background preloader

GynePunk, les sorcières cyborg de la gynécologie DiY

GynePunk, les sorcières cyborg de la gynécologie DiY
Située dans les collines à l’Ouest de Barcelone, la communauté Calafou où est né le collectif GynePunk se définit « colonie écoindustrielle postcapitaliste ». Leur environnement ne fait pas rêver : la rivière qui y passe est contaminée, la vieille centrale hydroélectrique génère des champs électriques qui ne sont pas sans effet sur la vie quotidienne. Pourtant, ils ont été nombreux à acheter collectivement ces 28.000 m2 pour y créer 27 appartements. La vie à Calafou se passe en coopérative, avec de nombreux espaces collectifs, un atelier bois, un atelier fonderie et un hackerspace où est installé le biolab Pechblenda. Dildomancie Pechblenda participe au réseau international de biologie DiY open source Hackteria. « Comment fabriquer des sextoys aux formes plus organiques, plus didactiques ? « Nous avons aussi mené des ateliers de « dildomancie », dans l’idée de fabriquer des lubrifiants naturels, de traiter des maladies vaginales à partir de plantes. Le kit gynéco d’urgence Speculum 3D

http://www.makery.info/2015/06/30/gynepunk-les-sorcieres-cyborg-de-la-gynecologie-diy/

Related:  docs diverstechnologie-et-santeGenre & numérique

« #Meetoo et #balancetonporc s’apparentent à des techniques de sabotage féministe Basta ! : Vous commencez votre généalogie de l’autodéfense politique par la description d’un supplice auquel un esclave de Guadeloupe a été condamné au début du 19ème siècle : plus il tente de survivre, de résister, plus il souffre et s’épuise, jusqu’à ce que mort s’en suive. Pourquoi avoir entamé votre livre par cette scène ? Elsa Dorlin [1] : Je montre une technologie de mise à mort utilisée dans les colonies françaises et anglaises, le supplice de la cage de fer, au moment du rétablissement de l’esclavage en 1802 en Guadeloupe. Ceux qui se révoltent sont enfermés dans cette cage en fer. Ils doivent se tenir debout sur des étriers, et entre ces étriers il y a une lame tranchante. Un ovaire imprimé en 3D pourrait pallier l’infertilité Des scientifiques de l’université de Nothwestern, à Chicago, ont implanté un ovaire imprimé en 3D à des souris stériles qui ont mis au monde des bébés en bonne santé. Un espoir pour les femmes infertiles ? L’impression 3D semble être la baguette magique des temps modernes.

Sexy Cyborg versus Make: «Je n’entre pas dans leur vision du monde» « Je me demande qui elle est vraiment. Naomi est un personnage, pas une vraie personne. Elle est plusieurs ou beaucoup de personnes », s’interrogeait publiquement Dale Dougherty, fondateur et patron de Make Media, le groupe qui publie Make Magazine et organise les Maker Faire, dans un tweet publié le 5 novembre… et effacé depuis. Naomi Wu avait rétorqué le jour-même, toujours sur Twitter, qu’elle pourrait bien obtenir le « privilège d’être la première femme à être “gamergatée” par le patron d’un groupe de médias tech » (le Gamer Gate regroupe un aréopage de joueurs misogynes antiféministes). Le différend de Naomi Wu avec Make (ou vice versa) n’est pas une première. Sexe : une carte pour que la sexualité féminine n'ait plus aucun secret pour vous "Chacun part de son glacier et prend le courant de la libido". Dominique Lefevre, psychologue cliniciennen sexologue et co-auteure de la carte de la sexualité féminine, a présenté avec Gérard Tixier, psychiatre, psychanalyste, sexothérapeute, cet outil ludique à l'occasion des 11ème assises françaises de la sexologie et de santé sexuelle, qui ont lieu à Marseille du 15 au 18 mars. Cette carte, inspirée dans la célèbre carte de Tendre du XVIIème siècle, est destinée aux professionnels de la santé sexuelle. Elle vient d'être publiée, deux années après la carte de la sexualité masculine. Une attente qui s'explique par le fait que la sexualité féminine est longtemps restée "le continent noir" de la sexologie.

Les déterminants de long terme des dépenses de santé en France Depuis les années 1950, la France consacre une part croissante de ses ressources aux dépenses de soins. Ainsi, la consommation de soins et biens médicaux (CSBM)[1] est passée de 2,6 à 8,9 points de PIB entre 1950 et 2015. La croissance des dépenses a été très forte en début de période, au moment où se constituait l’infrastructure sanitaire et se développait l’assurance maladie.

Vienne, capitale du « féminisme urbain » ? Depuis plus de vingt ans, la capitale autrichienne s’est engagée dans un processus d’urbanisme « sensible au genre ». Le Monde | 04.05.2018 à 10h40 • Mis à jour le 04.05.2018 à 10h40 | Par Jessica Gourdon (Vienne, envoyée spéciale) Franziska Ullmann a-t-elle construit le premier quartier féministe de Vienne ? « En réalité, j’ai surtout fait preuve de bon sens, pour améliorer la qualité de vie de toutes et de tous », répond l’architecte autrichienne en déambulant dans les allées de Frauen Werk Stadt (« femmes, travail, ville »).

Le « métier de femme » à la lumière des images : le cas des Heures Fitzwilliam C’est la rentrée, tout le monde retourne au turbin, c’est donc l’occasion de se pencher sur le « métier de femme » au Moyen Âge, avec cette communication donnée le 26 avril dernier au cours d’une journée d’études organisée par le CRIHAM et l’université de Limoges. Entre 1417 et 1431, Yolande d’Aragon, duchesse d’Anjou, reine de Naples et de Sicile, veuve de Louis d’Anjou, fait réaliser un luxueux livre d’heures pour sa fille Yolande, qui est destinée à épouser le duc François Ier de Bretagne, en 1431. Selon toute vraisemblance, c’est la duchesse elle-même, à une époque où elle régente le puissant duché d’Anjou et où elle se place en protectrice de son gendre Charles de Ponthieu, futur Charles VII, qui a fixé le programme iconographique de l’ouvrage dont la réalisation est confiée à l’atelier du Maître de Rohan. A première vue, il peut sembler étonnant de présenter la condition des femmes de la haute aristocratie pendant une journée dédiée au thème du travail. WordPress:

Applications de santé (1/3) : que captent les capteurs Nous vivons dans un monde de capteurs. Nous en avons presque tous plusieurs dans notre poche, au coeur de nos smartphones. Chaque nouveau dispositif électronique qui voit le jour ne cesse de nous en proposer de nouveaux. Féminisme, (questions de) genre 24 janvier 2017 - Black Hood Pour une fois j’ai dit NON (HTML) (PDF,1.4 Mo) (PDF,1.4 Mo)

Historiens africains-américains - Collection SHS / TERRA-HN-éditions Sous la direction de Hélène Le Dantec-Lowry, Claire Parfait, Matthieu Renault, Marie-Jeanne Rossignol et Pauline Vermeren Après une longue période d’oubli, les historiens africains-américains du XIXe siècle et des premières décennies du XXe siècle ont récemment été redécouverts. Leurs travaux sont à nouveau disponibles aux États-Unis et ont donné lieu à quelques monographies et ouvrages collectifs. En revanche, ils demeurent peu connus en France. Cette publication collective en ligne en libre accès est destinée à les faire connaître en proposant une sélection de chapitres et articles traduits en français pour la première fois.

Applications de santé (2/3) : bienvenue dans la jungle ! On trouverait plus de 100 000 applications de santé, de bien-être ou de sport dans les stores d’Apple et Google, rapporte la sociologue australienne Deborah Lupton (blog, @DALupton). Selon Nielsen, 1/3 des Américains utiliserait l’une d’entre elles sur son smartphone. Le problème est que nombre d’applications de « santé » ne sont rien d’autre que des « applications de loisirs ». L’essentiel n’est homologué par personne. Elles sont seulement classées dans la catégorie santé par les magasins d’applications et rappellent au mieux quelque part dans leurs CGU qu’elles ne sont destinées qu’à « un objectif de loisirs » (for entertainment purposes only). Si on met de côté les questions de respect de vie privée qu’elles posent (et elles sont importantes, même si ce n’est pas l’objet de ce dossier), leur caractère « médical » et la fiabilité de ce qu’elles mesurent posent énormément de questions.

Related: