background preloader

Klaus-Gerd Giesen - Humanisme et transhumanisme: l’Homme en question - 2004

Klaus-Gerd Giesen - Humanisme et transhumanisme: l’Homme en question - 2004
Eric de Rus* Né dans les années 80 aux États-Unis, le courant de pensée transhumaniste tend aujourd’hui à s’étendre. Selon le site officiel de la World Transhumanist Association, «le transhumanisme est une approche interdisciplinaire qui nous amène à comprendre et à évaluer les avenues qui nous permettrons [sic] de surmonter nos limites biologiques par les progrès technologiques» (1). En quelques mots, le projet transhumaniste vise principalement à développer et à faire usage des nouvelles technologies, et en particulier de la génétique et des nanotechnologies, pour permettre à l’Homme de «s’améliorer». Il ne s’agit plus ici seulement d’utiliser la science à des fins thérapeutiques, mais bien de créer un «post-homme» dont les qualités ou capacités auront été génétiquement et technologiquement augmentées ou même créées. I. Comme son appellation le laisse supposer, le transhumanisme se définit comme une idéologie philosophico-scientifique en opposition à l’humanisme classique. II. III. A.

http://www.omics-ethics.org/observatoire/cadrages/cadr2006/c_no26_06/c_no26_06_02.html

Related:  Médias transhumanismeRéflexionsaouiniroua

Société, L'homme amélioré est-il l'avenir de l'homme ? Thérapie génique, remplacement d'un morceau de cerveau, de cellules endommagées, implants dans le cerveau, la recherche fait des miracles. Le transhumanisme, dont le premier colloque vient de se tenir à Paris, est un courant de pensée mal connu, créé au début des années 80 par des futurologues en Californie pour défendre l'idée selon laquelle l'homme peut être amélioré à l'aide des technologies. Bien sûr, la lutte contre le vieillissement est au coeur de ce courant intellectuel qui réunit 5 000 personnes à travers le monde, dont la moitié aux Etats-Unis, selon sa principale association, "Humanity". En France, il réunit guère plus de 200 personnes selon l'ATF (Association française du transhumanisme). Sans être transhumaniste, la chercheuse Marina Maestrutti, sociologue à l'Université de Paris, s'intéresse à ce courant, dont les représentants travaillent et sont financés par des sociétés comme Google, Facebook et la NASA. Et sur ce sujet, lire notre article La mort de la mort

Le critère de dégoût - Adamantin 13 septembre 2010 Le critère de dégoût (célèbre dans le monde anglo-saxon sous le nom de Yuck Factor, ou de Wisdom of repugnance) est un argument clé des bioconservateurs (formulé pour la première fois par Leon Kass, en 1997). Il désigne le sentiment de répulsion qui anime les individus au plus profond d'eux-mêmes lorsqu'il est question d'amélioration génétique, de clonage, etc.

Intelligence artificielle : la science rongée par le mythe - Sciences CritiquesSciences Critiques Pour la première fois, une étude scientifique, menée par une équipe de recherche multidisciplinaire de l'Université d'Oxford, affirme que le développement de l'Intelligence artificielle représente la principale menace d'extinction de la civilisation humaine. Mythe ou réalité ? ES 12 scénarios possibles de la fin du monde. L'homme passe infiniment l’homme Brève réflexion sur le transhumain. "Parvis des Gentils", Paris, UNESCO, le 24 mars 2011 par Fabrice Hadjadj 1. améliorer la qualité de son trait Lorsqu’un débutant ou un amateur peu confiant dessine d’observation, et qu’il veut dessiner sans perdre de temps, il essaie fréquemment de tracer plus vite, et la qualité du dessin s’en ressent sur le croquis final. Très souvent, il va repasser au même endroit maladroitement, sera un peu tremblant, voire crispé et son trait semblera ne pas trop savoir où il va. Bien heureusement, on peut corriger les mauvaises habitudes, surtout si cela ne fait pas longtemps qu’on dessine. Aujourd’hui, je vais vous apprendre à dessiner avec un trait plus confiant, ou en tous cas, je vais vous montrer comment faire. Ce n’est qu’une question de comportement.

Edouard Kleinpeter Edouard Kleinpeter est ingénieur et responsable de la médiation scientifique à l'Institut des sciences de la communication (CNRS, Paris Sorbonne, UPMC). Son dernier ouvrage : L’humain augmenté, CNRS Éditions, coll. "Les Essentiels d’Hermès" paru en 2013. Ses interviews C'est un vieux rêve, déjà caressé par le romancier Isaac Asimov, le théoricien des "3 lois de la robotique". La réalité est plus complexe : à défaut de pouvoir être une copie conforme de l'homme sur le plan moral, le robot pourra au moins faire semblant.

J.O. : cauchemar cyberpunk A première vue, il y a assez peu de rapports entre les Jeux olympiques de Londres et les univers dystopiques du cyberpunk, tel qu’ils ont été imaginés à partir des années 80 dans les romans de William Gibson ou de Bruce Sterling, à partir des premières intuitions de Philip K. Dick ou de John Brunner. A bien y réfléchir cependant, le dopage – dont le spectre rôde sans surprise toujours sur ces jeux 2012 – est déjà un élément qui fait penser au cyberpunk, où les humains cherchent à s’améliorer artificiellement par le biais d’implants bioniques ou l’absorption de substances chimiques. Mais c’est plutôt à travers la gestion des droits de propriété intellectuelle par le CIO que l’analogie avec le cyberpunk me semble la plus pertinente et à mesure que se dévoile l’arsenal effrayant mis en place pour protéger les copyrights et les marques liés à ces jeux olympiques, on commence à entrevoir jusqu’où pourrait nous entraîner les dérives les plus graves de la propriété intellectuelle. Like this:

Peinture à l'huile Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La peinture à l'huile est considérée en Occident comme la technique reine. De la Renaissance au XXe siècle, ce fut la première technique apprise et utilisée par les artistes. Aujourd'hui, la peinture acrylique est privilégiée par rapport à cette technique ancestrale. Raisons de cette évolution : la nocivité des diluants nécessaires à sa pratique[réf. nécessaire], sa difficulté de mise en œuvre (utilisation de médiums à peindre, respect de la règle du « gras sur maigre ») alors que l'acrylique est dilué à l'eau. Particularités[modifier | modifier le code]

Djihadisme, transhumanisme : drame subi, désastre consenti >>> Article paru dans Marianne daté du 10 avril Après des siècles de déni et de résignation, la mort se trouve soudainement concernée par la prétention de maîtrise. Thanatos vient de prendre place dans la loi grâce à la médicalisation de la « fin de vie » par des actions contrôlées balançant entre assistance et euthanasie. Au même moment, la science aussi prend la mort à bras-le-corps et, cette fois, ce n'est pas l'empathie qui l'inspire mais la volonté de dépasser la condition humaine : le transhumanisme, venu des Etats-Unis, proclame l'ambition inédite (sauf dans les fictions) d'annuler la mort (1) comme en écho prétendument rationnel aux vieilles promesses religieuses. Mais la mort vient aussi de faire irruption avec une rare barbarie quand des fanatiques l'imposent aux personnes dont les idées ne sont pas conformes à leurs croyances.

Brèves, Real Humans, Robotique, Robot, Androïde, Kurtzweil, Descartes, Jean-Michel Besnier « Du point de vue informatif, Real Humans ne présente rien de bouleversant : la série rassemble l’ensemble des interrogations suscitées par la robotique. Peu de nouveautés. Par exemple, le robot qui mesure, comme les “hubots”, sa baisse de courant et qui se rebranche automatiquement date de… 1950 (ce sont les tortues cybernétiques de William Grey Walter). En revanche, la réaction du grand public à l’égard de la série, sa réception, sont instructives. Un cours gratuit de peinture à l'huile Par où commencer Moi je commence par chercher un bon sujet ! Françoise est bien sûr (?) le sujet idéal. Je possède d'elle des tas de photos.

Related: