background preloader

Jeremy Rifkin plaît beaucoup, mais il maîtrise mal ce dont il parle

Jeremy Rifkin plaît beaucoup, mais il maîtrise mal ce dont il parle
Tribune Jeremy Rifkin, économiste américain, est l’auteur de « La Troisième révolution industrielle ». Très à la mode dans les milieux politiques (de gauche comme de droite), il se fait rémunérer des sommes non négligeables pour des « master plan » qui promettent un avenir meilleur. Il a ainsi été payé 350 000 euros par le conseil régional du Nord-Pas-de-Calais. Jeremy Rifkin, devant la Chambre des députés, pour le premier Forum sur les politiques industrielles, à Mexico le 28 mai 2013 (CARLOS PEREDA/NEWSCOM/SIPA) L’auteur Bertand Cassoret est ingénieur et docteur en génie électrique, maître de conférences à l’université d’Artois depuis 1996. Le discours de Jeremy Rifkin plaît aux politiques parce qu’il est optimiste et fait rêver. La technique n’est pas son problème Le livre de Jeremy Rifkin explique comment « le pouvoir latéral va transformer l’énergie, l’économie et le monde ». Confusions, bizarreries et caricature Ses propos montrent qu’il maîtrise mal ce dont il parle. J. Related:  Ideas

Jeremy Rifkin, l’Internet des objets et la société des Barbapapa Tribune On savait depuis son livre sur la troisième révolution industrielle, mais cela se confirme avec son dernier livre (« La nouvelle société du coût marginal zéro », éd. Les liens qui libèrent, 2014) que Jeremy Rifkin envisageait l’avenir radieux de la production et de la consommation d’objets de sa future société d’hyperabondance sur le mode de « l’Internet des objets » : des imprimantes 3D partout, permettant à chacun de produire à domicile ou dans de micro-unités d’innombrables objets matériels de la vie quotidienne, jusqu’à des « voitures imprimées », en étant guidé par des programmes en ligne (logiciels gratuits), moyennant divers matériaux de base, plastiques souvent, mais aussi « ordures, papier recyclé, plastique recyclé, métaux recyclés... ». On a depuis longtemps l’Internet de l’information mais deux autres grands réseaux viendraient s’y connecter pour former le système de production du futur. Aucun autre « spécialiste » que Rifkin ne dit cela dans le monde !

Mais qu'est-ce qui se cache derrière ma facture d'électricité? Réponse avec Mafacturedufutur.com Une éolienne près de la centrale nucléaire de Jaenschwalde, en Allemagne. Photo AFP Les tarifs de l'électricité vont augmenter en juillet. Les particuliers sont les premiers touchés La Commission de régulation de l'énergie (CRE) a estimé que les tarifs réglementés de l'électricité devaient augmenter fortement pour couvrir les coûts de production et de commercialisation d'EDF, eux-mêmes en forte progression, dans un rapport mis en ligne le 4 juin dernier. Energie : l'heure des choix Nous savons que nous sommes à l’heure des choix pour décider de quelles énergies et de quelle électricité pour le futur de la France. Pas de futur sans nucléaire Si j'opte pour continuer avec le nucléaire, je découvre pourquoi ma facture devient salée et le sera de plus en plus. "Cher M. Energie : le choix existe Et je peux alors envoyer mon petit courrier en ce sens à Monsieur Proglio : "Cher M. Un véritable scénario de transition énergétique, ludique et interactif La voix de Sophia Aram Cathy Lafon

Pour une autre innovation Comme le dit Bluetouff, le scandale Prism c’est effectivement comme si on se réveillait d’une gueule de bois qui a duré 12 ans, comme si il nous avait fallu tout ce temps pour digérer l’amère poussière de l’effondrement des tours du World Trade Center. Les scandales Prism et Verizon ne posent pas seulement la question de la surveillance d’Etat, mais de la surveillance tout court, celle dont nous sommes l’objet à l’heure des très grandes masses de données, des Big Data, des algorithmes et des traitements. Ce n’est pas seulement la confiance dans nos Etats qui est en cause, mais également la confiance dans les grands opérateurs de l’internet et dans nos fournisseurs d’accès. C’est la confiance dans une société organisée par et pour la surveillance. Nous avions déjà du mal à accepter que ces entreprises utilisent nos données par devers nous, qu’ils analysent nos e-mails et nos requêtes pour nous proposer de la publicité, sans même qu’on puisse s’en extraire. Hubert Guillaud

L’ether, la future monnaie qui vaut déjà des millions Un Canadien âgé de 20 ans a réuni plus de 18 millions de dollars en six semaines en vendant des ethers, une monnaie électronique qui n’existe pas encore. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Yves Eudes Dès l’âge de 17 ans, Vitalik Buterin, Canadien né en Russie et habitant à Toronto, s’est passionné pour le bitcoin, la principale monnaie électronique circulant sur Internet : « J’ai commencé des études d’informatique, mais au bout d’un an j’ai abandonné la fac pour me consacrer entièrement au bitcoin. Pas question pour moi de rater cette aventure. » Il participe même à un projet de création d’un système de transactions en bitcoins anonymes et intraçables. Pour donner vie à son projet, il monte une start-up, Ethereum. Satisfait, il cesse ses préventes, en attendant le lancement officiel de l’ether. Son système sera programmé pour produire au maximum 15 millions d’ethers par an.

» L’économie symbiotique Depuis 40 ans, des acteurs du monde entier ont développé de nouvelles stratégies durables dans tous les secteurs : agriculture, énergie, habitat, gestion des déchets et de l’eau, mobilité, biens d’équipements et de consommation… Bien qu’élaborés dans des contextes très différents et sans concertation, ces modèles économiques présentent une admirable récurrence de fonctionnement et une cohérence globale qui a été peu dégagée à ce jour. Leur émergence parallèle et non concertée montre qu’un vrai nouveau souffle irrigue notre époque et avance de façon autonome et forte, rassemblant de plus en plus d’industriels, de territoires, de citoyens et de consommateurs dans un mouvement qui a dépassé les signaux faibles. L’économie symbiotique apporte ainsi une toute nouvelle voie pour le développement durable : Un développement où l’homme ne fait pas « moins pire » mais « bien ». L ‘économie symbiotique se caractérise par 6 principes récurrents qui interagissent en synergie (fig1).

2013: The Year in Ideas Below, 15 themes that ran through TED Talks in 2013. Photo: Ryan Lash In 2013, TED published more than 250 talks, each with an idea worth spreading. And yet, certain ideas seemed to resonate throughout the year, as if speakers at different events were singing parts of the same choral symphony. Humans and machines can work together to supersize growth.At TED2013, Robert Gordon asked: Could it be that humanity’s greatest innovations are behind us? Identity can’t be as simple as ‘this’ or ‘that.’ DeExtinction is a real thing. The US government is broken.2013 began with the United States confronting the fiscal cliff, and partisan head-butting only seemed get worse from there. Drones will destroy us – or maybe save us.On many minds this year: unmanned aerial vehicles. Technology makes the ways we communicate even more layered.So many bemoan the impact of text messaging on diction and grammar. What’s the next frontier of 3D printing? Is there such a thing as a good end of life?

Une société sans croissance: la politique à l’heure de la «grande stagnation» L’entrée des démocraties occidentales dans une ère sans croissance paraît de plus en plus crédible. Or, le triomphe de l’Etat nation libéral-démocratique et social a été profondément lié aux «Trente Glorieuses». Que peut-on en attendre pour l’avenir de nos régimes politiques? Nicolas Sarkozy se faisait fort d’aller la «chercher avec les dents», tandis que François Hollande la guette désespérément. L’expansion en volume du produit intérieur brut (PIB), soit la fameuse «croissance», a fini par bénéficier dans nos sociétés d’une adoration quasi religieuse. La fin de la croissance apparait bien sûr comme un horizon positif pour certains citoyens de sensibilité écologiste. Les termes du débat sur le caractère souhaitable de la croissance ne sont toutefois pas au cœur de cet article, qui prend plutôt comme point de départ les arguments supportant le caractère probable de sa (quasi) disparition. L’hypothèse de plus en plus sérieuse d’une ère de «grande stagnation» «Winter is coming»?

La recette d'une journée parfaite: 106 minutes de sexe Chacun a son idée personnelle de la journée idéale. La science, elle, a trouvé à quoi ressemblerait en pratique le jour parfait, et celui-ci comprend 106 minutes de sexe, relaie le site Quartz. Le site se fonde sur une étude récemment publiée par deux chercheurs, Sebastian Pokutta et Christian Kroll, intitulée «Juste un jour parfait? Les Anglo-saxons mesurent habituellement la perception de la qualité de vie selon la mesure du Subjective Well-Being («bien-être subjectif», SWB), qui se définit comme «les évaluations cognitives et affectives d’une personne sur sa vie». Mais plutôt que de se focaliser sur des grandes thématiques de la vie (le mariage, le revenu, etc.), les chercheurs se sont intéressés aux activités que nous effectuons chaque jour, selon une autre une méthode appelée Day Reconstruction Method («méthode de reconstruction de journée», DRM), créée en 2004 et qui se focalise sur les activités journalières, le temps qui leur est consacré, et la satisfaction ressentie. publicité

Related: