background preloader

Après les Gafa, les nouveaux maîtres du monde sont les Natu

Après les Gafa, les nouveaux maîtres du monde sont les Natu
Les Gafa, c’est tellement 2014... Voici venir l’ère des Natu. Natu, c’est l’acronyme de l’été 2015 ; celui qui réunit les quatre grande entreprises emblématiques de la « disruption » numérique : Netflix, Airbnb, Tesla, et Uber. Les Gafa (Google, Apple, Facebook, Amazon) sont toujours bel et bien là, affichant une santé économique insolente et une surface financière plus importante que bien des Etats ; néanmoins ces entreprises font déjà figure de « vieilles » (pensez, Mark Zuckerberg va être papa...) face à l’émergence de la nouvelle génération des géants américains, qui surfent sur de nouveaux modèles. Cette mutation d’une vitesse spectaculaire du capitalisme à l’heure numérique affecte l’économie mondiale, la création et la destruction d’emplois à l’échelle planétaire, l’évolution de nos systèmes sociaux et du salariat ; ne pas chercher à comprendre le phénomène, qui n’a plus grand chose à voir avec la part d’idéalisme de l’économie du partage, condamnerait à le subir. Absence de débat

http://rue89.nouvelobs.com/2015/08/02/apres-les-gafa-les-nouveaux-maitres-monde-sont-les-natu-260551

Related:  ECONOMIE DE PARTAGE PEER TO PEER1 - TRANSFORMATION DIGITALE ENTREPRISES ET RHDigital et RHTRANSNATIONAL/TRANSHUMANISMEmanagement

la Croix Mobile TRIBUNE de Hugues Sibille,président du Labo de l’économie sociale et solidaire (ESS) L’affaire Uber en est une preuve évidente : économie collaborative et économie coopérative ne sont pas synonymes. Elles ne doivent plus être confondues. L’économie collaborative, récente, est, selon Wikipedia, « une activité humaine qui vise à produire de la valeur en commun, en s’appuyant sur une organisation horizontale, rendue possible par les plates-formes Internet ; elle privilégie souvent l’usage sur la possession ». Ici commence une forme de mystification : supprimer les intermédiaires ne veut pas dire mettre en commun la valeur créée.

L'inévitable transformation digitale de l'entreprise, Le Cercle Société Attentats : troisième kamikaze identifié, une avancée dans... Foued Mohamed-Aggad faisait partie d’un groupe de « jeunes gens radicalisés », ayant quitté le quartier de la Meinau à Strasbourg pour rejoindre la Syrie. Coup de fil de Salah Abdeslam à un détenu : nouvelle faille des... Selon la RTBF, Salah Abdeslam, l'homme le plus recherché d'Europe pour sa participation dans les attentats du 13 novembre, a téléphoné à un détenu de la... Médias L’« ubérisation » ? Une mode ? Non, au contraire une lame de fond Le spectaculaire succès d’Uber en France ne reflète pas seulement l’efficacité d’un modèle économique. Il traduit également - et peut-être avant tout - les tendances qui traversent la société française. L’Observatoire des Français de Sociovision* a identifié cinq de ces tendances. 1. Les Français sont de plus en plus impatients On s'en doutait: les témoignages des usagers, interrogés par Sociovision sont unanimes : le succès d’Uber repose avant tout sur la simplicité de son application.

La mondialisation de la production et le circuit du capital. Par Prof Robinson et Harris 4/12 Avant-propos: Ce texte est extrait de la publication:« Vers une classe dirigeante mondiale? Mondialisation et classe capitaliste transnationale» de W Robinson et J Harris dont la vision globale est publiée dans le dossier « L’Etat Transnational et sa bourgeoisie ». Il fait suite à la publication: Le capitalisme mondial n’est pas la simple juxtaposition d’‘‘économies nationales’’ comme une certaine conception dominante voudrait le suggérer (voir, entre autres, Wood, 1999). Beaucoup de critiques qui soutiennent que la mondialisation est exagérée, voire illusoire (par exemple Wood, 1999 ; Gordon, 1988; Hirst and Thomas, 1996; Weiss, 1998; Glyn et Sutcliff, 1992) affirment que la période actuelle est seulement une intensification quantitative des tendances historiques et non une nouvelle époque qualitative.

Que faire avec un bac STI2D ? Vous aimez la technologie, les innovations, vous aimez découvrir les fonctionnements des objets qui nous entourent ? Un bac STI2D paraît tout indiqué. D'autant que depuis 2011, la filière a été rénovée de façon à coller davantage à la transformation industrielle et numérique. Elle a aussi musclé la culture technologique transversale, pour rassurer les lycéens qui craignaient de s'enfermer trop vite dans une spécialité, et favoriser les poursuites d'études longues. Le bac STI2D s'est ainsi rapproché des bacs généraux.

Blablacar, le covoiturage tué par la finance et l’appât du gain Il y a des jours où les coups de gueule remontent plus que d’autres. Aujourd’hui, fais partie de ces journées où l’on souhaite s’exprimer et montrer au plus grand nombre le mensonge et la calomnie proposée par certains services. Aujourd’hui, mon dévolu se tourne vers le site Blablacar, le site N°1 du covoiturage en France qui a réussi en l’espace de 5 ans à créer un esprit communautaire et humaniste autour du covoiturage et à le détruire, récit d’un inscrit de la première heure qui vomit ce qu’est devenue la dernière.

7 pistes d'action pour la transformation digitale des entreprises Face à l’ampleur des changements, les entreprises doivent résolument engager leur transformation digitale si elles veulent rester compétitives. Facile à dire. Dans les faits, les freins sont aussi nombreux que réels. La transformation numérique, occasion de révolution culturelle et managériale La transformation numérique est l'occasion de réussir une révolution culturelle et managériale sans précédent dans les organisations. De nombreux exemples montrent qu'une entreprise ancienne peut utiliser le numérique pour améliorer le fonctionnement de toute une industrie. Révolution digitale ou culturelle ?Nous ne vivons pas une crise mais un changement de monde, suggère Michel Serres.

Sommes-nous dans l'anti-chambre d'une dictature financière ? Des voix professionnelles sont donc venues s’ajouter à celles qui grondaient déjà sur le net donnant plus de crédit à la thèse selon laquelle un petit groupe censé représenté « 1% » de la population détiendrait 50% des richesses mondiales serait en passe de prendre le pouvoir politique mondial. Une richesse illimitée pour les uns grâce à un droit régalien (souverain) Le calcul de ce taux de 50% des richesses mondiales est discutable. En fait, personne ne connaît réellement la masse monétaire créée par les banques commerciales.

Les IAE : des écoles de management à l'université Des diplômés de l'IAE Grenoble. Photos : IAE Grenoble. Après un BAC ES et un DUT Gestion des entreprises et des administrations (GEA), Clément a découvert lors d'un Erasmus son goût pour le marketing, l'entrepreneuriat mais aussi l'international. Michel Bauwens : « Uber et Airbnb n’ont rien à voir avec l’économie de partage » Pour ce théoricien de l’économie collaborative, seul le vrai « pair-à-pair » et la culture d’un « bien commun » constituent une réponse à la crise écologique et de civilisation de l’Occident. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Claire Legros (Propos recueillis par) Ancien chef d’entreprise, Michel Bauwens étudie depuis une dizaine d’années l’économie collaborative et ses réseaux qui s’organisent pour créer des outils partagés et mutualiser les savoirs et le travail. Auteur de « Sauver le monde, vers une société post-capitaliste avec le peer-to-peer » (Les Liens qui libèrent), il est l’un des théoriciens des « communs », un modèle économique et politique d’avenir selon lui, et une réponse à la crise écologique et de civilisation liée à la raréfaction des ressources.

La transformation digitale des entreprises : de la stratégie à l'organisation Découvrez le dernier numéro des FriedlandPapers de la CCI Paris Île-de-France sur la transformation digitale des entreprises. Il ne fait aucun doute que nous sommes aujourd’hui entrés dans une nouvelle ère avec l’irruption du digital dans notre quotidien, aussi bien dans notre vie personnelle que dans nos activités professionnelles. Pour autant, la notion de digitalisation de l’entreprise est source de multiples malentendus et donc de déceptions. Pour de nombreux observateurs, elle ne fait que substituer de nouveaux outils à d’anciens devenus obsolètes, sans transformer l’entreprise. La digitalisation se confond alors avec la technologie.

Les 3 événements qui ont transformé l'informatique en numérique Le digital vit une révolution inédite qui bouleverse à la fois la technologie, les modèles économiques et les usages. Cette révolution entraîne à son tour une transformation en profondeur de l’ensemble de l’économie. Selon le cabinet américain Chappell & Associés, elle trouve ses origines dans trois évènements majeurs qui ont surgi lors de la dernière décennie. L'entrée en Bourse de Salesforce Le premier est l’introduction en bourse en 2004 de Salesforce, leader des services de gestion de la relation client et inventeur du modèle de vente de logiciel en tant que service cloud ou SaaS (Software as a service).

Related: