background preloader

Les adolescents et Internet : en finir avec les idées reçues

Les adolescents et Internet : en finir avec les idées reçues
Ils s’appellent Zoé, Mathys, Julie ou encore Loïc. Ce sont des adolescents qui n’ont pas connu « le monde sans internet ». Pour cette raison, On dit souvent d’eux qu’ils sont des « digital natives » dotés de capacités innées, inscrites même dans leur développement biologique . On voit en eux aussi souvent des consommateurs passifs du numérique, aliénés aux logiques économiques déployées sur les réseaux. On va même jusqu’à les considérer comme des « mutants », étranges êtres d’une sphère lointaine… et pourtant si proche. Bref, de Zoé, Mathys, Julie et les autres, on dit beaucoup de choses. La parole aux adolescents Pour le savoir, c’est à eux qu’il faut s’adresser, c’est eux qu’il faut observer, c’est avec eux qu’il faut échanger. Vérités et contre-vérités Écoutons Anastasia, Geoffrey ou encore Marie, nous dire combien ces discours sociaux relayés à grands renforts de formules médiatiques nuisent à la prise en compte de leurs difficultés et de leurs individualités. Rechercher l’information

http://theconversation.com/les-adolescents-et-internet-en-finir-avec-les-idees-recues-49485

Related:  Réflexions EMIPratiques culturellesDocs pour docs

Université d'automne du Snuipp : L'EMI, une urgence citoyenne et pédagogique De quels outils les enseignants disposent-ils pour réaliser l'Education aux média et à l'information (EMI) ? Sophie Jehel, maîtresse de conférences à l’université Paris 8 et chercheuse au CEMTI (Centre d’Etudes sur les Medias, les Technologies et l’Internationalisation), conseillère scientifique du Collectif Enjeux e-médias, et Christine Menzaghi – responsable « société de l’information » à la Ligue de l’enseignement et secrétaire générale du Collectif Enjeux e-médias, tentent de faire le tour de cette question à l’occasion de l’Université d’Automne du SNUipp-FSU 2015. L’engagement de l’école dans le concept d’« éducation aux médias et à l'information (EMI) » est relativement récent. Le concept naît dans les années cinquante mais c’est surtout la déclaration de Grunswald en 1982 qui permet à l’UNESCO de lancer un appel aux politiques et de proposer des recommandations institutionnelles à l’international dans le domaine précis de l’éducation aux médias. Alexandra Mazzilli

Pratiques culturelles en ligne en France et en Europe 2007-2014 : Dossier complet Pratiques culturelles en ligne en France et en Europe. Points de repère et de comparaison 2007-2014 est une publication librement téléchargeable et diffusée en Creative Commons mise en ligne en octobre 2015 (24 pages, en pdf) par le Département des études de la prospective et des statistiques (DEPS), service d’études et statistique du ministère de la Culture et de la Communication. Cette édition de Culture Chiffres coordonnée par Roxane Laurent (DEPS) s’intéresse donc aux pratiques culturelles connectées. Mutualisation, tutoriels, veille pour prof-docs Cette année, avec la professeur d’histoire-géographie, Laura Mougel, on a monté une classe média, niveau 6e. A l’origine de ce projet, un autre : la fusion du bassin de recrutement de notre collège avec celui de notre voisin. L’idée était de développer les offres pour motiver les parents CSP+ (= appartenant aux catégories socio-professionnelles supérieures) de mieux répartir leurs enfants entre les deux établissements en bénéficiant d’options à valeur ajoutée. Dans ce cadre, on accédait à des aides supplémentaires pour la mise en place des options. Le fonds social européen a également été sollicité pour le financement. Il ne nous restait plus qu’à promouvoir l’option et à recruter !

Digital natives (1) : démythifier le mythe des « natifs vs immigrants » du numérique Le mythe du « natif du numérique » (digital native) émerge en 2001 sous la plume du chercheur américain Marc Prensky dans un article publié en deux volets intitulé « Digital Natives, Digital Immigrants) ». Il se fonde sur une idée principale polarisante : les jeunes nés après 1980 sont des indigènes du numérique de par leurs usages et ils apprécient les contenus « du futur » (future content) plutôt que ceux du « patrimoine » (legacy content). Leur style d’apprentissage et leur façon de traiter l’information sont radicalement différents de la génération des « immigrants du numérique » (digital immigrants). Celle-ci se trouve confrontée au défi d’un langage obsolète pour former une population de natifs à la fois aux contenus du patrimoine et du futur… dans le langage des natifs. Un mythe en lien avec le vécu américain

La #translittératie pour les Nuls Pour y voir plus clair ! – Thèse d’Olivier Le Deuff sur les littératies, La culture de l’information en reformation : – Le groupe de recherche en Littératie Médiatique Multimodale du réseau des Universités du Québec : – Les séminaires du GRCDI (Groupe de Recherche sur la Culture et la Didactique de l’information) : avec l’intervention d’Alexandre Serres, Repères sur la translittératie : Rentrée littéraire 2016 : les Français restent des lecteurs assidus Les préjugés ont la vie dure sur la baisse de la lecture en France, notamment auprès de la jeune génération. Alors que, chiffres à l'appui, les Français sont toujours de grands consommateurs de livres. En 2015, près de 85% des Français se considèrent lecteurs de livres selon une étude Ipsos.

Tâches de fin d'année au CDI Mise à jour 2017 Voici une sélection de ressources publiées sur le Net, susceptibles de vous aider dans vos tâches de fin d’année au CDI. En 2005, dans un article intitulé Désherbage et autres opérations de fin d’année aujourd’hui introuvable, l’académie de Rouen énumérait ainsi les tâches à accomplir : Désherber le CDI

L’info et les jeunes : comment décrypter les nouvelles pratiques numériques S’enquérir des pratiques d’information des jeunes est décisif dans un univers de la presse en pleine mutation, qui peine à renouveler son lectorat, et qui, donc, vieillit. Considérant que c’est davantage aux rédactions de s’adapter aux nouvelles pratiques d’information à l’ère numérique, qu’aux publics d’accepter de suivre les consignes de lecture que les dispositifs médiatiques proposent, comprendre les pratiques des jeunes publics (en dessous de 25 ans) revient à anticiper sur ce qui sera à terme des pratiques d’information dominantes que les rédactions devront satisfaire. En effet, il n’y a aucune raison de croire que les pratiques nouvelles d’aujourd’hui seraient liées à un effet d’âge et qu’elles disparaîtront en entrant dans l’âge de la pleine activité sociale.

De l'EMI à la translittératie : sortir de notre littératie La translittératie est une notion, un concept, une démarche d’apprentissage non encore stabilisée, sur laquelle la recherche française réfléchit et publie depuis plus de cinq ans. D’un point de vue étymologique, la translittératie est le « passage d’un système d’écriture à un autre » (Delamotte, Liquète, Frau-Meigs, 2014) mais est traversée par plusieurs courants. Nouvelle approche de l’information intégrable aux projets d’Education aux Médias et à l’Information, la translittératie serait-elle à l’origine d’une mutation future de notre métier de professeur documentaliste ? Approche et contexte de la translittératie Qu’est-ce que la translittératie ? Le concept est né aux États-Unis en 2005 suite à l’intégration du numérique dans la vie courante et notamment la lecture en ligne, puis est arrivé en Europe par l’Angleterre et Sue Thomas.

Oui, les jeunes Français lisent encore ! Lire pour le plaisir, pour se détendre ou pour s'évader, les jeunes Français sont loin d'avoir délaissé les livres pour la télévision ou le smartphone. Plus d'un jeune sur deux lit au moins une fois par semaine, et ce sont les enfants du primaire qui sont les plus intéressés, puisqu'en moyenne ils lisent trois fois plus qu'un lycéen lambda. Il y a en effet un décrochage à partir du collège, car le taux de lecture baisse alors drastiquement. 24 fiches pratiques tutoriels pour des ateliers avec le numérique (EPN de Rillieux-la-Pape) L’Atelier numérique au Centre social de la Velette de Rillieux-la-Pape (Rhône), est un EPN (espace public numérique) ouvert à tous. Il propose tout au long de l’année des cours d’informatique pour tout public et pour les demandeurs d’emploi, un accès libre aux ordinateurs et à l’Internet ainsi que des ateliers thématiques sous la forme de mini-sessions (photo, tablettes, achat sur internet…). 24 dossiers pratiques pour appréhender le numérique

Jeunesse et Internet : Un adolescent sur cinq croit tout ce que dit Google La publicité sur Internet n’est pas toujours clairement définie. Et de nombreux jeunes internautes au Royaume-Uni n’arrivent pas à faire la différence avec une recherche classique. Les enfants et adolescents d’aujourd’hui ont beau être des « digital native », c’est à dire des jeunes ayant grandi dans un environnement numérique, cela ne veut pas dire qu’ils ont la faculté de déceler ce qui est vrai ou pas. Et de nombreux publicitaires jouent sur cette confusion. C’est ce qu’a mis en lumière Ofcom, un site anglais qui s’occupe de réguler les médias, dans leur dernière étude.

Définir la littératie numérique Habilo Médias, Centre canadien d'éducation aux médias et de littératie numérique, publie en ligne un document de discussion intitulé « Définir la politique de littératie numérique et la pratique dans le paysage de l’éducation canadienne » visant à définir les caractéristiques et les points d’intérêt de la littératie numérique et de la citoyenneté numérique dans l’ensemble du pays, à explorer des idées et des pratiques pour enseigner et apprendre avec les technologies numériques ainsi que de nouvelles perspectives dans les écoles où l’enseignement et l’apprentissage se font avec ces mêmes technologies. Quelle définition de la littératie numérique ? Selon les auteurs, il n'existe pas de définition consensuelle de la littératie numérique.

Cinquante ans de pratiques culturelles en France [CE-2020-2] Menée tout au long de l’année 2018 auprès d’un échantillon de plus de 9 200 personnes en France métropolitaine, l’enquête sur les pratiques culturelles est la sixième édition d’une série commencée au début des années 1970 et destinée à mesurer la participation de la population aux loisirs et à la vie culturelle. Cette sixième édition permet d’observer l’évolution des pratiques culturelles depuis la précédente édition réalisée en 2008 mais aussi depuis la décennie 1970, et offre ainsi un panorama de près d’un demi-siècle des dynamiques des pratiques culturelles de la population âgée de 15 ans et plus. Pour chaque activité, le taux de pénétration est analysé par générations afin de saisir les évolutions de long terme et les effets d’époque, puis étudié selon les caractéristiques sociodémographiques des individus.

Related: