background preloader

Structure sous-marine de Yonaguni

Structure sous-marine de Yonaguni
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Yonaguni. Un plongeur visitant le monument immergé La structure est constituée d’immenses plate-formes interrompues par des failles formant de grandes marches angulaires séparées par des parois à l’apparence lisse (les failles sont géologiquement récentes). La structure mesure plus ou moins 75 mètres de long et 25 mètres de haut. En raison de son apparence lisse, peu érodée et peu colonisée par la vie marine, certains auteurs estiment qu’elle pourrait être artificielle et très ancienne, tandis que les archéologues estiment que si elle l’était, son état serait bien plus dégradé[1]. Histoire[modifier | modifier le code] Autrefois[modifier | modifier le code] Selon le point de vue qu’il pourrait s’agir d’un monument préhistorique, le site de Yonaguni de 28 km2 aurait été délibérément construit ou modifié au cours de la dernière glaciation, lorsque le niveau de la mer était beaucoup plus bas qu’aujourd’hui.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Structure_sous-marine_de_Yonaguni

Related:  Yonagunisous marineArchéologie - A Classer

Structures englouties de Yonaguni En 1985 un voyagiste de plongée, Kihachiro Aratake, alors qu'il plonge voir des requins au large des côtes les plus au Sud de l'île japonaise Yonaguni Jima, découvre des structures énigmatiques. Le professeur Masaaki Kimura, de l'Université de Ryukyus à Okinawa (Japon), étudie les structures pendant plusieurs années, et acquiert la conviction qu'elles sont de fabrications humaine. A l'occasion de la sortie de son livre Heaven's Mirror, l'écrivain Graham Hancock invite le docteur Robert Schoch à venir donner son opinion quant à l'origine "naturelle" ou "humaine" de ces structures, dans le cadre d'une trilogie télévisée intitulée "La quête des civilisations perdues". Schoch accepte et arrive au Japon en septembre 1997. Le docteur Schoch pense que la structure est en majeure partie, peut être en totalité, naturelle.

Rocher de Dighton Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Description[modifier | modifier le code] Origine des inscriptions[modifier | modifier le code] Pendant les trois derniers siècles, plusieurs hypothèses ont été formulées quant à l'origine des inscriptions.

Yonaguni: Complexe sous marins? Découverte de Yonaguni Lors d’un repérage en 1985 par un tour opé­rateur en plongée sous marine, Kiha­chiro Aratake découvrit dans les eaux claires de Arakawa Point, à la pointe sud de l’Ile Yonaguni dans les Iles Ryukyu, ce que per­sonne n’a vu depuis des mil­liers d’années. faisant partie du groupe d’ile : Îles de Yaeyama Vue d’avion de l’ile de Yonaguni Photos au dessus de la mer : ruines dans le pacifique Sa datation a révélé que l'édifice remontait à au moins 8000 ans av. jc Le mur de l'Ancienne ville sous marine de Hujing La maison en pierre de Taga Des mégalithes faits de blocs basaltiques bleu-noir en forme de prismes hexagonaux et disposés en croix. Les vestiges de la cité d' Insaru Des terrasses et des collines pyramidales 400 larges tumulis vieux de 3000 ans Le trilithon de Ha’amonga et les ruines d'un port

Tête de Tecaxic-Calixtlahuaca Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La tête de Tecaxic-Calixtlahuaca est une tête d’homme barbu portant une sorte de chapeau pointu[1], de style romain, probablement fragment d’une figurine en terre cuite, découverte en 1933 dans une tombe précolombienne de Tecaxic-Calixtlahuaca[2]. Elle est considérée comme un OOPArt et aucune hypothèse expliquant sa présence sur le site n’a encore été confirmée. Le point sur la question en 2001[modifier | modifier le code] En 2001, Romeo Hristov de l’Université du Nouveau Mexique et Santiago Genovés de l’UNAM ont publié un article faisant le point sur la question[3]. Le site sur lequel la tête a été découverte semble bien dater d’avant la conquête espagnole – de peu, il est vrai : 1476-1510 – et être resté intact jusqu’aux fouilles des années trente.

La pyramide engloutie de Yonaguni, un vestige extraterrestre ? Ces images sont extraites de la nouvelle série documentaire américaine Ancient Aliens (ici l'épisode 7, "Underwater Worlds) qui propose d'explorer la théorie selon laquelle notre planète aurait été visitée il y plusieurs milliers d'années par des civilisations extraterrestres, ayant transmis une partie de leur "savoir" aux peuples primitifs. Ce que l'ont voit ici est le monument de Yonaguni, découvert lors d’un repérage en 1985 par un tour opérateur en plongée sous-marine, Kihachiro Aratake dans les eaux claires de Arakawa Point, à la pointe sud de l’île Yonaguni dans l'archipel japonais Ryūkyū près d'Okinawa. Cette énorme structure de pierre qui semble être mégalithique est pourvue d’immenses terrasses interrompues par de grandes marches angulaires et de hautes parois à l’apparence lisse. La structure mesure environ 75 mètres de long et 25 mètres de haut. © www.history.com

Cuba : découverte d'étonnantes pyramides sous-marines... En 2000, un groupe de chercheurs tombe sur un site bien étrange, dans les profondeurs au large du cap Saint-Antoine, au nord-ouest de Cuba : une ville enfouie, comme la mythique Atlantide. L'année suivante, un autre groupe de chercheurs se lance dans la même expérience, pour vérifier. Et leur constat a été identique. Ces ruines ont pu être découvertes grâce à des sonars puissants, pouvant reconnaître des structures de pierre jusqu'à presque 200 mètres de profondeur. Contacts trans-océaniques précolombiens Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les contacts trans-océaniques précolombiens désignent les rencontres entre les peuples indigènes d'Amérique et les navigateurs d'autres continents antérieures aux explorations de Christophe Colomb. Le seul à être historiquement avéré est relaté dans deux sagas scandinaves, qui décrivent deux colonies au Groenland fondées vers l'An mille par Érik le Rouge.

La pyramide sous-marine au large du Japon et le continent Mu Vestiges sous-marins au large du Japon et le retour du légendaire continent Mu Monuments de Yonaguni sur Wikipedia Le monument de Yonaguni (与那国島海底地形/遺跡, Yonaguni-jima kaitei chikei/iseki?, littéralement « relief/vestige sous-marin de Yonaguni-jima ») est découvert lors d’un repérage en 1985 par un tour opérateur en plongée sous-marine, Kihachiro Aratake dans les eaux claires de Arakawa Point, à la pointe sud de l’île Yonaguni dans l'archipel japonais Ryūkyū. Le plus ancien bateau cousu de Méditerranée L'épave de Zambratija en Croatie − Ph. Groscaux, CNRS, CCJ Giulia Boetto, archéologue naval, est chargée de recherches au CNRS, dans le Centre Camille Jullian à Aix-en-Provence.

Pilier de fer de Delhi Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Histoire[modifier | modifier le code] Il s'agit d'un des rares vestiges antérieurs à l'islamisation du site. Ce site comptait vingt-sept temples hindous ou jaïns d'après une inscription dans la mosquée citée par Mircea Eliade qui la visita lors de son séjour d'étude de trois ans en Inde. Les matériaux furent utilisés par Qûtb ud-Dîn Aibak pour bâtir le Qûtb Minâr et la mosquée Quwwat ul-Islâm.

Related: