background preloader

Imprimante 3D France

Imprimante 3D France
En 1960, alors que la reproduction d’objets est encore longue et fastidieuse, on entendait déjà Arthur C. Clarke parler d’une machine à répliquer qui allait révolutionner l’utilisation des imprimantes. Visionnaire ? Peut-être. Les imprimantes 3D ont fait leur apparition vers 2006/2007 et s’imposent comme une technique de prototypage très bon marché et plus rapide que les autres techniques. Elles proviennent du MIT (Massachussetts Institute of Technology).

http://www.3d-imprimante.com/

Related:  L'imprimante 3D - informations et fonctionnementActualité : L'imprimante 3D.

L'impression en 3D, de plus en plus accessible L’impression 3D, ou la fabrication en quelques heures d’un objet à partir d’un modèle numérique, était il y a peu encore réservée aux entreprises désireuses de créer des prototypes. De plus en plus accessible, cette technique sert aussi aujourd’hui à réaliser des produits finis, qui représentent actuellement 20% des impressions 3D et atteindront 50% d’ici 2020, d’après The Economist. Désormais, cette innovation gagne le grand public. Deux entreprises, dont la française Sculpteo, proposent aux particuliers de réaliser leurs objets à partir de leurs modèles. Pour environ 1000 dollars, quelques sites proposent des imprimantes 3D (robosavvy.co.uk, store.makerbot.com), et on trouve même des machines open source à construire soi-même (reprap.org).

3d printer J’ai déjà parlé de l’impression 3D dans ce blog, nous avons même inclus cette technologie dans cette vidéo "prospective" tournée il y a une quinzaine de mois. La machine que l’on voit sur cette vidéo est une Stratasys qui permet de faire du prototypage rapide par dépôt de fil ABS. Cette marque américaine vient de conclure un deal qui devrait faire passer l’impression 3D dans une nouvelle ère, celle du grand public. Et l’heureux élu n’est autre que Hewlett Packard qui commercialisera une Stratasys, toujours la technique de dépôt de fil en fusion FDM, permettant de fabriquer des modèles de maximum 8 pouces par 6 pouces par 6 pouces. La machine sera suffisament petite pour être posée sur le bureau du designer. Avec un prix approchant les 14900 $, la uPrint 3D fait entrer l’impression 3D dans une nouvelle ère.

frLes Impressions 3D La Makerbot : l’impression 3D dans votre salon Pour les entreprises spécialisées dans les nouvelles technologies, l’imprimante 3D fait figure de secteur d’activité novateur. La perspective de voir un jour une imprimante par foyer, rappelle la dynamique que le téléviseur a connu dans les années 60. En période de crise, c’est du bonheur. Depuis 4 ans, c’est l’entreprise Makerbot qui s’est placée en pionnière de la commercialisation de machines pour le particulier. Prêtes à l’emploi et faciles d’utilisation, il suffit alors de se rendre sur internet et de télécharger ce qui ressemble à la notice d’un objet, de l’insérer via une clé USB dans votre imprimante 3D et bingo : vous avez imprimé votre objet en 3D ! Stéphane Distinguin: Impression 3D, soleil levant Stéphane Distinguin interviendra lors de la conférence annuelle www.lemobile.fr, les 18 et 19 mars. Le monde des nouvelles technologies a déjà ses vieilles gloires, des géants que l'on empaille régulièrement à coup d'articles assassins et de graphs plongeants. Chef de file de ces pré-retraités, dont on ne sait plus trop si l'on doit prédire le renouveau ou l'agonie prolongée : Nokia. Si les chiffres ne sont pas bons, l'analyse de la débauche d'energie tardive déployée par le constructeur finlandais pour retrouver sa place dans le bal des géants est riche en enseignements. En effet, il y a quelques jours, Nokia annonçait la mise à disposition sous creative commons de fichiers destinés à l'impression 3D de coques pour le Lumia 820, figure de proue de la nouvelle génération de smartphones de la marque. Faut il pour autant voir l'initiative de Nokia comme un gadget destiné à emoustiller geeks et adeptes du Do It Yourself ?

Pourquoi les entreprises doivent adopter l’impression 3D dès maintenant Selon Gartner, « le moment est idéal » pour expérimenter cette technologie, alors que les imprimantes 3D vont passer à une utilisation et des tarifs bien plus accessibles. L’impression en trois dimensions est en train de passer d’un marché de niche à un marché généralisé. Les entreprises qui tardent à examiner comment la technologie pourrait leur être bénéfique seront désavantagées sur le plan de l’innovation par rapport à leurs rivales qui prennent la technologie au sérieux. Tel est le message essentiel à retenir d’une nouvelle note de recherche de Gartner, l’un des plus grands cabinets de conseil et d’études informatiques. Cette note de recherche explique qu’à l’heure où l’impression 3D est de plus en plus adoptée, le moment est idéal pour expérimenter la technologie, en recherchant des moyens d’être plus efficace, d’économiser de l’argent et d’améliorer les produits, car le prix des imprimantes 3D baisse et continuera de baisser.

L'impression en 3D bientôt dans votre salon Le procédé devrait rapidement se démocratiser avec l'arrivée sur le marché d'imprimantes 3D très performantes à moins de 2000 dollars (1600 euros environ) d'ici à 2016, selon le cabinet Gartner. L'impression 3D a le vent en poupe. Elle est même présentée par certains comme la prochaine révolution industrielle. imprimante 3D Extru 3D - Multistation SAS L’EXTRU 3D V2 repose sur un procédé d’extrusion d’un matériau plastique : un fil d’ABS ou de PLA est extrudé grâce à une tête chauffante et redéposé sur un plateau. Les têtes se déplacent suivant X et Y, tandis que le plateau est mobile en Z ECONOMIQUE, PEDAGOGIQUE ET PERFORMANTE L’EXTRU 3D V2 est une imprimante capable à partir d’un fichier numérique de réaliser un modèle en plastique. Véritable outil de création et de validation l’Extru 3D V2 permet de rendre possible le passage de l’idée à l’objet pour un coût très abordable.

Sculpteo : 2 millions d’euros pour conquérir les Etats-Unis Spécialisée dans l’impression 3D d’objets uniques designés aussi bien par des professionnels que des particuliers, Sculpteo veut se renforcer sur le marché américain. Et atteindre la rentabilité en 2014. Toute jeune startup, Sculpteo ambitionne déjà de partir à la conquête du marché américain. Elle a levé deux millions d’euros auprès de XAnge, le fonds d’investissement filiale de la Banque Postale, et de business angels, pour assurer son développement commercial. La jeune entreprise, créée par Eric Carreel, Jacques Lewiner et Clément Moreau en 2009, s’est positionnée sur le marché de l’impression 3D, avec une ambition bien particulière.

Imprimante 3D fonctionnement L’impression 3D est une technologie qui permet de fabriquer ou d’«imprimer» des objets à l’aide d’une machine appelée imprimante 3D. L’objet imprimé est construit couche par couche. Concrètement, imaginez un vase que vous découperiez en milliers de couches horizontales. L’imprimante 3D construit ce vase en superposant les milliers de couches du vase une à une. Le processus d’impression 3D est ainsi appelé « fabrication additive » (additive manufacturing). Imprimer en 3D

L’imprimante 3D, ce gadget qui change le monde Imprimante 3D de la marque Makerbot Le salon des techniques de l'information et de la communication (Cebit) se déroule cette semaine à Hanovre en mettant à l'honneur l'économie du partage. On entend beaucoup parler de l'émergence de cette économie, mais ce partage croissant de connaissances, de ressources, de contacts, d'échanges ou d'emprunt d'objets peut-il changer le monde ? Quels sont les nouveaux espaces d'innovation ?

Article Numerama "imprimante personnelle à moins de 800€" Ce nouvel objet va-t-il envahir nos bureaux beaucoup plus vite qu'on ne l'aurait pensé ? Lorsque nous avions parlé des imprimantes 3D en 2008, pour évoquer une révolution communiste en marche, nous avions fait ce parallèle avec l'évolution du prix des imprimantes papier pour montrer que le coût actuellement inabordable de l'impression d'objets pourrait rapidement baisser : Le prix d'une imprimante personnelle est passé d'environ 1000 euros en 1982 à 300 euros en 1997... et seulement 20 euros aujourd'hui pour les moins chères. C'est-à-dire que le prix de l'imprimante personnelle a été divisé par 50 en une seule génération (et ceci sans même tenir compte de l'inflation).

L'impression 3D : du virtuel à l'objet sur-mesure L'imprimante 3D fabrique des objets sur-mesure, en 3 dimensions, à partir d'un fichier. Elle découpe de la matière (plastique, cire, métal, poudre à base d'eau et de sel, ...) puis la dépose couche par couche pour fabriquer un objet. Une technique baptisée stéréolithographie.

L'impression 3D menacée par des brevets Il existe une crainte croissante chez les bidouilleurs qui s'enthousiasment pour les possibilités offertes par l'impression 3D : qu'elles soient un jour minées par des brevets qui freinent la mise à disposition des imprimantes 3D et/ou qui les mettent sous le contrôle de quelques entités commerciales qui chercheront à imposer des formats propriétaires (notamment de consommables) rendant l'impression plus ruineuse. Pour s'assurer que l'impression 3D reste aux mains des hackers qui ont largement contribué à la populariser, à base de ressources libres et open-source (en particulier le projet RepRap), l'Electronic Frontier Foundation (EFF) a décidé de tirer intelligemment partie d'une nouvelle procédure offerte aux Etats-Unis lors de l'examen des brevets, avec l'aide des internautes. Pour le moment, l'EFF a identifié trois brevets déposés entre 2010 et 2012 pour laquelle elle demande au public de soumettre des antériorités :

Related:  Docs Techniques