background preloader

Valise pédagogique du Poilu

Valise pédagogique du Poilu

Artilleur 14-18 La guerre de 14-18: Dossier pédagogique Par Sophie Pascal et Soizic Donin Journée du poilu, décembre 1915 Quelle image des combattants la presse, les affiches et l'imagerie populaire donnent-elles à voir à la population civile ? Beaucoup de supports visuels (affiches d'Etat, journaux illustrés, images d'Epinal …) montrent les soldats à l'attaque dans des situations qui évoquent les représentations héroïques traditionnelles de la guerre. Des documents visuels de différentes natures montrent une image glorieuse de soldats en pleine action.

À l'assaut - Pour les enseignants À l'assaut n'est pas seulement une aventure palpitante, mais aussi un outil pédagogique dont l'objectif principal est de permettre aux élèves de mieux comprendre la réalité de la guerre dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale. En plus de survivre à la dure épreuve des tranchées, les élèves pourront aussi : mieux comprendre les difficultés et les périls qu'ont rencontrés les soldats canadiens sur les lignes de front durant la Première Guerre mondiale;apprendre à comprendre les termes et expressions, stratégies et technologies propres à la guerre de tranchées; mesurer l'étendue du courage et des sacrifices des Canadiens qui ont combattus outre-mer. Les activités suivantes ont été conçues à l'intention des enseignants pour utilisation en classe. Les enseignants sont libres de reproduire et d'adapter les activités en fonction des besoins de leurs élèves.

Carnets de guerre, de campagne, mémoires... Mise à jour : Mars 2015 Dans cette rubrique vous y trouverez 195 carnets de guerre, de route, de campagne, lettres de soldats de 14/18, qui m’ont été offerts par des descendants (que je remercie encore) pour les publier sur mon site avec leur accord. Sont-ils des carnets de guerre ? Ou des carnets « d’anti-guerre » ? Je rappelle que ces carnets, ne peuvent être reproduits sans le consentement de leur propriétaire ou dépositaire. Vous y trouverez aussi des liens vers d’autres sites consacrés à ce genre de carnets. Si vous voulez y ajouter celui que vous possédez, je peux le mettre en ligne pour vous, contactez moi « Il apparaît entre les lignes de ces carnets, la souffrance journalière, l'attachement familial et l'espoir du retour, hélas hypothétique… » Didier 2009 Carnet de guerre 1914-1918 de René BRISSARD En cours de recopie Carnet de Guerre d’André GULLY, du 155e RI, puis prisonnier au camp de Meschede Carnets de guerre de Jules FROTTIER, infirmier, au 47e, puis 70e régiment territorial 191...

Utiliser des ressources numériques pour enseigner la Première Guerre mondiale Pour traiter de la guerre 14-18, des professeurs de l'académie de Lille proposent d'utiliser les ressources numériques des Archives nationales australiennes, afin d'incarner un soldat et de "donner du sens aux apprentissages". La tombe du capitaine Ivor Stephen Margetts, sur le champ de bataille de Pozieres, dans la Somme, en 1916. Pour enseigner la Grande Guerre, quatre professeurs d’histoire-géographie de l’académie de Lille proposent de passer par le « prisme australien », en utilisant les ressources numériques des Archives nationales australiennes (NAA). « Les documents numérisés y sont très riches et très divers. Le scénario pédagogique (relayé par Eduscol) que proposent les professeurs couvre les programmes de troisième (l’étude du monde depuis 1914) et de première. « Incarner la guerre par un soldat » Captain (Capt) Ivor Stephen Margetts Recherche en ligne et écriture collaborative Document des Archives nationales australiennes (NAA). Fabien Soyez

Lectures de poilus 1914-1918, livres et journaux dans les tranchées Dans l’abondant déferlement de publications qui marque l’approche imminente du centenaire de la Grande Guerre, émergent quelques titres dont l’optique inédite reconfigure l’historiographie instituée. Tel est le cas, pour ne citer que deux nouveautés récentes, de « Tous unis dans la tranchée ?« (Seuil), de Nicolas Mariot, ou de « Bêtes des tranchées« (CNRS éditions), dû à Éric Baratay. Le même mérite doit être reconnu à cet ouvrage passionnant de Benjamin Gilles, publié par les éditions Autrement, qui se démarque par l’originalité de son objet. La Première Guerre mondiale au quotidien c’est la peur et c’est la mort, mais également l’inconfort permanent d’une attente indéfinie que seule la passion massive de la lecture permet d’absorber. Au front, la principale activité du combattant est l’attente. Les moyens de mesurer la lecture des livres sont plus complexes à établir. Lire la guerre, lire en guerre, lire malgré la guerre. © Guillaume Lévêque

Picardie 14-18 - Centenaire de la Première Guerre mondiale E-storia : mini-entreprise et application mobile Le 22 avril dernier a été officiellement lancée l’application « e-storia ». Fruit du travail des élèves de seconde du lycée Thuillier et de leurs professeurs, ce projet pédagogique innovant… Le langage des « Poilus » Texte écrit par Maurice BARRES à l’occasion de la Journée des Poilus le 25 décembre 1915 Voila de ce fait le mot « poilu » installé sur tous nos murs, en grands caractères, presque officiellement. J’ai dit, l’autre jour, que je trouvais quelque chose de déplaisant à cette consécration d’un mot qui ne me semble pas respecter assez ceux qu’il désigne. Poilu! Le vocable a quelque chose d’animal. C’est vrai que j’avais demandé: « A quand une journée du poilu? Le pittoresque est-il donc indispensable? Je vous assure qu’en avril, au poste de commandement d’où nous observions le déclanchement des braves gens qui partaient à l’assaut, blocs de boue transformés soudain en guerriers, il n’y avait pas d’autre mot pour venir sur nos lèvres, au commandant R… et à moi: Il faut une fête du poilu, Barres devrait s’y atteler. » J’écoute, mais je ne me rends pas. Un aimable correspondant m’envoie un petit essai plein d’esprit sur le langage que ses amis et lui parlent au fond des tranchées.

Europeana 1914-1918 - histoires inédites et histoires officielles de la Première Guerre mondiale La bataille de Charleroi ; les 21,22 et 23 août 1914 La Bataille de Charleroi (5ème armée) 21,22 et 14 Nos 3e et 10e corps d'Armée étaient arrivés dans l'après-midi du 20 août sur la Sambre. Le corps de cavalerie Sordet était passé là deux jours plus tôt, mais s'était replié le 20 en arrière de Gosselies et de Seneffe, découvrant ainsi le front des 3e et 10e corps. La 38e brigade du général Rogerie (19e division) formait l'avant-garde du 10e C. A gauche, le 3e C.A. s'était présenté par divisions accolées : un bataillon du 39e régiment d'infanterie, qui constituait l'avant-garde de la 5e D. Deux compagnies du 70e régiment d'infanterie étaient envoyées à Tamines et deux autres à Auvelais pour relever les fractions du 41e régiment d'infanterie qui devaient renforcer nos éléments à Franiére et à Ham. A la droite du 3e corps, un bataillon du 74e régiment d'infanterie prenait position à Aiseau pour appuyer la défense de Pont-de-Loup, qui pouvait être tournée du côté de l'est: Les deux autres bataillons du 74e s'installèrent à Binche et à Joneret.

Sambre Rouge 14-18 – L’invasion de Charleroi Le 22 août 1914. Charleroi incendiée. Morts, pillages et désolation. Les premières victimes de la guerre 14-18 de Charleroi L’invasion allemande de la Belgique a commencé le 4 août 1914. Les chasseurs à pied pendant la Grande Guerre Eté 1914. Soldats Inconnus | Ubisoft Officiel | Jeu vidéo d'énigme/aventure

Related: