background preloader

Réflexions EMI

Facebook Twitter

Les enfants du numérique à la recherche d’informations – Mondes Sociaux. Les statistiques le disent, les jeunes sont équipés, connectés, et même hyper-connectés, puisqu’ils passent en moyenne 13h 30’ par semaine sur internet pour les 13-17 ans, et beaucoup plus de temps encore devant les écrans.

Les enfants du numérique à la recherche d’informations – Mondes Sociaux

Ce temps passé depuis leur plus tendre enfance à manipuler des objets numériques a sans aucun doute des conséquences sur leurs comportements, sur leur façon de penser, de voir le monde, de réfléchir, d’apprendre. Et l’Ecole ne peut plus éluder le problème. La question d’une révolution de la pensée et de l’expertise dans la société de l’information est posée depuis plus de deux décennies.

Auteur de la célèbre formule choc des « digital natives » qu’il oppose aux « digital immigrants », Mark Prensky, affirme dès 2001 que « nos étudiants ont radicalement changé. Les étudiants d’aujourd’hui ne sont plus ceux pour qui le système éducatif avait été créé ». CC Wikimedia Commons Anne Fiedler Cordier A., 2015, Grandir connectés.

CC Pixabay OpenClipartVectors. CORDIER Et si on enseignait l incertitude. Aborder les complots : des pédagogies anticonspis - mediaeducation.fr. Depuis la diffusion de quelques scénarios peu soucieux des faits après les attentats terroristes, des médias nombreux se sont penchés sur le succès des thèses complotistes.

Aborder les complots : des pédagogies anticonspis - mediaeducation.fr

Puis les pouvoirs publics se sont émus de leur influence. La communauté éducative n’a pas attendu ces cris d’alerte pour s’inquiéter du phénomène. Elle élaborait déjà quelques propositions pédagogiques. Ces dispositifs, dans lesquels les journalistes tiennent une place, privilégient deux types d’approche : l’apprentissage par la pratique, et la prise de recul. L’éducation de l’attention à l’âge du numérique ubiquitaire. L’avènement du numérique tend à décanter, purifier et distiller le statut de l’enseignant, en le délivrant des scories qui alourdissaient et encombraient jadis sa tâche.

L’éducation de l’attention à l’âge du numérique ubiquitaire

Il apparaît de plus en plus clairement que le cœur de son travail consiste moins à « transmettre des connaissances » (Wikimédia, les MOOCs, les manuels, les tutoriels et les immenses banques de données accessibles en ligne depuis n’importe quel smartphone tiennent ces connaissances à notre disposition) qu’à « éduquer l’attention », comme le précise l’anthropologue Tim Ingold. Cette formule peut se décliner de multiples façons. Un art de la préhension Cela implique d’abord d’apprendre où, comment et grâce à qui accéder à ce dont nous avons besoin pour résoudre le problème auquel nous nous trouvons confrontés.

Au sein d’un monde de plus en plus riche en « données » – où, comme l’écrit Michael Wheeler : Un art de la conversation. Éducation aux médias et à l'information - Intervention en 5 questions de Michel Reverchon-Billot, IGEN-EVS. L'EMI : essai de définition "Avant d'aborder la question de l'EMI en termes de déclinaisons et de formations pour les élèves, il me semble important de véritablement savoir d'où vient cette question de l'EMI et surtout de bien comprendre que ce n'est pas une réaction immédiate aux événements dramatiques qu'on a connu en 2015 mais que c'est bien antérieur à cette question-là puisque l'éducation aux médias et à l'information, il faut le rappeler, est née d'engagements internationaux extrêmement importants de la France puisque il y a derrière la mise en place de l'EMI, l'UNESCO et la convention de Moscou de 2012 qui insistent sur le fait que dans une société de l'information on ne peut pas imaginer un instant laisser nos élèves dépourvus face à ces nouveaux médias qu'ils utilisent tous les jours et qu'il y a nécessité de construire des compétences nouvelles.

Éducation aux médias et à l'information - Intervention en 5 questions de Michel Reverchon-Billot, IGEN-EVS

Donc trois entrées différentes, mais trois entrées complémentaires. L’éducation de l’attention à l’âge du numérique ubiquitaire. L’avènement du numérique tend à décanter, purifier et distiller le statut de l’enseignant, en le délivrant des scories qui alourdissaient et encombraient jadis sa tâche.

L’éducation de l’attention à l’âge du numérique ubiquitaire

Il apparaît de plus en plus clairement que le cœur de son travail consiste moins à « transmettre des connaissances » (Wikimédia, les MOOCs, les manuels, les tutoriels et les immenses banques de données accessibles en ligne depuis n’importe quel smartphone tiennent ces connaissances à notre disposition) qu’à « éduquer l’attention », comme le précise l’anthropologue Tim Ingold. Cette formule peut se décliner de multiples façons. Un art de la préhension Cela implique d’abord d’apprendre où, comment et grâce à qui accéder à ce dont nous avons besoin pour résoudre le problème auquel nous nous trouvons confrontés. Au sein d’un monde de plus en plus riche en « données » – où, comme l’écrit Michael Wheeler : Un art de la conversation Un art de l’erratisme Or tel est bien l’enjeu de l’attention, dans ce qu’elle a d’émancipateur. Les enjeux du numérique pour l'école citoyenneté, culture.

PIAAC : Nous avons passé les tests. Les compétences des adultes français nettement en dessous de celles des autres pays. C'est une nouvelle mauvaise nouvelle pour les responsables éducatifs qu'ils vont partager, pour une fois, avec les dirigeants économiques et politiques.

Les compétences des adultes français nettement en dessous de celles des autres pays

Selon le Programme pour l'évaluation internationale des compétences des adultes » (PIAAC) réalisé par l'OCDE, la France obtient de très mauvais résultats. Sur les 24 pays participant à l'évaluation, seulement deux, nos voisins italiens et espagnols, font plus mal que nous. Il y a quand même une bonne nouvelle : l'enquête montre que les jeunes sont nettement meilleurs que les vieux. De nets progrès ont donc été réalisés même si le résultat final n'est pas glorieux.

Des résultats globaux nettement inférieurs. Grenoble : Les chemins numériques du savoir. En quoi la révolution numérique invite-t-elle l'École à repenser ses missions et à réformer ses pratiques ?

Grenoble : Les chemins numériques du savoir

Les 22 et 23 janvier, l'académie de Grenoble a consacré un colloque d'enjeu national à « l'éducation aux médias » : par cet ancrage régional, il s'agit bien d'aider tous les enseignants, au plus près de leurs lieux d'exercice, de leurs préoccupations, de leurs désirs, à prendre la mesure des changements en cours et à s'emparer des nouvelles dynamiques de travail que libère le numérique.

Le colloque a tracé de nouveaux itinéraires pédagogiques pour les enseignants, appelés à se faire guides de voyage dans les territoires numériques de la connaissance. De nouvelles compétences à acquérir D'emblée, Yaël Briswalter, délégué académique au numérique, organisateur du colloque, rappelle combien le numérique constitue désormais un mode d'accès privilégié au savoir et combien alors l'enseignant doit guider ses élèves pour leur apprendre à y accéder. Une refondation numérique de l'Ecole ? Un nouvel enjeu éducatif : La translittératie ?

Sur le site HAL d’« hyper articles en ligne », les chercheurs Eric Delamotte, Vincent Liquete et Divina Frau-Meigs consacrent une étude à « la translittératie ou la convergence des cultures de l’information ».

Un nouvel enjeu éducatif : La translittératie ?

Le terme savant de « translittératie » recouvre des compétences essentielles sur les plans culturel, citoyen ou professionnel, et donc désormais au cœur des missions de l’Ecole : « l’ensemble des compétences d'interaction mises en œuvre par les usagers sur tous les moyens d’information et de communication disponibles », de l’oral au livre, en passant par les différents médias et bien entendu les environnements numériques.

De quoi le numérique à l'Ecole est-il le nom ? Les 21 et 22 mai 2013, à l'École normale supérieure de Lyon, une conférence nationale a exploré les « cultures numériques », « l'éducation aux médias et à l'information. ».

De quoi le numérique à l'Ecole est-il le nom ?

De manière plus générale, c'est bien le sens même du numérique à l'école qui s'est trouvé ainsi éclairé. De quoi est-il le nom ? Sans doute d'un malaise et d'un défi : adapter l'école à la civilisation du numérique qui oblige à repenser l'appropriation et la nature même de la connaissance. Assurément aussi d'une prise de conscience : le numérique est moins une question d'outils ou d'usages que d'enjeux, tant il rend possible et indispensable la formation de citoyens autonomes et responsables dans un monde en mutation. Copy party : Tu ne copieras point ? Et si, à l’ère numérique, la copie était à enseigner plutôt qu’à condamner ?

Copy party : Tu ne copieras point ?

Le 12 octobre 2013, pour valoriser le partage citoyen des connaissances, Brest s’est faite « ville en biens communs » : les bibliothèques ont organisé une étonnante « Copy Party » invitant chacun à venir copier en toute légalité ; Lionel Maurel, conservateur, juriste, animateur du site S.I.Lex, a mené une passionnante conférence pour situer la question dans son histoire et son actualité. Avec l’avènement des technologies numériques, la copie est devenue un acte de plus en plus courant et problématique : c’est qu’elle nous pose des questions juridiques, culturelles et éducatives. La copie dans les bibliothèques La première « copy party » fut organisée à La Roche-sur-Yon en mars 2012.

La copie dans l’Histoire « Tu ne copieras point » : tel est le titre choisi par Lionel Maurel pour sa conférence au Musée des Beaux-arts de Brest. La question est à resituer dans une perspective historique. Éduquer aux médias - L'éducation aux médias et à l'information, 2014. Actes vidéos de la journée du 26 mai 2014 Les usages numériques des adolescents, Conférence inaugurale de Laurence Allard, maître de conférences en science de la communication, chercheure à l'université Paris 3 Table ronde "Regards croisés sur l'éducation aux médias et à l'information (EMI) Actes vidéos de la journée du 27 mai 2014. Éducation aux médias - et à l'information.

Éducation aux médias et à l'information : un "kit pédagogique" de Génération 5 - Ludovia Magazine. Littératie numérique : définitions et enjeux. Littératie numérique et réseaux sociaux : Enjeux pour l’éducation. L'éducation aux médias et à l'information.

Ce dossier a été coordonné par le Canopé-académie de Lyon et le Canopé-académie de Toulouse pour Savoirs CDI. La loi de refondation de l'école annonçait à la rentrée 2013 une « éducation renouvelée aux médias, à l’information et à l’usage responsable d’internet et des réseaux sociaux dispensée de l’école primaire au lycée » avec une forte empreinte numérique.

Il s’agissait que les élèves acquièrent les « connaissances et compétences nécessaires à la maîtrise de l’information, devenue aujourd’hui une condition essentielle de l’accès aux autres savoirs ». Numérique, parole et identité. L'identité de chacun de nous passe désormais aussi par ce que nous montrons de nous en ligne. Le fait que chacun puisse prendre la parole sur le web et par Internet, au travers des multiples dispositifs est une des évolutions majeures de ce que l'on a nommé le web 2.0. Les jeunes et Internet: guide pédagogique et ludique. ATTENTION: cette page est visible uniquement depuis l'intranet de la Fédération Wallonie Bruxelles. Le guide Ce document a été rédigé à l’issue d’une recherche en éducation subventionnée par le Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles.

Déconstruire le conspirationnisme. Ce 12 février, l’entretien du SIG consacré aux théories du complot et au conspirationnisme a réuni Rudy Reichstadt, directeur de l’Observatoire du conspirationnisme - Conspiracy Watch, Laurent Bazin, journaliste et co-auteur de « Tous paranos ? Pourquoi nous aimons tant les complots », et Nicolas Vanderbiest, chercheur à l’université de Louvain spécialiste en e-réputation. A cette occasion, ils ont pu décrypter les ressorts psychosociologiques du conspirationnisme et discuter le rôle d’Internet dans ses mécanismes de développement. "On nous cache tout, on nous dit rien! " De l'EMI à la translittératie : sortir de notre littératie. La translittératie est une notion, un concept, une démarche d’apprentissage non encore stabilisée, sur laquelle la recherche française réfléchit et publie depuis plus de cinq ans.

D’un point de vue étymologique, la translittératie est le « passage d’un système d’écriture à un autre » (Delamotte, Liquète, Frau-Meigs, 2014) mais est traversée par plusieurs courants. Le copié collé au service des apprentissages des élèves. Définir la littératie numérique. Education aux médias et à l'information (EMI) Les adolescents et Internet : en finir avec les idées reçues. Ils s’appellent Zoé, Mathys, Julie ou encore Loïc. Ce sont des adolescents qui n’ont pas connu « le monde sans internet ». Pour cette raison, On dit souvent d’eux qu’ils sont des « digital natives » dotés de capacités innées, inscrites même dans leur développement biologique . Université d'automne du Snuipp : L'EMI, une urgence citoyenne et pédagogique.

La #translittératie pour les Nuls. Pour y voir plus clair ! – Thèse d’Olivier Le Deuff sur les littératies, La culture de l’information en reformation : – Le groupe de recherche en Littératie Médiatique Multimodale du réseau des Universités du Québec : – Les séminaires du GRCDI (Groupe de Recherche sur la Culture et la Didactique de l’information) : avec l’intervention d’Alexandre Serres, Repères sur la translittératie :

LES 7 COMPETENCES DE L EMI : LES 7C by Bérangère Blondeau on Prezi.