background preloader

Contexte

Contexte

http://www.gouvernement.fr/1914-1918-gouverner-en-temps-de-guerre/

Related:  civils et militaires durant la Grande GuerreLa Première Guerre mondiale*doc 04HISTOIRE 2Première guerre mondiale

Le parcours du combattant de la guerre 1914-1918 Retracer le parcours du combattant (2) La mobilisation des classes 1911-1919 Le 1er août 1914, le gouvernement français décrète la mobilisation générale. Que s'est-il passé pour les 880 000 hommes alors au service militaire ? Et quand les classes suivantes furent-elles mobilisées ? Les classes 1911, 1912 et 1913 : Ces classes sont alors sous les drapeaux.

1918, naissance du récit géopolitique de la « guerre à l’échelle du monde » La guerre qui s’acheva à l’automne 1918 portait le nom de « grande guerre » en France et de « great war » en Angleterre. En Allemagne, elle n’était pas « grande » mais planétaire, et s’appelait « Weltkrieg » ou « guerre mondiale ». De même aux États-Unis où, depuis le printemps 1917, on la nommait « world war ».

PORTRAIT DE SOPHIE CALLE - Actualité Arts A l'honneur dans le nouvel accrochage du centre Pompidou 'Elles@centrepompidou' et salué par une rétrospective "autobiographique" au palais des Beaux-Arts de Bruxelles jusqu'au 13 septembre, le travail de Sophie Calle reste aussi médiatisé que sa personnalité est énigmatique. "Sophie Calle est le modèle de son oeuvre, ou son avatar. Elle n'en est pas le centre." (1) C'est ainsi que l'écrivain Marie Desplechin décrit l'approche hautement autobiographique de l'une des artistes phare de la scène française. En plongeant dans son travail, qui prend essentiellement la forme de photographies et de textes, ce n'est pourtant pas le premier sentiment qui émerge, tant l'artiste demeure la figure centrale, au propre comme au figuré, de ce que l'on perçoit. L'exposition qui lui est consacrée au palais des Beaux-Arts de Bruxelles donne une occasion d'éclaircir le mystère.

France 24 : nos aïeux qui se sont battus dans la Somme Le 1er juillet 1916, Britanniques et Français lançaient une grande offensive dans la Somme, dans le nord de la France. En cinq mois, cette bataille fit plus d’un million de morts, de blessés et de disparus, toutes nationalités confondues. À l’occasion du centenaire de ces combats, emblématiques de la Grande Guerre, France 24 donne la parole à ses journalistes, descendants de soldats. Pour leur rendre hommage, ils nous racontent l’histoire de leurs ancêtres. Albert Charles Todd parTony Todd

15 tutoriels pour optimiser son expérience numérique au quotidien (sur le nouveau site FranceInfo) Le nouveau site de FranceInfo, chaîne publique d’information, inauguré le 24 août 2016 propose une nouvelle offre de service public d’information en continu, initiée par Radio France, France Télévisions, l’INA et France Médias Monde… Aussi consultable via la nouvelle application mobile FranceInfo (sur Android et iOS). Au sein du riche contenu en ligne librement consultable, une rubrique Tech/Web avec 14 thèmes et une sous-thématique « sujets du moment ». Parmi les articles, un dossier Tutoriels défini comme « des guides pratiques présentés sous forme de vidéos ou de séries d’images accompagnées de textes explicatifs ».

Centenaire de la Première Guerre mondiale: combien de «poilus» de votre département parmi les victimes? [CARTE INTERACTIVE] Temps de lecture: 8 min Sur la plaque, deux soldats, un fantassin et un fusilier-marin, regardent vers un horizon espéré radieux: l'oeuvre date de 1935, dix-sept ans après la «Der des Ders», dont les deux bornes, «août 1914-novembre 1918», encadrent leurs visages. En dessous, on peut lire: «Les anciens combattants bretons à leurs 240.000 morts» Ce chiffre qui orne la grande galerie de la cour d'honneur des Invalides, on le trouve aussi dans la basilique de Saint-Anne d'Auray (Morbihan), sous la plume d'un député ou dans des ouvrages grand public.

« L'arrière » : lieu idéalisé et envié par les hommes du front Dans le jargon militaire, « l’arrière » désigne tout l’espace qui se trouve à l’arrière du front et qui, dans un contexte de guerre totale, englobe les combattants qui ne sont pas en première ligne mais aussi tous ceux qui ne combattent pas et qui, pourtant, voient leurs destinée irrémédiablement bouleversée par le conflit – comme les femmes qui remplacent les hommes dans les usines ou dans les champs. Pour les soldats, l’arrière devient très vite un « ailleurs » fantasmé, à mille lieues de leur morne et violente réalité quotidienne sur le front. Depuis leurs sombres tranchées, les Poilus s’adressent régulièrement, dans leurs journaux, à « ceux de l’arrière ». L'une des figures récurrentes est « l’embusqué» , celui qui ne participe pas aux combats de première ligne, et qui est bien sûr honni par les soldats. Dans La Bourguignotte, en février 1916, la chronique de « G. Michel » témoigne parfaitement de la rancoeur des Poilus à l’égard de ceux qu'il nomme les « invertébrés » :

Actualités - Liberté de conscience, liberté d'expression : outils pédagogiques pour réfléchir et débattre avec les élèves Comment parler d'un drame de l'actualité aux élèves ? Quelques principes Moduler son attitude pédagogique selon l'âge des élèves : à l'école maternelle, du début à la fin de l'école élémentaire, au collège...Accueillir l'expression de l'émotion des élèves, sans sous-estimer, y compris chez les très jeunes enfants, leur capacité à saisir la gravité des situations ;Rassurer les élèves : l'école est un espace protégé ; l'évènement s'est déroulé dans un lieu et un temps circonscrit, même si les média en parlent et diffusent plusieurs fois les images ;Etre attentif au « niveau de connaissance » que les élèves ont de l'évènement : certains élèves peuvent n'en avoir aucune connaissance ; d'autres ne disposer que d'éléments partiels, voire erronés, provenant de sources variées. Pour aller plus loin : Aborder un événement collectif violent Quelques repères pour agir à l'école primaire

Avoir 20 ans dans les tranchées : à Verdun, au cœur des tranchées, à travers le journal inédit d'un poilu Arrivé à Bisseuil, en Champagne, Louis n’a que peu de temps pour faire connaissance avec ses hommes avant de partir au combat : une cinquantaine de soldats, dont quarante combattants et une dizaine d’hommes affectés à l’intendance. Sa section, la 3e, est composée pour moitié de poilus aguerris, de "braves types un peu frondeurs, mais courageux et dégourdis", et pour moitié de jeunes de la classe 1915. Eux n’ont jamais vu le feu, ce qui convient très bien au jeune officier, toujours angoissé de commander des hommes plus expérimentés que lui. A cet endroit de la Marne, les choses sérieuses commencent. L’état-major est toujours persuadé qu’une victoire de grande ampleur est possible sous réserve de percer le front puis d’envoyer des troupes fraîches pour exploiter la trouée.

belearner BeLearner ? BeLearner permet d’éditer un parcours pédagogique personnalisé et de le diffuser pour un ou plusieurs groupes de personnes. Vous choisissez les vidéos, textes, images, sons qui vous intéressent et les assemblez dans l'ordre que vous désirez. Vous pouvez intégrer des interactions : questions, annotations, quizz, texte à trous, transcription, liens, commentaires… BeLearner répond aux besoins spécifiques de la Formation Professionnelle. Créer

La géographie des « morts pour la France » LE MONDE | | Henri Gilles, Jean-Pascal Guironnet et Antoine Parent Le sentiment que des régions ont été plus sacrifiées que d’autres durant la Grande Guerre, bien présent dans la mémoire collective, en particulier en Bretagne et en Corse, est-il fondé ? En étudiant la répartition géographique des « morts pour la France », nous avons cherché à mesurer les écarts entre les pertes humaines des régions françaises métropolitaines. Nous avons tenté de les expliquer à partir de variables testables empiriquement, dans le but d’identifier et de « reconstruire » une rationalité, au sens économique, des choix du haut commandement. Par son exploitation exhaustive de la base de données « Mémoire des hommes » du ministère de la défense, et par les techniques économétriques employées, cette recherche cliométrique se démarque d’une grande partie des travaux antérieurs des historiens.

STRASBOURG 1918-1924 Le retour à la France. Anne Teuf et Finnele sont exposées à Strasbourg L’Histoire des Alsaciens et des Alsaciennes est à elle seule un résumé de l’Histoire de l’Europe. Lieu de passage des armées et enjeu stratégique des plus grands conflits depuis la Guerre de Trente ans jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, ce territoire, ses hommes et ses femmes ont changé régulièrement de nationalité, au gré des armées qui les ont envahis. Le retour à la paix après la Première Guerre mondiale a été un grand traumatisme dont les plaies ne sont pas encore refermées. En novembre 1918, la France venge l’affront de 1870. Les territoires perdus « reviennent » dans le giron de la mère patrie mais les « libérateurs » découvrent très vite que la population qui les accueille, se réjouit de la paix, de l’arrivée du pain blanc et de la fin des privations mais pas forcément de redevenir français.

Tout sur le mode A (Av) Aujourd’hui j’ai décidé de te montrer ce qui se passe quand on met la molette sur A (ou Av suivant les marques). Et qu’on tourne l’autre molette, celle qui permet d’ouvrir ou de fermer le diaphragme. (j’ai mis ce billet dans la catégorie « Avancé », parce que ça rigole plus: on abandonne le mode « tout auto »!) Je pense qu’après, l’ouverture n’aura plus de secret pour toi (et tu pourras frimer). Les femmes et la 1ère guerre mondiale Pendant la 1ère guerre mondiale la contribution des femmes à l'effort de guerre a revêtu des formes multiples : - courage des femmes d'agriculteurs qui, dans une France encore à dominante rurale et agricole, ont dû assumer à partir de l'été 1914 les durs travaux des champs ; - dévouement des infirmières qui ont soigné les soldats blessés dans les hôpitaux de guerre et les maisons de convalescence ; - compassion des « marraines de guerre » qui écrivaient et envoyaient des colis aux soldats du front, rendaient visite aux blessés dans les hopitaux ; - courage aussi des femmes des villes qui ont dû pallier le manque de main d'oeuvre dans de nombreux secteurs d'activités, distribuant le courrier, conduisant les tramways, travaillant plus de 10 heures par jour dans les usines d'armement. 1/ L'appel aux Françaises de Viviani « Debout, femmes françaises, jeunes enfants, filles et fils de la patrie. Remplacez sur le champ de travail ceux qui sont sur le champ de bataille. 14-18.

Related:  Ressources numériques