background preloader

La femme française pendant la guerre

La femme française pendant la guerre
La femme française pendant la guerre. Durée : 2230.6 secondes Bitrate : 0 bits par seconde nombre de frames : 55766 Codec video : h264 Codec audio : aac Hauteur : 272 px Largeur : 368 px Août 1914 : épouse et mère, la femme offre son “premier sacrifice” et pleure le départ de l’aimé pour le front (séquence de fiction). 1918 : quatre années de guerre l’ont poussée à se mobiliser dans tous les secteurs.

Munitionnette Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Munitionnettes travaillant à la production d’obus, au Royal Arsenal en Angleterre. Lors de la Première Guerre mondiale, dans tous les pays belligérants, les femmes deviennent un soutien indispensable à l’effort de guerre dans l’industrie de l’armement, remplaçant dans les usines les hommes partis au combat. Elles sont surnommées les munitionnettes car elles fabriquent souvent des armes, des munitions et de l'équipement militaire. Définition[modifier | modifier le code] On appelle munitionnette[1] une femme travaillant dans une usine d’armement en temps de guerre. Munitionettes en mai 1917 L’appel aux femmes[modifier | modifier le code] L’appel de Viviani[modifier | modifier le code] « Appel aux Femmes Françaises » lancé René Viviani le 7 août 1914 afin de mobiliser les femmes des campagnes pour assurer les moissons et les vendanges. L'effort de guerre[modifier | modifier le code] Les conditions de travail[modifier | modifier le code]

La mobilisation des femmes dans l'économie et au service de l'effort de guerre Guerre totale, la Première Guerre mondiale a fortement impliqué les populations civiles, mobilisées au service de l'effort de guerre. A l'arrière, les femmes furent une figure essentielle de "l'autre front" : la mobilisation et l'absence de millions d'hommes ont fait découvrir aux femmes des responsabilités nouvelles (chefs de famille) ainsi que des métiers nouveaux (conductrices de tramways, munitionnettes, agricultrices, ambulancières près du front, auxiliaires de l'armée). Cette mobilisation des femmes à la faveur de la Première Guerre mondiale a donné le sentiment de leur entrée massive sur le marché du travail à cette occasion. En réalité, le taux d'activité féminin était déjà important au début du siècle (en 1906 le travail féminin représentait 37 % de la population active) et les femmes jouèrent un rôle essentiel lors des première et seconde révolutions industrielles. Cette expérience de la guerre a-t-elle permis une certaine émancipation des femmes?

Mémoires de guerres Kriegserinnerungen: Les femmes dans la Grande Guerre Comment les femmes sont elle présente dans la première guerre mondiale? Quelles en sont les conséquences ? I Le soutien du soldat au front 1 les femmes infirmières2 la correspondance3 Les œuvres de charités II Mobilisation à l’arrière 1 A l’usine2 au foyer3 dans les champs4 vu par la propagande III conséquences pour les femmes 1 émancipation sociale? I Le soutien du soldat au front 1 les femmes infirmières Les femmes s’impliquent plus directement dans un certain nombre d’emplois, voyons le cas de la femme infirmière. Elle accompagne l’action des médecins qui opèrent sur le champ de bataille tout en consolant les blessés. 2 la correspondance ou 3 Les œuvres de charités La mise en place de marraines de guerres par des associations caritatives consiste ainsi a soutenir le soldat. II Mobilisation des femmes à l’arrière 1. Unité : Million de Française dans l‘industrie 3 les femmes agricultrice

L'évolution de la condition féminine pendant la 1ère guerre mondiale L'évolution de la condition féminine pendant la 1ère guerre mondiale Au cours de la 1ère guerre mondiale, les femmes furent mobilisées pour l'économie de guerre et pour relancer le moral des troupes au front. Cependant, c'est seulement quand l'opinion publique se rend compte que la guerre est totale que l'on fait appel au travail féminin. Leur mobilisation fut essentielle et toucha toutes les catégories sociales, des agricultrices aux citadines, en passant par les infirmières et les marraines de guerre. Nous nous demanderons en quoi cette période a constituer un tournant dans la vie des femmes. Les femmes participent activement à l'effort de guerre 1- La mobilisation paysanne : une priorité en 1914 La mobilisation des paysannes se fit grâce à l'appel de Viviani le 7 août 1914 : « Debout, femmes françaises, jeunes enfants, filles et fils de la patrie. 2 -La mobilisation dans l'industrie : une nécessité pour vaincre Femmes dans une usine d'armement 4- Changements de comportements Sommaire

Histoire et mémoire des deux guerres mondiales - Enseigner la première guerre mondiale - Les femmes et la 1ère guerre mondiale par Jocelyne et Jean-Pierre Husson Pendant la 1ère guerre mondiale la contribution des femmes à l'effort de guerre a revêtu des formes multiples : - courage des femmes d'agriculteurs qui, dans une France encore à dominante rurale et agricole, ont dû assumer à partir de l'été 1914 les durs travaux des champs ; - dévouement des infirmières qui ont soigné les soldats blessés dans les hôpitaux de guerre et les maisons de convalescence ; - compassion des « marraines de guerre » qui écrivaient et envoyaient des colis aux soldats du front, rendaient visite aux blessés dans les hopitaux ; - courage aussi des femmes des villes qui ont dû pallier le manque de main d'oeuvre dans de nombreux secteurs d'activités, distribuant le courrier, conduisant les tramways, travaillant plus de 10 heures par jour dans les usines d'armement. 1/ L'appel aux Françaises de Viviani « Debout, femmes françaises, jeunes enfants, filles et fils de la patrie. 14-18. 2/ Les « munitionnettes » Elles ne sont pas toutes à Biarritz ou à Deauville. in J.

La mobilisation des femmes Contexte historique En 1914-1918, pendant que les hommes sont au front, les femmes participent activement à l’effort national. Dans une guerre totale, longue et meurtrière, où le rôle de l’arrière est aussi déterminant que celui des combattants, les femmes accèdent à des activités professionnelles jusque-là masculines. Analyse de l'image Dans cette affiche, Georges Capon a organisé l’espace en deux zones distinctes. Interprétation Cette affiche au style réaliste, qui symbolise les nouvelles tâches et les devoirs des femmes françaises pendant la guerre, annonce en fait la version anglaise d’un documentaire de propagande réalisé en 1918 par Alexandre Desvarennes pour le compte de la Section cinématographique de l’armée française. Stalingrad : les héroïnes cachées de l’Armée rouge - 13/03/2013 - News et vidéos en replay - L'Ombre d'un doute Les femmes combattantes de l’armée russe pendant la seconde guerre mondiale : un phénomène militaire quasiment inconnu des occidentaux, voire tabou… Fiction, propagande ou réalité ? La rumeur persistante parle d’un million de jeunes femmes soviétiques qui auraient combattu. La réalité serait plutôt de 520.000 femmes engagées sur le front. L’Ombre d’un doute est parti sur les traces des héroïnes cachées de l’Armée Rouge. Nous sommes allés à l’école de snipeuses de Podolsk, à la maison des officiers d’Engels là où ont été formés les régiments féminins, nous sommes retournés également sur les lieux de mémoire de la bataille de Stalingrad. Nous avons rencontré les dernières survivantes, ces héroïnes cachées, qui nous ont livré leurs souvenirs de combattantes… C’est dans l’aviation que les femmes vont se distinguer de la manière la plus spectaculaire. Le modèle de la femme combattante a été abondamment utilisé par la propagande soviétique pendant la guerre.

Fiches pédagogiques de l'ONAC La tranchée symbolise la guerre dite de « position » et l’un des lieux d’affrontement durant ces quatre années de guerre. Description générale Les tranchées forment un système avec plusieurs lignes grossièrement parallèles et des boyaux étroits pour les communications. Entre les tranchées ennemies, c’est le « no man’s land ». Profonde de deux mètres, la tranchée dispose de banquettes surélevées pour les observateurs ou les tireurs. Vus d’avion, les tranchées et les boyaux constituent un système de circulation qui est ensuite répertorié sur des cartes. Les clichés photographiques montrent le quotidien de ces hommes soumis aux intempéries : pluie, neige, soleil, gel, etc. Les soldats ne sont généralement pas présents plus de six à huit jours en première ligne, ils rejoignent ensuite la zone de l’arrière-front. Des témoins racontent : (Louis Barthas, Les carnets de guerre de Louis Barthas, tonnelier, Paris, La découverte, 1997, p. 116, juin 1915) (Carnet de Raoul Pinat, in Paroles de Poilus.

EUROPE - Grande Guerre : Edith Cavell, l'exécution qui bouleversa le monde Violences en Israël et Cisjordanie : Abbas sort de son silence En savoir plus Guinée : les premiers résultats contestés par l'opposition En savoir plus Des soldats iraniens en renfort pour soutenir une offensive d'Assad En savoir plus Lutte contre Boko Haram : Obama envoie 300 militaires au Cameroun En savoir plus Qui est le commandant militaire dont l’EI a confirmé la mort ? En savoir plus Paris : manifestation des prostituées contre la pénalisation des clients En savoir plus Cinq films de Martin Scorsese peu (ou pas assez) connus En savoir plus La SNCF ne fait pas voyager les migrants gratuitement, affirme Valls En savoir plus Quand des chasseurs américains et russes se croisent dans le ciel syrien En savoir plus Jean-Marie Le Pen réclame deux millions d'euros de dommages et intérêts au FN En savoir plus Une université américaine fait plier Apple en justice En savoir plus

PREMIÈRE GUERRE MONDIALE • Quand les femmes envoyaient les hommes au combat Peur de mourir, fierté de servir la patrie, crainte de s'attirer la honte ou d'être taxé de lâche... Pour le centenaire de la Première Guerre mondiale, Die Welt propose de parler sentiments. Courrier international 2 mai 2014 | Partager : Allemagne, été 2014 : des visages enthousiastes, des ribambelles d'hommes et de femmes chantant dans les rues, impatients d'aller au front pour combattre… "Cette image que nous connaissons tous, est-elle vraiment typique de la société en 1914 ?" s'interroge Die Welt. "Parlons sentiments", propose le quotidien berlinois dans son dossier spécial sur le centenaire de la Grande Guerre. Rendant compte d'un débat d'historiens à Berlin, l'image que Die Welt en fait est nuancée : "La population n'était pas unifiée dans son enthousiasme pour la guerre. L'historienne souligne aussi le rôle des femmes – mères, copines et épouses – et la pression sociale qu'elles ont exercée sur les hommes pour que ceux-ci s'engagent.

Gaumont Pathé Archives : 4931GJ 00006 - PARIS. LA GRÈVE DES MIDINETTES Référence Titre Dates 1ère diffusion : 04/08/1949 à 11/08/1949 Résumé descriptif La vie dans le monde.FRANCE. Documents proches La fiche matricule du combattant de la guerre 1914-1918 (1) Retracer le parcours d'une recrue (4) La fiche matricule (1) : la retrouver Une fois que le jeune homme a été recensé, son parcours militaire commence et va suivre des étapes qui vont se succéder suivant une organisation stricte et fixées par la loi de recrutement. Pour suivre le parcours de ses recrues, l'armée dispose d'un outil qui fait notre bonheur le plus souvent : le registre matricule. Un document incontournable : Le fiche matricule d'une recrue n'est qu'une feuille. De grand format, certes. Comme son nom l'indique, le registre matricule est un registre (!) Chaque fiche porte sur un homme. Plus généralement, ce numéro matricule, associé à la classe et au bureau de recrutement, permet de retrouver à coup sûr un homme. Différents modèles de fiches matricules : Les fiches matricules utilisées sont standards et sont remplies en respectant des instructions identiques dans tous les bureaux de recrutement. L'attribution du matricule à la recrue : Après 1905, plus de tirage au sort.

PARIS - GRÈVE DES MIDINETTES PARIS - GUERRE - TRAVAIL DES FEMMES FRANCE - GUERRE - TRAVAIL DES FEMMES FRANCE - GUERRE - TRAVAIL DES FEMMESFRANCE - GUERRE - TRAVAIL DES FEMMES FRANCE - GUERRE - TRAVAIL DES FEMMES PARIS - GUERRE - TRAVAIL DES FEMMESPARIS - GUERRE - TRAVAIL DES FEMMES FRANCE - GUERRE - TRAVAIL DES FEMMES FRANCE - GUERRE - TRAVAIL DES FEMMES GUERRE - FEMMES AU TRAVAILGUERRE - FEMMES AU TRAVAIL

Related: