background preloader

Organisation armée secrète

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. 14 décembre 2012 à Djdiouia, ex Saint Aimé (Algérie) : cinquante ans après dans l'Algérie indépendante, traces indélébiles d'une inscription murale, le slogan : « Vive l'Algérie française », elle date des dernières années de la présence française en Algérie. Création[modifier | modifier le code] L'histoire de l'OAS se présente comme la manifestation la plus radicale d'une partie de l'armée et de civils de conserver l'Algérie française, où vivaient un million d'Européens et huit millions d'autochtones et qui avait alors le statut de département français, en s'opposant par tous les moyens à la politique d'autodétermination mise en place par le général De Gaulle à partir de la fin de l'année 1959. Le 8 janvier 1961, le référendum sur l'autodétermination en Algérie est approuvé par 75 % des votants[8]. Pour les partisans de l'Algérie française, ce référendum annonce l'abandon de celle-ci. Répression[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Organisation_arm%C3%A9e_secr%C3%A8te

Related:  Algérie Françaiseles guerres de l'ombre : france et autresGuerre d'Algérie

Il pleut sur le fort d'Ivry P our le 50ème anniversaire de la mort du Colonel Jean BASTIEN-THIRY fusillé le 11 mars 1963 au Fort d’Ivry, le Cercle Jean Bastien-Thiry, sa famille et ses amis vous invitent : La Mafia italienne s'implante en France Les articles se succèdent mais manifestement, la présence mafieuse en France n'est pas une chose nouvelle comme le soulignent par exemple les deux missions parlementaires de 1992 et 2002. Alors que nous apprend l’étude des mafias italiennes ? La France : terre de repli et de joint-venture Pour les mafias, la France est un territoire de repli.

Harkis pendant la guerre d'Algérie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les Harkis étaient des supplétifs musulmans engagés pendant la guerre d'Algérie par l'armée française, aux côtés de laquelle ils formaient une catégorie de soldats irréguliers[1]. Une histoire ancienne d’engagement[modifier | modifier le code] Les origines des Harkis (1954-57)[modifier | modifier le code] Le remplaçant de Léonard, Jacques Soustelle crée, le 24 janvier 1955, pour l'ensemble de l'Algérie 34 groupes de « Groupes mobiles de police rurale » (GMPR), qui deviennent, en 1958 les « Groupes mobiles de sécurité » (GMS). Cette création d'unités indigènes supplétives se place dans une longue tradition de l'armée française, qui remonte à 1830[3].

Jean de Brem Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Jean Nicolas Marcetteau de Brem , dit Jean de Brem , né à Paris VI e le 2 août 1935 , tué par la police le 18 avril 1963 à Paris IV e , était un journaliste , officier parachutiste français et militant de l' OAS . Élève au Lycée Buffon [ 1 ] , il milite activement aux Jeunes indépendants [ 2 ] . Il s'engage rapidement dans les parachutistes du colonel Chateau-Jobert [ 1 ] . Sous-lieutenant [ 1 ] au 2 e RPC , il participe notamment à la guerre d'Algérie et à l' opération de Suez [ 1 ] .

Des milliers de terroristes fuient la Syrie pour regagner la Tunisie Selon la TV syrienne, ils seraient 17000 djihadistes Tunisiens à rebrousser chemin. Direction, la Tunisie, l'un des premiers pays exportateurs de terroristes vers la Syrie. En langage postal, cela s'appelle retour à l'expéditeur. La télévision syrienne cite plusieurs rapports et spécialistes, notamment le président de l'association tunisienne des études stratégiques et politiques de sécurité globale, Nacer Ben Soltana.

Crise de l'été 1962 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Cette période reste encore méconnue du grand public algérien. Pour les historiens, la « crise de l’été 1962 » est le début de « l'indépendance confisquée[2] » par le « clan d'Oujda », qui a définitivement scellé le destin politique et économique de l'Algérie où l'armée occupe toujours une place centrale. Jean-Jacques Susini Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Susini. Jean-Jacques Susini est un homme politique français d'origine corse né le à Alger, en Algérie, fondateur historique de l'OAS. Ukraine : La Révolution fomentée par Soros et l'UE en direct (TV direct) Soyons sérieux : le véritable anar, en mai 1968, ça n’était pas Cohn-Bendit, c’était le général de Gaulle. Il était seul, entouré d’ennemis. A 78 ans, ce vieil anticonformiste a livré ses dernières batailles, tiré ses dernières cartouches. C’était Roland à Ronceveau ! Dien bien phu !... « La seule chose que les Américains ne lui ont jamais pardonné, m’a dit Pierre Messmer peu avant sa mort, ça n’est pas sa sortie de la défense intégrée de l’OTAN (où Sarkozy veut nous faire reentrer), ni son fameux discours de Pnom-Penh dénonçant la guerre au Vietnam, mais c’est sa remise en cause du « privilège exorbitant du dollar ».

Camps de transit et de reclassement pour les harkis Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le «rapatriement» des harkis[modifier | modifier le code] Selon Pierre Messmer, ministre des Armées en 1962 qui a alors tenté d'interdire l'arrivée des Harkis en France[2], 21 000 harkis et leur famille sont accueillis dans les camps en 1962, 15 000 en 1963, 5 000 en 1964 et 1965, soit 41 000 au total. La France n’avait pas prévu de structures d’accueil idoines, et les anciens supplétifs et leur famille seront accueillis dans des conditions très difficiles, souvent dans des lieux qui ont auparavant servi de lieu de regroupements. Rôle des camps[modifier | modifier le code]

Pierre Lagaillarde Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pierre Lagaillarde né le 15 mai 1931 à Courbevoie (France) est un ancien avocat et député (sans étiquette) du département d'Alger, activiste nationaliste et anti-indépendantiste partisan du maintien du statu quo des départements français d'Algérie (Algérie française) pendant la Guerre d'Algérie (1954-1962). Condamné par contumace pour rébellion contre l'État à la suite de l'affaire des barricades, il bénéficie de la loi d'amnistie générale en 1968 et s'installe à Alicante sur la côte espagnole.

« La stratégie du nénuphar » La nouvelle forme de guerre du Pentagone La première chose que j’ai vue le mois dernier quand je suis entré dans cet avion-cargo C-17 gris foncé de la Force Aérienne fut la vacuité, il manquait quelque chose. Il manquait un bras gauche, pour être exact, taillé à la hauteur de l’épaule, temporairement rapiécé et uni. Une chaire grosse, pâle, tachée d’un rouge brillant sur les bords. C’était une chaire taillé en morceaux. Le visage et ce qui restait du reste d’homme étaient occultés par des couvertures, une couette avec le drapeau des USA et un fatras de tubes et de bandes, de fils de fer, de poches de perfusion, et de moniteurs médicaux.

Related: