background preloader

La femme française pendant la guerre

La femme française pendant la guerre
La femme française pendant la guerre. Durée : 2230.6 secondes Bitrate : 0 bits par seconde nombre de frames : 55766 Codec video : h264 Codec audio : aac Hauteur : 272 px Largeur : 368 px Août 1914 : épouse et mère, la femme offre son “premier sacrifice” et pleure le départ de l’aimé pour le front (séquence de fiction). 1918 : quatre années de guerre l’ont poussée à se mobiliser dans tous les secteurs. Related:  Les femmes et la 1ère guerre mondialeLes civils dans la grande guerreLes femmes pendant la Première Guerre Mondiale

Mémoires de guerres Kriegserinnerungen: Les femmes dans la Grande Guerre Comment les femmes sont elle présente dans la première guerre mondiale? Quelles en sont les conséquences ? I Le soutien du soldat au front 1 les femmes infirmières2 la correspondance3 Les œuvres de charités II Mobilisation à l’arrière 1 A l’usine2 au foyer3 dans les champs4 vu par la propagande III conséquences pour les femmes 1 émancipation sociale? I Le soutien du soldat au front 1 les femmes infirmières Les femmes s’impliquent plus directement dans un certain nombre d’emplois, voyons le cas de la femme infirmière. Elle accompagne l’action des médecins qui opèrent sur le champ de bataille tout en consolant les blessés. 2 la correspondance ou 3 Les œuvres de charités La mise en place de marraines de guerres par des associations caritatives consiste ainsi a soutenir le soldat. II Mobilisation des femmes à l’arrière 1. Unité : Million de Française dans l‘industrie 3 les femmes agricultrice

La mobilisation des femmes Contexte historique En 1914-1918, pendant que les hommes sont au front, les femmes participent activement à l’effort national. Dans une guerre totale, longue et meurtrière, où le rôle de l’arrière est aussi déterminant que celui des combattants, les femmes accèdent à des activités professionnelles jusque-là masculines. Analyse de l'image Dans cette affiche, Georges Capon a organisé l’espace en deux zones distinctes. Interprétation Cette affiche au style réaliste, qui symbolise les nouvelles tâches et les devoirs des femmes françaises pendant la guerre, annonce en fait la version anglaise d’un documentaire de propagande réalisé en 1918 par Alexandre Desvarennes pour le compte de la Section cinématographique de l’armée française. La mobilisation des femmes dans l'économie et au service de l'effort de guerre Guerre totale, la Première Guerre mondiale a fortement impliqué les populations civiles, mobilisées au service de l'effort de guerre. A l'arrière, les femmes furent une figure essentielle de "l'autre front" : la mobilisation et l'absence de millions d'hommes ont fait découvrir aux femmes des responsabilités nouvelles (chefs de famille) ainsi que des métiers nouveaux (conductrices de tramways, munitionnettes, agricultrices, ambulancières près du front, auxiliaires de l'armée). Cette mobilisation des femmes à la faveur de la Première Guerre mondiale a donné le sentiment de leur entrée massive sur le marché du travail à cette occasion. En réalité, le taux d'activité féminin était déjà important au début du siècle (en 1906 le travail féminin représentait 37 % de la population active) et les femmes jouèrent un rôle essentiel lors des première et seconde révolutions industrielles. Cette expérience de la guerre a-t-elle permis une certaine émancipation des femmes?

L'évolution de la condition féminine pendant la 1ère guerre mondiale L'évolution de la condition féminine pendant la 1ère guerre mondiale Au cours de la 1ère guerre mondiale, les femmes furent mobilisées pour l'économie de guerre et pour relancer le moral des troupes au front. Cependant, c'est seulement quand l'opinion publique se rend compte que la guerre est totale que l'on fait appel au travail féminin. Leur mobilisation fut essentielle et toucha toutes les catégories sociales, des agricultrices aux citadines, en passant par les infirmières et les marraines de guerre. Nous nous demanderons en quoi cette période a constituer un tournant dans la vie des femmes. Les femmes participent activement à l'effort de guerre 1- La mobilisation paysanne : une priorité en 1914 La mobilisation des paysannes se fit grâce à l'appel de Viviani le 7 août 1914 : « Debout, femmes françaises, jeunes enfants, filles et fils de la patrie. 2 -La mobilisation dans l'industrie : une nécessité pour vaincre Femmes dans une usine d'armement 4- Changements de comportements Sommaire

Histoire et mémoire des deux guerres mondiales - Enseigner la première guerre mondiale - Les femmes et la 1ère guerre mondiale par Jocelyne et Jean-Pierre Husson Pendant la 1ère guerre mondiale la contribution des femmes à l'effort de guerre a revêtu des formes multiples : - courage des femmes d'agriculteurs qui, dans une France encore à dominante rurale et agricole, ont dû assumer à partir de l'été 1914 les durs travaux des champs ; - dévouement des infirmières qui ont soigné les soldats blessés dans les hôpitaux de guerre et les maisons de convalescence ; - compassion des « marraines de guerre » qui écrivaient et envoyaient des colis aux soldats du front, rendaient visite aux blessés dans les hopitaux ; - courage aussi des femmes des villes qui ont dû pallier le manque de main d'oeuvre dans de nombreux secteurs d'activités, distribuant le courrier, conduisant les tramways, travaillant plus de 10 heures par jour dans les usines d'armement. 1/ L'appel aux Françaises de Viviani « Debout, femmes françaises, jeunes enfants, filles et fils de la patrie. 14-18. 2/ Les « munitionnettes » Elles ne sont pas toutes à Biarritz ou à Deauville. in J.

Femmes dans la guerre (1914-1945) Voici une histoire critique de la diversité des destins, rôles et comportements des femmes durant les deux derniers grands conflits mondiaux en Europe et aux États- Unis. Celles-ci y ont endossé tous les rôles pour le meilleur et pour le pire : militaires, espionnes, agents, munitionettes, résistantes, gardiennes de camps, mères de famille, infirmières dans des villes assiégées, bombardées ou occupées, de Londres à Leningrad, en passant par Paris et Berlin. Dans le même temps, la mode, la cuisine et la vie quotidienne ont dû être réinventées sous la pression des restrictions, faisant surgir des passions de façon souvent inattendue. Jamais le rôle des femmes n’y a dupliqué celui des hommes. Car elles durent se battre simultanément sur deux fronts : en premier lieu, l’ennemi de la patrie, clairement identifié, mais aussi, à un niveau moindre, la machine de l’État qui exerça une surveillance accrue sur le corps féminin, en particulier dans l’Allemagne nazie. Editeur : PYGMALION / Flammarion

Le couple pendant la Grande Guerre : un sujet d’histoire ? Les couples – déjà formés ou en devenir – n’échappent pas au désastre de la guerre. Impossible, dès lors, de considérer le thème du couple bouleversé par le conflit comme marginal. Au contraire, il semble que son étude soit fondamentale pour la compréhension du vécu de la Grande Guerre. En 2004 était publiée en France une Encyclopédie de la Grande Guerre, dont l’objectif, selon les directeurs Stéphane Audoin-Rouzeau et Jean-Jacques Becker était d’« offrir une histoire totale »1 de la Première Guerre mondiale. Il est vrai, l’ouvrage est d’une exceptionnelle richesse, puisqu’il mêle diverses approches historiographiques, multiplie les thèmes abordés, et tente, dans la mesure du possible, de proposer une « histoire pleinement internationale »2. Ce travail est, en outre, présenté comme « un constat, un relevé de conclusions à un moment donné »3. Le thème du couple en guerre en est un. Les couples –déjà formés ou en devenir – n’échappent donc pas au désastre de la guerre. Le couple mobilisé

PREMIÈRE GUERRE MONDIALE • Quand les femmes envoyaient les hommes au combat Peur de mourir, fierté de servir la patrie, crainte de s'attirer la honte ou d'être taxé de lâche... Pour le centenaire de la Première Guerre mondiale, Die Welt propose de parler sentiments. Courrier international 2 mai 2014 | Partager : Allemagne, été 2014 : des visages enthousiastes, des ribambelles d'hommes et de femmes chantant dans les rues, impatients d'aller au front pour combattre… "Cette image que nous connaissons tous, est-elle vraiment typique de la société en 1914 ?" s'interroge Die Welt. "Parlons sentiments", propose le quotidien berlinois dans son dossier spécial sur le centenaire de la Grande Guerre. Rendant compte d'un débat d'historiens à Berlin, l'image que Die Welt en fait est nuancée : "La population n'était pas unifiée dans son enthousiasme pour la guerre. L'historienne souligne aussi le rôle des femmes – mères, copines et épouses – et la pression sociale qu'elles ont exercée sur les hommes pour que ceux-ci s'engagent.

Les femmes pendant la 1ère Guerre Mondiale Combats de femmes 1914-1918, par Évelyne Morin-Rotureau Aux champs, dans les usines, dans les hôpitaux, les femmes ont répondu massivement dès 1914 à l'effort de guerre : c’est le travail, même bénévole, le quotidien du foyer à gérer seule, le soutien moral au soldat, avec l’aide des enfants embrigadés comme "graines de poilus"… Les femmes de la Grande Guerre, ont aussi subi dans les territoires du Nord, les douleurs de l'occupation. D’autres ont décidé de résister au patriotisme aveugle en s'opposant au militarisme et à la guerre, ou en dénonçant des conditions de travail pénibles, dangereuses et sous payées. En 1918, 800 000 veuves noircissent le paysage, mais le grand nombre de morts et de mutilés met une chape de plomb sur leur douleur et leurs difficultés de vie. On considère souvent que la Grande Guerre a marqué un tournant dans l'émancipation féminine. Page 1 à 4 Pages de début 1. Page 15 à 15 Présentation Page 17 à 31 Les féministes en guerre Page 32 à 45 Travailler pour la patrie ? Page 47 à 63 Page 64 à 81 2. Page 83 à 97 Page 98 à 98 3. 4.

Fiches pédagogiques de l'ONAC La tranchée symbolise la guerre dite de « position » et l’un des lieux d’affrontement durant ces quatre années de guerre. Description générale Les tranchées forment un système avec plusieurs lignes grossièrement parallèles et des boyaux étroits pour les communications. Entre les tranchées ennemies, c’est le « no man’s land ». Profonde de deux mètres, la tranchée dispose de banquettes surélevées pour les observateurs ou les tireurs. Vus d’avion, les tranchées et les boyaux constituent un système de circulation qui est ensuite répertorié sur des cartes. Les clichés photographiques montrent le quotidien de ces hommes soumis aux intempéries : pluie, neige, soleil, gel, etc. Les soldats ne sont généralement pas présents plus de six à huit jours en première ligne, ils rejoignent ensuite la zone de l’arrière-front. Des témoins racontent : (Louis Barthas, Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, Paris, La découverte, 1997, p. 116, juin 1915) (Carnet de Raoul Pinat, in Paroles de Poilus.

Ces femmes au service de la France en 14-18 Durant la Première Guerre mondiale, les femmes ne se sont pas contentées d’être des mères et des épouses affectueuses et soucieuses de renforcer le moral de leur mari ou de leur(s) fils au front. Devenues chefs de famille, elles se sont aussi mobilisées, ont participé à l’effort de guerre, qu’elles aient été paysannes ou ouvrières. Plusieurs d’entre elles ont apporté un soutien direct à l’armée comme infirmières, espionnes, « marraines de guerre » ou comédiennes. Nombreuses ont été les veuves. >Voir ces femmes, héroïnes oubliées Les paysannes, « gardiennes du territoire national » Dès l’été 1914, les femmes remplacent les hommes partis au front. En plus d’assurer le quotidien de la ferme, elles se consacrent à la culture des champs. À cela s’ajoute le poids de l’éloignement du mari ou du (des) fils. Les ouvrières, de la confection à l’armement La mobilisation en 1914 entraîne une baisse de 20 % des effectifs de la main-d’œuvre masculine dans les usines. Les espionnes, soldats sans armes

« La France de l'entre-deux-guerres s'est crispée sur la question de l'émancipation des femmes » Entretien avec Françoise Thébaud, auteure des « Femmes au temps de la guerre de 14 ». Pour l'historienne, les formes d'émancipation des rôles traditionnels après la guerre sont très restreintes socialement et quantitativement. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Antoine Flandrin Dans votre ouvrage Les femmes au temps de la guerre de 14, publié en 1986, réédité en 2013, vous affirmez que la première guerre mondiale n'a pas émancipé les femmes. Cette question continue d'être débattue par les historiens. Les Françaises ont obtenu moins de droits politiques que les Britanniques ou les Américaines, par exemple. Françoise Thébaud : Oui, mais la réponse doit être nuancée. La société française était-elle plus conservatrice que la société anglaise ? Il est compliqué de répondre précisément à cette question. Qu'en est-il de la question de l'émancipation des femmes en Allemagne ? Vous avez commencé à travailler sur la question dans les années 1980. Qu'en est-il de vos grand-mères ?

Related:  ROLE FEMMEGUERRE 14/18Les femmes pendant la guerreLes femmes durant la guerreFemmes et guerres mondiales