background preloader

Guide ERYICA.pdf (Objet application/pdf)

Guide ERYICA.pdf (Objet application/pdf)
Related:  Jeunes et numérique

64 % des adolescents préfèrent écouter de la musique sur YouTube - En bref - L'actu Médias / Net On s'en doutait déjà un peu, mais une étude vient de confirmer que les adolescents écoutent principalement de la musique sur YouTube, au détriment de la radio, rapporte le site CNET. Selon cette étude menée par le cabinet Nielsen pour le rapport annuel de Music 360 – un réseau social permettant à des musiciens de rencontrer d'autres musiciens et former un groupe – 64 % des adolescents écoutent de la musique sur YouTube. 56 % d'entre eux utilisent la radio, 53 % iTunes et en dernière position, 50 % écoutent de la musique sur des CD. La radio reste la principale source de découvertes musicales pour 48 % les personnes (« vieux » et « ados » confondus). Pour 10 %, c'est grâce à des amis et seulement 7 % via YouTube. Si les consommateurs achètent moins de musique en général (41 % des plus de 55 ans, 39 % des 45-54 ans et 28 % des 25-34 ans), les 18-24 ans sont la population qui va le plus en concert : 7 % d'entre eux assistent à un concert une fois par semaine et 30 % une fois par mois.

Je Like - Ecrans et papiers : comment les moins de 20 ans les utilisent Publié le 22 avril 2014 Je préfère la tablette et le smartphone et je laisse le PC et la TV à mes parents ! Snapchat, WhatsApp ou Twitter ont mes préférences plutôt que Facebook... Je suis, je suis ? S’il y en a bien certains pour lesquels la digitalisation systématique de la société ne pose aucun problème, ce sont les moins de 20 ans. La tablette au coeur de l'équipement personnel et de l'usage individuel Entre 2012 et 2013, la course à l’équipement s’est envolée, notamment grâce aux tablettes. Essor de l’éphémère pour mieux se protéger et s’émanciper Néanmoins, cette démultiplication des terminaux connectés modifie les usages qui tendent vers encore plus d’insaisissable. Plus d’écrans mais pas plus chronophages En dépit de l’augmentation des écrans et des usages, le temps que les jeunes y consacrent reste stable. Le monde réel : un besoin vital préservé Florence Berthier Intégralité de l'étude ci-dessous TAGS : adolescents / enfants / ecrans 50-65 ans, qui êtes-vous ?

Amitié, ennui, Snapchat, Facebook, Ask.fm… retour sur les billets de l’Observatoire de la vie numérique des adolescents (12-17 ans) Car si les « natif digitaux » font beaucoup parler d’eux à travers l’inquiétude mêlée d’admiration qu’ils suscitent chez leurs aînés, parents, et éducateurs, la réalité de ce qui se trame pour les ados à l’ombre des réseaux reste largement opaque. Pour lever le voile sur ces pratiques émergentes, confidentielles, et parfois tumultueuses que les chiffres des sondages ne savent pas saisir, la FFTélécoms a confié à l’experte des usages numériques Joëlle Menrath la réalisation d’une enquête ethnographique auprès de 25 adolescents dans 3 régions de France. Une série de « billets » livre les résultats de cette investigation à la croisée de l’ethnographie et de la psychologie : « Facebook, c’est mort » ! Vive Snapchat ! A travers ce premier billet, nous observons l’émergence de nouveaux codes chez les adolescents, de nouvelles aspirations. Dans une société où le « paraître » est omniprésent, Snapchat devient pour les adolescents un moyen d’expression libérateur.

ask.fm, le réseau « ados » de sociabilité anonyme en ligne Et pourtant dans une étude Médiamétrie réalisée en juin 2013, ask.fm y figure comme le troisième réseau social en temps passé (trois quarts d'heure par mois) en France, derrière Facebook (5 heures) et Twitter (1 heure) : 1,3 millions de Français, dont la moitié sont âgés de moins de 17 ans, ont visité le réseau social ask.fm. La chercheuse Joëlle Menrath nous fait découvrir les usages quotidiens de ce réseau social inconnu des parents : on y voit à l’œuvre les « drames » ordinaires des adolescents, mais aussi la fabrique horizontale de leurs normes, et au premier chef celle de l'intimité, à l’âge où l'éclosion de la sexualité redistribue les cartes. La découverte de son intimité à l’âge où il s’agit de s’ouvrir à l’autre par la sexualité ne peut être le fruit d’une réflexion abstraite, ni une simple adoption des normes parentales. Ask.fm est un cadre où l'intimité s'invente avec perte et fracas, dans des débordements où seule la honte sert de rempart.

Pourquoi les jeunes préfèrent-ils Twitter à Facebook ? Analyse du hashtag #TwitterCestMieuxQueFacebookCar C’est un secret de polichinelle : les jeunes « likent » de moins en moins Facebook, n’en déplaise au géant américain. En 3 ans, selon une étude sur les ados américains, l’ex réseau social préféré des jeunes a été relégué au second plan par Twitter, lui-même attaqué sur ses platebandes depuis plusieurs mois par Snapchat. En France, même combat. Nous avons réalisé grâce à l’outil Sysomos une analyse des principaux mots-clés associés à ce hashtag et de la relation qu’ils entretiennent. Highlights Au centre de ce buzzgraph, c’est le mot « genre » qui est le vecteur des conversations. #TwitterCestMieuxQueFacebookCar ici on a pas les vieux bails du genre “un j’aime = à bébé baleine sauvé au chili”— océane (@drugoflouis)26 Mai 2014 On distingue 3 types de critiques : La présence de la famille et des prochesL’absence de liberté d’expressionL’accumulation d’éléments perturbateurs 1. #TwitterCestMieuxQueFacebookCar tu n’y croises pas tes poirents !

Line, Viber, WhatsApp : les chiffres des applis de messagerie instantanée Racheté récemment par Facebook, WhatsApp vient d’annoncer des statistiques d’utilisation impressionnantes, avec plus de 600 millions d’utilisateurs actifs. Ces chiffres montrent bien que les applications de messagerie instantanée connaissent un vrai succès et sont très largement utilisées. Certaines comme Line sont encore peu connues sur le marché occidental mais sont populaires en Asie. Voici un petit tour d’horizon des principales applis de messageries instantanées et leurs chiffres. WhatsApp : 600 millions d’utilisateurs actifs mensuels En avril dernier, l’appli revendiquait 500 millions d’utilisateurs, et fin août ils sont 600 millions. Viber : 608 millions d’inscrits Viber revendique quant à lui 608 millions d’utilisateurs, mais ne donne pas de précision sur le nombre d’utilisateurs actifs. Line : 450 millions d’utilisateurs L’application japonaise Line revendique quant à elle 450 millions d’utilisateurs. WeChat : 438 millions d’utilisateurs actifs mensuels

6 clés pour comprendre comment vivent les ados sur les réseaux sociaux Dans son livre, la chercheuse danah boyd explore la vie des jeunes sur Internet. Nous lui avons demandé des pistes pour comprendre leur comportement. Après dix années de travail auprès de jeunes Américains, danah boyd, blogueuse sans majuscule, chercheuse chez Microsoft Research et professeure associée à l’université de New York, publie un livre pour éclairer l’usage que les adolescents ont des réseaux sociaux. It’s complicated : the social lives of networked teens (disponible gratuitement en anglais, en attendant une traduction en français) veut expliquer aux parents ce que font concrètement leurs enfants sur Internet, s’attachant à démonter plusieurs fantasmes et à nuancer les risques les plus couramment évoqués (cyberaddiction, perte d’identité, disparition de leur vie privée, harcèlement, mauvaises rencontres). It’s complicated, du nom d'un statut Facebook, illustre toutes les facettes de cette vie en ligne qu’ont ces adolescents aux yeux rivés sur leur smartphone. 1. 3. 4. 5. 6.

Étude : les 13-17 ans et les réseaux sociaux Les usages que les « jeunes » ont des réseaux sociaux sont l’objet de toutes les spéculations. On lit très souvent que les 13-17 ans désertent Facebook pour aller sur Snapchat ou Instagram. Pew Research Center, un think thank américain indépendant et non partisan, vient de mettre en ligne une étude très documentée sur le sujet. Les études Pew ont l’avantage de ne pas avoir d’implication business, et ne sont pas commandées par des marques. Elles font d’ailleurs preuve d’une méthodologie rigoureuse. Des jeunes hyper connectés Premier enseignement de l’enquête, les 13-17 ans sont très connectés : 24% sont en ligne « quasiment constamment »56% sont en ligne plusieurs fois par jour12% y vont seulement 1 fois par jour6% y vont seulement quelques fois par semaine2% y vont moins d’1 fois par semainePresque 75% ont accès à un smartphone12% seulement n’ont pas de smartphone 71% des 13-17 ans utilisent Facebook Facebook et Instagram, les réseaux le plus souvent utilisés

Étude Ipsos : les jeunes, Internet et les réseaux sociaux L’institut Ipsos a réalisé une étude pour mieux cerner l’usage des nouvelles technologies par les jeunes de moins de 19 ans. Le constat est sans appel : l’hyper-connexion des jeunes s’intensifie. 13h30 par semaine sur Internet pour les 13-19 ans Les adolescents (13-19 ans) passent en moyenne 13h30 par semaine sur Internet en 2015, contre 12h20 en 2012. Les enfants de plus en plus équipés Malgré l’augmentation de la taille des écrans de smartphones, les tablettes ont toujours la cote dans les foyers qui accueillent des enfants. Du côté des autres appareils, les 13-19 ans sont particulièrement mieux lotis que les plus jeunes pour le smartphone (68% vs. 12%), la télévision (41% vs. 17%) et l’ordinateur (73% vs. 20%). Les jeunes de 7 à 19 ans utilisent leur ordinateur pour regarder des vidéos, aller sur les réseaux sociaux et discuter. Les 13-19 ans sur les réseaux sociaux Ipsos livre également quelques statistiques liées aux pratiques des ados sur les réseaux sociaux.

Related: