec les autres membres de la plateforme, suivi de l’activité de ses contacts et prospects sur Viadeo, etc.). Grâce à cela, il est possible d'identifier le capital social d'une entreprise, d'établir automatiquement les points communs entre les prospects et les clients.

Théorie de l'apprentissage social Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Plusieurs théories reçoivent la dénomination de théorie de l'apprentissage social. La plus connue d'entre elles est celle de Albert Bandura. La théorie de l'apprentissage social (« Social Learning Theory », abrégée SLT) de Albert Bandura décrit comment l'enfant peut apprendre de nouveaux comportements en observant d'autres personnes : il imite les modèles de comportement qui font l'objet de récompenses et non de punitions[1] (notion d'« observational learning »)[2]. Cette théorie a connu de nombreuses applications dans des domaines aussi divers que la psychologie (éducation, etc.), la sociologie, la criminologie et la « planning theory » (en santé publique)[3]. Théorie d'Albert Bandura[modifier | modifier le code]

Vision de DRH sur la transformation digitale, le digital learning et les MOOC Pascal Robert, vous êtes DRH de GrandVision France, que pensez-vous de la migration, en cours dans les entreprises, des RH vers une culture plus digitale ? Effectivement la transformation est massive : le digital introduit de nouveaux rapports sociaux qui reconfigurent la totalité des formes de coopérations dans l’entreprise. Un principe fort s’en dégage : la désintermédiation. Les nouvelles technologies : révolution culturelle et cognitive Conférence de Michel Serres © Inria / Photo J.-M. Ramès Publié le : 20/12/2007 Niveau facile Niveau 1 : Facile

getpart.php?id=lyon2.2009 Doc 17 Les sentiments d’appartenance(s) constituent l’un des aspects (collectifs) de l’identité et donc du sentiment de Soi. A. Mucchielli pense que le sentiment d’appartenance prend ses sources « dans la relation primitive du nourrisson avec sa mère, puisqu’on sait que dans son état premier, le nourrisson ne se distingue pas de sa mère », et découle tout autant du fait que l’être humain est un être social25. Michel Serre 1/3 Michel serre à un parcours atypique puisqu'il est ancien élève de l'école navale et de l'École normale supérieure, agrégé de philosophie et docteur ès lettres. Qu’est-ce qui est nouveau dans ces nouvelles technologies je voudrais d'abord voir ce qui n'est pas nouveau. Ce que l’on croit être nouveau et qui n'est pas nouveau. Premièrement, ces nouvelles technologies permettent de stocker de transmettre d’émettre et de recevoir de l'information, est-ce nouveau ?

Où il est question de cartographie et d’intelligence économique, encore… Après le débat plus qu’animé sur la cartographie de l’intelligence économique publié par les étudiants du Miste et ses enseignants, j’ai décidé du haut de mon perchoir (sic) de prêter le flan à la critique. Oui parce que même s’il semblerait que j’ai la critique facile, des fois cela m’arrive de travailler et en l’occurrence en ce moment de travailler sur la cartographie. Suite donc au dernier billet estampillé cartographie de l’information, j’ai eu l’occasion de discuter avec un ami, Sam, et nous avons décidé de travailler conjointement à la mise en ligne d’une cartographie de l’intelligence économique. L’objectif de cette cartographie était de montrer :

Related: