background preloader

Shanghai et Canton, les deux plus grandes villes du monde

Shanghai et Canton, les deux plus grandes villes du monde
François Moriconi-Ebrard et Joan Perez ont publié en février 2017 un article dans la revue Confins qui présente Shanghai et Canton (Guangzhou) comme les deux agglomérations urbaines les plus peuplées du monde, avec 79,7 millions d'habitants pour la première et 47,5 millions d'habitants pour la seconde, soit respectivement la population de l'Allemagne et de l'Espagne. François Moriconi-Ebrard est l'auteur d'une base de données, Geopolis, publiée en 1994, mais dont les mises à jour ultérieures ne sont pas accessibles. L'article en rappelle brièvement la méthodologie, qui avait été conçue pour permettre la comparaison entre les agglomérations de différents pays : c'est la définition morphologique qui est utilisée, correspondant à la définition française de l'unité urbaine, c'est-à-dire la population agglomérée au dessus d'un seuil minimal. Rappelons que d'après l'ONU, ce sont toujours les agglomérations de Tokyo et Delhi qui sont à la première place (en 2014). Pour compléter :

http://geoconfluences.ens-lyon.fr/actualites/veille/shanghai-guangzhou-plus-grandes-villes

Related:  L'Asie du Sud et de l'Est : les enjeux de la croissanceVilles mondialesTerminales BdA

Construction active de la Ceinture et la Route Initiatrice de la Ceinture et la Route, la Chine doit jouer un rôle de modèle pour activer les pays tout au long de ce projet. Ces quatre dernières années, les diverses régions chinoises mettent pleinement en valeur leurs avantages respectifs pour bien s’arrimer à l’édification des nouvelles Routes de la Soie. Les régions du nord-ouest sont le point de départ et le corridor de l’ancienne Route de la Soie. Aujourd’hui, le Xinjiang joue un rôle de fenêtre dans l’ouverture vers l’ouest en profitant de son avantage géographique.

Super Bowl 2017 : Lady Gaga appelle au rassemblement, les publicitaires font de la politique C’est le show de tous les superlatifs… Et le premier de la présidence Trump. Le Super Bowl, diffusé dans la nuit de dimanche à lundi heure française, opposera les Atlanta Falcons aux New England Patriots sur la pelouse du NRG Stadium de Houston, au Texas. Quelque 70.000 spectateurs sont attendus dans les gradins, et plus de 110 millions personnes devant le petit écran. Si ce rendez-vous sportif est incontournable pour trois quarts des Américains, la mi-temps est tout aussi attendue. Le "Super Bowl half time show" accueillera cette année sur scène Lady Gaga. La chanteuse a promis de ne pas faire de ce spectacle une tribune, mais la politique pourrait bien s’immiscer malgré tout dans le show, alors que les États-Unis sont plus divisés que jamais après l’élection et les premières mesures controversées du nouveau président républicain.

Économie d’un méga-bidonville Recensé : Marie-Caroline Saglio-Yatzimirsky, Dharavi : From Mega-Slum to Urban Paradigm, New Delhi : Routledge, Series Cities and the Urban Imperative, 2013, 400 p. Le bidonville de Dharavi jouit d’une grande notoriété. Située au cœur de Mumbai, cette étendue de 3 km², sur laquelle vivent quelques 800 000 habitants, est récemment devenue le centre de toutes les attentions.

Perspectives sur les institutions européennes : Quel avenir pour l'Europe ? Perspectives sur les institutions européennes : Quel avenir pour l'Europe ? En un certain sens, la construction européenne a débuté, entre autres, suite à une première prise de conscience et une reconnaissance des limites de l'état-nation tel qu'il avait été conçu jusque-là. Face à la réalité d'un continent fracturé et affaibli, l'Europe était la seule réponse qui permettait d'aller de l'avant. On pourrait presque dire que le processus d'intégration européenne -d'abord économique- qui visait à garantir la paix a été "pathologiquement extorqué". La logique utilitariste peut également fonctionner pour expliquer la nécessité d'une Europe forte face au processus de globalisation de l'économie, d'une Union européenne capable de peser notamment dans les négociations de l'OMC. Pourtant, quand nous admettons que nous avons besoin de l'Europe, nous présupposons également des raisons qui ne relèvent pas purement et simplement de la logique de l'intérêt bien compris.

Existe-t-il un modèle singapourien de développement urbain ? 1Singapour constitue un cas doublement emblématique en matière de développement, d’abord parce qu’en quelques décennies cette cité-État dépourvue de ressources naturelles, de capitaux et de savoir-faire est devenue une ville globale qui suscite aujourd’hui autant l’admiration que l’envie notamment à Kuala Lumpur et à Jakarta et, ensuite, parce que l’État singapourien dont l’action en matière de développement ne s’est jamais démentie, a réussi sa mutation passant d’un rôle d’entrepreneur actif à un rôle de régulateur pointilleux. 2En quelques années, les autorités singapouriennes ont réussi à doter la ville d’une image compétitive. Singapour fait aujourd’hui figure de ville fonctionnelle, propre, sûre, accueillante, où multinationales et cadres étrangers sont assurés de disposer d’une gamme de services très étendue ainsi que, et ce n’est pas le moindre paradoxe dans un pays où l’action de l’État est omniprésente, de taux d’imposition et de charges sociales très faibles. Figure 1.

«Voter, c’est aussi remercier ce pays pour ce qu’il m’a offert» Le 23 avril, pour le premier tour de l’élection présidentielle, Margarete a donné sa voix à Benoît Hamon. Elle s’est rendue dans un bureau de vote, puis a fait la queue comme tous les électeurs parisiens, hausse de la participation oblige. Pourtant, cette prof d’allemand à la Sorbonne, 32 ans, n’est pas une électrice lambda. A l’instar des 4,2 millions d’étrangers résidant sur le territoire (soit 6,4% de la population selon l’Insee), Margarete n’a ni la nationalité française ni le droit de vote aux élections nationales (les résidents non communautaires ne peuvent, eux, voter à aucune élection). Or, elle a quand même «voté» pour «son candidat préféré». Ou plutôt, non : elle a «alter-voté», et ce grâce à Alice, une électrice indécise.

Droit de vote des étrangers : clap de fin ? Que Manuel Valls débine le droit de vote des étrangers, ce n’est pas un scoop. Depuis 2012, avant même l’élection de François Hollande, lui, l’homme du «parler vrai» a toujours regretté que les socialistes continuent de se lier les poings avec une promesse intenable datant de 1981. Que le chef de la majorité constate que les conditions politiques (congrès à Versailles ou référendum) ne sont pas réunies pour faire adopter cette mesure symbole de la gauche d’ici à la fin du quinquennat, n’est pas nouveau non plus.

Le Japon réaliste sous les traits de crayon d'un célèbre mangaka Depuis que DozoDomo existe, nous avons eu l'occasion de vous parler de nombreux manga mais aucun ne nous a refait l'effet de Yotsuba&, un titre débuté en 2003, et toujours en cours, qui raconte la découverte de la vie d'une petite fille de 4 ans tout ce qu'il y a de plus kawaii (voir notre article). Pas d'aventure extraordinaire ni de pouvoir magique, Yotsuba&, c'est le quotidien pour tous les enfants du Japon. Un manga qui n'est pourtant pas enfantin et est plutôt destiné à un public adulte. Devant l'absence de scénario linéaire, c'est vers le dessin que se tourne notre intérêt. Si la petite fille est joliment réalisée, ce sont les décors, notamment extérieurs qui nous plonge dès les premières cases dans le Japon d'aujourd'hui. L'auteur, Kiyohiko Azuma, s'est fait une spécialité de dessiner les rues et bâtiments avec le plus de réalisme possible.

Related: